Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise, 2017 à 2019

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Diffusion : 2021-04-26

L'innovation est un facteur clé de la croissance économique et de la durabilité des entreprises et, par extension, elle a une incidence sur la productivité qui est essentielle au maintien de notre niveau de vie. Au cours de la période de 2017 à 2019, environ 80 % des entreprises canadiennes ont déclaré avoir employé des pratiques et des stratégies innovantes.

Les entreprises sont considérées comme innovatrices si elles introduisent ou mettent en œuvre des biens, des services ou des procédés opérationnels nouveaux ou améliorés, qui diffèrent sensiblement de leurs biens, services ou procédés existants.

Les grandes entreprises (250 employés ou plus) étaient plus susceptibles d'être innovatrices (85,8 %) que les plus petites entreprises, 79,0 % des entreprises de moins de 100 employés ayant fait preuve d'innovation au cours de la période de référence de 2017 à 2019. L'Ontario a affiché la proportion d'entreprises innovantes (83,1 %) la plus élevée; suivaient le reste du Canada (comprenant le Manitoba, la Saskatchewan, l'Alberta, la Colombie-Britannique, le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut) à 79,4 %, le Québec (77,9 %) et la région de l'Atlantique (68,5 %).

Le secteur d'activité a également une incidence sur la propension à l'innovation. Les secteurs dont les taux d'innovation figuraient parmi les plus élevés selon l'Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise (EISE) de 2017 ont continué à se classer aux premiers rangs selon l'EISE de 2019. Le secteur des services professionnels, scientifiques et techniques a affiché la plus forte proportion d'entreprises innovantes (89,1 %), suivi du secteur de l'industrie de l'information et de l'industrie culturelle (88,8 %), et de celui du commerce de gros (83,3 %). À l'inverse, le secteur de la gestion de sociétés et d'entreprises (60,8 %) et le secteur de l'agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse (65,4 %) ont affiché les plus faibles proportions d'entreprises innovantes.

Graphique 1  Graphique 1: Pourcentage d'entreprises innovantes au Canada, selon la taille de l'effectif, 2017 à 2019
Pourcentage d'entreprises innovantes au Canada, selon la taille de l'effectif, 2017 à 2019

Les entreprises réalisent des économies grâce à leurs innovations de procédés opérationnels

Au cours de la période de trois ans, 52,7 % des entreprises ont introduit ou mis en œuvre des innovations de produits (biens ou services) et un pourcentage encore plus élevé, soit 72,7 %, des innovations de procédés opérationnels.

Parmi les entreprises qui ont introduit des innovations de procédés opérationnels de 2017 à 2019, 4 entreprises sur 10 (39,3 %) ont déclaré que ces innovations leur avaient permis de réaliser des économies de coûts liées à la production de biens ou de services. De plus, le tiers d'entre elles ont été en mesure de réaliser des économies en lien avec leurs activités de soutien.

Les grandes entreprises ont été proportionnellement plus nombreuses que les petites entreprises à déclarer que leurs innovations de procédés opérationnels avaient engendré des économies liées à la production de bien ou de services (51,5 %) et des économies liées à leurs activités de soutien (44,5 %). Pour les petites entreprises, 37,6 % avaient des économies liées à la production de bien ou de services alors que 32,4 % avaient pu réaliser des économies liées à leurs activités de soutien.

Moins du cinquième des entreprises collaborent avec d'autres à des activités d'innovation

Moins de 1 entreprise sur 5 (17,8 %) a collaboré avec d'autres entreprises ou organisations à des activités d'innovation. Parmi ces entreprises, 53,0 % ont collaboré avec des fournisseurs et 43,0 %, avec leur entreprise mère, une entreprise affiliée ou une filiale. Les fournisseurs ont été désignés comme principal partenaire de collaboration en innovation par 33,0 % des entreprises, suivies des entreprises affiliées (28,7 %). Pour ces partenaires de collaboration clés, plus de quatre cinquièmes des fournisseurs (88,0 %) et des entreprises affiliées (81,9 %) étaient situés au Canada.

À l'échelle des secteurs, ce sont les entreprises du secteur de la finance et des assurances (sauf le sous-secteur des autorités monétaires) qui ont enregistré les plus hauts taux de collaboration à des activités d'innovation (35,4 %). En revanche, les entreprises du secteur de la construction (10,1 %) ont affiché les plus faibles taux de collaboration.

Plus de la moitié des entreprises ont déclaré que leurs innovations donnant lieu à des avantages environnementaux constituent une nouveauté sur le marché de l'entreprise

Au cours de la période de 2017 à 2019, les entreprises ont fait état d'un certain nombre d'avantages environnementaux ayant découlé de leurs innovations de produits ou de procédés. Par exemple, près de la moitié des entreprises ont déclaré avoir réalisé des avantages environnementaux grâce à la production fondée sur l'utilisation efficace des ressources. Les entreprises ont aussi indiqué que les innovations qu'elles avaient introduites s'étaient traduites par des avantages environnementaux pour le consommateur ou l'utilisateur final (35,8 %).

Parmi les entreprises qui ont introduit des innovations s'accompagnant d'avantages environnementaux, 3 sur 5 (60,3 %) ont déclaré que celles liées au consommateur ou à l'utilisateur final constituaient une nouveauté sur leur marché. De plus, plus de la moitié ont indiqué que leurs innovations associées à une augmentation des activités de protection de l'environnement et à une production fondée sur l'utilisation efficace des ressources représentaient une nouveauté sur leur marché.

Trois entreprises sur dix ont eu recours à des programmes gouvernementaux pour soutenir leurs activités d'innovation

Environ 3 entreprises au Canada sur 10 ont déclaré avoir fait appel à différents types de programmes gouvernementaux, offerts par différents ordres de gouvernement, pour soutenir leurs activités d'innovation au cours de la période de 2017 à 2019. Ce résultat est principalement attribuable aux petites entreprises (28,4 %), alors que 42,0 % des grandes entreprises ont eu accès aux programmes gouvernementaux afin d'obtenir de l'aide pour leurs activités d'innovation.

Ces programmes d'aide gouvernementaux comprennent les d'incitations fiscales, les subventions, les programmes d'approvisionnement, de formation et d'embauche et autres programmes de soutien. Parmi les entreprises ayant utilisé au moins un programme gouvernemental, 38,3 % ont trouvé que le programme de formation et d'embauche était le plus essentiel à leurs activités d'innovation. Ce chiffre masque, cependant, des différences sous-jacentes entre grandes et petites entreprises. Les petites entreprises ont préféré l'utilisation des programmes de formation et d'embauche, alors que les grandes entreprises ont favorisé les programmes d'incitations fiscales ou de crédits d'impôt.

Les entreprises au Québec affichaient les plus hauts taux d'utilisation des programmes gouvernementaux (35,4 %) pour leurs activités d'innovation, suivies des entreprises de la région de l'Atlantique (32,3 %), de l'Ontario (31,7 %) et du reste du Canada (24,5 %).

Graphique 2  Graphique 2: Proportion d'entreprises ayant eu recours à des programmes gouvernementaux pour soutenir leurs activités d'innovation, et programmes désignés comme les plus essentiels, 2017 à 2019
Proportion d'entreprises ayant eu recours à des programmes gouvernementaux pour soutenir leurs activités d'innovation, et programmes désignés comme les plus essentiels, 2017 à 2019

Plus de la moitié des entreprises canadiennes font état d'obstacles à l'innovation

Un peu plus de la moitié des entreprises au Canada ont indiqué être confrontées à des obstacles liés à l'innovation en 2019. Parmi ces obstacles, près de 1 entreprise sur 3 a cité le manque de compétences (29,7 %) ainsi que l'incertitude et le risque (29,3 %) comme principaux obstacles auxquels elle se heurte.

Graphique 3  Graphique 3: Obstacles à l'innovation auxquels se heurtent les entreprises canadiennes, 2019
Obstacles à l'innovation auxquels se heurtent les entreprises canadiennes, 2019

La plupart des entreprises ayant rencontré des obstacles ont déclaré avoir pris des mesures pour les surmonter. Pour pratiquement tous les types d'obstacles à l'innovation, les entreprises ont indiqué que ces mesures avaient été efficaces pour les atténuer, sauf en ce qui a trait aux obstacles liés à la réglementation ou la politique gouvernementale en matière de concurrence. Parmi les entreprises ayant pris des mesures pour surmonter cet obstacle, 39,3 % ont réussi à l'atténuer.

La grande majorité des entreprises n'ont pas eu recours aux programmes gouvernementaux comme moyen de surmonter les obstacles à l'innovation. Par exemple, environ 1 entreprise sur 5 (22,3 %) a fait appel aux programmes gouvernementaux pour surmonter les obstacles liés au financement externe. De plus, 4,4 % des entreprises ont demandé du soutien gouvernemental pour surmonter les obstacles relatifs à la taille du marché.

  Note aux lecteurs

L'Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise (EISE) de 2019 est une initiative conjointe de Statistique Canada, d'Innovation, Sciences et Développement économique Canada, d'Affaires mondiales Canada, de la Banque du Canada, de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique, de l'Institut de la statistique du Québec et du ministère du Développement économique, de la Création d'emplois et du Commerce de l'Ontario.

L'EISE est la principale source de données sur l'innovation des entreprises au sein de l'économie canadienne. Entre la diffusion des résultats de l'EISE de 2017 et des résultats de l'EISE de 2019, la définition d'innovation a été légèrement modifiée.

En raison des modifications apportées à la terminologie et au contenu entre les cycles précédents de l'EISE et celui de 2019, il convient de faire preuve de prudence au moment d'établir des comparaisons à des niveaux d'agrégation plus détaillés.

Les données pour les périodes de référence de 2015 à 2017 et de 2017 à 2019 sont accessibles par secteur, selon le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord; par taille d'entreprise; et par région économique, selon la Classification géographique type.

Les données de l'EISE de 2009 et de 2012 peuvent être consultées dans des tableaux archivés (Numéro au catalogue12-604-X).

Définitions

Définition de l'innovation pour l'EISE de 2019 : Une innovation désigne un produit ou un processus (ou une combinaison des deux) nouveau ou amélioré qui diffère sensiblement des produits ou processus précédents d'une unité et a été mis à la disposition d'utilisateurs potentiels (produit) ou mis en œuvre par l'unité (processus) [source : Manuel d'Oslo, 4e édition, page 20].

Définition de l'innovation pour l'EISE de 2017 : Une innovation est la mise en œuvre d'un produit (bien ou service) ou d'un procédé nouveau ou sensiblement amélioré, d'une nouvelle méthode de commercialisation ou d'une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques de l'entreprise, l'organisation du lieu de travail ou les relations extérieures [source : Manuel d'Oslo, 3e édition, page 54].

Petite entreprise : Entreprise comptant un effectif de 20 à 99 employés.

Grande entreprise : Entreprise comptant un effectif 250 employés ou plus.

Innovation de bien ou de service : Un bien ou service nouveau ou amélioré qui diffère sensiblement des biens ou services existants de l'entreprise en ce qui concerne ses caractéristiques, ses fonctions ou son rendement, et qui a été introduit sur le marché.

Innovation de procédé opérationnel : Un procédé nouveau ou amélioré pour une ou plusieurs activités ou fonctions de l'entreprise, qui diffère sensiblement des procédés existants de l'entreprise et qui a été mis en œuvre par l'entreprise dans ses activités internes ou externes.

Région de l'Atlantique : Elle comprend Terre-Neuve-et-Labrador, l'Île-du-Prince-Édouard, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick.

Reste du Canada : Il comprend le Manitoba, la Saskatchewan, l'Alberta, la Colombie-Britannique, le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut.

Avantages liés à la production fondée sur l'utilisation efficace des ressources : Ces avantages comprennent 1) l'amélioration de l'efficacité environnementale par la réduction de l'utilisation de matériaux par unité de production; 2) l'amélioration de l'efficacité environnementale par la réduction de la consommation d'énergie par unité de production; 3) l'amélioration de l'efficacité environnementale par le remplacement de matériaux par des matériaux moins polluants sur le plan des émissions de gaz à effet de serre; 4) la réduction de la consommation de ressources (eau, déchets ou matériaux) au moyen du recyclage; et 5) les carburants renouvelables (éthanol, biodiesel, biogaz, biocharbon, hydrogène).

Avantages liés à l'augmentation des activités de protection de l'environnement : Ces avantages comprennent 1) la réduction de la pollution atmosphérique, de la pollution de l'eau, de la pollution du sol ou de la pollution par le bruit; et 2) la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Avantages liés au consommateur ou à l'utilisateur final : Ces avantages comprennent 1) la réduction de la consommation d'énergie ou l'augmentation de l'efficacité énergétique pour le consommateur ou l'utilisateur final; 2) la réduction de la consommation de matériaux ou l'augmentation du recyclage pour le consommateur ou l'utilisateur final; 3) la réduction de la pollution atmosphérique, de la pollution de l'eau, de la pollution du sol ou de la pollution par le bruit pour le consommateur ou l'utilisateur final; et 4) la réduction des émissions de gaz à effet de serre pour le consommateur ou l'utilisateur final.

Références

OECD/Eurostat (2018), Manuel d'Oslo 2018 : Lignes directrices pour le recueil, la communication et l'utilisation des données sur l'innovation, 4ème édition, Mesurer les activités scientifiques, technologiques et d'innovation, Édition de l'OCDE, Paris.

OECD/Eurostat (2005), Manuel d'Oslo : Principes directeurs pour le recueil et l'interprétation des données sur l'innovation, 3e édition, La mesure des activités scientifiques et technologiques, Édition de l'OCDE, Paris.

Produits

Aujourd'hui, Statistique Canada lance un nouveau tableau de bord interactif pour l'Enquête sur la connaissance et l'utilisation de la propriété intellectuelle afin de célébrer la Journée mondiale de la propriété intellectuelle. À l'aide de cet outil, les utilisateurs de données peuvent explorer différentes dimensions de la propriété intellectuelle selon les caractéristiques des entreprises.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :