Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Cotisations aux régimes enregistrés d'épargne-retraite, 2019

Diffusion : 2021-03-09

Un peu plus de 5,9 millions de Canadiens ont cotisé à un régime enregistré d'épargne-retraite (REER) en 2019, en baisse de 1,5 % par rapport à l'année précédente. Toutefois, le montant de leur cotisation a augmenté de 1,8 % pour atteindre 44,3 milliards de dollars, et la contribution médiane s'est établie à 3 260 $. Les chiffres des cotisations figurant dans le présent communiqué pourraient être influencés par les changements apportés aux règles relatives à l'impôt spécifiquement pour l'année d'imposition 2019, lesquelles ont permis la production tardive des déclarations de revenus en raison de la pandémie de COVID-19 (voir la « Note aux lecteurs » pour obtenir plus de renseignements).

Les données sur les régimes enregistrés d'épargne-retraite (REER) sont tirées de la version préliminaire du Fichier des familles T1. Bien que les données du présent communiqué ne reflètent pas encore l'incidence possible de la pandémie de COVID-19 sur les cotisations à un REER, elles apportent un éclairage utile sur le bien-être économique des Canadiens avant la pandémie et pourraient servir de base pour mesurer l'incidence de celle-ci sur divers aspects de l'économie à l'avenir.

Les cotisations à un régime enregistré d'épargne-retraite augmentent dans la plupart des provinces et des territoires

Les cotisations à un REER ont augmenté dans sept provinces et deux territoires en 2019, et les hausses les plus marquées ont été enregistrées dans les Territoires du Nord-Ouest (+4,9 %), au Québec (+4,3 %) et au Yukon (+3,1 %). Les reculs les plus prononcés ont été observés en Nouvelle-Écosse (-15,1 %), au Nunavut (-5,7 %) et en Saskatchewan (-4,7 %).

La forte baisse observée en Nouvelle-Écosse a fait suite à l'augmentation de 23,4 % enregistrée en 2018, laquelle était principalement attribuable à un paiement unique pour long service dans certaines parties du secteur public provincial. Ces indemnités étaient considérées comme des salaires, mais les employés ayant des droits de cotisation inutilisés pouvaient réduire leur taux d'imposition en contribuant à leur REER. Malgré le recul marqué observé en 2019, les cotisations au REER en Nouvelle-Écosse (785 millions de dollars) sont restées supérieures au niveau enregistré en 2017 (749 millions de dollars).

À l'échelle nationale, la cotisation médiane en 2019 s'est établie à 3 260 $, en hausse de 4,2 % par rapport à l'année précédente. Les cotisations médianes ont varié entre 3 900 $ au Nunavut et 2 400 $ au Manitoba, et elles ont affiché les hausses les plus marquées dans les Territoires du Nord-Ouest (+6,3 % pour se situer à 3 520 $) et en Ontario (+6,1 % pour atteindre 3 500 $).

Même si les cotisations totales (+1,1 %) et médianes (+2,0 %) au REER ont augmenté en Alberta en 2019, elles y ont progressé de façon moins marquée que dans les autres grandes provinces (Québec, Ontario et Colombie-Britannique), ce qui reflète en partie l'effondrement du secteur de l'énergie à la suite de la forte baisse des prix du pétrole en 2014.

Vancouver et Toronto affichent les cotisations médianes les plus élevées parmi les régions métropolitaines de recensement

Vancouver (4 300 $) et Toronto (4 200 $) ont enregistré les cotisations REER médianes les plus élevées parmi les régions métropolitaines de recensement (RMR) en 2019. Elles ont été suivies de Calgary (4 090 $) et de St. John's (4 000 $). Les RMR de Belleville et de Winnipeg ont affiché les cotisations médianes les plus faibles (2 400 $ toutes les deux).

Les déclarants de la RMR de Québec (30,1 %) étaient les plus susceptibles de cotiser à un REER en 2019, suivis de ceux de Calgary (26,6 %) et de Montréal (26,0 %). Les déclarants d'Abbotsford–Mission (17,2 %), de Belleville (17,6 %) et de St. Catharines–Niagara (17,7 %) étaient, quant à eux, les moins susceptibles de cotiser à un REER.

Les niveaux de revenu sont un facteur évident dans les taux de cotisation au REER

Plus de la moitié (53,8 %) des déclarants ayant un revenu total de plus de 80 000 $ ont cotisé à un REER en 2019. Cette situation peut refléter une plus grande possibilité d'épargner pour les personnes à revenu élevé, mais elle découle également des incitations fiscales du REER : l'objectif est de réduire l'impôt sur le revenu payé à des taux élevés en cotisant à un REER au cours des années à revenu élevé et en espérant effectuer des retraits à un taux d'imposition plus faible à l'avenir.

Les travailleurs d'âge moyen sont les plus susceptibles de cotiser à un REER

Les déclarants âgés de 45 à 54 ans sont les plus susceptibles de cotiser à un REER; plus d'un tiers d'entre eux (36,3 %) l'ont fait en 2019. Un moins grand nombre de déclarants dans le groupe des 35 à 44 ans (32,6 %) et dans celui des 55 à 64 ans (30,7 %) ont cotisé à un REER.

Les déclarants des groupes d'âge plus jeunes étaient moins susceptibles de cotiser à un REER, étant donné que d'autres besoins de dépenses se font concurrence pour les ressources et que les avantages fiscaux de cotiser à un REER peuvent être moindres en raison de leur revenu plus faible. En 2019, près de 1 déclarant sur 4 âgé de 25 à 34 ans (23,0 %) a cotisé à un REER.





  Note aux lecteurs

Les présentes données sont tirées de la version préliminaire du Fichier des familles T1 (données des déclarants).

La prolongation des délais pour la production de déclarations de revenus et le paiement des impôts sans pénalité accordée par l'Agence du revenu du Canada a eu une incidence sur l'exhaustivité des données provisoires relatives à l'impôt sur le revenu de 2019 utilisées dans ce communiqué. Le nombre de déclarants figurant dans les données préliminaires d'impôt, en général les particuliers qui ont rempli leur déclaration d'impôt avant le mois de septembre, a légèrement diminué de 0,8 % en 2019, alors que le nombre de déclarants dans le fichier préliminaire d'impôt a augmenté en moyenne de 1,3 % par an depuis 2009. Cette diminution observée en 2019 est probablement attribuable à un certain nombre de déclarants potentiels qui ne figurent pas encore dans les données fiscales en raison de productions de déclaration tardives. Par conséquent, il faut faire preuve de prudence lors de l'interprétation des variations modérées des chiffres et des montants agrégés de 2018 à 2019.

Le régime enregistré d'épargne-retraite (REER) permet au titulaire ou à son conjoint ou sa conjointe de verser des cotisations déductibles d'impôt à un compte individuel d'épargne et de placement. Pour avoir le droit de cotiser à un REER, un déclarant doit avoir des droits inutilisés d'années antérieures ou de nouveaux droits résultant de revenus admissibles de l'année précédente (généralement des revenus d'emploi).

Le plafond des REER correspond à 18 % du revenu gagné de l'année fiscale précédente jusqu'à un maximum fixe, moins les ajustements de pension, plus tout droit inutilisé reporté. Le maximum fixe en 2019 était de 26 500 $, comparativement à 26 230 $ en 2018. Le revenu gagné dans le compte s'accumule en franchise d'impôt, mais les retraits, qui sont permis en tout temps, sont assujettis à l'impôt.

Les cotisations peuvent être versées, et les droits de cotisation inutilisés peuvent être reportés aux années suivantes, jusqu'à l'âge de 71 ans. À ce moment-là, le REER est fermé, et son titulaire peut choisir de payer l'impôt sur la pleine valeur des avoirs détenus dans le REER, ou bien de convertir son REER en un fonds enregistré de revenu de retraite. Il s'agit d'un autre type de compte d'épargne, qui permet à son titulaire de différer une partie de son revenu au fil du temps, sous réserve de retraits minimums.

Les montants en dollars figurant dans le présent communiqué sont exprimés en dollars courants et ne sont pas corrigés en fonction de l'inflation.

Toutes les données figurant dans le présent communiqué ont été établies conformément à la Classification géographique type de 2016 qui a été utilisée dans le cadre du Recensement de 2016.

Une région métropolitaine de recensement (RMR) est formée d'une ou de plusieurs municipalités adjacentes situées autour d'un centre de population (aussi appelé le noyau). Une RMR doit avoir une population totale d'au moins 100 000 habitants, et son noyau doit compter au moins 50 000 habitants.

Produits

Le document « Guide de référence technique pour les estimations préliminaires du Fichier de familles T1 (FFT1) » (Numéro au catalogue11260001) renferme des renseignements sur la méthodologie, les concepts et la qualité relatifs aux données disponibles dans cette diffusion.

Les données sur les Cotisants à un REER (Numéro au catalogue17C0006, prix variés) sont maintenant offertes pour le Canada, les provinces et les territoires, les régions économiques, les divisions de recensement, les régions métropolitaines de recensement, les agglomérations de recensement, les secteurs de recensement ainsi que pour les régions basées la géographie postale. Ces services personnalisés sont offerts sur demande. Un tableau associé à cette diffusion est offert gratuitement sur le site Web de Statistique Canada pour le Canada, les provinces et les territoires, les régions métropolitaines de recensement et les agglomérations de recensement.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :