Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Emploi, rémunération et heures de travail, septembre 2020

Diffusion : 2020-11-26

Rémunération hebdomadaire moyenne – Canada

1 110,69 $

Septembre 2020

6,9 % hausse

(variation sur 12 mois)

Rémunération hebdomadaire moyenne – T.-N-L.

1 099,07 $

Septembre 2020

3,8 % hausse

(variation sur 12 mois)

Rémunération hebdomadaire moyenne – Î.-P.-É.

953,07 $

Septembre 2020

8,5 % hausse

(variation sur 12 mois)

Rémunération hebdomadaire moyenne – N.-É.

956,53 $

Septembre 2020

5,0 % hausse

(variation sur 12 mois)

Rémunération hebdomadaire moyenne – N.-B.

1 002,16 $

Septembre 2020

5,8 % hausse

(variation sur 12 mois)

Rémunération hebdomadaire moyenne – Qc

1 048,36 $

Septembre 2020

7,6 % hausse

(variation sur 12 mois)

Rémunération hebdomadaire moyenne – Ont.

1 151,16 $

Septembre 2020

8,3 % hausse

(variation sur 12 mois)

Rémunération hebdomadaire moyenne – Man.

987,66 $

Septembre 2020

2,7 % hausse

(variation sur 12 mois)

Rémunération hebdomadaire moyenne – Sask.

1 099,18 $

Septembre 2020

5,2 % hausse

(variation sur 12 mois)

Rémunération hebdomadaire moyenne – Alb.

1 204,26 $

Septembre 2020

2,5 % hausse

(variation sur 12 mois)

Rémunération hebdomadaire moyenne – C.-B.

1 092,80 $

Septembre 2020

8,4 % hausse

(variation sur 12 mois)

Rémunération hebdomadaire moyenne – Yn

1 278,36 $

Septembre 2020

8,4 % hausse

(variation sur 12 mois)

Rémunération hebdomadaire moyenne – T.N.-O.

1 480,88 $

Septembre 2020

4,2 % hausse

(variation sur 12 mois)

Rémunération hebdomadaire moyenne – Nt

1 431,46 $

Septembre 2020

-0,0 % baisse

(variation sur 12 mois)

Les données de septembre de l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH) sont maintenant accessibles. Cette enquête fournit des données mensuelles sur l'emploi salarié, la rémunération et les heures travaillées au Canada, et dans les provinces et territoires.

Au début de septembre, au moment où les familles canadiennes s'adaptaient aux nouvelles routines de la rentrée scolaire, les restrictions en matière de santé publique avaient été considérablement assouplies partout au pays et un grand nombre de commerces et de lieux de travail avaient rouvert. Tout au long du mois, cependant, des mesures de santé publique ciblées ont été remises en place en réponse aux augmentations du nombre de cas de COVID-19. En Colombie-Britannique, de nouvelles règles et directives concernant les bars et les restaurants sont entrées en vigueur le 8 septembre. En Ontario, les limites imposées relativement aux rassemblements ont été resserrées dans les zones chaudes de Toronto, Peel et Ottawa le 17 septembre et, dans le reste de la province, le 19 septembre.

L'EERH brosse un tableau du nombre d'employés salariés, c'est-à-dire le nombre de personnes qui reçoivent une rémunération ou des avantages sociaux (revenu de travail) au cours d'un mois donné. Cette enquête exclut les travailleurs autonomes de même que les propriétaires et les associés des entreprises non constituées en société et des bureaux voués à l'exercice d'une profession libérale ainsi que les employés du secteur agricole. Conjointement aux données de l'Enquête sur la population active (EPA), les données de l'EERH aident à comprendre les conditions du marché de l'emploi, en grande partie en fournissant des statistiques détaillées sur les sous-secteurs et les industries.

La reprise de l'emploi salarié se poursuit en septembre

En septembre, le nombre d'employés recevant une rémunération ou des avantages sociaux de leur employeur, appelés « employés salariés » dans le cadre de l'EERH, a progressé de 337 500 (+2,2 %). Cette hausse a fait suite à une augmentation d'environ 1,8 million d'emplois salariés de juin à août, et a porté la variation totale de l'emploi salarié depuis février à une baisse de 1,2 million (-7,3 %).

Graphique 1  Graphique 1: Le nombre d'emplois salariés augmente de plus de 300 000 pour le deuxième mois consécutif en septembre
Le nombre d'emplois salariés augmente de plus de 300 000 pour le deuxième mois consécutif en septembre

L'emploi total, tel que mesuré par l'EPA, a progressé de 378 000 (+2,1 %) en septembre, ce qui l'a porté à 720 000 (-3,7 %) de son niveau observé en février.

L'emploi salarié progresse dans toutes les provinces

Le nombre d'emplois salariés a augmenté dans toutes les provinces en septembre, et les hausses les plus marquées ont été enregistrées au Nouveau-Brunswick (+3,3 %; +10 200), à l'Île-du-Prince-Édouard (+3,0 %; +1 900), en Colombie-Britannique (+2,5 %; +52 300) et en Ontario (+2,4 %; +142 400).

Conformément aux résultats de l'EPA du mois de septembre, les niveaux d'emploi observés en Alberta (-9,1 %; -182 700), en Ontario (-8,5 %; -565 500) et en Colombie-Britannique (-7,9 %; -185 600) étaient parmi les plus éloignés des niveaux observés avant la COVID-19.

La croissance de l'emploi ralentit pour les employés rémunérés à l'heure

Environ trois quarts de la baisse de l'emploi salarié survenue de février à mai 2020 ont été enregistrés chez les employés rémunérés à l'heure, alors que ces derniers représentaient moins de 60 % de l'ensemble des employés salariés en 2019. Les employés rémunérés à l'heure tendent à gagner considérablement moins que les employés payés à salaire fixe; en février 2020, par exemple, les employés payés à salaire fixe ont gagné en moyenne 1 410 $ par semaine, tandis que les employés rémunérés à l'heure ont gagné en moyenne 800 $ par semaine.

En septembre, la croissance de l'emploi salarié a été plus faible chez les employés rémunérés à l'heure (+0,6 %; +54 900) que chez les employés payés à salaire fixe (+3,2 %; +177 700). Le nombre d'employés rémunérés à l'heure s'est situé à 9,4 % (-923 100) en deçà de son niveau observé avant la COVID-19, tandis que le nombre d'employés payés à salaire fixe a été inférieur de 3,8 % (-225 100) à son niveau observé avant la COVID-19. Les services d'hébergement et de restauration ainsi que les arts, les spectacles et les loisirs, les deux secteurs les plus durement touchés par les restrictions en matière de santé publique, ont une proportion élevée d'employés rémunérés à l'heure (88,4 % et 75,7 % respectivement en 2019) et sont parmi les secteurs dont les emplois sont les moins bien rémunérés.

Graphique 2  Graphique 2: La croissance de l'emploi salarié ralentit chez les employés rémunérés à l'heure
La croissance de l'emploi salarié ralentit chez les employés rémunérés à l'heure

Le nombre total d'heures travaillées continue d'augmenter

Le total des heures travaillées a continué de progresser en septembre, en hausse de 1,6 %. Cette croissance a porté le total des heures travaillées à 6,0 % en deçà de son niveau observé en février avant la COVID-19.

Par rapport à un mois plus tôt, le nombre moyen d'heures travaillées par semaine a légèrement augmenté, s'établissant à 33,5 heures en septembre, soit plus qu'en février, au moment où les employés salariés ont travaillé en moyenne 33,0 heures par semaine.

La rémunération hebdomadaire moyenne varie peu

La rémunération hebdomadaire moyenne a peu varié en septembre, s'établissant à 1 111 $. Par rapport à un an plus tôt, toutefois, elle a augmenté de 6,9 %, les pertes d'emplois enregistrées tout au long de la crise économique liée à la COVID-19 ayant davantage touché les employés faiblement rémunérés.

La croissance de l'emploi salarié se poursuit tant dans le secteur des services que dans le secteur des biens

En septembre, le nombre d'emplois salariés a continué de se redresser tant dans le secteur des services (+2,4 %; +295 000) que dans le secteur des biens (+1,2 %; +33 800). Dans le secteur des services, les hausses étaient généralisées, et l'augmentation mensuelle la plus marquée a été enregistrée dans les services d'hébergement et de restauration (+48 000). Dans le secteur des biens, la croissance a ralenti de façon notable en septembre après avoir augmenté de 2,1 % au cours du mois précédent, et des hausses ont été enregistrées dans la construction (+18 700) ainsi que dans la fabrication (+13 800).

En septembre, l'emploi salarié dans le secteur des services et le secteur des biens s'est situé à 7,7 % et 5,8 % en deçà du niveau observé avant la COVID-19.

Le secteur des arts, des spectacles et des loisirs et celui des services d'hébergement et de restauration continuent d'enregistrer la croissance la plus forte

En septembre, la plus forte croissance de l'emploi salarié par rapport au mois précédent a été enregistrée dans le secteur des arts, des spectacles et des loisirs (+7,9 %; +15 700) et dans celui des services d'hébergement et de restauration (+5,0 %; +48 000), poursuivant ainsi la tendance observée au cours des derniers mois. En dépit de ces hausses, ces deux secteurs sont aussi demeurés les plus éloignés de leur niveau d'emploi de février (-31,5 % et -25,2 %, respectivement), puisqu'ils ont été parmi les secteurs les plus durement touchés par les restrictions en matière de santé publique.

De la mi-septembre à la fin du mois d'octobre, Statistique Canada a mené l'Enquête canadienne sur la situation des entreprises pour recueillir des données sur les répercussions de la pandémie sur les entreprises tout au long de l'été, et sur les perspectives d'avenir des entreprises. Environ le tiers des entreprises des arts, des spectacles et des loisirs (29,4 %) et des services d'hébergement et de restauration (29,2 %) ont déclaré qu'elles pourraient poursuivre leurs activités à leur niveau actuel de revenus et de dépenses pendant moins de six mois avant d'envisager d'autres mesures relatives au personnel, la fermeture ou la faillite. Cette proportion était nettement plus élevée que la moyenne de 17,5 % enregistrée pour l'ensemble des entreprises.

Le rythme de la reprise de l'emploi demeure vigoureux dans le secteur de l'industrie de l'information et de l'industrie culturelle

La troisième augmentation en importance du nombre d'emplois salariés observée en septembre a été enregistrée dans le secteur de l'industrie de l'information et de l'industrie culturelle (+4,6 %; +14 700). Cette hausse a fait suite à une augmentation similaire enregistrée en août (+4,9 %), et a porté l'emploi dans ce secteur à 3,5 % de son niveau observé en février.

Au sein du secteur, la quasi-totalité de la croissance observée en septembre a été enregistrée dans les industries du film et de l'enregistrement sonore (+27,6 %; +12 800). L'emploi dans ce sous-secteur a reculé de 53,4 % de février à juin, ce qui en a fait, et de loin, le sous-secteur le plus durement touché dans l'industrie de l'information et l'industrie culturelle. Malgré une hausse en septembre, l'emploi dans les industries du film et de l'enregistrement sonore s'est situé 13,9 % en deçà de son niveau observé en février. En revanche, le sous-secteur des services de traitement de données, de l'hébergement de données et des services connexes — qui comprend, par exemple, les services d'hébergement de sites Web et les services de diffusion audio et vidéo en continu — a enregistré très peu de pertes d'emplois salariés pendant l'arrêt initial de l'activité économique au printemps et son niveau d'emploi observé en septembre a dépassé de 3,6 % son niveau de février. De même, dans les télécommunications — le plus important sous-secteur du secteur de l'industrie de l'information et de l'industrie culturelle — l'emploi a peu varié en septembre par rapport à février, ayant reculé de 2,6 % au moment de son creux le plus récent enregistré en juin.

La rémunération hebdomadaire moyenne dans l'industrie de l'information et l'industrie culturelle s'est établie à 1 543 $ en septembre, en hausse de 14,1 % par rapport à un an plus tôt, en grande partie en raison de l'augmentation de la rémunération hebdomadaire moyenne dans les industries du film et de l'enregistrement sonore.

L'emploi dans les soins de santé et l'assistance sociale se rapproche du niveau de février

Parmi les secteurs des services, le nombre d'emplois salariés était le plus près d'un redressement dans les soins de santé et l'assistance sociale en septembre (-1,4 %). D'un mois à l'autre, le nombre d'emplois salariés dans ce secteur a augmenté pour une quatrième fois consécutive, en hausse de 1,8 % (+35 100) par rapport à août. La majeure partie de la hausse mensuelle a été observée dans les services de soins de santé ambulatoires et dans l'assistance sociale.

En septembre, alors que l'emploi salarié s'était redressé ou presque redressé dans les services de soins de santé ambulatoires (+0,2 % par rapport à février), les hôpitaux (-1,3 %), et les établissements de soins infirmiers et de soins pour bénéficiaires internes (+3,8 %), il était de 10,1 % en deçà de son niveau de février dans l'assistance sociale. Cela est en grande partie attribuable aux services de garde d'enfants, où l'emploi en septembre était encore en baisse de 13,1 %, malgré la hausse de 9 500 (+7,6 %) enregistrée au cours du mois. Si la plupart des entreprises dans cette industrie ont pu rouvrir en septembre, elles continuent de faire face à des mesures strictes de santé et de sécurité.

La rémunération hebdomadaire moyenne dans les soins de santé et l'assistance sociale s'est élevée à 1 013 $ en septembre, en hausse de 7,6 % par rapport à 12 mois plus tôt.

Les services professionnels, scientifiques et techniques enregistrent une quatrième hausse mensuelle consécutive de l'emploi

L'emploi salarié a augmenté pour le quatrième mois consécutif dans les services professionnels, scientifiques et techniques, en hausse de 1,8 % (+17 300) en septembre, ce qui a rapproché l'emploi dans ce secteur de son niveau de février (-3,4 %). Au sein du secteur, le nombre d'emplois salariés dans la conception de systèmes informatiques et les services connexes ainsi que dans les services de recherche et de développement scientifiques s'est complètement redressé après la baisse enregistrée au printemps. En revanche, le nombre d'employés dans la publicité, les relations publiques et les services connexes (-15,7 %) ainsi que dans les services de design spécialisés (-11,0 %) était le plus éloigné des niveaux observés en février.

La rémunération hebdomadaire moyenne dans les services professionnels, scientifiques et techniques a augmenté de 3,2 % par rapport à un an plus tôt pour atteindre 1 517 $ en septembre. Ce secteur est parmi ceux dont les emplois sont les mieux rémunérés au Canada.

Le secteur de la fabrication poursuit sa reprise en septembre, mais à un rythme plus lent que dans les mois précédents

L'emploi salarié a augmenté de 13 800 (+0,9 %) dans le secteur de la fabrication en septembre. La reprise de l'emploi dans ce secteur a ralenti en septembre, après une croissance de 2,0 % en août et 3,2 % en juillet. Le niveau d'emploi observé en septembre était de 5,2 % en deçà du niveau observé en février. Au point le plus bas en mai, le niveau d'emploi salarié dans le secteur de la fabrication était de 15,9 % en deçà du niveau de février.

Graphique 3  Graphique 3: La croissance du nombre d'emplois salariés ralentit dans le secteur de la fabrication
La croissance du nombre d'emplois salariés ralentit dans le secteur de la fabrication

L'emploi dans le secteur de la fabrication ne s'est pas redressé au même rythme dans tous les sous-secteurs. L'emploi salarié dans la fabrication d'aliments a augmenté de 2 100 (+0,9 %) en septembre, ce qui a porté le niveau d'emploi dans ce sous-secteur à 3,3 % en deçà de son niveau de février. L'emploi dans les activités de fabrication diverses a aussi progressé, en hausse de 1 700 (+3,3 %), ce qui a porté son niveau à 3,3 % en deçà de son niveau de février. Plus précisément, dans ce sous-secteur, l'emploi dans la fabrication de fournitures et de matériel médicaux a augmenté de 500 (+2,2 %) en septembre, dépassant son niveau observé avant la COVID-19 en février. Certaines entreprises dans ce sous-secteur ont fabriqué de l'équipement de protection individuelle. La reprise n'a pas été aussi rapide dans d'autres sous-secteurs, comme celui de la fabrication de vêtements, qui était de 13,9 % en deçà de son niveau d'emploi observé en février.

La rémunération hebdomadaire moyenne dans le secteur de la fabrication s'est établie à 1 154 $ en septembre, ce qui est presque inchangé par rapport à 12 mois plus tôt.

La progression de l'emploi dans la construction se poursuit pour le cinquième mois consécutif

Dans le secteur de la construction, l'emploi salarié a progressé pour le cinquième mois consécutif, en hausse de 18 700 (+1,9 %), sous l'effet des augmentations enregistrées par les entrepreneurs spécialisés (+11 900; +2,0 %) et dans la construction de bâtiments (+5 300; +2,3 %). Les hausses notables du nombre d'emplois enregistrées dans la construction résidentielle (+4 700; +3,6 %) ont continué à contribuer le plus à la progression observée dans la construction de bâtiments. Comme l'a indiqué le communiqué sur l'investissement en construction de bâtiments, l'investissement a continué de croître dans le secteur résidentiel en septembre (+1,6 %), tandis qu'il a diminué dans la construction non résidentielle (-8,5 %).

Certaines industries de la construction se sont redressées plus rapidement que d'autres. Le nombre d'emplois dans la construction de routes, de rues et de ponts a augmenté de 1 000 (+2,0 %) en septembre, ce qui a porté l'emploi dans cette industrie à 3,2 % en deçà de son niveau de février. En revanche, l'emploi dans la construction d'installations de services publics s'est situé à 11,7 % en deçà de son niveau de février. Le niveau d'emploi dans le secteur de la construction dans son ensemble s'est situé à 6,6 % en deçà de son niveau de février.

Dans le secteur de la construction, les hausses d'emploi d'un mois à l'autre ont été les plus fortes au Nouveau-Brunswick (+3,0 %), en Nouvelle-Écosse (+2,7 %) et à l'Île-du-Prince-Édouard (+2,6 %). La rémunération hebdomadaire moyenne dans ce secteur s'est établie à 1 348 $ en septembre, en hausse de 4,3 % par rapport à 12 mois plus tôt.

Regard vers l'avenir

Les résultats de l'EPA d'octobre — qui ont rendu compte des conditions sur le marché du travail pendant la semaine allant du 11 au 17 octobre — ont montré que la reprise de l'emploi a ralenti dans certains secteurs après que plusieurs provinces ont resserré leurs mesures de santé publique en réponse à une recrudescence des cas de COVID-19. Contrairement à l'arrêt généralisé de l'activité économique imposé en mars et en avril, ces mesures ont ciblé les entreprises et commerces où le risque de propagation de la COVID-19 est présumé être plus élevé, y compris les restaurants intérieurs et les bars ainsi que les installations de loisirs. Les résultats de l'EERH d'octobre, qui seront diffusés le 22 décembre, fourniront davantage de renseignements sur les sous-secteurs et les industries les plus touchés par la remise en place et le resserrement des restrictions en matière de santé publique.



Objectifs liés au développement durable

Le 1er janvier 2016, des pays du monde entier ont officiellement commencé à mettre en œuvre le Programme de développement durable à l'horizon 2030, le plan d'action des Nations Unies axé sur la transformation qui vise à relever des défis mondiaux urgents au cours des 15 prochaines années. Ce plan se fonde sur 17 objectifs précis liés au développement durable.

L'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail est un exemple de la manière dont Statistique Canada appuie le suivi des progrès relatifs aux objectifs mondiaux liés au développement durable. Le présent communiqué contribuera à mesurer les objectifs suivants :

  Note aux lecteurs

Le principal objectif de l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH) est de dresser un portrait mensuel du niveau de rémunération, de l'emploi et des heures travaillées selon des catégories d'industrie détaillées, à l'échelle du pays, des provinces et des territoires.

Les estimations de l'EERH sont produites en intégrant les données de trois sources : un recensement d'environ 1 million de retenues salariales fournies par l'Agence du revenu du Canada; l'Enquête sur la rémunération auprès des entreprises, qui permet de recueillir des données auprès d'un échantillon de 15 000 établissements; et les dossiers administratifs d'emploi dans les administrations publiques fédérale, provinciales et territoriales fournis par ces ordres de gouvernement.

Les estimations de la rémunération et des heures de travail hebdomadaires moyennes proviennent d'un échantillon et sont donc sujettes à la variabilité d'échantillonnage. La présente analyse porte sur les différences entre les estimations qui sont statistiquement significatives à un niveau de confiance de 68 %. Les estimations de l'emploi salarié sont fondées sur un recensement de données administratives et ne sont pas sujettes à la variabilité d'échantillonnage.

Au moment de chaque diffusion des données de l'EERH, les données du mois précédent sont révisées. Les utilisateurs sont priés d'utiliser les données les plus à jour pour chaque mois.

Statistique Canada produit aussi des estimations de l'emploi à partir de l'Enquête sur la population active (EPA). L'EPA est une enquête-ménage mensuelle dont le principal objectif est de répartir la population en âge de travailler en trois catégories qui s'excluent mutuellement, à savoir les personnes occupées (y compris les travailleurs autonomes), les chômeurs et les inactifs. Cette enquête est la source d'information officielle du taux de chômage, et elle permet de recueillir des données sur les caractéristiques sociodémographiques de l'ensemble de la population sur le marché du travail.

En raison de différences conceptuelles et méthodologiques, les estimations portant sur les variations dans l'EERH et l'EPA divergent de temps en temps. Toutefois, les tendances dont rendent compte les données sont semblables. Pour mieux comprendre les différences conceptuelles entre les estimations de l'emploi provenant de l'EPA et celles provenant de l'EERH, veuillez consulter la section 8 du Guide de l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (Numéro au catalogue72-203-G).

À moins d'indication contraire, les données figurant dans le présent communiqué sont désaisonnalisées, ce qui facilite les comparaisons, car les effets des variations saisonnières sont supprimés. Pour obtenir de plus amples renseignements sur la désaisonnalisation, veuillez consulter la page Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Les données sur l'emploi salarié non agricole portent sur l'ensemble des salariés rémunérés à l'heure et des employés à salaire fixe, ainsi que sur la catégorie « autres salariés », qui comprend les travailleurs payés à la pièce et ceux payés seulement à la commission.

À moins d'indication contraire, les données sur le nombre moyen d'heures travaillées par semaine portent seulement sur les salariés rémunérés à l'heure et les employés à salaire fixe, et excluent les entreprises qui n'ont pas pu être classées selon un code du Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN).

Toutes les données sur la rémunération comprennent les heures supplémentaires et excluent les entreprises qui n'ont pas pu être classées selon un code du SCIAN. Les données sur la rémunération correspondent à la rémunération brute avant les retenues à la source. La rémunération hebdomadaire moyenne est obtenue en divisant les gains hebdomadaires totaux par le nombre de salariés.

Tableaux de données en temps réel

Les tableaux de données en temps réel 14-10-0357-01, 14-10-0358-01, 14-10-0331-01 et 14-10-0332-01 seront mis à jour le 7 décembre.

Prochaine diffusion

Les données d'octobre sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail seront diffusées le 22 décembre.

Produits

Il est possible d'obtenir de plus amples renseignements sur les concepts et l'utilisation de l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail dans le Guide de l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (Numéro au catalogue72-203-G).

Le produit « La rémunération et l'emploi salarié en bref : appli interactive » (Numéro au catalogue14200001) est maintenant accessible. Cette application interactive de visualisation de données dresse un portrait détaillé du marché du travail canadien en utilisant les données les plus récentes de l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail. Les estimations sont désaisonnalisées et sont offertes selon la province et le principal secteur d'activité. Des estimations historiques remontant à 10 ans sont aussi comprises. Cette application interactive permet aux utilisateurs d'explorer et de personnaliser rapidement et aisément l'information présentée. Combinez plusieurs provinces et secteurs d'activité afin de créer vos propres domaines d'intérêt associés au marché du travail.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir de plus amples renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, veuillez communiquer avec nous au 514-283-8300 ou composer sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou veuillez communiquer avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :