Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Rapports sur la santé : Comprendre la santé mentale autoévaluée des Canadiens pendant la pandémie de COVID-19

Diffusion : 2020-06-24

Un peu plus de la moitié de la population canadienne âgée de 15 ans et plus (54 %) a déclaré avoir une santé mentale excellente ou très bonne pendant la pandémie de COVID-19. Une nouvelle étude diffusée aujourd'hui par Statistique Canada traite de la santé mentale autoévaluée des Canadiens et des liens entre la santé mentale et les inquiétudes par rapport à la pandémie.

Graphique 1  Graphique 1: Préoccupations de la population canadienne quant aux répercussions de la COVID-19
Préoccupations de la population canadienne quant aux répercussions de la COVID-19

Pour de nombreux Canadiens, les difficultés liées aux mesures de distanciation physique, la capacité réduite de travailler ou de contribuer à la société et la pression qu'accompagne la prestation de soins aux membres de la famille en confinement peuvent accroître les sentiments d'anxiété, de solitude et de stress. Les conséquences sur la santé mentale de la pandémie de COVID-19 peuvent être particulièrement inquiétantes pour certains groupes de population pouvant être déjà à risque d'une santé mentale moins bonne. Ce rapport dresse un portrait de la santé mentale perçue de la population canadienne en fonction de caractéristiques socioéconomiques et relatives à la santé, ainsi que des préoccupations particulières pouvant être associées à la santé mentale.

Selon les résultats, les femmes, les jeunes, les personnes souffrant de problèmes de santé physique et celles très ou extrêmement préoccupées par les tensions familiales engendrées par le confinement étaient moins susceptibles de déclarer une santé mentale excellente ou très bonne qu'une santé mentale bonne, passable ou mauvaise.

La capacité de respecter des responsabilités financières a également présenté une incidence importante. Parmi les personnes ressentant que la COVID-19 a eu une incidence mineure ou nulle sur leur capacité de respecter leurs obligations financières, 76 % ont déclaré une santé mentale excellente ou très bonne. À titre de comparaison, parmi les personnes déclarant une incidence modérée ou majeure sur leur capacité de respecter leurs obligations financières, 25 % ont déclaré une santé mentale excellente ou très bonne. Les personnes ayant un système immunitaire compromis ainsi que celles souffrant de diabète ou de problèmes de santé chroniques relatifs aux poumons, au cœur ou aux reins étaient également moins susceptibles de déclarer une meilleure santé mentale (plutôt qu'une santé mentale moins bonne).

Les résultats de l'étude semblent aussi indiquer que de nombreux Canadiens sont préoccupés par rapport à la pandémie. Environ 4 personnes sur 5 étaient extrêmement ou très inquiètes par rapport à l'engorgement du système de santé et à la santé de personnes vulnérables. Par ailleurs, les préoccupations par rapport aux répercussions de la COVID-19 différaient entre les personnes ayant déclaré une meilleure santé mentale et celles ayant déclaré une moins bonne santé mentale. Les personnes ayant déclaré une meilleure santé mentale étaient, par exemple, moins susceptibles que les personnes ayant une moins bonne santé mentale d'être très ou extrêmement préoccupées par la santé d'un membre de leur ménage, par le désordre civil ou par les tensions familiales liées au confinement.

  Note aux lecteurs

Cette étude repose sur les données de la Série d'enquêtes sur les perspectives canadiennes 1 — Répercussions de la COVID-19, qui a été mise au point pour recueillir des renseignements relatifs à la COVID-19 et ses incidences sur le marché de l'emploi, les comportements et la santé des Canadiens de 15 ans et plus vivant dans l'une des 10 provinces. Parmi les 7 242 personnes invitées à répondre à l'enquête, 4 627 personnes y ont pris part, ce qui donne un taux de réponse de 63,9 %, représentant 31 millions de Canadiens.

Produits

L'article « Comprendre la santé mentale autoévaluée de la population canadienne au cours de la pandémie de COVID-19» est accessible dans le numéro en ligne du 24 juin 2020 de Rapports sur la santé, vol. 31, no 4 (Numéro au catalogue82-003-X).

Ce numéro de Rapports sur la santé présente aussi les articles « Variation de la consommation de légumes et de fruits au Canada, de 2004 à 2015 » et « Variations provinciales des issues de la grossesse selon le pays de naissance de la mère, 2000 à 2016 ».

Il est également possible de consulter l'infographie intitulée « La consommation de légumes et de fruits chez les Canadiens : qu'est-ce qui a changé entre 2004 et 2015? », qui fait partie de la série Statistique Canada — Infographies (Numéro au catalogue11-627-M).

Coordonnées des personnes-ressources

Pour en savoir davantage sur l'article « Comprendre la santé mentale autoévaluée de la population canadienne au cours de la pandémie de COVID-19 », communiquez avec Leanne Findlay (leanne.findlay@canada.ca), Division de l'analyse de la santé.

Pour en savoir davantage sur l'article « Variation de la consommation de légumes et de fruits au Canada, de 2004 à 2015 », communiquez avec Didier Garriguet (didier.garriguet@canada.ca), Division de l'analyse de la santé.

Pour en savoir davantage sur l'article « Variations provinciales des issues de la grossesse selon le pays de naissance de la mère, 2000 à 2016 », communiquez avec Didier Garriguet (didier.garriguet@canada.ca), Division de l'analyse de la santé.

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca) ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :