Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Étude : Incidence du déclin du secteur de la fabrication sur les marchés du travail locaux au Canada

Diffusion : 2020-01-15

Il est largement reconnu que l'emploi dans le secteur de la fabrication a fléchi depuis le début des années 2000 au Canada. Cependant, la mesure dans laquelle le déclin observé dans ce secteur a entraîné une diminution des taux d'emploi et des salaires des travailleurs canadiens vivant dans les régions touchées n'a pas encore été quantifiée.

Il s'agit d'une question importante, et ce, pour plusieurs raisons. Le secteur de la fabrication était une importante source d'emploi pour les hommes moins scolarisés. La disparition d'emplois dans le secteur de la fabrication peut donc contribuer à réduire les possibilités d'emploi pour ces travailleurs, ainsi que pour les travailleurs très scolarisés.

Qui plus est, de nombreux emplois du secteur de la fabrication offraient auparavant des salaires supérieurs à la moyenne. Or, la disparition d'emplois dans ce secteur réduit les options pour les travailleurs, ce qui a pour effet de réduire leur pouvoir de négociation au moment de négocier leurs salaires. Par ailleurs, à mesure que les emplois dans le secteur de la fabrication diminuent, les possibilités d'emploi ainsi que les salaires peuvent aussi fléchir dans les industries qui vendent des produits intermédiaires aux entreprises de fabrication.

Pour ces raisons, il importe de déterminer si le déclin du secteur de la fabrication a eu pour effet de réduire les salaires et les taux d'emploi dans les marchés du travail locaux. L'étude d'aujourd'hui traite de cette question.

Le recul du secteur de la fabrication entraîne une diminution des taux d'emploi à temps plein toute l'année des hommes

À mesure que l'emploi dans le secteur de la fabrication a diminué, un nombre proportionnellement moins élevé d'hommes ont obtenu un emploi à temps plein toute l'année. De 2000 à 2015, le pourcentage d'hommes canadiens âgés de 21 à 55 ans occupant principalement un emploi à temps plein pendant au moins 48 semaines a fléchi de 5 points de pourcentage pour passer de 63,6 % en 2000 à 58,6 % en 2015.

De manière générale, la diminution des taux d'emploi des hommes à temps plein toute l'année était plus prononcée dans les régions métropolitaines de recensement (RMR) et les agglomérations de recensement (AR) qui ont connu des baisses plus marquées que la moyenne de l'importance relative du secteur de la fabrication.

Par exemple, de 2000 à 2015, les taux d'emploi à temps plein toute l'année des hommes ont fléchi de 10 points de pourcentage ou plus dans les régions de Windsor, d'Oshawa, de St. Catharines–Niagara et de Kitchener–Cambridge–Waterloo, en Ontario.

Dans ces régions, la part de la population âgée de 21 à 55 ans qui travaille dans le secteur de la fabrication a reculé de 8 points de pourcentage à 10 points de pourcentage au cours de la période de 2000 à 2015. Cela représente environ deux fois la baisse moyenne de 5 points de pourcentage observée dans l'ensemble des RMR et AR pendant cette période.

À partir des données du recensement de la population, cette étude a permis de démontrer que de 2000 à 2015, une baisse de 5 points de pourcentage de la part de la population occupant un emploi dans le secteur de la fabrication dans une RMR ou une AR donnée a entraîné, en moyenne, une diminution de 4,5 points de pourcentage des taux d'emploi à temps plein toute l'année chez les hommes vivant dans la RMR ou l'AR en question.

Ces résultats tiennent compte de plusieurs facteurs économiques, y compris l'évolution de la demande de travailleurs dans le secteur de la construction et le secteur de l'extraction de pétrole et de gaz, qui pourraient avoir eu une incidence sur les possibilités d'emploi dans diverses RMR et AR au cours de la période visée.

De plus, selon les résultats, au moins deux tiers de la baisse des taux d'emploi à temps plein toute l'année des hommes observée de 2000 à 2015 dans des RMR comme Montréal, Ottawa–Gatineau, Windsor, Oshawa, Toronto, Hamilton, St. Catharines–Niagara, Kitchener–Cambridge–Waterloo et Guelph peuvent être attribués au recul du secteur de la fabrication.

En revanche, les résultats fournissent peu de preuves permettant de conclure que la diminution de l'emploi dans le secteur de la fabrication observée depuis le début des années 2000 aurait contribué à réduire les taux d'emploi à temps plein toute l'année des femmes dans diverses RMR et AR. Les facteurs à l'origine de cette différence entre les sexes restent à déterminer.

Le déclin du secteur de la fabrication entraîne une diminution des salaires réels des hommes, plus particulièrement des hommes moins scolarisés

L'étude révèle aussi que de 2000 à 2015, une diminution de 5 points de pourcentage de la part de la population occupant un emploi dans le secteur de la fabrication dans une RMR ou une AR donnée a entraîné, en moyenne, une baisse d'au moins 6,9 % des salaires hebdomadaires réels des travailleurs de sexe masculin vivant dans les régions touchées.

Les hommes moins scolarisés ont été un peu plus touchés. Les estimations donnent à penser qu'une baisse de 5 points de pourcentage de la part de la population occupant un emploi dans le secteur de la fabrication a entraîné une diminution d'au moins 7,3 % des salaires hebdomadaires réels des hommes ayant un diplôme d'études secondaires ou un niveau de scolarité inférieur, comparativement à une diminution d'au moins 4,8 % pour leurs homologues titulaires d'un baccalauréat ou d'un grade de niveau supérieur.

Les effets estimés sont encore plus prononcés pour les jeunes hommes moins scolarisés. Selon les estimations, chez les hommes de 21 à 35 ans ayant un diplôme d'études secondaires ou moins, une baisse de 5 points de pourcentage de la part de la population occupant un emploi dans le secteur de la fabrication est associée à un recul de leurs salaires hebdomadaires réels d'au moins 8,7 %, à l'échelle de la RMR ou de l'AR.

Cette constatation, selon laquelle le déclin du secteur de la fabrication a entraîné une diminution des salaires réels des hommes, vaut même après avoir tenu compte de la possibilité que la composition de la main-d'œuvre masculine dans différentes RMR et AR puisse avoir évolué de 2000 à 2015, sous l'effet de la migration interne.

Tout comme pour les taux d'emploi à temps plein toute l'année, les données fournissent peu de preuves que le déclin du secteur de la fabrication a entraîné une diminution des salaires réels des femmes.

Des résultats similaires sont observés aux États-Unis pour les hommes

Pour faciliter les comparaisons avec les États-Unis, les auteurs de l'étude ont utilisé des méthodes statistiques, des concepts et des échantillons similaires à ceux d'une récente étude américaine menée par Charles, Hurst et Schwartz (2018).

Les principales conclusions de l'étude d'aujourd'hui sont similaires à celles de l'étude américaine pour les hommes, mais diffèrent quant aux femmes.

Comme il a été mentionné plus haut, les estimations canadiennes obtenues pendant la période de 2000 à 2015 indiquent qu'une diminution de 5 points de pourcentage de la part de la population occupant un emploi dans le secteur de la fabrication a entraîné une baisse d'au moins 6,9 % des salaires hebdomadaires réels des hommes dans les marchés du travail locaux.

Les données pour les États-Unis, fondées sur la période de 2000 à 2016, montrent une baisse estimée correspondante des salaires horaires réels des hommes d'environ 6,2 %, un pourcentage similaire à celui observé dans cette étude.

Les estimations canadiennes et américaines semblent indiquer qu'une diminution de 5 points de pourcentage de la part du secteur de la fabrication a réduit les taux d'emploi locaux des hommes d'environ 2 points de pourcentage dans les deux pays.

Toutefois, alors que les données canadiennes fournissent peu de preuves que le déclin du secteur de la fabrication a entraîné une diminution des salaires et les taux d'emploi des femmes, les données américaines donnent à penser que le déclin du secteur a eu une incidence négative similaire sur les salaires et les taux d'emploi locaux des hommes et des femmes.

Les facteurs à l'origine de cette différence entre les deux pays sont actuellement inconnus et restent à déterminer dans le cadre d'analyses empiriques subséquentes.


  Note aux lecteurs

Cette étude est fondée sur les données du Recensement de la population de 2001 et de 2016. Conformément à l'étude menée par Charles, Hurst et Schwartz (2018), l'échantillon comprend les personnes de 21 à 55 ans. L'étude se limite aux résidents des 145 régions métropolitaines de recensement (RMR) et agglomérations de recensement (AR) des 10 provinces canadiennes. Les RMR et les AR sont définies selon une base cohérente utilisant les limites de 2011.

Le taux d'emploi à temps plein toute l'année mesure le pourcentage de la population qui travaillait principalement à temps plein (c.-à-d. au moins 30 heures par semaine) pendant au moins 48 semaines au cours de l'année de référence du recensement. L'année de référence du recensement est l'an 2000 pour le Recensement de la population de 2001 et 2015 pour le Recensement de la population de 2016.

Le taux d'emploi mesure le pourcentage de la population qui occupe un emploi pendant la semaine de référence du recensement. La semaine de référence est mesurée pendant le mois de mai de 2001 et de 2016.

Les salaires hebdomadaires réels des travailleurs sont obtenus en déflatant les salaires hebdomadaires par l'Indice des prix à la consommation national (tous les éléments).

Référence :

Charles, K., E. Hurst et M. Schwartz. 2018. « The transformation of manufacturing and the decline in U.S. employment », document de travail no 24468 du National Bureau of Economic Research (en anglais seulement).

Produits

Le document de recherche « Incidence du déclin du secteur de la fabrication sur les marchés du travail locaux au Canada », qui fait partie de la Série de documents de recherche, Direction des études analytiques est maintenant disponible.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec René Morissette au 613-951-3608 (rene.morissette@canada.ca), Division de l'analyse sociale et de la modélisation.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :