Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Statistiques financières trimestrielles des entreprises, troisième trimestre de 2019

Diffusion : 2019-11-26

Bénéfices d'exploitation des sociétés canadiennes

108,6 milliards de dollars

Troisième trimestre de 2019

0,4 % hausse

(variation trimestrielle)

Les bénéfices d'exploitation des sociétés affichent une légère hausse

Les bénéfices d'exploitation des sociétés canadiennes ont poursuivi leur croissance au troisième trimestre, mais à un rythme plus lent. Les bénéfices des sociétés ont progressé légèrement de 0,4 % par rapport au deuxième trimestre pour se chiffrer à 108,6 milliards de dollars. Comparativement au troisième trimestre de 2018, les bénéfices ont reculé de 5,4 %.

Les bénéfices d'exploitation se sont accrus au cours des deux derniers trimestres faisant suite à des baisses observées au premier trimestre de 2019 et au quatrième trimestre de 2018.

Les bénéfices des sociétés non financières ont reculé de 341 millions de dollars (-0,5 %), mais cette baisse a été contrebalancée par une légère augmentation des bénéfices des sociétés financières, qui ont progressé de 729 millions de dollars (+2,2 %), ce qui a contribué à la croissance globale des bénéfices des sociétés canadiennes au cours du troisième trimestre.

Graphique 1  Graphique 1: Bénéfices d'exploitation trimestriels
Bénéfices d'exploitation trimestriels

Les bénéfices d'exploitation augmentent dans le secteur financier

Les bénéfices d'exploitation des sociétés financières ont augmenté de 2,2 % pour s'établir à 34,3 milliards de dollars au troisième trimestre, ce qui représente une deuxième hausse consécutive. Les sociétés d'assurance-vie, d'assurance-maladie et d'assurance de soins médicaux ont contribué à la croissance enregistrée au troisième trimestre, en raison d'une baisse des dépenses liées au passif actuariel.

En revanche, les bénéfices d'exploitation des coopératives de crédit et caisses populaires locales ont fléchi de 214 millions de dollars (-17,5 %) par rapport au deuxième trimestre de 2019 pour s'établir à 1,0 milliard de dollars au troisième trimestre. Ce recul est attribuable aux pertes non réalisées liées aux instruments dérivés et à une augmentation des provisions pour perte sur prêt.

Les bénéfices d'exploitation diminuent dans 10 des 13 industries de la fabrication

Dans l'ensemble, les bénéfices d'exploitation de l'industrie de la fabrication ont diminué de 896 millions de dollars (-6,3 %) au troisième trimestre pour s'établir à 13,4 milliards de dollars. Les bénéfices d'exploitation se sont repliés dans 10 des 13 industries de la fabrication.

L'industrie de la fabrication de produits du pétrole et du charbon a affiché la plus forte baisse des bénéfices d'exploitation, celles-ci ayant diminué de 418 millions de dollars (-16,9 %) pour s'établir à 2,1 milliards de dollars au troisième trimestre. Cette diminution est principalement attribuable à la baisse des prix du pétrole, aux travaux d'entretien planifiés dans certaines raffineries et à la baisse des ventes.

Les bénéfices d'exploitation générés par la fabrication du papier et de produits en bois ont fléchi de 350 millions de dollars, passant de 605 millions de dollars au deuxième trimestre à 255 millions de dollars au troisième trimestre. Il s'agit de la cinquième baisse trimestrielle consécutive des bénéfices d'exploitation pour cette industrie. L'affaiblissement continu de la conjoncture du marché, les coûts élevés des billes de bois et la réduction de la production sont à l'origine de cette diminution.

Les bénéfices d'exploitation du commerce de gros diminuent légèrement

Les bénéfices d'exploitation du commerce de gros ont reculé de 170 millions de dollars (-1,9 %) au cours du troisième trimestre pour s'établir à 8,8 milliards de dollars. Les grossistes-marchands de machines, de matériel et de fournitures ont enregistré la baisse la plus prononcée, leurs bénéfices ayant reculé de 231 millions de dollars (-9,2 %). Cette baisse est attribuable à une diminution des ventes de machines et de matériel pour l'agriculture, la construction, la foresterie, l'exploitation minière et d'autres machines et matériel industriels. Les importations dans ce secteur affichent également une diminution attribuable à la demande plus faible.

Les stocks affichent une croissance plus lente que l'ensemble des actifs dans le secteur canadien des sociétés

Le total des actifs du secteur canadien des sociétés en 2019 est quatre fois plus élevé qu'en 2000, alors que les stocks ont doublé.

Le niveau des stocks est un indicateur utile de la performance économique des industries et sert souvent à mesurer la confiance des consommateurs. Des niveaux de stocks élevés comparativement aux périodes précédentes laissent penser que les consommateurs dépensent moins qu'auparavant. Lorsqu'on les considère en proportion du total des actifs, les stocks permettent de mieux comprendre l'efficacité de l'économie canadienne.

La part des stocks dans le total des actifs du secteur des sociétés est passée de 5,6 % au premier trimestre de 2000 à 3,4 % au troisième trimestre de 2019.

La part de l'actif total appartenant à l'industrie de la fabrication a diminué, passant de 15,8 % de l'ensemble du secteur canadien des sociétés au premier trimestre de 2000 à 8,4 % au troisième trimestre de 2019. La part de l'actif total de l'ensemble du secteur des entreprises appartenant aux industries de détail et de gros est demeurée pratiquement au même niveau depuis 2000 (voir le graphique 2).

Les stocks de l'industrie de la fabrication en pourcentage du total des actifs du secteur des sociétés ont diminué, passant de 2,1 % en 2000 à 0,8 % au troisième trimestre de 2019, ce qui constitue une baisse de 61,9 % (voir le graphique 3).

Les stocks de gros en pourcentage du total des actifs du secteur des sociétés ont baissé, passant de 1,1 % en 2000 à 0,7 % au troisième trimestre de 2019, tandis que ceux des détaillants sont passés de 1,0 % % à 0,7 % au cours de la même période (voir le graphique 3).

Au cours de la période de 2000 à 2019, les actifs fixes appartenant au secteur canadien des sociétés ont augmenté à un rythme plus rapide que les stocks. La croissance plus faible des stocks pourrait indiquer que les entreprises ont mis en œuvre de nouvelles technologies qui contribuent à améliorer leurs chaînes d'approvisionnement, comme la gestion des stocks juste-à-temps, et le perfectionnement de logiciels d'entreprise qui facilitent les stocks de petite taille.

Bien que la variation de la taille des industries au sein de l'économie canadienne s'explique par la diminution des stocks par rapport au total de l'actif du secteur des sociétés, elle n'est pas égale pour toutes les industries, car chacune d'elles est soumise aux demandes de leur modèle d'affaires particulier.

Les stocks de l'industrie du commerce de détail représentent une proportion élevée du total de leurs actifs

Malgré une croissance moins rapide des stocks dans le secteur canadien des sociétés, l'industrie du commerce de détail continue d'être largement tributaire des stocks pour générer des revenus.

À la fin du troisième trimestre, les stocks de l'industrie du commerce de détail étaient huit fois plus élevés, en pourcentage du total des actifs, que ceux du secteur canadien des sociétés dans son ensemble.

La nature de l'industrie du commerce de détail pourrait expliquer essentiellement les niveaux élevés de stocks. En général, les consommateurs préfèrent avoir une diversité de choix lorsqu'ils font leurs courses. Par conséquent, les détaillants offrent une vaste sélection d'articles dans leurs magasins pour attirer la clientèle, ce qui entraîne des niveaux élevés de stocks tenus en magasin. Jusqu'à récemment, l'un des moyens utilisés par les détaillants traditionnels pour faire face à la concurrence des détaillants en ligne consistait à donner un accès immédiat aux produits. Cet avantage nécessite la présence concrète de stocks en magasin pour répondre aux besoins de la clientèle, ce qui exerce une pression à la hausse sur les stocks.

En revanche, des stocks élevés présentent l'inconvénient d'accroître les frais d'entreposage. En outre, des coûts de renonciation vont de pair avec des stocks élevés : les fonds dépensés pour acquérir des stocks supplémentaires pourraient être utilisés pour promouvoir d'autres possibilités d'affaires. Les détaillants qui sont en mesure d'être concurrentiels tout en ayant un niveau moins élevé de stocks en magasin sont généralement plus efficaces.

La proportion des stocks par rapport au total des actifs a diminué d'un cinquième dans l'industrie du commerce de détail, passant de 34,9 % au premier trimestre de 2000 à 27,7 % au troisième trimestre de 2019 (voir le graphique 4).

Le ratio des stocks au bénéfice d'exploitation, qui permet de mesurer l'efficacité d'une société à gérer ses stocks, a affiché une tendance à la baisse au cours de la même période, passant de 21,6 % au premier trimestre de 2000 à 14,1 % au troisième trimestre de 2019. Cela semble donc indiquer que l'industrie du commerce de détail est en mesure de générer plus de revenus tout en ayant de plus faibles niveaux de stocks.

Depuis 2000, les stocks suivent une tendance à la baisse, ce qui porte à croire que les détaillants sont en mesure de gérer leurs stocks avec plus d'efficacité et d'appliquer le capital excédentaire à d'autres entreprises commerciales plus productives.

Graphique 2  Graphique 2: Part de l'industrie de la fabrication, du commerce de gros et du commerce de détail dans le secteur canadien des sociétés
Part de l'industrie de la fabrication, du commerce de gros et du commerce de détail dans le secteur canadien des sociétés

Graphique 3  Graphique 3: Proportion des stocks par rapport au total des actifs, ensemble du secteur canadien des sociétés
Proportion des stocks par rapport au total des actifs, ensemble du secteur canadien des sociétés

Graphique 4  Graphique 4: Proportion des stocks par rapport au total des actifs, certaines industries
Proportion des stocks par rapport au total des actifs, certaines industries



  Note aux lecteurs

Les données sur les bénéfices trimestriels figurant dans le présent communiqué sont désaisonnalisées et exprimées en dollars courants. Les données financières du premier et du deuxième trimestre de 2019 ont été révisées.

Pour obtenir des renseignements sur la désaisonnalisation, veuillez consulter la page Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Les statistiques financières trimestrielles des entreprises sont fondées sur une enquête-échantillon et représentent les activités de toutes les entreprises au Canada, à l'exclusion des sociétés gouvernementales et des sociétés sans but lucratif. Une entreprise peut être une société unique ou un regroupement de sociétés sous une même propriété ou un même contrôle et pour lequel des états financiers consolidés sont produits.

Les bénéfices dont il est question dans la présente analyse sont les bénéfices d'exploitation réalisés dans le cours normal des activités des entreprises. Dans le cas des industries non financières, les revenus sous forme d'intérêts et de dividendes ainsi que les gains et les pertes en capital sont exclus des bénéfices d'exploitation, tandis que dans le cas des industries financières, ceux-ci sont compris dans les bénéfices réalisés, de même que les intérêts versés sur les dépôts.

À moins d'avis contraire, les bénéfices figurant dans le présent communiqué sont des bénéfices d'exploitation. Ces derniers diffèrent des bénéfices nets, qui correspondent aux bénéfices après impôts réalisés par les sociétés.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le concept de passif actuariel, veuillez consulter la page Passif actuariel.

En date du 1er janvier 2019, une nouvelle norme comptable sur la location est entrée en vigueur. Les entreprises préparant leurs états financiers selon les Normes internationales d'information financière (IFRS) commenceront à adopter la nouvelle norme IFRS 16, qui exige que les détenteurs de contrats de location tiennent compte de la plupart de ces contrats dans leur bilan. Ce changement pourrait se traduire par une augmentation du niveau des actifs et des passifs en raison de l'inclusion de contrats de location existants ou nouveaux dans leur bilan, conformément à la nouvelle norme.

Tableaux de données en temps réel

Les tableaux de données en temps réel 33-10-0160-01 et 33-10-0161-01 seront mis à jour le 16 décembre. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le document intitulé « Tableaux de données en temps réel ».

Prochaine diffusion

Les données du quatrième trimestre sur les statistiques financières des entreprises seront diffusées le 25 février 2020.

Produits

Les données consolidées des bilans et des états des résultats des sociétés canadiennes sont maintenant accessibles.

Les données du Relevé trimestriel des états financiers sont également accessibles.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :