Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Étude : Mesurer les investissements en données, en bases de données et en science des données

Diffusion : 2019-06-24

En 2002 et en 2003, la performance des Athletics d'Oakland leur a ouvert la voie aux éliminatoires, et ce, malgré un budget bien inférieur à celui de nombreuses autres équipes dans la ligue, résultat surprenant pour les passionnés de baseball. Pourquoi? C'est en raison de la plus grande qualité de leurs données par rapport à celles de toutes les autres équipes de la ligue majeure de baseball. Ils ont pu s'appuyer sur ces données pour évaluer, repêcher et retenir un groupe de joueurs formant une équipe formidable. Lors du match des étoiles de la LNH de 2019, les joueurs et les rondelles étaient munis de capteurs pour que les entraîneurs et les amateurs puissent suivre leur vitesse et leurs manœuvres en temps réel.

De même, les banques, les détaillants et d'autres entreprises enregistrent régulièrement les opérations de leurs clients dans d'énormes bases de données pour les utiliser dans leurs campagnes de marketing. Les voitures autonomes, lesquelles sont propulsées par des données recueillies par une gamme de capteurs, se concrétisent de plus en plus chaque jour. Le nombre d'entreprises qui recueillent des données et qui s'en servent afin de minimiser leurs coûts, de maximiser leurs ventes et d'innover augmente, et ce, à une vitesse exponentielle selon certaines personnes.

Les données, les bases de données et la science des données sont devenues de plus en plus importantes au cours de l'après-guerre en raison d'importantes améliorations apportées à l'élaboration et à l'exploitation des méthodes de stockage et de calcul numériques. Des millions de Canadiens ont maintenant des ordinateurs sur leurs bureaux, sur leurs genoux, dans leurs poches et sur leurs poignets. Les technologies numériques facilitent, contrôlent et enregistrent l'usage des appareils dont ils se servent quotidiennement, des voitures, des réfrigérateurs et des poêles aux lecteurs de musique et aux appareils photo, en passant par les lumières et les thermostats.

Bon nombre des biens et services produits par les entreprises et les administrations publiques sont grandement améliorés par suite de l'intégration des fonctionnalités numériques. D'ailleurs, les processus de production et de mise en marché de ces produits bénéficient grandement de l'automatisation numérique. Quoique la productivité s'est sans doute accrue rapidement par suite de l'adoption de méthodes numériques, ce progrès s'est jusqu'à présent avéré difficile à mesurer avec précision.

Bien que la prolifération et l'utilisation des données augmentent, la valeur de cette activité est peu apparente dans les indicateurs économiques clés diffusés par Statistique Canada. Dans le passé, étant donné le rôle limité que jouaient les données dans l'économie, on ne considérait pas cette « lacune statistique en matière de statistiques » comme prioritaire. Aujourd'hui, l'utilisation généralisée et toujours plus rapide des données fait en sorte que cette lacune pourrait entraîner une incapacité de saisir, dans leur totalité, des éléments importants de l'activité et de la croissance économiques.

En vue de remédier à la situation, Statistique Canada dirige donc l'élaboration d'un cadre conceptuel visant à mesurer la valeur monétaire des données. Ce cadre aidera à répondre à des questions importantes, dont « Qu'est-ce que la production des "données" dans l'économie? » et « Quelle est la valeur du stock des fonds de données du Canada? ».

Un cadre conceptuel relatif aux données s'avère nécessaire, car celles-ci peuvent consister en « tout et n'importe quoi ». Cette étude, la première du genre, traite de l'évaluation de trois types d'actifs liés aux données, lesquels sont devenus de plus en plus importants dans l'ère numérique moderne. Ces trois actifs sont tirés d'observations de base et sont organisés selon une certaine structure hiérarchique. Lorsque les observations sont saisies en format numérique, elles deviennent des « données ». Dès que les « données » sont à leur tour classées sous forme informatique bien structurée, elles deviennent des « bases de données ». Enfin, lorsque les « bases de données » sont utilisées afin d'étudier un sujet d'intérêt au moyen d'une transformation informatique, l'analyse et la modélisation des résultats deviennent un type de produit de la propriété intellectuelle (aussi connu sous le nom de recherche et développement) appelé la « science des données ».

Une étude ultérieure qui sera diffusée le 10 juillet 2019 fournira les toutes premières estimations expérimentales de la valeur des investissements en données, en bases de données et en science des données au Canada. Elle servira de référence aux rajustements actuels et futurs en vue d'améliorer la mesure du rôle croissant que jouent les données dans la société et l'économie.

  Note aux lecteurs

La présente étude constitue une première tentative de Statistique Canada pour définir et mesurer la valeur économique des « données » et de leurs produits dérivés, soit les « bases de données » et la « science des données ».

Les données sont définies comme les observations qui ont été converties en format numérique, qui peuvent être stockées, transmises ou traitées et sur lesquelles des connaissances peuvent être fondées. Une base de données consiste en un répertoire organisé de données pouvant être traitées à l'aide d'un ordinateur. La science des données est un type d'activité de recherche et développement qui consiste à transformer, à analyser et à modéliser les renseignements compris dans des bases de données en vue d'en tirer de nouvelles conclusions dotées d'une valeur économique.

Produits

Le document intitulé « Mesurer les investissements en données, en bases de données et en science des données : cadre conceptuel », qui fait partie de la publication Les nouveautés en matière de comptes économiques canadiens (Numéro au catalogue13-605-X), est maintenant accessible.

Le Guide méthodologique : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-607-X) est également accessible.

Le Guide de l'utilisateur : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-606-G) est également accessible.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :