Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Étude : Dispersion de la productivité à long terme dans le secteur canadien de la fabrication

Diffusion : 2018-11-06

Au cours des années 2000, la croissance de la productivité du travail a ralenti au Canada et dans de nombreux pays développés. L'une des caractéristiques particulièrement frappantes, mais moins connues, de ce ralentissement dans un certain nombre de pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques, y compris le Canada, est la croissance robuste de la productivité parmi un groupe d'entreprises. En outre, l'écart en ce qui concerne la croissance de la productivité du travail a crû, pendant cette période, entre les entreprises les plus productives et celles les moins productives. Cette dispersion croissante de la productivité du travail a été associée à des avancées technologiques rapides qui ont stimulé la croissance uniquement des entreprises qui peuvent, en premier, exploiter le potentiel de ces nouvelles technologies.

Une nouvelle étude de Statistique Canada, intitulée Dispersion de la productivité à long terme dans le secteur canadien de la fabrication, présente des données probantes sur l'écart croissant en matière de productivité du travail entre les établissements au seuil de la productivité (établissements qui se situent dans le décile supérieur sur le plan des niveaux de productivité) et les établissements sous ce seuil (tous les autres établissements) dans l'industrie de la fabrication pour la période de 1973 à 2015. Cette période ne couvre pas seulement les années lors desquelles le phénomène a été observé. Elle permet de prendre en compte ces développements à plus long terme.

Selon l'étude, la productivité du travail (mesurée en valeur ajoutée par travailleur) dans le secteur de la fabrication au Canada a augmenté de 1,5 % par année au cours de la période de 2009 à 2015. Au cours de la même période, la croissance moyenne de la productivité du travail des établissements au seuil de la productivité a été de 5,4 % par année, par rapport à 1,3 % par année pour les établissements sous ce seuil.

Graphique 1  Graphique 1: Productivité moyenne du travail des établissements au seuil de la productivité et des établissements sous ce seuil et productivité du travail du secteur de la fabrication, Canada, 2009 à 2015
Productivité moyenne du travail des établissements au seuil de la productivité et des établissements sous ce seuil et productivité du travail du secteur de la fabrication, Canada, 2009 à 2015

Comparativement aux établissements sous le seuil de productivité, les établissements au seuil de la productivité ont présenté plus souvent les caractéristiques associées à une croissance plus rapide de la productivité. Plus précisément, les établissements au seuil de la productivité ont été plus susceptibles de faire de la recherche et du développement (R-D) à l'interne ou de se procurer de tels services de R-D. Ils ont été également plus susceptibles d'exporter leurs produits ou services et d'appartenir à une multinationale étrangère.

Parmi certaines hypothèses proposées pour expliquer cette situation, il y a la numérisation, la complexité croissante de la technologie, ainsi que l'importance accrue des connaissances tacites. La numérisation a permis d'offrir des biens et services à faible coût dans le monde entier. Les meneurs de l'industrie ont ainsi pu s'emparer de plus grandes parts du marché. La complexité croissante de la technologie et l'importance accrue des connaissances tacites représentent un obstacle à l'entrée sur des marchés, et nuisent à la diffusion de la technologie et du savoir-faire.

Cette étude montre aussi que l'augmentation de la dispersion de la productivité n'est pas un phénomène récent au Canada. En 1973, la productivité moyenne du travail des établissements au seuil de la productivité était 3,2 fois plus élevée que celle des établissements sous ce seuil. Cet avantage est passé à 3,6 fois en 1990 et à 5,0 fois en 2015.

Graphique 2  Graphique 2: Dispersion de la productivité du travail et taux de change nominal Canada–États-Unis, 1973 à 2015
Dispersion de la productivité du travail et taux de change nominal Canada–États-Unis, 1973 à 2015

Les variations de la dispersion de la productivité avant 2009 sont corrélées avec les mouvements du taux de change Canada–États-Unis. Puisque les établissements au seuil de la productivité sont plus susceptibles d'exporter des biens et services, et d'être une multinationale étrangère, leurs profits (une composante importante de la valeur ajoutée et, donc, de la productivité) sont plus sensibles aux pressions concurrentielles changeantes découlant des fluctuations du taux de change. L'incidence du taux de change est devenue moins importante après le milieu des années 2000.

Produits

L'article de recherche « Dispersion de la productivité à long terme dans le secteur canadien de la fabrication », qui fait partie de la publication Aperçus économiques (Numéro au catalogue11-626-X), est maintenant accessible.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Danny Leung au (613-951-2574 (danny.leung@canada.ca), Division de l'analyse économique.

Date de modification :