Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Comptes du bilan national et des flux financiers, deuxième trimestre de 2018

Diffusion : 2018-09-14

Le patrimoine national augmente pour un quatrième trimestre consécutif

Le patrimoine national, soit la valeur des actifs non financiers dans l'économie canadienne, s'est accru de 1,9 % pour se fixer à 11 119,4 milliards de dollars à la fin du deuxième trimestre, ce qui constitue une accélération par rapport à la croissance de 1,3 % enregistrée au premier trimestre. Cette augmentation au deuxième trimestre s'explique surtout par une hausse de la valeur des ressources naturelles, les prix du pétrole brut et du bois d'œuvre ayant augmenté. Les biens immobiliers ont aussi contribué à la croissance du patrimoine national. Le patrimoine national par habitant s'est élevé à 298 777 $.

La valeur nette nationale, soit la somme du patrimoine national et de la position d'actif net étranger du Canada, a augmenté de 1,7 % pour se chiffrer à 11 638,1 milliards de dollars à la fin du deuxième trimestre. La valeur nette a progressé à un rythme plus faible comparativement au patrimoine national, en raison d'un recul de la position d'actif net étranger.

La position d'actif net étranger du Canada a diminué de 15,1 milliards de dollars pour s'établir à 518,7 milliards de dollars au deuxième trimestre. Cette baisse est principalement attribuable aux emprunts nets de 10,4 milliards de dollars qui ont découlé d'opérations financières internationales visant à financer le déficit du compte courant. Le rendement plus élevé du marché boursier canadien par rapport à celui des autres grands marchés boursiers, qui a fait croître la valeur des passifs internationaux plus que celle des actifs internationaux, a également contribué à la baisse.

Graphique 1  Graphique 1: Composantes du patrimoine national
Composantes du patrimoine national

Croissance plus faible des biens immobiliers résidentiels des ménages

La valeur nette du secteur des ménages a augmenté de 1,1 % au deuxième trimestre pour s'établir à 11 058,0 milliards de dollars. Dans l'ensemble, la dette en proportion des actifs est relativement inchangée, la croissance des actifs ayant dépassé de peu celle des passifs.

La valeur des actifs non financiers s'est accrue de 43,1 milliards de dollars au deuxième trimestre, principalement sous l'effet de la croissance de la valeur des biens immobiliers résidentiels, qui a atteint 5 209,8 milliards de dollars. La croissance de la valeur des biens immobiliers résidentiels a été plus lente au cours des cinq derniers trimestres, en raison de la modération des prix de revente des maisons.

Les actifs financiers ont augmenté de 1,5 %, sous l'effet des marchés intérieurs qui se sont rétablis d'un premier trimestre plus faible, après avoir baissé de 0,2 % au trimestre précédent. Les capitaux propres et les fonds d'investissement ont augmenté de 48,3 milliards de dollars au deuxième trimestre, après un repli de 48,7 milliards de dollars au premier trimestre, tandis que la valeur des caisses d'assurance-vie et de retraite a également crû de 32,0 milliards de dollars.

Graphique 2  Graphique 2: Endettement du secteur des ménages : dette en proportion des actifs
Endettement du secteur des ménages : dette en proportion des actifs

Les emprunts hypothécaires des ménages continuent de ralentir

Sur une base désaisonnalisée, les emprunts totaux sur le marché du crédit ont ralenti pour un deuxième trimestre de suite, les ménages ayant contracté des emprunts de 19,6 milliards de dollars, en baisse par rapport aux 22,2 milliards de dollars empruntés au trimestre précédent. Bien que le crédit à la consommation ait augmenté (+1,7 milliard de dollars), cette hausse a été plus que contrebalancée par une baisse des prêts hypothécaires (-3,6 milliards de dollars) et non hypothécaires (-0,8 milliard de dollars).

Sur une base désaisonnalisée, le ratio du service de la dette des ménages, qui correspond au total des paiements obligatoires de capital et d'intérêts en proportion du revenu disponible des ménages sur les emprunts hypothécaires et non hypothécaires, a atteint 14,2 % au deuxième trimestre. Parallèlement, les paiements d'intérêts sur les emprunts hypothécaires ont continué de dépasser les paiements de capital.

Graphique 3  Graphique 3: Dette des ménages sur le marché du crédit, flux désaisonnalisés
Dette des ménages sur le marché du crédit, flux désaisonnalisés

La dette contractée sur le marché du crédit par rapport au revenu disponible des ménages augmente plus lentement

Sur une base non désaisonnalisée, la dette des ménages sur le marché du crédit (crédit à la consommation, prêts hypothécaires et prêts non hypothécaires) s'est élevée à 2 166,0 milliards de dollars au deuxième trimestre. La dette hypothécaire a atteint 1 415,5 milliards de dollars, et le crédit à la consommation, 642,4 milliards de dollars. La dette contractée sur le marché du crédit par rapport au revenu disponible des ménages (ajusté pour exclure les droits de pension) a augmenté, passant à 169,1 %, la dette contractée sur le marché du crédit ayant augmenté plus rapidement que le revenu. Autrement dit, il y avait 1,69 $ de dette sur le marché du crédit pour chaque dollar de revenu disponible des ménages. D'une année à l'autre, le ratio d'endettement contracté sur le marché du crédit au revenu disponible affiche un ralentissement de 0,4 %. De même, la croissance de la valeur de la dette des ménages est en baisse constante.

L'administration publique fédérale, émettrice nette d'effets à court terme

La demande de titres d'emprunt de l'administration publique fédérale sur le marché du crédit s'est chiffrée à 2,6 milliards de dollars au deuxième trimestre. Cette demande a été dominée par des émissions nettes de 8,8 milliards de dollars d'effets à court terme, lesquelles ont plus que compensé les remboursements nets d'obligations. La demande de titres d'emprunt des autres ordres de gouvernement sur le marché du crédit s'est élevée à 17,5 milliards de dollars, majoritairement sous forme d'émissions nettes d'obligations et de débentures provinciales (+15,2 milliards de dollars).

La demande de fonds des sociétés privées non financières augmente

La demande de fonds des sociétés privées non financières a atteint 41,4 milliards de dollars au cours du deuxième trimestre, ce qui représente la valeur la plus élevée depuis le deuxième trimestre de 2017, au cours duquel d'importantes fusions et acquisitions ont eu lieu. Ce financement au deuxième trimestre de 2018 a été assuré en grande partie par le secteur bancaire sous forme de prêts non hypothécaires.

Graphique 4  Graphique 4: Emprunts des sociétés privées non financières
Emprunts des sociétés privées non financières

Le ratio d'endettement des sociétés privées non financières (établi à la valeur comptable) a légèrement diminué au deuxième trimestre pour se fixer à 72,6. Toutefois, d'une année à l'autre, ce ratio a dépassé de 4,6 points de pourcentage celui du même trimestre l'an dernier, poursuivant une tendance globale à la hausse.

Le financement hypothécaire du secteur financier continue de ralentir

Le secteur financier a injecté 66,5 milliards de dollars dans l'économie au moyen d'instruments du marché financier au deuxième trimestre, en hausse par rapport à 49,7 milliards de dollars au premier trimestre. Cette augmentation est principalement attribuable aux prêts non hypothécaires (+20,7 milliards de dollars) et aux prêts hypothécaires (+18,4 milliards de dollars). Bien que les prêts hypothécaires aient augmenté au cours du trimestre, cela reflète la saisonnalité normale de l'activité liée aux prêts. Cependant, d'une année à l'autre, les prêts hypothécaires ont diminué considérablement.

La valeur des actifs financiers des sociétés financières a progressé de 289,8 milliards de dollars pour se situer à 14 118,9 milliards de dollars à la fin du deuxième trimestre. Les réévaluations et autres changements de volume de 151,4 milliards de dollars, principalement attribuables aux investissements en actions des investisseurs institutionnels et des fonds communs de placement, en raison de la vigueur des marchés étrangers et intérieurs, et les opérations de 138,4 milliards de dollars ont contribué ensemble à la hausse de la valeur des actifs financiers.

Graphique 5  Graphique 5: Opérations économiques et autres variations des actifs des sociétés financières
Opérations économiques et autres variations des actifs des sociétés financières





  Note aux lecteurs

La présente diffusion des comptes financiers et du patrimoine regroupe les comptes du bilan national (CBN), les comptes des flux financiers (CFF) et les comptes des autres changements d'actifs.

Les CBN sont composés des bilans de tous les secteurs et sous-secteurs de l'économie. Les principaux secteurs sont les ménages, les institutions sans but lucratif au service des ménages, les sociétés financières, les sociétés non financières, les administrations publiques et les non-résidents. Les CBN englobent tous les actifs non financiers nationaux et toutes les créances d'actifs et de passifs financiers non réglées de tous les secteurs. Afin de mieux interpréter les estimations des flux financiers, certaines séries sur les emprunts des ménages sont disponibles sur une base désaisonnalisée (tableau 38-10-0238-01). Les autres données ne sont pas désaisonnalisées. Pour obtenir des renseignements sur la désaisonnalisation, voir le document intitulé Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Les CFF mesurent les prêts et les emprunts nets en examinant les opérations financières par secteur de l'économie. Ils donnent une mesure de l'investissement financier net, qui correspond à la différence entre les opérations en actifs financiers et en passifs financiers (par exemple, les achats nets de titres moins les émissions nettes de titres). Les CFF mettent également en lumière le lien entre les activités financières et non financières de l'économie qui associent les estimations de l'épargne et l'acquisition de capital non financier (par exemple, l'investissement en construction résidentielle neuve) aux opérations financières sous-jacentes.

Alors que les comptes des flux financiers enregistrent des changements dans les actifs et les passifs financiers entre l'ouverture et la fermeture du bilan associés aux transactions lors de la période de comptabilisation, la valeur des actifs et des passifs détenus par une institution peut aussi changer pour d'autres raisons. Ces autres types de changements, que l'on appelle les autres flux économiques, sont enregistrés dans le compte des autres changements d'actifs.

Ce compte comporte deux volets principaux. Le premier est le compte des autres changements de volume d'actifs. Ce compte inclut les changements dans les actifs et les passifs non financiers et financiers liés à l'apparition et à la disparition d'actifs économiques, les effets d'évènements externes tels que les guerres ou les catastrophes sur la valeur des actifs, et les changements de classification et de structure des actifs. La deuxième composante principale est le compte de réévaluation, qui présente les gains et les pertes d'avoirs revenant aux propriétaires d'actifs et de passifs non financiers et financiers pendant la période de comptabilisation, en conséquence des changements dans les évaluations aux prix du marché.

À l'heure actuelle, seul l'agrégat des autres changements d'actifs est disponible dans le Système canadien des comptes macroéconomiques; aucun détail n'est disponible sur les différentes composantes.

Les définitions relatives aux indicateurs financiers sont présentées dans le document Indicateurs financiers des Comptes du bilan national et dans le Glossaire du Système des comptes macroéconomiques.

Révisions

Cette diffusion du deuxième trimestre des comptes du bilan national et des flux financiers comporte les estimations révisées du premier trimestre de 2018. Ces données intègrent des données de base nouvelles et révisées, ainsi que des données mises à jour sur les tendances saisonnières.

Plus tard cette année, au moment de la diffusion du troisième trimestre, des améliorations aux données des comptes du bilan national et des flux financiers, telles que l'élaboration de renseignements détaillés des contreparties par secteur, seront incorporées. Les estimations feront alors l'objet de révisions pour les années 1990 et suivantes, afin d'assurer la continuité des séries temporelles.

Ratio du service de la dette

À compter de la présente diffusion, le ratio du service de la dette est publié dans la diffusion trimestrielle des comptes financiers et du patrimoine dans le tableau 11-10-0065-01, Indicateurs du service de la dette des ménages, comptes du bilan national.

Prochaine diffusion

Les données du troisième trimestre sur les comptes du bilan national et des flux financiers seront diffusées le 14 décembre 2018.

Produits

Les nouveautés en matière de comptes économiques canadiens (Numéro au catalogue13-605-X) est accessible.

Le Guide de l'utilisateur : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-606-G) est accessible.

Le Guide méthodologique : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-607-X) est accessible.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :