Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Étude : Les postes vacants à long terme au Canada, 2016

Diffusion : 2018-02-20

Les postes vacants à long terme, c'est-à-dire ceux pour lesquels un effort de recrutement a été déployé pendant au moins 90 jours, représentaient 9 % de l'ensemble des postes vacants au Canada en 2016.

Sur le marché du travail, plusieurs facteurs font en sorte qu'un poste vacant est plus long à pourvoir, y compris la possibilité d'une pénurie de travailleurs ayant les compétences et l'expérience recherchées.

Ces résultats présentés aujourd'hui sont tirés d'une nouvelle étude intitulée « Les postes vacants à long terme au Canada», qui s'appuie sur les données de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires.

Pour les entreprises, il importe de mieux comprendre les facteurs qui influent sur la durée de la vacance des postes, car les postes qui prennent davantage de temps à pourvoir peuvent entraîner des coûts et occasionner une baisse de production.

Pour les travailleurs, mieux connaître les caractéristiques des postes vacants, de même que les salaires offerts pour de tels postes, peut les aider à prendre des décisions éclairées en matière de formation ou de choix de carrière.

La proportion des postes vacants à long terme est plus grande dans le Nord et dans les provinces productrices de pétrole

Il y avait une plus grande part de postes vacants à long terme dans les trois territoires, dans les provinces productrices de pétrole (Alberta, Saskatchewan et Terre-Neuve-et-Labrador) et en Colombie-Britannique en 2016.

Le Nunavut avait la plus grande concentration de ce type de postes (17 %) et l'Île-du-Prince-Édouard, la plus faible (6 %). Au Nunavut, comme dans les autres territoires, l'éloignement par rapport aux grands centres urbains et une plus grande difficulté à trouver des travailleurs sont à l'origine d'un manque de main-d'œuvre.

Dans les provinces productrices de pétrole, la proportion de postes vacants à long terme s'élevait à 11 %, tandis qu'en Colombie-Britannique, cette même proportion était de 10 %. Le besoin de main-d'œuvre spécialisée est probablement à l'origine de ces résultats.

La proportion de postes vacants à long terme varie selon la catégorie professionnelle

En 2016, on trouvait une plus forte proportion de postes vacants à long terme dans les professions liées au secteur de la santé (16 %), à la gestion (16 %) et aux sciences naturelles et appliquées (14 %).

Dans le cas des professions liées à la santé, le vieillissement de la population, qui exerce une pression à la hausse sur la demande de services de santé, peut expliquer la plus forte prévalence de postes vacants à long terme.

En contrepartie, la proportion de postes vacants à long terme était environ trois fois moins élevée pour les professions liées à la vente et aux services (5 %), ce qui s'explique par un taux de roulement plus élevé dans ces professions.

Les postes ayant des exigences élevées en matière d'éducation et d'expérience sont plus longs à pourvoir

La proportion des postes vacants à long terme est trois fois plus élevée parmi les postes vacants requérant un diplôme universitaire supérieur au baccalauréat (19 %) que parmi ceux qui n'exigeaient aucune scolarité spécifique (6 %).

Des tendances semblables pour les postes vacants à long terme ont été observées en fonction des exigences du poste en ce qui a trait à la certification professionnelle et à l'expérience de travail recherchée.

Parmi les postes vacants pour lesquels on exigeait au moins huit années d'expérience, 18 % étaient vacants depuis 90 jours et plus, comparativement à 8 % parmi les postes requérant moins d'une année d'expérience.

Ces résultats réflètent une plus grande rareté des compétences recherchées, mais pourraient aussi résulter d'un plus long processus d'embauche dans le cas des postes exigeant plus de qualifications.

Les salaires offerts sont plus élevés dans le cas des postes vacants à long terme

De façon générale, les salaires offerts sont plus élevés dans le cas des postes vacants à long terme que pour les autres postes vacants.

Pour les postes vacants à long terme, le salaire offert était de 23,61 $ en moyenne en 2016, comparativement à 19,63 $ dans le cas des autres postes vacants.

Même en tenant compte du fait que les postes vacants à long terme n'ont pas les mêmes caractéristiques que les autres postes vacants — notamment sur le plan de la scolarité et de l'expérience recherchée, deux facteurs qui exercent une pression à la hausse sur le salaire offert — les salaires demeuraient plus élevés pour les postes vacants à long terme.

Ainsi, lorsque l'on tient compte des différences sur le plan des caractéristiques, le salaire offert demeurait de 5 % plus élevé dans le cas des postes vacants à temps plein depuis 90 jours ou plus comparativement à ceux affichés depuis moins de 15 jours.

  Note aux lecteurs

Les résultats de cette étude sont tirés de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires (EPVS). L'EPVS recueille de l'information sur le nombre d'emplois vacants selon la profession. L'EPVS recueille également de l'information sur le salaire horaire offert, la proportion de postes vacants à temps plein et à temps partiel, la durée de la vacance des postes et les niveaux de scolarité et d'expérience recherchés.

La population cible de l'EPVS comprend l'ensemble des emplacements situés au Canada, à l'exclusion des ménages privés, des organisations religieuses, des administrations publiques fédérales, provinciales et territoriales, des organismes publics internationaux, ou tout autre organisme public extraterritorial. L'échantillon s'élève à environ 100 000 emplacements commerciaux à chaque trimestre.

Aux fins de la présente étude, les données provenant d'une même année ont été regroupées ensemble et les estimations annuelles ont été obtenues en prenant la moyenne de tous les trimestres et en accordant un poids égal à chacun de ces derniers.

Produits

L'étude intitulée « Les postes vacants à long terme au Canada » est maintenant accessible dans la publication Regards sur la société canadienne (Numéro au catalogue75-006-X).

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes ou la qualité des données, communiquez avec Manon Langevin au 613-462-2638(manon.langevin@canada.ca).

Pour obtenir de plus amples renseignements à propos de Regards sur la société canadienne, communiquez avec Sébastien LaRochelle-Côté au 613-951-0803 (sebastien.larochelle-cote@canada.ca).

Date de modification :