Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Produit intérieur brut par industrie : provinces et territoires, 2016

Diffusion : 2017-05-01

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Canada

2016

1,3 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – T.-N-L.

2016

1,9 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Î.-P.-É.

2016

2,4 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – N.-É.

2016

0,9 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – N.-B.

2016

1,4 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Qc

2016

1,7 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Ont.

2016

2,6 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Man.

2016

2,4 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Sask.

2016

-1,0 % baisse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Alb.

2016

-3,8 % baisse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – C.-B.

2016

3,7 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Yn

2016

8,2 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – T.N.-O.

2016

-0,1 % baisse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Nt

2016

3,9 % hausse

(variation annuelle)

Le produit intérieur brut (PIB) réel par industrie a augmenté dans huit provinces et deux territoires en 2016. Le PIB a diminué pour une deuxième année consécutive en Alberta et en Saskatchewan, principalement en raison de la faiblesse des prix du pétrole et des matières premières. Le PIB des Territoires du Nord-Ouest a aussi diminué. À l'échelle nationale, le PIB réel par industrie a connu une hausse de 1,3 % en 2016, à la suite d'une croissance de 0,9 % en 2015.

La Colombie-Britannique (+3,7 %) était la province où le taux de croissance du PIB était le plus élevé, suivie de l'Ontario (+2,6 %), du Manitoba (+2,4 %) et de l'Île-du-Prince-Édouard (+2,4 %). Pour une deuxième année consécutive, la baisse la plus marquée du PIB a été observée en Alberta (-3,8 %).

Graphique 1  Graphique 1: Produit intérieur brut réel, 2016
Produit intérieur brut réel, 2016

Terre-Neuve-et-Labrador

À Terre-Neuve-et-Labrador, le PIB a connu une hausse de 1,9 % en 2016, après avoir enregistré une baisse de 1,8 % en 2015. Cette croissance est principalement attribuable à une hausse de 22 % de la production de l'extraction de pétrole et de gaz par des méthodes classiques, qui résulte de l'augmentation de la production provenant des champs pétrolifères Hibernia. La construction a connu une baisse de 3,7 %. Les travaux de génie ont augmenté de 5,0 %, à la suite des travaux relatifs au projet de développement hydroélectrique de Muskrat Falls, lesquels ont plus que compensé les baisses observées dans les travaux de génie liés au pétrole et au gaz et dans les autres travaux de génie. La construction non résidentielle a affiché un recul de 38 % en raison d'importants projets industriels et commerciaux qui ont été achevés.

Le secteur de la fabrication a connu une baisse de 7,9 %. L'industrie de la construction de navires et d'embarcations est principalement à l'origine de cette baisse, en raison de l'achèvement d'un important module de forage en 2015. La production des industries de fabrication de produits métalliques et des raffineries a aussi contribué à la baisse. Des hausses ont été enregistrées dans les produits de métaux non ferreux et dans la préparation et le conditionnement de poissons et de fruits de mer. L'aquaculture a affiché une augmentation de 24 %, tandis que la pêche, la chasse et le piégeage ont connu un recul de 8,6 %.

Les industries productrices de services ont affiché une légère augmentation de 0,1 %. La croissance de la production dans la finance et les assurances, les soins de santé et les universités a été presque entièrement compensée par un recul de la production dans le commerce de gros, les services professionnels, scientifiques et techniques et le commerce de détail.

Île-du-Prince-Édouard

À l'Île-du-Prince-Édouard, le PIB a augmenté de 2,4 % en 2016. Il s'agit de la croissance la plus prononcée en dix ans. Le PIB a crû de 1,3 % en 2015. Les industries productrices de biens ont affiché une croissance de 3,2 %. La construction a connu une hausse de 9,3 % principalement attribuable aux travaux de génie liés à l'énergie électrique, alors que les travaux relatifs au projet de mise à niveau de l'interconnexion visant à installer de nouveaux câbles électriques entre l'île et le Nouveau-Brunswick se sont poursuivis. La construction non résidentielle (+12 %) et la construction résidentielle (+4,5 %) ont aussi progressé.

La fabrication a connu une augmentation de 3,7 %, alors que les hausses observées dans les produits alimentaires et le matériel de transport ont plus que compensé les baisses enregistrées dans les produits pharmaceutiques et médicaments et les machines. Les cultures agricoles ont affiché une croissance de 3,8 % sous l'effet d'une augmentation du rendement et d'une amélioration de la qualité moyenne des cultures des pommes de terre. La production de l'aquaculture a augmenté, tandis que la pêche, la chasse et le piégeage ont affiché une baisse en raison du recul de la capture de homards. Le commerce de gros (+3,9 %) a connu une hausse parallèlement à la croissance de la production de biens.

Les industries productrices de services ont progressé de 2,1 % et ont représenté près de 70 % de la croissance de l'économie, alors que des hausses ont été observées dans la plupart des sous-secteurs. Les industries de la finance et des assurances ont connu une croissance de 3,6 %, principalement en raison des services bancaires et des services d'investissement financiers. Les bureaux d'agents et de courtiers immobiliers ont affiché une croissance de 21 %, entraînée par des niveaux records de ventes de propriétés résidentielles. Le commerce de détail a augmenté de 3,2 %, en grande partie sous l'effet d'un raffermissement des ventes des concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles. Une bonne saison touristique a contribué à la hausse de 4,2 % enregistrée dans les services d'hébergement et de restauration.

Nouvelle-Écosse

Le PIB de la Nouvelle-Écosse a augmenté de 0,9 % en 2016, après avoir connu une hausse de 1,0 % en 2015. La production des industries de services s'est accrue de 1,0 % et constitue le principal facteur à l'origine de la croissance, tandis que la production de biens a progressé de 0,5 %. Le commerce de détail a affiché une augmentation de 2,0 %, alors que des hausses ont été observées chez les concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles et les magasins de marchandises diverses. Les services de transport aérien ont affiché une hausse, tout comme les services d'hébergement des voyageurs, tandis que le commerce de gros et les services de soutien administratif ont connu une baisse. Dans le secteur public, les soins de santé et l'assistance sociale, les universités ainsi que les administrations publiques locales, municipales et régionales ont contribué à la croissance.

La construction a connu une hausse de 4,3 %, principalement en raison d'une croissance de 26 % des travaux de génie. Cette croissance est attribuable au début des travaux liés à la portion néo-écossaise du projet de transport d'énergie Maritime Link et au développement entrepris à la mine d'or Touquoy. Toutefois, la construction non résidentielle a diminué de 11 % à la suite de l'ouverture des nouvelles installations du chantier naval à Halifax en 2015 et de l'achèvement des travaux liés à un grand complexe qui abrite hôtel, centre de congrès et bureaux à Halifax.

La fabrication a affiché une hausse de 2,8 % menée par la construction de navires et d'embarcations, alors que le nouveau projet de navires de patrouille extracôtiers et de l'Arctique s'est poursuivi. Les produits aérospatiaux et leurs pièces, les scieries et la préservation du bois ainsi que la préparation et le conditionnement de poissons et de fruits de mer ont tous contribué à la croissance. En même temps, la fabrication du papier, les produits métalliques, ainsi que la fabrication d'aliments divers ont affiché un recul.

Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz a reculé de 9,2 %. Des baisses ont été enregistrées dans l'extraction de pétrole et de gaz (-2,1 %), les activités de soutien à l'extraction de pétrole et de gaz (-29 %) et l'extraction de minerais non métalliques (-7,2 %). La production des industries de la pêche, de la chasse et du piégeage s'est contractée de 9,0 %, surtout en raison du début tardif de la saison du homard et des conditions météorologiques défavorables.

Nouveau-Brunswick

Au Nouveau-Brunswick, le PIB a augmenté de 1,4 % en 2016, à la suite d'une hausse de 2,1 % en 2015. Les industries productrices de services ont affiché une croissance de 1,5 % et les industries productrices de biens ont progressé de 1,0 %. Les industries de la finance et des assurances ont connu une croissance de 3,5 %. Le commerce de détail a affiché une hausse de 2,7 % provenant d'une croissance généralisée dans la majorité des types de magasins, et le commerce de gros a également progressé (+4,4 %). La conception de systèmes informatiques et les services connexes, le transport par camion et les services de restauration et débits de boissons ont contribué à la croissance, tandis que les services d'architecture, de génie et services connexes ont affiché un recul. Dans le secteur public, la croissance de la production des hôpitaux et des administrations publiques locales, municipales et régionales a plus que compensé la baisse observée dans les services de défense.

La construction a affiché une hausse de 4,2 %, avec des contributions de tous les principaux sous-secteurs. Les travaux de génie ont connu une croissance de 8,7 %, principalement sous l'effet des travaux relatifs au projet de mise à niveau de l'interconnexion entre l'Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick visant à installer de nouveaux câbles électriques et, dans une moindre mesure, d'un projet d'entretien à la raffinerie de Saint John. La construction non résidentielle a affiché une hausse de 8,5 % en raison des travaux de modernisation d'une usine de pâte et papier et du début de la construction d'une nouvelle tour de bureaux à Saint John.

La fabrication a été en hausse de 1,1 %, sous l'effet d'une hausse de la production des produits alimentaires, des produits du bois et du papier, des produits de la première transformation des métaux, des produits minéraux non métalliques et du matériel de transport. La production des raffineries de pétrole a affiché un recul de 2,2 % et celle de la fabrication de produits divers a diminué considérablement. L'aquaculture a connu une croissance de 8,9 %, tandis que les industries de la chasse, la pêche et le piégeage ont affiché une hausse de 4,7 %. La foresterie et l'exploitation forestière ont affiché une augmentation de 3,2 %.

L'extraction minière et l'exploitation en carrière ont reculé de 24 %, alors que les répercussions de la fermeture de la mine de potasse de Piccadilly ont plus que compensé la hausse de la production à la mine de plomb et de zinc de Caribou.

Québec

Le PIB du Québec a progressé de 1,7 % en 2016, après une hausse de 1,2 % en 2015. Les industries productrices de services ont affiché une croissance de 2,2 % et ont constitué le principal facteur à l'origine de la croissance. Des hausses ont été observées dans les services bancaires, les services d'investissement financier, les bailleurs de biens immobiliers, le commerce de détail, et le commerce de gros ainsi que dans le transport aérien et par camion. Dans le secteur public, les hôpitaux, les universités et les administrations publiques locales, municipales et régionales ont aussi contribué à la croissance.

Les industries productrices de biens ont progressé de 0,5 %. La construction a augmenté de 1,5 %, ce qui constitue sa première hausse depuis 2012, sous l'effet des contributions des travaux de génie liés à l'énergie électrique et de la construction résidentielle. La construction non résidentielle a affiché un recul de 7,1 %, ce qui représente une quatrième année consécutive de contraction, en raison du recul dans la construction d'établissements de santé et d'éducation.

La fabrication a diminué de 0,4 %, alors que les pertes enregistrées dans les produits aérospatiaux et leurs pièces (-12 %) et dans les produits de l'alumine et de l'aluminium (-11 %) ont plus que compensé les hausses observées dans les produits alimentaires, les produits pharmaceutiques et médicinaux, les produits du bois, les machines et les produits en plastique et en caoutchouc.

L'extraction minière et l'exploitation en carrière ont progressé de 0,9 %, alors que la croissance de la production provenant des mines d'or et d'argent, des mines de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc, ainsi que la première production de la mine de diamants Renard, ont plus que compensé les baisses observées dans l'extraction de minerais de fer et d'autres minéraux non métalliques.

Ontario

En Ontario, le PIB a connu une hausse de 2,6 % en 2016, à la suite d'une même croissance en 2015. Les industries productrices de services (+3,0 %) ont davantage contribué à la hausse que les industries productrices de biens (+1,3 %). La vigueur du marché du logement a entraîné une hausse de 7,5 % dans la construction résidentielle et a influencé des augmentations dans la production des services bancaires et chez les bailleurs de biens immobiliers, les agents et courtiers immobiliers et les sociétés d'assurance. L'activité totale de la construction (+1,6 %) a été tempérée par un recul dans les travaux de génie et, dans une moindre mesure, par une baisse de la construction non résidentielle.

Le commerce de gros a affiché une croissance de 3,9 %, et le commerce de détail a progressé de 3,5 %, alors que tous les sous-secteurs sauf un étaient en hausse. Les services professionnels, scientifiques et techniques ont augmenté de 3,7 %, principalement en raison de la croissance de l'activité de conception de systèmes informatiques et des services connexes. Les services d'investissement financier, le transport aérien et par camion, ainsi que l'administration publique fédérale ont contribué à la hausse.

La fabrication a connu une croissance de 1,8 %, après une hausse de 1,1 % en 2015. Des augmentations de la production ont été enregistrées dans la fabrication de pièces pour véhicules automobiles, de produits alimentaires, de produits en plastique, de produits de la première transformation des métaux et de produits pharmaceutiques et médicinaux. Des baisses ont été observées dans les produits métalliques, les produits du pétrole et du charbon ainsi que l'impression et les produits connexes.

Les activités de production, de transport et de distribution d'électricité ont affiché une hausse de 3,0 %. La faiblesse des prix des minerais métalliques a contribué à un recul considérable des activités de soutien à l'extraction minière, en baisse de 85 % par rapport au sommet atteint dans ce sous-secteur en 2012.

Manitoba

Le PIB du Manitoba a augmenté de 2,4 % en 2016, après avoir affiché une croissance de 2,1 % en 2015. La production des industries productrices de biens s'est accrue de 3,4 % essentiellement en raison d'une hausse de 20 % des travaux de génie. Cette hausse est attribuable à la poursuite des travaux liés à d'importants projets de production et de transport d'électricité, qui a fait contrepoids à une baisse importante dans les travaux de génie liés au pétrole et au gaz. En revanche, la construction résidentielle a affiché un recul pour une troisième année consécutive, alors que le nombre de mises en chantier d'habitations a diminué pour atteindre son niveau le plus bas depuis 2009. En outre, la construction non résidentielle a affiché une baisse de 4,4 %, principalement sous l'effet d'un recul dans la construction de structures institutionnelles et d'immeubles gouvernementaux.

La fabrication a progressé de 2,4 % sous l'effet des hausses observées dans les produits alimentaires, les produits pharmaceutiques et médicinaux, les produits du bois et la fabrication de produits divers, qui ont contrebalancé les pertes enregistrées dans le matériel de transport et les machines pour l'agriculture, la construction et l'extraction minière. Les activités de production, de transport et de distribution d'électricité ont affiché une hausse de 2,4 %.

Les cultures agricoles ont connu une hausse de 4,5 %, à la suite d'une croissance de 14 % en 2015, bien que la production est demeurée en deçà des niveaux observés lors de la récolte exceptionnelle de 2013. La faiblesse des prix du pétrole a contribué à une baisse de 11 % dans l'extraction de pétrole et de gaz par des méthodes classiques, ce qui représente une quatrième année consécutive de contraction. L'extraction de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc a affiché une hausse de 3,4 %. Les industries des activités de soutien à l'extraction minière et des activités de soutien à l'extraction pétrolière et gazière ont toutes deux connu des baisses considérables.

Les industries de services ont affiché une augmentation de 2,0 %. Les industries de la finance et des assurances ont affiché une hausse de 3,9 % sous l'effet de la croissance de la production des services d'investissement financier, des services bancaires et des sociétés d'assurance. Le commerce de détail, le transport et l'entreposage, les services de soins de santé, les bailleurs de biens immobiliers et les services de restauration et débits de boissons ont contribué aux hausses de façon notable. La production du commerce de gros n'a affiché essentiellement aucune variation.

Saskatchewan

En Saskatchewan, le PIB a reculé de 1,0 % en 2016 après avoir diminué de 1,3 % en 2015. Il s'agit de la première fois que le PIB de la province diminue pendant deux années consécutives depuis les années 2001 et 2002. Les industries productrices de biens ont diminué de 2,9 % et ont contribué le plus à la contraction, en grande partie attribuable à d'importantes baisses dans le secteur de la construction (-14 %) et dans celui de l'extraction minière, l'exploitation en carrière et l'extraction de pétrole et de gaz (-4,5 %). En revanche, les cultures agricoles ont affiché une hausse de 6,2 % attribuable à des rendements nettement supérieurs à la moyenne.

Dans le contexte de la faiblesse des prix du pétrole et des matières premières, les travaux de génie (-31 %) ont affiché un recul prononcé pour une deuxième année consécutive sous l'effet de la réduction de projets d'extraction de pétrole et de gaz et d'extraction minière. Un déclin de la production des travaux de génie liés à l'énergie électrique a également contribué à la baisse du PIB. La construction résidentielle a diminué de 7,3 %, après avoir chuté de 14 % en 2015, en raison d'un recul du nombre de mises en chantier d'habitations, qui a atteint son plus bas niveau depuis 2009. L'activité de construction non résidentielle a affiché une hausse de 11 %, en raison d'une croissance des investissements dans les structures institutionnelles et gouvernementales.

La production manufacturière a augmenté de 2,9 % après une baisse de 4,9 % en 2015. Une forte croissance de la production des industries de la mouture de grains céréaliers et de graines oléagineuses et, dans une moindre mesure, de la fabrication de pesticides, d'engrais et d'autres produits chimiques agricoles, des produits du bois et de la fabrication de machines pour l'agriculture, la construction et l'extraction minière a plus que compensé les baisses observées dans les industries de la première transformation des métaux, des produits métalliques et des raffineries de pétrole.

Les industries de services ont affiché une croissance de 0,6 %, ce qui représente le rythme de croissance le plus lent en 20 ans (depuis le début de la série chronologique). Des hausses ont été observées dans les industries du secteur public, telles que les industries des soins de santé et des services sociaux (+2,7 %), des services d'enseignement (+2,5 %) et des administrations publiques locales, municipales et régionales (+2,4 %). Les banques et les coopératives de crédit et caisses populaires locales ont augmenté. Le commerce de détail a connu une légère croissance de 0,3 %, alors que les hausses enregistrées par les magasins de produits de santé et de soins personnels et les stations-service ont été en grande partie effacées par une diminution des ventes de véhicules et de pièces automobiles, qui étaient en baisse pour une deuxième année consécutive. Le commerce de gros a affiché une baisse de 4,3 %, sous l'effet d'un recul dans la majorité des activités de vente en gros.

Alberta

En Alberta, le PIB a diminué de 3,8 % en 2016, après avoir connu une baisse semblable (-3,7 %) en 2015. La dernière fois que le PIB de la province s'est contracté pour deux années consécutives est survenue en 1982 et 1983. Les industries productrices de biens ont reculé de 8,6 %, tandis que les industries de services ont connu une baisse de 0,7 %. La faiblesse des prix du pétrole a entraîné un recul de 32 % des travaux de génie liés au pétrole et au gaz, après une baisse de 34 % l'année précédente. Les activités de soutien à l'extraction pétrolière et gazière ont aussi affiché un recul considérable pour une deuxième année consécutive, en baisse de 32 % après un recul de 38 % en 2015. Ensemble, ces deux industries ont une fois de plus été à l'origine de la majorité de la diminution du PIB et ont contribué aux baisses de la production dans de nombreuses industries connexes.

L'extraction de pétrole et de gaz par des méthodes non classiques a affiché une croissance de 1,0 % (la hausse la plus faible depuis 2008), malgré les feux de forêt dans la région de Fort McMurray en mai et les interruptions marquées des activités aux fins d'entretien dans les installations de valorisation, sous l'effet de l'augmentation de la production annuelle attribuable aux grands projets à forte capitalisation dans les sables bitumineux. L'extraction de pétrole par des méthodes conventionnelles a affiché une légère hausse de 0,2 %.

La fabrication a diminué de 7,6 %, alors que 15 des 19 principaux sous-secteurs industriels ont connu des reculs. La fabrication des machines et des produits métalliques a contribué le plus à la baisse. La seule hausse notable dans le secteur de la fabrication provient de la production accrue des produits chimiques de base et des produits chimiques agricoles (+7,8 %).

La construction résidentielle a affiché une baisse de 20 %, alors que le nombre de mises en chantier d'habitations a affiché son plus bas creux depuis 2009 et le second en importance depuis 1997. La migration interprovinciale nette a affiché un solde négatif pour la première fois depuis la récession de 2009 et pour la deuxième fois seulement en 21 ans. La construction non résidentielle a diminué de 5,9 %. En revanche, les cultures agricoles ont affiché une hausse de 15 % sous l'effet d'une croissance du rendement moyen.

Le commerce de gros a diminué de 7,3 %, les pertes s'étant concentrées dans les machines, le matériel et les fournitures et dans les matériaux et fournitures de construction. Le commerce de détail a diminué de 2,9 %, principalement sous l'effet d'un recul des concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles (-7,6 %). La production a également diminué dans les services professionnels, scientifiques et techniques, les services administratifs et de soutien et dans les bureaux d'agents et de courtiers immobiliers. La production a augmenté dans les services bancaires et les services d'investissement financier. Les industries du secteur public, telles que les administrations publiques provinciales et locales, municipales et régionales, les soins de santé et l'assistance sociale et les services d'enseignement, ont connu une croissance.

Colombie-Britannique

En Colombie-Britannique, le PIB a augmenté de 3,7 % en 2016, après une hausse de 3,1 % en 2015, ce qui constitue la croissance la plus marquée parmi l'ensemble des provinces pour une deuxième année consécutive. Alors que les industries productrices de biens (+4,6 %) et les industries productrices de services (+3,5 %) ont toutes deux contribué à la croissance, la contribution des industries de services était plus de deux fois supérieure à celle des industries productrices de biens.

La forte demande sur le marché du logement, qui s'est concentrée dans les basses-terres continentales, a entraîné une hausse de 17 % de la construction résidentielle et a contribué à la croissance de l'activité des bureaux d'agents et de courtiers immobiliers, des bailleurs de biens immobiliers, des banques et des sociétés d'assurance. Le commerce de détail a progressé de 5,4 %, principalement en raison de hausses dans l'ensemble des types de magasins. Les industries du transport et de l'entreposage ont affiché une croissance de 5,7 % principalement attribuable aux industries du transport aérien, du transport par camion et des services de soutien au transport. Les services professionnels, scientifiques et techniques, les services d'hébergement et de restauration, et les services d'investissement financier ont aussi contribué à la croissance.

Les travaux de génie ont affiché un recul de 9,1 %, sous l'effet d'une baisse de 30 % des travaux de génie liés au pétrole et au gaz pour une deuxième année consécutive entraînée par la faiblesse des prix du pétrole et du gaz naturel. Toutefois, les autres travaux de génie ont augmenté, en raison du début des travaux relatifs à une nouvelle mine d'or.

La production manufacturière a augmenté de 5,8 %. Cette croissance était en grande partie attribuable à une hausse considérable de la production et la transformation d'alumine et d'aluminium, en raison de la réalisation d'un important programme de modernisation et d'expansion à la fonderie de Kitimat en 2015. Sous l'effet d'une croissance des exportations, la production dans les produits du bois et les aliments et les boissons a augmenté. Les activités de production, de transport et de distribution d'électricité ont affiché une hausse de 4,7 %.

Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière, et de l'extraction de pétrole et de gaz a affiché une croissance de 3,3 %. L'augmentation de la production dans l'extraction de pétrole et de gaz par des méthodes classiques et, dans une moindre mesure, dans l'extraction de minerais d'or et d'argent a fait contrepoids à la baisse observée dans l'extraction de minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc. Les activités de soutien à l'extraction minière, pétrolière et gazière ont aussi affiché une baisse importante.

Yukon

Au Yukon, le PIB a augmenté de 8,2 % en 2016, après avoir connu une baisse de 6,0 % en 2015. L'extraction de minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc a affiché une croissance marquée de 78 % en raison d'une production accrue et d'une plus grande concentration de minerai à la mine Minto. L'extraction de minerais d'or et d'argent a connu une hausse significative.

Les activités de production, de transport et de distribution d'électricité ont affiché une augmentation de 10 %. La construction a reculé de 0,9 %, alors que la baisse prononcée dans les travaux de génie a contrebalancé la croissance de 7,2 % enregistrée dans la construction résidentielle. La fabrication a affiché une hausse sous l'effet d'une croissance prononcée dans les produits métalliques.

Les services de transport, le commerce de détail, le commerce de gros, l'hébergement des voyageurs et les services d'investissement financier ont augmenté. Dans le secteur public, les soins de santé et l'assistance sociale, les administrations publiques territoriales ainsi que les administrations publiques locales, municipales et régionales ont également contribué à la croissance.

Territoires du Nord-Ouest

Dans les Territoires du Nord-Ouest, le PIB a légèrement diminué de 0,1 % en 2016, après avoir progressé de 1,3 % en 2015. Les autres travaux de génie ont affiché une baisse de 52 %, en raison de la fin des travaux relatifs à la mine de diamants Gahcho Kué. L'extraction de diamants s'est accrue de 5,7 % sous l'effet de l'ouverture de la nouvelle mine, qui a contrebalancé les répercussions associées à la fermeture d'une mine à la fin de 2015. L'extraction d'autres minerais métalliques est tombée à zéro en raison de la fermeture d'une mine de tungstène.

L'extraction de pétrole et de gaz par des méthodes classiques a diminué de 4,3 % et les activités de soutien à l'extraction minière et à l'extraction de pétrole et de gaz ont connu une baisse considérable. La construction résidentielle a affiché une hausse de 7,4 %. La construction non résidentielle s'est aussi accrue considérablement en raison d'un projet de construction d'un nouvel hôpital. Le transport aérien, les bailleurs de biens immobiliers, les banques et les administrations publiques territoriales ont contribué à la croissance. Le commerce de gros et le commerce de détail ont tous deux reculé.

Nunavut

Au Nunavut, le PIB a augmenté de 3,9 % en 2016, à la suite d'une croissance de 1,2 % en 2015. L'extraction de minerais de fer a affiché une croissance prononcée sous l'effet de l'accélération de la production de la mine de minerais de fer Mary River. En revanche, l'extraction de minerais d'or et d'argent et les activités de soutien à l'extraction minière ont affiché des reculs considérables. Les travaux de génie ont connu une croissance de 30 % en raison des travaux relatifs à une nouvelle mine d'or et à des centrales électriques qui ont plus que compensé le recul enregistré dans les travaux de génie liés au transport.

La construction non résidentielle a diminué en raison de l'achèvement du Centre aquatique d'Iqaluit et du ralentissement des travaux d'amélioration à l'aéroport d'Iqaluit et à la Station canadienne de recherche dans l'Extrême-Arctique. La construction résidentielle a reculé de 15 %. La production des industries de services a progressé de 2,5 %, en raison surtout des hausses enregistrées dans le commerce de gros et dans le commerce de détail ainsi que dans les administrations publiques territoriales.


  Note aux lecteurs

Les données provinciales et territoriales sur le produit intérieur brut (PIB) par industrie aux prix de base sont des estimations selon des indices de volume en chaîne dont l'année de référence est 2007. Cela signifie que les données pour chaque industrie et agrégat sont obtenues à partir d'un indice enchaîné de volume multiplié par la valeur ajoutée de l'industrie en 2007.

Les variations en pourcentage du PIB par industrie sont calculées à l'aide de mesures en volume, c'est-à-dire qu'elles sont corrigées en fonction des variations de prix.

Les estimations du PIB provincial et territorial par industrie pour 2016 sont comprises dans le présent communiqué. Les données des années antérieures n'ont fait l'objet d'aucune révision. Les estimations révisées du PIB provincial et territorial par industrie, ainsi que selon les revenus et les dépenses, pour les années 2014 à 2016 seront publiées en novembre 2017.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Guillaume Dubé au 613-863-0782 (guillaume.dube2@canada.ca), Division des comptes des industries.

Date de modification :