Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Étude : Femmes au Canada : les femmes immigrantes

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Diffusion : 2015-10-21

En 2011, plus de 3,5 millions de femmes et de filles immigrantes vivaient au Canada; elles constituaient environ le cinquième de la population féminine du pays. En outre, 52,3 % de la population immigrante totale était de sexe féminin comparativement à 50,8 % de la population totale canadienne. Par contre, 100 ans plus tôt, les femmes et les filles constituaient 38,7 % de la population immigrante, mais 47,0 % de la population totale.

Les immigrantes étaient plus susceptibles que les femmes nées au Canada d'être titulaires d'un grade universitaire. Malgré cela, le taux de chômage était plus élevé chez les immigrantes que chez les femmes nées au Canada. De plus, les immigrantes ayant fait des études universitaires étaient plus susceptibles que les femmes nées au Canada de déclarer qu'elles occupaient un poste qui nécessitait un niveau de scolarité moins élevé.

Ces constatations sont tirées d'un nouveau chapitre de la septième édition de la publication Femmes au Canada, intitulé « Les femmes immigrantes », publié aujourd'hui. Le chapitre fournit un profil socioéconomique et démographique des immigrantes au Canada, comparativement aux femmes nées au Canada et aux hommes immigrants.

Les immigrantes sont plus susceptibles d'avoir fait des études universitaires que les femmes nées au Canada

En 2011, 27,7 % des immigrantes âgées de 15 ans ou plus étaient titulaires d'un baccalauréat ou d'un grade de niveau supérieur, comparativement à 19,2 % des femmes de 15 ans ou plus nées au Canada. Une proportion supérieure d'hommes immigrants (31,2 %) que de femmes immigrantes étaient titulaires d'un baccalauréat ou d'un grade de niveau supérieur. Dans le cas de la population née au Canada, cependant, la proportion d'hommes titulaires d'un grade universitaire (16,6 %) était plus faible que celle des femmes.

Les titulaires d'un grade universitaire étaient proportionnellement plus nombreux au sein du principal groupe d'âge actif (25 à 54 ans). En 2011, près de 4 immigrantes sur 10 de ce groupe d'âge étaient titulaires d'un baccalauréat ou d'un grade de niveau supérieur, comparativement à un peu plus du quart des femmes du même groupe d'âge nées au Canada. Il en allait de même pour les hommes immigrants du principal groupe d'âge actif; chez ces derniers, près de 4 hommes immigrants sur 10 étaient titulaires d'un baccalauréat ou d'un grade de niveau supérieur, comparativement à un peu plus de 2 hommes sur 10 nés au Canada.

Les immigrantes sont plus susceptibles d'être sans emploi comparativement aux femmes nées au Canada et aux hommes immigrants

Même si elles étaient plus susceptibles de détenir un baccalauréat ou un grade de niveau supérieur, les immigrantes étaient aussi plus susceptibles que leurs homologues nées au Canada d'être sans emploi. Dans le principal groupe d'âge actif, 8,8 % des immigrantes étaient sans emploi, comparativement à 5,2 % des femmes nées au Canada.

Les immigrantes récentes du principal groupe d'âge actif affichaient un taux de chômage de 14,7 %. Toutefois, celles qui étaient arrivées au Canada avant 1991 affichaient un taux de chômage qui se rapprochait de celui de leurs homologues nées au Canada. Par contraste, même si le taux de chômage était plus élevé chez les hommes immigrants récents (10,0 %) du principal groupe d'âge actif que chez les hommes nés au Canada (6,1 %), les taux de chômage pour les hommes immigrants de longue date (au Canada depuis 6 à 10 ans) et les hommes nés au Canada étaient similaires.

La non-concordance entre l'emploi et les études est plus courante chez les immigrantes que chez les femmes nées au Canada

Au sein de la population active, 48,7 % des immigrantes du principal groupe d'âge actif qui étaient titulaires d'un baccalauréat ou d'un grade de niveau supérieur occupaient un poste qui nécessitait généralement un niveau de scolarité moins élevé. En revanche, c'était le cas pour 30,0 % des femmes nées au Canada du même groupe d'âge. Ce sont les immigrantes récentes qui étaient les moins susceptibles d'avoir un emploi correspondant à leur scolarité. Plus précisément, 60,1 % des immigrantes récentes du principal groupe d'âge actif détentrices d'un baccalauréat ou d'un grade de niveau supérieur occupaient un poste qui ne correspondait pas à leur niveau de scolarité.

Les hommes immigrants étaient moins susceptibles que les femmes immigrantes de déclarer une non-concordance entre le niveau d'études requis pour leur poste et leur propre niveau de scolarité. Au sein du principal groupe d'âge actif, 41,0 % de l'ensemble des hommes immigrants et 49,9 % des immigrants récents titulaires d'un grade universitaire occupaient un poste nécessitant tout au plus une formation collégiale. Les hommes immigrants étaient néanmoins plus susceptibles que leurs homologues nés au Canada (30,0 %) de déclarer une non-concordance.

  Note aux lecteurs

Les immigrants sont des personnes qui sont ou qui ont déjà été des immigrants reçus. Il s'agit de personnes autorisées à vivre au Canada en permanence par les autorités de l'immigration. Les immigrants sont soit citoyens canadiens par naturalisation, soit résidents permanents (immigrants reçus) en vertu de la législation canadienne. La plupart des immigrants sont nés à l'étranger, mais un petit nombre d'entre eux sont nés au Canada. La population immigrante exclut les résidents non permanents; ceux-ci sont des personnes qui se trouvent au Canada en vertu d'un permis d'emploi ou d'études, ou qui revendiquent le statut de réfugié.

Les immigrants récents sont des immigrants reçus arrivés au Canada au cours des cinq années ayant précédé la date à laquelle une enquête donnée a été réalisée, dans le cas présent, l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011.

Produits

Le présent communiqué est fondé sur le chapitre « Les femmes immigrantes » de la publication Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe, septième édition (Numéro au catalogue89-503-X), diffusé en ligne. Il est accessible à partir du module Publications de notre site Web, sous l'onglet Parcourir par ressource clé.

La publication Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe est un travail de collaboration de Condition féminine Canada et de Statistique Canada.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca).

Pour obtenir plus de renseignements sur la publication Femmes au Canada, ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Pierre Turcotte au 613-854-1622 (pierre.turcotte@canada.ca), Division de la statistique sociale et autochtone.

Date de modification :