Publications

    Documents démographiques

    Une diversité qui perdure : le mode de vie des enfants au Canada selon les recensements des 100 dernières années

    Annexe

    Warning Consulter la version la plus récente.

    Information archivée dans le Web

    L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

    Définitions de la famille et des enfants d’un recensement à l’autre

    Dans le passé, les changements liés à la famille apportés aux questionnaires et aux concepts du recensement ont suivi les changements sociétauxNote 47. Au cours de la période couverte par le présent document, des modifications ont été apportées aux définitions liées aux enfants et aux familles (voir le tableau A1 pour un sommaire).

    Avant le Recensement de 1941, il n’y avait pas de définition uniforme de la famille, et on ne faisait pas beaucoup de distinction entre le ménage et les unités de la famille dans les publications du recensement de 1901 à 1931. Par exemple, dans les recensements de 1871 à 1911, les chambreurs, les pensionnaires, les employés et les autres personnes non apparentées étaient considérés comme des membres de la famille s’ils habitaient dans le même ménageNote 48. En 1979, l’évolution des concepts de la famille de recensement et des enfants dans les familles de recensement a été documentée comme suitNote 49 :

    Avec les années, les termes « famille » et « enfants » dans les familles ont été définis différemment dans le recensement canadien, et les totalisations des statistiques fondées sur ces définitions ont changé. Il existe des statistiques raisonnablement comparables sur les familles canadiennes depuis 1941, année où la notion de « famille de recensement » a été créée. La majeure partie des données sur les familles du recensement canadien sont préparées et publiées en fonction de ce concept, qui permet également d’avoir des statistiques relativement comparables sur les enfants de 0 à 24 ans vivant au foyerNote 50.

    D’après la définition de la famille de recensement employée dans le recensement depuis 1941, une famille comprend généralement : « […]un époux et une épouse avec ou sans enfants célibataires (peu importe leur âge), ou un parent seul, quel que soit son état matrimonial, avec un ou plusieurs enfants célibataires (peu importe leur âge) vivant dans le même logement »Note 51.

    Depuis 1956, le recensement canadien établit et publie également des données en fonction du concept de « famille économique ». Une famille économique est définie comme « [...]deux personnes ou plus vivant dans le même ménage et qui sont apparentées par le sang, par alliance ou par adoption »Note 52.

    Dans le Recensement de 1976, l’univers des familles de recensement était limité aux familles vivant dans des ménages privés canadiens seulement et excluait les familles qui vivaient dans des ménages collectifs et des ménages à l’étranger.  Cependant, cette modification du champ d’observation n’a pas affecté de façon significative la comparabilité des statistiques sur les familles et les enfantsNote 53.

    Dans les publications des recensements canadiens de 1941 à 1971, on considérait généralement comme enfants dans les familles de recensement les fils et les filles de tous âges qui étaient célibataires et vivaient au foyer. Les enfants qui avaient déjà été mariés, quel que soit leur âge, n’étaient pas considérés comme membres enfants au sens large et ne figuraient que dans quelques totalisations. La plupart des tableaux contenant des statistiques sur les enfants portaient sur ceux de 0 à 24 ans. Étaient également considérés comme enfants, les enfants adoptés et [les enfants par alliance], les enfants en foyer nourricier pour lesquels aucune rémunération n’était reçue, ainsi que les pupilles et les enfants en tutelle âgés de moins de 21 ans résidant dans le même logementNote 54.

    [Dans le Recensement de 1976, une réévaluation des concepts, des méthodes de totalisation, des procédures de dénombrement et du champ d’observation ont provoqué un certain nombre de changements qui visaient à améliorer la qualité de ces statistiques. En particulier, les changements conceptuels devaient faire concorder les statistiques sur les enfants avec la signification littérale du mot « enfant » tel qu’il est employé dans le recensement. On ne considère pas que l’élimination de certains membres des ménages autrefois totalisés comme enfants dans les famillesNote 55, que les changements de procédure dans le dénombrement de certains jeunes adultes absents du foyer pour des motifs scolaires, et que la limitation des statistiques sur la famille et les enfants aux ménages privés résidant au Canada seulement, affectent indûment la comparabilité des données sur les enfants de 0 à 24 ans de 1941 à 1976, étant donné que ces modifications sont prises en considération au besoin, c’est-à-dire lorsqu’elle peuvent introduire une différence significative lors de l’interprétation des statistiquesNote 56.

    Le concept de famille de recensement est demeuré inchangé de 1976 à 1996, et ce, malgré les changements terminologiques apportés en 1991Note 57 et la disponibilité rétroactive, remontant à 1981, des données sur les partenaires en union libre et les couples en union libreNote 58.

    Au tournant du millénaire, on a étendu de diverses façons la définition des familles de recensement et, par conséquent, la définition des enfants vivant au sein de ces familles. Le Recensement de 2001 a étendu et mieux précisé le concept des enfants dans les familles de recensement afin d’inclure ce qui suit :

    • Les enfants dans une famille de recensement qui ont déjà été mariés (il faut cependant qu’ils ne vivent pas avec le conjoint marié ou en union libre au moment du recensement). De 1941 à 1996, ils devaient être « jamais mariés ».
    • Les enfants vivant avec deux parents en union libre de même sexe — un concept qui a été étendu en 2006 pour inclure les parents mariés de même sexe.
    • Un petit-enfant vivant dans un ménage trigénérationnel dont le parent (génération intermédiaire) ne s’est jamais marié est, contrairement à ce qu’il était fait dans les recensements antérieurs, considéré comme un enfant dans la famille de recensement de ce père ou de cette mère à condition de n’habiter ni avec son propre conjoint marié, partenaire en union libre ou enfant. De 1976 à 1996, la famille de recensement se composait habituellement des deux générations plus âgées.
    • Un petit-enfant d’un autre membre du ménage, et pour lequel un parent appartenant à la génération intermédiaire est absent, est maintenant considéré comme un enfant dans la famille de recensement de son grand-parent, à condition que le petit-enfant n’habite pas avec son propre conjoint, partenaire en union libre ou enfant. De 1976 à 1996, un tel petit-enfant n’était pas considéré comme un membre d’une famille de recensement.

    Dans l’ensemble, de 1996 à 2001, on a enregistré une hausse de 1,0 % du nombre d’enfants de 24 ans et moins dans les familles de recensement en fonction du nouveau concept de 2001, tandis qu’il y aurait eu une diminution de -0,3 % du nombre d’enfants pendant cette période si les concepts étaient demeurés constants. Parmi les enfants de 24 ans et moins dans les familles monoparentales, l’augmentation a été de 11,3 % entre 1996 et 2001 en tenant compte des nouveaux concepts de 2001, comparativement à une hausse de 5,5 % si ces concepts étaient demeurés inchangés. Par conséquent, ces modifications conceptuelles nous obligent à interpréter avec prudence les comparaisons historiques des familles de recensement, surtout dans le cas des familles monoparentales.

    Depuis le Recensement de 2011, un enfant vivant avec deux parents pouvait également être classé comme vivant dans une famille intacte ou dans une famille recomposée. Un enfant par alliance est défini comme étant un enfant vivant au sein d’une famille composée d’un couple marié ou en union libre et qui est l’enfant biologique ou adoptif d’un et un seul conjoint au sein de ce couple. Une famille recomposée est une famille de recensement comptant un couple et au moins un tel enfant.

    En outre, en 2011, on pouvait établir une distinction entre les enfants vivant dans une famille recomposée simple ou une famille recomposée complexeNote 59. Une famille recomposée simple désigne une famille comptant un couple marié ou en union libre et où tous les enfants présents sont les enfants biologiques ou adoptifs d’un et un seul des conjoints et dont la naissance ou l’adoption précédait la relation actuelle. Il y a trois types de familles recomposées complexes :  une famille comptant un couple où il y a au moins un enfant des deux conjoints et au moins un enfant d’un et un seul conjoint; une famille comptant un couple où il y a au moins un enfant issu de l’union précédente de chaque conjoint et aucun enfant commun aux deux conjoints; enfin, une famille comptant un couple où il y a au moins un enfant commun aux deux conjoints et au moins un enfant issu de l’union précédente de chaque conjoint.

    Tout au long du document, le terme « enfant » désigne les enfants biologiques ou adoptifs de 24 ans et moins vivant dans le même logement que leur(s) parent(s) dans l’univers des ménages privés, sauf indication contraire. La volonté d’établir des tendances historiques est la principale raison de ce choix puisque des données statistiques sur les enfants de 24 ans et moins ont été publiées pour la plupart des recensements. De plus, cette limite d’âge permet de refléter une certaine dépendance des enfants par rapport à leur(s) parent(s).

    On peut ajouter que les personnes qui sont généralement considérées comme des enfants ne sont pas toutes catégoriées comme des « enfants » dans les familles de recensement. Dans le Recensement de 2011, par exemple, 89,2 % de la population de 24 ans et moins vivant dans un ménage privé étaient des enfants dans des familles de recensement, tandis que la proportion restante de 10,8 % présentaient d’autres modes de vie. Les « enfants en famille d’accueil », qui sont considérés comme d’« autres personnes apparentées » dans une famille économiqueNote 60, ne sont pas considérés comme des « enfants » dans les familles de recensement depuis 1976. Depuis 1941, la proportion de la population de 24 ans et moins dans les ménages privés vivant hors d’une famille de recensement n’a pas dépassé 20,7 %.

    Le terme « enfant » peut être employé dans d’autres contextes, comme celui des jeunes adultes vivant au sein du foyer parental. Dans ce dernier cas, le terme « enfant » est défini dans le contexte du concept des familles économique, c'est‑à‑dire le fils ou la fille de la personne repère de la famille économique. Ces enfants adultes peuvent vivre au sein du foyer parental en compagnie d’un conjoint marié ou d’un partenaire en union libre ou d’enfants propres.

    Les définitions du mode de vie dans le contexte du recensement se limitent aux modes de vie en cohabitation. Les membres de la famille immédiate vivant dans des ménages séparés ne sont pas dénombrés comme des membres de la même famille de recensement. Comme c’est toujours le cas aujourd’hui, les recensements permettent d’obtenir une photo à un moment précis, le jour du recensement, du mode de vie des personnes; dans ce contexte, le recensement ne saisit pas complètement le mode de vie des enfants durant toute leur enfance.


    Notes

    1. Che-Alford, J., C. Allan et G. Butlin. 1994. Focus on Canada: Families in Canada, 96-307E au catalogue de Statistique Canada et Prentice Hall Canada.
    2. Gauthier, H. 1971. L’évolution de la définition de la famille du recensement de 1871 au recensement de 1971, note de recherche sur la population et le logement, PH-FAM-2, 1570F au catalogue de Statistique Canada.
    3. Wargon, S.T. 1979. L’enfant dans la famille canadienne, 98-810 au catalogue de Statistique Canada.
    4. Wargon. 1979, pages 11 à 12.
    5. Wargon. 1979, page 12.
    6. Wargon. 1979, page 13.
    7. Wargon. 1979, page 12.
    8. Wargon. 1979, page 13.
    9. Ceci comprend l’exclusion des membres du ménage qui étaient auparavant désignés comme des enfants dans tous les recensements avant celui de 1976, mais pour lesquels il n’y avait pas (selon un rapport d’évaluation non publié de 1971), en fait, de lien parent-enfant direct comme l’exige la définition de famille de recensement. Ces enfants étaient, par exemple, des petits-enfants, nièces, neveux, etc., qui avaient moins de 21 ans. Les pupilles sans lien de parenté, les enfants en foyer d’accueil et en tutelle, qu’une rémunération ait été touchée ou non par les adultes responsables, étaient classés et totalisés en 1976 comme des chambreurs au lieu d’enfants dans les familles. En 1971 et dans tous les recensements précédents jusqu’à celui de 1941, ils avaient été classés comme des enfants si aucune rémunération n’avait été touchée.
    10. Wargon. 1979, page 14.
    11. Le Dictionnaire du Recensement de 1991 indique (page 149) « Lors des recensements antérieurs, le terme « familles époux-épouse » désignait tant les familles comptant un couple actuellement marié que celles comptant un couple en union libre ».
    12. Le Dictionnaire du Recensement de 1996 indique (page 147) « Les données sur les couples vivant en union libre ne sont disponibles que depuis 1981 [comme sous-ensemble de tous les couples] ».
    13. Pour plus d’information sur les familles recomposées, voir le document analytique du Recensement de 2011 intitulé Portrait des familles et situation des particuliers dans les ménages au Canada, 98-312-X-2011001 au catalogue de Statistique Canada.
    14. Les enfants en famille d’accueil sont considérés comme « d’autres personnes apparentées » dans la famille économique depuis 2006, même si les données les concernant n’étaient pas publiées séparément avant 2011. De 1976 à 1996, les enfants en famille d’accueil étaient considérés comme des « chambreurs » dans la famille économique.
    Date de modification :