Faits saillants

Passer au texte

Début du texte

Ce rapport présente des projections de la population et des ménages autochtones basées sur les données les plus à jour disponibles, notamment les données de l’Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011. Dans le cadre de ces projections, la population d’identité autochtone comprend les personnes s’identifiant aux Indiens inscrits et, parmi celles ne s’identifiant pas aux Indiens inscrits, celles qui se sont identifiées soit aux Indiens non inscrits, aux Métis, aux Inuits ou aux autres Autochtones dans l’ENM de 2011.

Population d’identité autochtone au Canada

  • La population d’identité autochtone au Canada, estimée à 1 502 000 personnes en 2011, pourrait atteindre entre 1 965 000 et 2 633 000 personnes en 2036 selon les scénarios de projection développés pour le présent rapport.
  • Le taux de croissance annuel moyen de la population autochtone serait plus élevé que celui de la population non autochtone selon tous les scénarios retenus. Conséquemment, la proportion d’Autochtones au sein de la population canadienne dans son ensemble pourrait augmenter et atteindre entre 4,6 % et 6,1 % en 2036, comparativement à 4,4 % en 2011.
  • La mobilité ethnique intragénérationnelle des Autochtones, ou en d’autres termes le changement dans la manière dont une personne déclare son groupe autochtone au cours de sa vie, de même qu’une fécondité plus élevée, sont les principaux facteurs de l’accroissement plus élevé de la population autochtone.
  • Il est projeté que la population autochtone demeurerait plus jeune que la population non autochtone d’ici 2036, mais qu’elle vieillirait plus rapidement. L’âge médian des Autochtones, de 27,7 ans en 2011, atteindrait entre 34,7 ans et 36,6 ans en 2036. En comparaison, l’âge médian de la population non autochtone passerait de 40,5 à 44,5 ans au cours de cette période.
  • Parmi les provinces, c’est au Manitoba et en Saskatchewan que la population autochtone demeurerait la plus importante proportionnellement à la taille de la population totale. La proportion d’Autochtones au sein de la population pourrait atteindre entre 17,6 % et 21,3 % au Manitoba et entre 18,5 % et 22,7 % en Saskatchewan en 2036.
  • Les Autochtones devraient continuer à représenter une forte proportion de la population des territoires, représentant entre 21,7 % et 24,6 % de la population du Yukon, entre 51,0 % et 56,2 % de la population des Territoires du Nord-Ouest et entre 88,5 % et 89,9 % de la population du Nunavut en 2036.

Indiens inscrits

  • Plus de la moitié des Autochtones, soit 768 000 personnes, étaient en 2011 des personnes déclarant avoir un statut d’Indien inscrit. Selon les présentes projections, cette population augmenterait pour atteindre entre 1 088 000 et 1 196 000 personnes en 2036. L’ampleur de cet accroissement dépend largement du maintien ou non d’une fécondité plus élevée au sein de ce groupe.
  • La population des Indiens inscrits vieillirait au cours des 25 prochaines années mais à un rythme plus lent que celui de la population autochtone dans son ensemble. L’âge médian de la population des Indiens inscrits, qui était de 26,3 ans en 2011, atteindrait entre 32,7 ans et 36,1 ans en 2036.
  • Près de la moitié (48 %) des Indiens inscrits habitaient dans une réserve indienne en 2011. Cette proportion demeurerait pratiquement inchangée si les tendances liées aux migrations internes passées, généralement favorables aux réserves indiennes, devaient se maintenir d’ici 2036. Elle diminuerait à 46 % si ces migrations cessaient d’être un facteur de croissance.

Indiens non inscrits

  • La population des Indiens non inscrits est une population qui connaît d’importants gains en raison de la mobilité ethnique intragénérationnelle, lesquels sont partiellement compensés par des pertes en raison d’inscriptions au Registre des Indiens. Cette population, de 223 000 personnes en 2011, pourrait donc croître modestement si la mobilité ethnique devait cesser après 2011 (245 000 personnes en 2036), mais pourrait plus que doubler si ce phénomène devait se maintenir (489 000 personnes en 2036).
  • La population des Indiens non inscrits est celle qui est appelée à vieillir le moins rapidement au cours des 25 prochaines années. L’âge médian de cette population, qui était de 27,1 ans en 2011, atteindrait en 2036 entre 32,1 ans et 33,0 ans dans les scénarios où la mobilité ethnique est maintenue constante. Elle pourrait cependant voir son âge médian décliner légèrement, à 26,8 ans en 2036, si la mobilité ethnique cessait dès 2011.
  • Les Indiens non inscrits formaient en 2011 le groupe présentant la plus forte proportion de personnes vivant dans une région métropolitaine de recensement (RMR). Cette proportion se maintiendrait au-delà des 50 % en 2036 selon tous les scénarios.

Métis

  • Près d’un Autochtone sur trois était un Métis en 2011. Selon les scénarios retenus, la population des Métis pourrait se chiffrer entre 531 000 et 835 000 personnes en 2036, en hausse par rapport à 437 000 en 2011. La fécondité des Métis étant relativement faible, cet important écart entre les scénarios de projection est dû à l’incertitude concernant la mobilité ethnique intragénérationnelle des Autochtones au cours des années à venir.
  • L’âge médian de la population des Métis augmenterait plus rapidement d’ici 2036 que celui de la population non autochtone et de la population autochtone dans son ensemble. De 31,1 ans en 2011, il s’élèverait à environ 40 ans en 2036, en hausse d’environ neuf ans selon tous les scénarios considérés.
  • En 2011, 47,8 % des Métis résidaient dans une région métropolitaine de recensement. Cette proportion deviendrait supérieure à 50 % dans tous les scénarios, sauf dans l’éventualité où la mobilité ethnique cesserait d’alimenter cet accroissement.

Inuits

  • La population inuite est appelée à croître à un rythme annuel moyen se situant entre 1,2 % et 1,7 %, en raison essentiellement de sa forte fécondité. Il s’agit d’un taux d’accroissement élevé si l’on considère que ce groupe présente une espérance de vie plus faible que le reste de la population. La population inuite atteindrait entre 86 000 et 95 000 personnes en 2036, alors qu’elle était de 63 000 en 2011.
  • La population inuite était le groupe d’identité autochtone le plus jeune au Canada, avec un âge médian de seulement 23,1 ans en 2011. Cette population vieillirait durant toute la période projetée de sorte que son âge médian serait supérieur de six à neuf ans d’ici 2036. La vitesse de ce vieillissement serait fortement liée à la fécondité future de ce groupe.
  • En 2011, 46 000 Inuits habitaient dans l’une des quatre régions de l’Inuit Nunangat. En 2036, la population des Inuits vivant dans l’Inuit Nunangat atteindrait entre 64 000 personnes et 72 000 personnes.

Ménages autochtones

  • En 2011, on dénombrait 699 000 ménages composés d’au moins un Autochtone, ce qui représentait 5,1 % de l’ensemble des ménages au Canada. En 2036, le nombre de ménages autochtones atteindrait entre 986 000 et 1 214 000 et représenterait entre 5,5 % et 6,8 % de l’ensemble des ménages.
  • Le nombre de ménages autochtones serait en croissance dans toutes les régions du Canada d’ici 2036. Cette croissance serait plus élevée au Nunavut (entre +72,8 % et +79,4 %) et dans les provinces des Prairies : entre 58,2 % et 78,4 % au Manitoba, entre 64,6 % et 74,0 % en Saskatchewan et entre 60,5 % et 90,7 % en Alberta. C’est dans la région de l’Atlantique que les taux de croissance du nombre de ménages autochtones seraient les plus bas au cours de cette période.
  • Le nombre de ménages (tant autochtones que non autochtones) dans les réserves indiennes augmenterait entre 2011 et 2036 au Canada. On dénombrait 120 000 ménages dans les réserves en 2011 et ce nombre pourrait atteindre entre 191 000 et 208 000 en 2036.
Date de modification :