Introduction

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

La démographie canadienne semble stable à maints égards : l’espérance de vie augmente graduellement, la fécondité des Canadiennes fluctue autour de 1,7 enfant par femme depuis 40 ans et le nombre annuel d’immigrants est demeuré relativement inchangé depuis plus d’une décennie. Pourtant, la démographie canadienne connaît d’importants changements, susceptibles d’avoir des impacts profonds et durables sur la société canadienne. De nombreuses conséquences sont susceptibles de découler du vieillissement des générations nombreuses du baby-boom à mesure que celles-ci franchissent les âges séparant généralement la vie active de la retraite. Une immigration soutenue combinée à une faible fécondité persistante amène la population canadienne à se diversifier rapidement, ce que le démographe David Coleman a appelé la « troisième transition démographique ». Le nombre d’immigrants temporaires, travailleurs ou étudiants, est en augmentation, et la possibilité pour ces immigrants d’obtenir un statut d’immigrant permanent est plus facile qu’avant. Enfin, la répartition géographique de la population se voit elle aussi transformée par la mobilité de la population canadienne, certaines provinces, notamment l’Alberta et plus récemment la Saskatchewan, attirant un nombre relativement élevé de personnes des autres provinces. Ces changements modifient à la fois la composition et la répartition de la population canadienne et sont par conséquent susceptibles d’avoir des répercussions économiques, politiques et sociales.

Dans ce contexte, les projections démographiques sont d’une grande pertinence et utilité dans la mesure où elles permettent d’envisager les changements que le pays est appelé à connaître dans le futur. La présente édition des Projections démographiques pour le Canada, les provinces et les territoires a pour point de départ les estimations démographiques au 1er juillet 2013. Les projections s’étendent sur une période de 25 ans, soit jusqu’en 2038 pour ce qui est des provinces et des territoires, et sur une période de 50 ans (jusqu’en 2063) pour ce qui est du Canada dans son ensemble. Contrairement à ce qui était fait dans le passé, les hypothèses et les méthodes sont détaillées dans un document distinct intitulé Projections démographiques pour le Canada (2013 à 2063), les provinces et les territoires (2013 à 2038) : rapport technique sur la méthodologie et les hypothèses (no 91-620-X au catalogue de Statistique Canada). On ne retrouvera donc, dans le présent document, qu’une analyse des résultats, après un bref rappel des hypothèses et scénarios.

Ce rapport se divise en quatre sections. La première section consiste en un récapitulatif des hypothèses et scénarios de projection. La seconde partie présente les résultats au niveau national. La troisième partie s’attarde aux résultats dans les provinces et territoires comprenant pour chacun d’eux un sommaire spécifique à chacun. La conclusion est présentée en quatrième partie.

Date de modification :