Estimations démographiques annuelles : régions infraprovinciales, 1er juillet 2019
Méthodologie

Début de l'encadré

Notes relatives à la méthodologie

La méthode itérative bidimensionnelle est aussi appelée « méthode Deming », « méthode d’ajustement proportionnel itératif » ou calage (voir Shryock, Siegel et coll., 1976 : 547-549).
Sauf mention contraire, le terme « provisoire » fait également référence à celui de « mise à jour ».

Le fichier des familles T1 (FFT1) est dérivé du fichier T1 de l'Agence du revenu du Canada (ARC) par le Centre de la statistique du revenu et du bien-être socioéconomique de Statistique Canada.

Fin de l'encadré

Ce document décrit les concepts, les sources de données et les méthodes utilisés pour produire les estimations démographiques. Les estimations démographiques sont produites afin de mesurer les effectifs de population selon diverses caractéristiques et niveaux géographiques entre deux recensements. Les estimations démographiques sont les estimations officielles de la population au niveau national, provincial, territorial et infraprovincial.

Les estimations postcensitaires ont comme base le Recensement de 2016.

Estimations de la population

Catégories d'estimations

Les estimations de la population peuvent être intercensitaires ou postcensitaires. Les estimations intercensitaires sont produites à l’aide des comptes de deux recensements consécutifs rajustés pour le sous-dénombrement net du recensement (SDNR)Note 1 et des estimations postcensitaires. La production d'estimations intercensitaires consiste à mettre à jour les estimations postcensitaires à l’aide des comptes d’un nouveau recensement rajustées pour le SDNR.

Les estimations postcensitaires sont produites à partir du plus récent recensement rajusté pour le SDNR et des composantes de l’accroissement démographique. Du point de vue de l'actualité des données, les estimations postcensitaires sont plus récentes que celles du dernier recensement rajusté pour le SDNR, mais elles présentent une plus grande variabilité à mesure que l’on s’éloigne de la date de ce recensement.

Niveaux des estimations

La mise à jour des estimations de la population entre les recensements nécessite l’utilisation de données tirées de dossiers administratifs ou d’enquêtes. La qualité des estimations de population dépend donc de l'accès à plusieurs fichiers de données administratives mis à la disposition de Statistique Canada par divers ministères canadiens et étrangers. Puisque certaines composantes ne sont disponibles que plusieurs mois après la date de référence, trois types d’estimations postcensitaires sont produits. Celles-ci peuvent être postcensitaires provisoires (PP), postcensitaires mises à jour (PR) ou postcensitaires définitives (PD). Le délai entre la date de référence et la disponibilité des estimations est de trois mois pour les provisoires et de deux à trois ans pour les définitives. Bien qu'elle nécessite une plus grande vigilance des utilisateurs, la production de trois séries successives d’estimations permet de concilier l’actualité et la qualité des estimations.

Calcul des estimations postcensitaires de la population

Les estimations de la population sont produites à partir de la méthode des composantes et ce, à la fois pour les estimations provisoires, mises à jour et définitives. La méthode des composantes consiste à ajouter ou à retrancher à l’effectif de la population du recensement le plus récent, rajusté pour le SDNR (c’est-à-dire le sous-dénombrement moins le surdénombrement), le nombre de naissances, de décès et les composantes migratoires internes et internationales.

A. Estimation infraprovinciale

Estimations de la population au niveau des régions métropolitaines de recensement, des agglomérations de recensement et des divisions de recensement

La méthode des composantes est utilisée pour produire des estimations à l’échelle des régions métropolitaines de recensement (RMR), des agglomérations de recensement (AR) et des divisions de recensement (DR) selon l’âge et le sexe. Cette dernière est appliquée à chaque cohorte d’âge et sexe de la population de départ.

Les équations de la méthode des composantes pour estimer la population par âge et sexe des RMR, des AR et des DR sont les suivantes :

Pour l’âge 0 :

P (t+1) 0 MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaaiaacaGaaeqabaWaaeaaeaaakeaacaqGqb Waa0baaSqaaiaabIcacaqG0bGaey4kaSIaaeymaiaabMcaaeaacaqG Waaaaaaa@3D3E@ = B (t,t+1) D (t,t+1) 1 + I (t,t+1) 1 (E (t,t+1) 1 + ΔTE (t,t+1) 1 )+ RE (t,t+1) 1 + NPR (t+1) 0 + ΔNinter (t,t+1) 1 + ΔNintra (t,t+1) 1 + Resid (t,t+1) 1 MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaaiaacaGaaeqabaWaaeaaeaaakqaabeqaai aabkeadaqhaaWcbaGaaeikaiaabshacaqGSaGaaeiDaiabgUcaRiaa bgdacaqGPaaabaaaaOGaeyOeI0IaaeiramaaDaaaleaacaqGOaGaae iDaiaabYcacaqG0bGaey4kaSIaaeymaiaabMcaaeaacqGHsislcaqG XaaaaOGaey4kaSIaaeysamaaDaaaleaacaqGOaGaaeiDaiaabYcaca qG0bGaey4kaSIaaeymaiaabMcaaeaacqGHsislcaqGXaaaaOGaeyOe I0IaaeikaiaabweadaqhaaWcbaGaaeikaiaabshacaqGSaGaaeiDai abgUcaRiaabgdacaqGPaaabaGaeyOeI0IaaeymaaaakiabgUcaRiaa bs5acaqGubGaaeyramaaDaaaleaacaqGOaGaaeiDaiaabYcacaqG0b Gaey4kaSIaaeymaiaabMcaaeaacqGHsislcaqGXaaaaOGaaeykaiab gUcaRiaabkfacaqGfbWaa0baaSqaaiaabIcacaqG0bGaaeilaiaabs hacqGHRaWkcaqGXaGaaeykaaqaaiabgkHiTiaabgdaaaGccqGHRaWk caqGobGaaeiuaiaabkfadaqhaaWcbaGaaeikaiaabshacqGHRaWkca qGXaGaaeykaaqaaiaabcdaaaGccqGHRaWkaeaacaqGuoGaaeOtaiaa bMgacaqGUbGaaeiDaiaabwgacaqGYbWaa0baaSqaaiaabIcacaqG0b GaaeilaiaabshacqGHRaWkcaqGXaGaaeykaaqaaiabgkHiTiaabgda aaGccqGHRaWkcaqGuoGaaeOtaiaabMgacaqGUbGaaeiDaiaabkhaca qGHbWaa0baaSqaaiaabIcacaqG0bGaaeilaiaabshacqGHRaWkcaqG XaGaaeykaaqaaiabgkHiTiaabgdaaaGccqGHRaWkcaqGsbGaaeyzai aabohacaqGPbGaaeizamaaDaaaleaacaqGOaGaaeiDaiaabYcacaqG 0bGaey4kaSIaaeymaiaabMcaaeaacqGHsislcaqGXaaaaaaaaa@A24B@


Pour les âges de 1 an à 89 ans :

P (t+1) a+1 MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaciGacaGaaeqabaWaaeaaeaaakeaacaqGqb Waa0baaSqaaiaabIcacaqG0bGaey4kaSIaaeymaiaabMcaaeaacaqG HbGaey4kaSIaaeymaaaaaaa@3F09@ = P (t) a D (t,t+1) a + I (t,t+1) a (E (t,t+1) a + ΔTE (t,t+1) a )+ RE (t,t+1) a NPR (t) a + NPR (t+1) a+1 + ΔNinter (t,t+1) a + ΔNintra (t,t+1) a + Resid (t,t+1) a MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaaiaacaGaaeqabaWaaeaaeaaakqaabeqaai aabcfadaqhaaWcbaGaaeikaiaabshacaqGPaaabaGaaeyyaaaakiab gkHiTiaabseadaqhaaWcbaGaaeikaiaabshacaqGSaGaaeiDaiabgU caRiaabgdacaqGPaaabaGaaeyyaaaakiabgUcaRiaabMeadaqhaaWc baGaaeikaiaabshacaqGSaGaaeiDaiabgUcaRiaabgdacaqGPaaaba GaaeyyaaaakiabgkHiTiaabIcacaqGfbWaa0baaSqaaiaabIcacaqG 0bGaaeilaiaabshacqGHRaWkcaqGXaGaaeykaaqaaiaabggaaaGccq GHRaWkcaqGuoGaaeivaiaabweadaqhaaWcbaGaaeikaiaabshacaqG SaGaaeiDaiabgUcaRiaabgdacaqGPaaabaGaaeyyaaaakiaabMcacq GHRaWkcaqGsbGaaeyramaaDaaaleaacaqGOaGaaeiDaiaabYcacaqG 0bGaey4kaSIaaeymaiaabMcaaeaacaqGHbaaaOGaeyOeI0IaaeOtai aabcfacaqGsbWaa0baaSqaaiaabIcacaqG0bGaaeykaaqaaiaabgga aaGccqGHRaWkcaqGobGaaeiuaiaabkfadaqhaaWcbaGaaeikaiaabs hacqGHRaWkcaqGXaGaaeykaaqaaiaabggacqGHRaWkcaqGXaaaaOGa ey4kaScabaGaaeiLdiaab6eacaqGPbGaaeOBaiaabshacaqGLbGaae OCamaaDaaaleaacaqGOaGaaeiDaiaabYcacaqG0bGaey4kaSIaaeym aiaabMcaaeaacaqGHbaaaOGaey4kaSIaaeiLdiaab6eacaqGPbGaae OBaiaabshacaqGYbGaaeyyamaaDaaaleaacaqGOaGaaeiDaiaabYca caqG0bGaey4kaSIaaeymaiaabMcaaeaacaqGHbaaaOGaey4kaSIaae OuaiaabwgacaqGZbGaaeyAaiaabsgadaqhaaWcbaGaaeikaiaabsha caqGSaGaaeiDaiabgUcaRiaabgdacaqGPaaabaGaaeyyaaaaaaaa@A2AF@


Pour le groupe d’âge 90 ans et plus :

P (t+1) 90+ MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaciGacaGaaeqabaWaaeaaeaaakeaacaqGqb Waa0baaSqaaiaabIcacaqG0bGaey4kaSIaaeymaiaabMcaaeaacaqG 5aGaaeimaiabgUcaRaaaaaa@3EE0@ = P (t) 89+ D (t,t+1) 89+ + I (t,t+1) 89+ (E (t,t+1) 89+ + ΔTE (t,t+1) 89+ )+ RE (t,t+1) 89+ NPR (t) 89+ + NPR (t+1) 90+ + ΔNinter (t,t+1) 89+ + ΔNintra (t,t+1) 89+ + Resid (t,t+1) 89+ MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaaiaacaGaaeqabaWaaeaaeaaakqaabeqaai aabcfadaqhaaWcbaGaaeikaiaabshacaqGPaaabaGaaeioaiaabMda cqGHRaWkaaGccqGHsislcaqGebWaa0baaSqaaiaabIcacaqG0bGaae ilaiaabshacqGHRaWkcaqGXaGaaeykaaqaaiaabIdacaqG5aGaey4k aScaaOGaey4kaSIaaeysamaaDaaaleaacaqGOaGaaeiDaiaabYcaca qG0bGaey4kaSIaaeymaiaabMcaaeaacaqG4aGaaeyoaiabgUcaRaaa kiabgkHiTiaabIcacaqGfbWaa0baaSqaaiaabIcacaqG0bGaaeilai aabshacqGHRaWkcaqGXaGaaeykaaqaaiaabIdacaqG5aGaey4kaSca aOGaey4kaSIaaeiLdiaabsfacaqGfbWaa0baaSqaaiaabIcacaqG0b GaaeilaiaabshacqGHRaWkcaqGXaGaaeykaaqaaiaabIdacaqG5aGa ey4kaScaaOGaaeykaiabgUcaRiaabkfacaqGfbWaa0baaSqaaiaabI cacaqG0bGaaeilaiaabshacqGHRaWkcaqGXaGaaeykaaqaaiaabIda caqG5aGaey4kaScaaOGaeyOeI0IaaeOtaiaabcfacaqGsbWaa0baaS qaaiaabIcacaqG0bGaaeykaaqaaiaabIdacaqG5aGaey4kaScaaOGa ey4kaSIaaeOtaiaabcfacaqGsbWaa0baaSqaaiaabIcacaqG0bGaey 4kaSIaaeymaiaabMcaaeaacaaI5aGaaGimaiabgUcaRaaakiabgUca Raqaaiaabs5acaqGobGaaeyAaiaab6gacaqG0bGaaeyzaiaabkhada qhaaWcbaGaaeikaiaabshacaqGSaGaaeiDaiabgUcaRiaabgdacaqG PaaabaGaaeioaiaabMdacqGHRaWkaaGccqGHRaWkcaqGuoGaaeOtai aabMgacaqGUbGaaeiDaiaabkhacaqGHbWaa0baaSqaaiaabIcacaqG 0bGaaeilaiaabshacqGHRaWkcaqGXaGaaeykaaqaaiaabIdacaqG5a Gaey4kaScaaOGaey4kaSIaaeOuaiaabwgacaqGZbGaaeyAaiaabsga daqhaaWcbaGaaeikaiaabshacaqGSaGaaeiDaiabgUcaRiaabgdaca qGPaaabaGaaeioaiaabMdacqGHRaWkaaaaaaa@B126@


où, pour chaque région infraprovinciale :

(t,t+1) MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaaiaacaGaaeqabaWaaeaaeaaakeaaieaaca WFOaGaa8hDaiaa=XcacaWF0bGaey4kaSIaa8xmaiaa=Lcaaaa@3D2E@
= intervalle entre les temps t et t+1;
P (t+1) MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaaiaacaGaaeqabaWaaeaaeaaakeaacaWGqb WaaSbaaSqaaiaacIcacaWG0bGaey4kaSIaaGymaiaacMcaaeqaaaaa @3C97@
= estimation de la population au temps t+1;
P (t) MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqtubsr 4rNCHbGeaGqiVu0Je9sqqrpepC0xbbL8F4rqqrFfpeea0xe9Lq=Jc9 vqaqpepm0xbba9pwe9Q8fs0=yqaqpepae9pg0FirpepeKkFr0xfr=x fr=xb9adbaqaaeGaciGaaiaabeqaamaabaabaaGcbiqaaWubqaaaaa aaaaWdbiaadcfapaWaaSbaaSqaaiaacIcapeGaamiDa8aacaGGPaaa beaaaaa@39EB@
= population de départ au temps t (comptes du recensement rajustés pour le SDNR ou estimation la plus récente);
B MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaciGacaGaaeqabaWaaeaaeaaakeaacaqGcb aaaa@3870@
= nombre de naissances;
D MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaciGacaGaaeqabaWaaeaaeaaakeaacaqGeb aaaa@3872@
= nombre de décès;
I MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaciGacaGaaeqabaWaaeaaeaaakeaacaqGjb aaaa@3877@
= nombre d’immigrants;
E MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaciGacaGaaeqabaWaaeaaeaaakeaacaqGfb aaaa@3873@
= nombre d’émigrants;
ΔTE MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaciGacaGaaeqabaWaaeaaeaaakeaacqqHuo arcaqGubGaaeyraaaa@3AB0@
= solde de l’émigration temporaire;
RE MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaciGacaGaaeqabaWaaeaaeaaakeaacaqGsb Gaaeyraaaa@3948@
= nombre d’émigrants de retour;
NPR MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaciGacaGaaeqabaWaaeaaeaaakeaacaqGob Gaaeiuaiaabkfaaaa@3A24@
= nombre de résidents non permanents;
ΔNinter MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaciGacaGaaeqabaWaaeaaeaaakeaacqqHuo arcaqGobGaaeyAaiaab6gacaqG0bGaaeyzaiaabkhaaaa@3E93@
= solde de la migration interprovinciale;
ΔNintra MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaaiaacaGaaeqabaWaaeaaeaaakeaacqqHuo arcaqGobGaaeyAaiaab6gacaqG0bGaaeOCaiaabggaaaa@3E8B@
= solde de la migration intraprovinciale;
Resid MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbuLwBLn hiov2DGi1BTfMBaeXatLxBI9gBaerbd9wDYLwzYbItLDharqqr1ngB PrgifHhDYfgasaacH8srps0lbbf9q8WrFfeuY=Hhbbf9v8qqaqFr0x c9pk0xbba9q8WqFfea0=yr0RYxir=Jbba9q8aq0=yq=He9q8qqQ8fr Fve9Fve9Ff0dmeaabaqaciGacaGaaeqabaWaaeaaeaaakeaaieaaca WFsbGaa8xzaiaa=nhacaWFPbGaa8hzaaaa@3C30@
= écart résiduel (pour les estimations intercensitaires).


Dans le but de s’assurer de la concordance entre les estimations infraprovinciales et les estimations provinciales et territoriales par âge et sexe, la méthode itérative bidimensionnelle est utilisée.

Traitement particulier dans le cas des estimations postcensitaires du Québec

Les estimations postcensitaires de la population par âge et sexe du Québec à l’échelle des RMR, des AR et des DR sont calculées selon les équations de la méthode des composantes présentées plus haut, mais certaines composantes sont directement tirées des estimations de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ). Le traitement particulier propre à ces composantes est expliqué aux sections D et K.

Estimations de la population au niveau des régions économiques

La méthode d’estimation de la population utilisée pour les régions économiques (RE) est différente. Dans ce cas, la méthode d’agrégation des divisions de recensement (DR) est utilisée. Selon cette méthode, les RE sont d’abord définies à partir des DR selon les spécifications de la Classification géographique type (CGT) la plus récente. Dans le cas où la délimitation géographique des DR égale celle de la RE, aucun rajustement n’est requis; on procède à la sommation des estimations de chaque DR composant la RE.

Cependant, dans le cas où la délimitation géographique des DR n’égale pas celle de la RE, c’est-à-dire lorsqu’une DR se retrouve dans plus d’une RE, on répartit les composantes démographiques de cette DR proportionnellement à son poids démographique dans chacune des RE concernées. Ces proportions sont également nommées facteurs de conversion. Ces facteurs sont calculés à l’aide des comptes du plus récent recensement.

Il est alors possible d’allouer à chaque RE, les composantes démographiques (naissances, décès et composantes de la migration) initialement mesurées à l’échelle des DR. La méthode d’agrégation des DR selon le découpage géographique des RE permet ainsi d’estimer la population et les composantes de ces dernières.

Par contre, la méthode d’agrégation des DR ne permet pas d'estimer le nombre d'entrants et de sortants de la migration intraprovinciale. Cette méthode surestime ces deux composantes. En effet, le nombre d’entrants pour une DR donnée ayant comme origine une autre DR à l’intérieur d’une même RE ne devrait pas être comptabilisé puisque la migration a eu lieu à l’intérieur des frontières de cette même RE. Ce sont en fait de faux entrants. Il en est de même pour les sortants d’une DR ayant comme destination une autre DR à l’intérieur d’une RE. Ces derniers constituent de faux sortants. Par contre, le solde calculé à partir de la méthode d’agrégation des DR est cohérent puisque les faux entrants et faux sortants s’annulent. Ainsi, seul le solde de la migration intraprovinciale des RE peut être estimé avec exactitude par la méthode d’agrégation des DR. C’est par ailleurs pour cette raison que les entrants et les sortants de la migration intraprovinciale à l’échelle des RE ne sont pas disponibles.

Estimations de la population au niveau des subdivisions de recensement

La méthode d’estimation de la population utilisée pour les subdivisions de recensement (SDR) est également différente. Les estimations postcensitaires sont établies à partir des comptes du dernier recensement, rajustés pour le sous-dénombrement net du recensement (incluant le rajustement pour les réserves indiennes partiellement dénombrées) et à partir de l'estimation de l'accroissement démographique survenu depuis ce recensement, tel que calculé à l’aide de données fiscales. Les estimations intercensitaires sont établies à partir des estimations postcensitaires et des comptes du recensement rajustés précédant et suivant l'année considérée.

Les estimations de population des SDR du Québec sont fournies par l'Institut de la statistique du Québec (ISQ). Les estimations de population des SDR du Yukon ne sont pas diffusées par Statistique Canada et peuvent être trouvées sur le site web du Bureau des statistiques du Yukon.

Afin d'assurer la cohérence entre les estimations de population des DR et SDR, les estimations des SDR sont rajustées par la méthode itérative bidimensionnelle.

B. Niveaux des estimations

La différence entre les estimations de population postcensitaires provisoires et définitives réside dans l’actualité des composantes. Si toutes les composantes sont provisoires, l’estimation de population est qualifiée de postcensitaire provisoire (PP). Si toutes les composantes sont définitives, l’estimation de population est qualifiée de postcensitaire définitive (PD). Toute autre combinaison de niveaux est qualifiée de postcensitaire mise à jour (PR).

C. Population de base et composantes de l’accroissement démographique

Population de base

Les populations de base sont calculées selon les recensements quinquennaux. L’univers de la population du Recensement de 2016 comprend les groupes suivants :

L'univers de la population du Recensement de 2016 ne comprend pas les résidents étrangers, mais, depuis 1991, il comprend les résidents non permanents.

Les résidents étrangers n'ont pas été recensés depuis le Recensement de 1991. Par résidents étrangers, on entend :

Les populations de départ sont rajustées selon les étapes suivantes :

Correction pour tenir compte du sous-dénombrement net du recensement (SDNR)

La correction pour le SDNR est une étape importante. Le SDNR correspond à l'écart entre le nombre de personnes qui auraient dû être recensées mais ne l'ont pas été (sous-dénombrement) et le nombre de personnes qui ont été recensées, mais n’auraient pas dû l’être ou ont été comptées plus d'une fois (surdénombrement).

Pour estimer le sous-dénombrement net du recensement (SDNR) au niveau infraprovincial, on applique les taux provinciaux et territoriaux de SDNR par âge et par sexe aux subdivisions de recensement (SDR), lesquelles sont agrégées afin d'établir les populations de base des régions infraprovinciales de niveaux supérieurs (régions métropolitaines de recensement (RMR), agglomérations de recensement (AR) et divisions de recensement (DR) de la province).

D. Naissances et décès

Les nombres de naissances et de décès à l’échelle des divisions de recensement (DR), des régions métropolitaines de recensement (RMR) et des agglomérations de recensement (AR) proviennent directement des statistiques de l’état civil du Centre de données sur la santé de la population de Statistique Canada. Bien que Statistique Canada gère le Système national de statistiques de l'état civil, ce sont les bureaux centraux de la statistique de l'état civil des provinces et des territoires qui sont chargés de recueillir et de traiter l’information tirée de ces dossiers administratifs. Aux termes des lois provinciales et territoriales sur la statistique de l'état civil (ou de textes législatifs équivalents), l'enregistrement de toute naissance vivante et de tout décès est obligatoire, et chaque province et territoire fournit ces renseignements à Statistique Canada.

L’univers des statistiques de l'état civil correspond à celui du recensement. Ces univers comprennent les naissances et les décès de l'ensemble des Canadiens, des immigrants et des résidents non permanents (RNP) et excluent les résidents étrangers.

Les statistiques de l’état civil selon la province ou le territoire de résidence sont utilisées pour produire les estimations de naissances et décès définitives.

En l’absence de données des statistiques de l’état civil, le nombre de naissances est estimé à partir des quotients perspectifs de fécondité par âge de la mère. Le nombre de décès est estimé à partir des quotients perspectifs de mortalité par âge et sexe. Ces méthodes sont utilisées pour le calcul des estimations provisoires à l’échelle provinciale et territoriale.

Niveaux des estimations

Les estimations de naissances et de décès seront qualifiées définitives lorsqu’elles sont directement issues des statistiques de l’état civil du Centre de données sur la santé de la population de Statistique Canada. Ces estimations sont subséquemment rajustées aux totaux provinciaux et territoriaux à l’aide de la méthode itérative bidimensionnelle afin d’en assurer la concordance.

Lorsque l’on ne dispose pas de données sur les naissances et les décès, on répartit les estimations provisoires provinciales ou territoriales selon la plus récente distribution infraprovinciale connue tirée des statistiques de l’état civil du Centre de données sur la santé de la population de Statistique Canada afin d’obtenir les estimations par région. Dans ce cas, les estimations de naissances et de décès seront qualifiées de provisoires. Ces estimations sont subséquemment rajustées aux totaux provinciaux et territoriaux à l’aide de la méthode itérative bidimensionnelle afin d’en assurer la concordance.

Traitement particulier dans le cas des estimations provisoires et mises à jour du Québec et de la Colombie-Britannique

Pour les composantes des naissances et des décès des régions infraprovinciales du Québec, les estimations par âge et sexe de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) sont utilisées comme distribution pour les estimations provisoires et mises à jour. La décision d’utiliser ces données est justifiée par leur disponibilité plus hâtive. Pour les estimations définitives, les naissances et décès des régions infraprovinciales du Québec sont tirés des statistiques de l’état civil compilées par le Centre de données sur la santé de la population de Statistique Canada.

Il existe aussi une particularité quant aux totaux provinciaux à partir desquels les estimations infraprovinciales des décès et des naissances sont rajustées. Le Québec et la Colombie-Britannique fournissent leurs plus récentes estimations de naissances et de décès à l’échelle provinciale. Elles sont utilisées pour les estimations provisoires et mises à jour. Pour les estimations définitives, les naissances et décès de ces provinces sont tirés des statistiques de l’état civil compilées par le Centre de données sur la santé de la population de Statistique Canada.

E. Immigration

À l'instar des estimations sur les naissances et les décès, la collecte des statistiques d’immigration au Canada est également réglementée. Au Canada, l’immigration est réglementée depuis 2002, par la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés (LIPR). Celle-ci remplace la Loi sur l'immigration, adoptée en 1976 et modifiée plus d'une trentaine de fois par la suite. Immigration Réfugiés Citoyenneté Canada (IRCC) recueille et traite les dossiers administratifs des immigrants. Il transmet par la suite de l’information à Statistique Canada des fichiers du Système mondial de gestion des cas (SMGC). Cette information permet d’estimer le nombre et les caractéristiques des personnes auxquelles le gouvernement fédéral accorde le statut de résident permanent à une date donnée. Pour le Centre de démographie, les termes « immigrant » et « résident permanent » font référence au même concept.

Un immigrant est une personne qui n'est pas un citoyen canadien de naissance, mais à qui les autorités canadiennes de l'immigration ont accordé le droit de vivre au Canada. Le nombre de personnes nées à l'étranger de parents canadiens qui ne séjournent que provisoirement hors du pays n’est pas inclus dans le nombre d'immigrants.

L’estimation du nombre d’immigrants s’effectue principalement à partir de la date de l'octroi de la résidence permanente ou du droit d'établissement de la personne au Canada.

Afin de déterminer les régions infraprovinciales où s’établissent les immigrants, l’information de leur code postal provenant du « fichier d’adresses de correspondances » d’IRCC est utilisée pour les estimations des périodes 2011-2012 et subséquentesNote 3. L’utilisation de la variable du code postal pour mesurer la répartition infraprovinciale des immigrants permet d’assurer la meilleure cohérence possible avec d’autres sources de données administratives ainsi qu’avec les estimations démographiques à l’échelle provinciale et territoriale.

Les estimations infraprovinciales sont subséquemment rajustées aux totaux provinciaux et territoriaux à l’aide de la méthode itérative bidimensionnelle afin d’en assurer la cohérence.

Niveaux des estimations

La différence entre les estimations provisoires et définitives réside dans l’actualité des sources qui servent à estimer cette composante. Comme les estimations infraprovinciales des immigrants sont rajustées aux estimations provinciales et territoriales, le niveau des estimations à l’échelle infraprovinciale concordera. Les estimations des immigrants sont provisoires la première année et définitives l’année suivante.

F. Solde des résidents non permanents

À l’instar des naissances et des décès, la collecte des statistiques d’immigration au Canada est réglementée. Au Canada, les résidents non permanents (RNP) sont réglementés depuis 2002, par la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés (LIPR). Celle-ci remplace la Loi sur l'immigration, adoptée en 1976 et modifiée plus d'une trentaine de fois par la suite. Immigration Réfugiés Citoyenneté Canada (IRCC) recueille et traite les dossiers administratifs des RNP au Canada. Il transmet par la suite de l’information à Statistique Canada tirée des fichiers du Système mondial de gestion des cas (SMGC). Cette information permet d’estimer le nombre et les caractéristiques des personnes auxquelles le gouvernement fédéral accorde le statut de RNP.

Un RNP est une personne qui se trouve au Canada de façon temporaire, en toute légalité, grâce à un permis de séjour temporaire, ainsi que les membres de sa famille vivant avec lui. Les RNP comprennent les travailleurs étrangers, les étudiants étrangers, les cas humanitaires et les autres résidents temporaires. Les cas humanitaires comprennent les demandeurs d’asile et les résidents temporaires autorisés à demeurer au Canada pour des motifs d’ordre humanitaires et qui ne sont pas considérés comme des travailleurs étrangers ou des étudiants étrangers. Pour le Centre de démographie, les termes « RNP » et « résident temporaire » font référence au même concept.

Les estimations du nombre de RNP sont fondées sur l’estimation de l’effectif et non sur l’estimation du solde. Le nombre de personnes présentes dans le système administratif d’IRCC est estimé à une date déterminée pour chaque période sous étude. On estime tout d’abord le nombre de RNP en fin de période duquel on retranche le nombre de RNP en début de période. Ces estimations permettent de calculer le solde des RNP.

Est sélectionnée toute personne ayant obtenu le statut de résident non permanent, admise à une date antérieure à la période à l’étude. Dans le cas des revendicateurs du statut de réfugié, on utilise la date de leur demande. Pour leur exclusion de la population, les possibilités diffèrent pour les détenteurs de permis et les demandeurs d’asile. Pour un détenteur de permis, celui-ci est exclu de la population si la date d’échéance du permis est atteinte, s’il obtient un statut de résident permanent ou s’il est déporté. Pour les demandeurs d’asile, aux conditions précédentes s’ajoutent deux ans d’inactivité dans le dossier.

Afin de déterminer les régions infraprovinciales où s’établissent les résidents non permanents, l’information de leur municipalité d’intention de résidence est utilisée, telle que collectée par IRCC. Lorsque cette information est manquante, des fichiers auxiliaires d’IRCC sont utilisés afin de déterminer la région infraprovinciale de destination des résidents non permanents, sur la base du code postal de leur adresse. L’utilisation des microdonnées d’IRCC permet d’assurer la meilleure cohérence possible avec les estimations démographiques à l’échelle provinciale et territoriale.Note 4

Les estimations infraprovinciales sont subséquemment rajustées aux totaux provinciaux et territoriaux à l’aide de la méthode itérative bidimensionnelle afin d’en assurer la cohérence

Niveaux des estimations

La différence entre les estimations provisoires et définitives réside dans l’actualité de la source qui sert à estimer cette composante. Comme les estimations infraprovinciales des soldes de RNP sont rajustées aux estimations provinciales et territoriales, le niveau des estimations à l'échelle infraprovinciale concordera. Les estimations des RNP sont provisoires la première année et mises à jour l'année suivante. Elles sont finalisées deux à trois ans après l'année de référence au moment où toutes les autres composantes sont également définitives.

G. Émigration

Pour estimer le nombre d’émigrants à l’échelle provinciale et territoriale, on utilise des données du « U.S. Department of Homeland Security, Office of Immigration Statistics », des données recueillies par le programme fédéral de l’Allocation canadienne pour enfants (ACE)  et des données tirées du fichier des familles T1 (FFT1). La première source permet d’estimer l'émigration vers les États-Unis. À l’aide des données du programme de l’ACE, on estime l’émigration vers les autres pays. Pour ce faire, on doit rajuster les estimations des enfants émigrants puisque le programme n’est pas universel et ne fournit pas de renseignements directs sur le nombre d’émigrants adultes. Par conséquent, on applique quatre facteurs de rajustement afin de tenir compte :

Le taux d’émigration des adultes est ensuite appliqué à la population des adultes. L’émigration des adultes est répartie par province et territoire selon des données du FFT1. On calcule un ratio entre le nombre des adultes et des enfants émigrants du FFT1 que l’on applique au nombre d’enfants émigrants de l’ACE par province. Ce qui nous permet d’obtenir des nombres d’adultes émigrants dont la distribution provinciale sera différente de celle des enfants.

L’émigration des adultes additionnée à l’émigration des enfants (une fois rajustée pour les facteurs de couverture et d’émigration différentielle) génère l’émigration pour l’ensemble de la population.

L’émigration est répartie par province et territoire selon le nombre d’enfants émigrants une fois rajustés pour les facteurs de couverture et d’émigration différentielle.

La répartition d’émigrants à l’échelle infraprovinciale est tirée du FFT1. Les estimations étant seulement disponibles par grand groupe d’âge (0-17, 18-24, 25-44, 45-64, 65 +), elles sont éclatées par âge et sexe selon la distribution provinciale ou territoriale. Elles sont subséquemment rajustées aux totaux provinciaux et territoriaux à l’aide de la méthode itérative bidimensionnelle afin d’en assurer la cohérence.

Niveaux des estimations

La différence entre les estimations provisoires et définitives réside dans l’actualité des sources qui servent à estimer cette composante. Comme les estimations infraprovinciales d’émigrants sont rajustées aux estimations provinciales et territoriales, le niveau des estimations à l’échelle infraprovinciale concordera.

H. Solde de l’émigration temporaire

Des personnes quittent le Canada pour s'établir temporairement à l'étranger alors que d'autres qui étaient temporairement à l'étranger reviennent au pays. Le solde résultant de ces départs et de ces retours définit la composante « solde de l'émigration temporaire ». Les estimations du nombre de départs sont tirées de l’étude de la Contre-vérification des dossiers (CVD), la plus importante des études de couverture du recensement. L'étude de la CVD donne une estimation du nombre de personnes qui ont quitté le Canada temporairement au cours d’une période intercensitaire et qui sont toujours à l'étranger en fin de période. Les estimations du nombre de retours sont quant à elles tirées de deux sources : le recensement et les estimations d'émigrants de retour du Centre de démographie. Le recensement donne le nombre de personnes qui étaient à l'extérieur du Canada au recensement précédent et qui sont revenues au pays au cours de la période intercensitaire. Ce nombre comprend tous les émigrants de retour. Pour déduire les retours d'émigrants temporaires, on soustrait de ce nombre la composante des émigrants de retour estimée par le Centre de démographie. Avec les estimations du nombre de départs (CVD) et de retours (recensement et Centre de démographie), on obtient le solde de l'émigration temporaire.

Le solde estimé est celui de l'ensemble de la période intercensitaire; il est ensuite réparti également entre les cinq années de la période, puis mensuellement par application d'une saisonnalité qui est une moyenne entre une saisonnalité nulle et la saisonnalité de l'émigration.

Le solde de l'émigration temporaire est d'abord calculé à l'échelle du Canada. Il est ensuite distribué par province ou groupe de provinces selon les estimations de l'émigration temporaire tirées de la CVD. Pour le groupe des provinces de l'Atlantique, on répartit le solde du groupe par province au prorata de la population de la province et, pour les territoires, au prorata de la population du territoire.

Enfin, le solde ne peut être estimé que pour la période intercensitaire précédant le dernier recensement. Pour la période en cours, on suppose que le solde sera le même que celui de la période précédente pour chaque province et territoire.

À l’échelle infraprovinciale, les estimations du solde provincial et territorial de l'émigration temporaire par âge et sexe sont distribuées selon la répartition infraprovinciale des émigrants. Elles sont subséquemment rajustées aux totaux provinciaux et territoriaux à l’aide de la méthode itérative bidimensionnelle afin d’en assurer la cohérence.

Niveaux des estimations

La différence entre les estimations provisoires et définitives réside dans l'actualité des estimations du solde de l'émigration temporaire. Comme les estimations infraprovinciales du solde de l'émigration temporaire sont rajustées aux estimations provinciales et territoriales, le niveau des estimations à l'échelle infraprovinciale concordera.

I. Émigration de retour

Un émigrant de retour est une personne qui revient au Canada après avoir été classée dans la catégorie des émigrants. Selon une méthode analogue à celle de l’émigration, on utilise des données tirées des fichiers de l’Allocation canadienne pour enfants (ACE) de l’Agence du revenu du Canada (ARC) et du FFT1 pour estimer le nombre d’émigrants de retour à l'échelle provinciale ou territoriale. On applique à ces estimations des facteurs de rajustement pour tenir compte de la non-universalité du programme, de même qu’un ratio adultes-enfant afin d’estimer les retours d’émigrants adultes. Par conséquent, on applique quatre facteurs de rajustement afin de tenir compte :

Comme pour les émigrants, la répartition d'émigrants de retour à l'échelle infraprovinciale est tirée du FFT1. Les estimations étant seulement disponibles par grand groupe d'âge (0-17, 18-24, 25-44, 45-64, 65 +), elles sont éclatées par âge et sexe selon la distribution provinciale ou territoriale. Elles sont subséquemment rajustées aux totaux provinciaux et territoriaux à l'aide de la méthode itérative bidimensionnelle afin d'en assurer la cohérence.

Niveaux des estimations

La différence entre les estimations provisoires et définitives réside dans l’actualité des sources qui servent à estimer cette composante. Comme les estimations infraprovinciales du nombre d’émigrants de retour sont rajustées aux estimations provinciales et territoriales, le niveau des estimations à l'échelle infraprovinciale concordera.

J. Migration interprovinciale

La migration interprovinciale correspond à l’ensemble des déplacements d’une province ou d’un territoire vers un autre qui entraînent un changement du lieu habituel de résidence. Comme pour l’émigration, il n’existe aucune disposition légale relative à l’enregistrement de la migration interprovinciale au Canada. Ces mouvements doivent donc être estimés à l’aide de données tirées des fichiers de l’Allocation canadienne pour enfants (ACE) de l’Agence du revenu du Canada (ARC) et du FFT1.

Les estimations définitives de la migration interprovinciale sont obtenues en comparant les adresses figurant sur les déclarations de revenus des particuliers de deux années consécutives, en utilisant le FFT1. La migration des personnes à charge du déclarant doit toutefois être imputée. Un ajustement supplémentaire est également nécessaire afin de rajuster les estimations pour tenir compte des migrants qui ne remplissent pas de déclarations de revenus.

Les composantes de la migration interprovinciale tirées du FFT1 pour chaque région infraprovinciale sont produites par grand groupe d'âge et sexe. Elles sont ensuite réparties par âge selon les distributions tirées de la question sur le lieu de résidence un an auparavant du plus récent recensement ou de l’ENM (pour 2011). À partir de 2011-2012, les distributions tirées de l’ENM et du recensement ont été modélisées afin de minimiser l’impact des valeurs aberrantes présentes dans certaines régions infraprovinciales, surtout pour les géographies de plus petite taille.

Les estimations infraprovinciales sont subséquemment rajustées aux totaux provinciaux et territoriaux à l’aide de la méthode itérative bidimensionnelle afin d’en assurer la cohérence.

Niveaux des estimations

La différence entre les estimations provisoires et définitives réside dans l’actualité des sources qui servent à estimer cette composante.

Les déclarations de revenus n’étant pas disponibles au moment de la préparation des estimations provisoires, la méthode d’estimation de la migration interprovinciale provisoire est différente. À l’échelle des régions infraprovinciale, les dossiers administratifs de l’ACE sont utilisés pour déduire la migration provisoire des enfants (0 à 17 ans), alors que la migration provisoire des adultes est dérivée en utilisant les taux de l’année précédente, calculés à partir de données définitives.

Comme les estimations infraprovinciales du nombre de migrants interprovinciaux sont rajustées aux estimations provinciales et territoriales, le niveau des estimations à l’échelle infraprovinciale concordera.

K. Migration intraprovinciale

La migration intraprovinciale correspond à l’ensemble des déplacements d’une région vers une autre à l’intérieur de la même province ou territoire qui entraînent un changement du lieu habituel de résidence. Comme pour l’émigration et la migration interprovinciale, il n’existe aucune disposition légale relative à l’enregistrement de la migration intraprovinciale au Canada. Ces mouvements doivent donc être estimés à l’aide de données tirées des fichiers de l’Allocation canadienne pour enfants (ACE) de l’Agence du revenu du Canada (ARC) et du FFT1.

Les estimations définitives de la migration intraprovinciale sont obtenues en comparant les adresses figurant sur les déclarations de revenus des particuliers de deux années consécutives, en utilisant le FFT1. La migration des personnes à charge du déclarant doit toutefois être imputée. Un ajustement supplémentaire est également nécessaire afin de rajuster les estimations pour tenir compte des migrants qui ne remplissent pas de déclarations de revenus.

Les composantes de la migration intraprovinciale tirées du FFT1 pour chaque région infraprovinciale sont produites par grand groupe d'âge et sexe. Elles sont ensuite réparties par âge selon les distributions tirées de la question sur le lieu de résidence un an auparavant du plus récent recensement ou de l’ENM (pour 2011). À partir de 2011-2012, les distributions tirées de l’ENM et du recensement ont été modélisées afin de minimiser l’impact des valeurs aberrantes présentes dans certaines régions infraprovinciales, surtout pour les géographies de plus petite taille.

Niveaux des estimations

La différence entre les estimations provisoires et définitives réside dans l’actualité des sources qui servent à estimer cette composante.

Les déclarations de revenus n’étant pas disponibles au moment de la préparation des estimations provisoires, la méthode d’estimation de la migration intraprovinciale provisoire est différente. À l’échelle des régions infraprovinciale, les dossiers administratifs de l’ACE sont utilisés pour déduire la migration provisoire des enfants (0 à 17 ans), alors que la migration provisoire des adultes est dérivée en utilisant les taux de l’année précédente, calculés à partir de données définitives.

Traitement particulier dans le cas des estimations du Québec

Pour la composante de la migration intraprovinciale des régions infraprovinciales du Québec, les données de l’ISQ sont utilisées pour les estimations provisoires, mises à jour et définitives. Ces estimations proviennent des données tirées du Fichier d’inscription des personnes assurées (FIPA) de la Régie de l’assurance-maladie du Québec (RAMQ). La décision d’utiliser les données de l’ISQ est justifiée par une plus grande complétude de la source de données provinciales et par sa disponibilité plus hâtive.

L. Estimations intercensitaires de la population

Après chaque recensement, on produit des estimations intercensitaires (c’est-à-dire des estimations de population pour des dates de référence comprises entre deux recensements). Ces estimations permettent d’assurer une cohérence entre les estimations postcensitaires antérieures et les nouveaux comptes du recensement.

La production d’estimations intercensitaires comporte trois étapes principales :

Pour assurer la concordance géographique, il faut tout d'abord convertir les populations de départ ainsi que les composantes de l'accroissement démographique selon les frontières géographiques en vigueur au moment du recensement le plus récent. Pour les régions dont la délimitation géographique a été modifiée entre deux recensements (tel que mesuré selon la CGT), on applique des facteurs de conversion historique établis d'après les transferts de population à l'échelle des subdivisions de recensement au cours de la plus récente période intercensitaire. Généralement, les corrections apportées aux DR, RMR, AR et RE sont mineures. (voir la section « Qualité des données démographiques »).

L’erreur en fin de période est définie comme la différence entre les estimations postcensitaires de la population, au jour du recensement, et la population dénombrée lors de ce recensement rajustée pour le SDNRNote 5. Cette erreur est répartie uniformément au cours de la période intercensitaire selon le nombre de jours pour chacun des mois. Les estimations intercensitaires selon l’âge et le sexe sont rajustées de la même façon, c’est-à-dire en répartissant uniformément l’erreur en fin de période entre les diverses cohortes d’âge et sexe. Comme pour les estimations postcensitaires, les estimations infraprovinciales intercensitaires selon l’âge et le sexe sont rajustées afin d’assurer la concordance avec les estimations provinciales et territoriales à l’aide de la méthode itérative bidimensionnelle.


Date de modification :