En 2031, une personne sur deux vivant à Toronto serait née à l'étranger

  • En 2011, 46,0 % de la population vivant à Toronto était né à l’étranger, soit la proportion la plus élevée de toutes les régions métropolitaines de recensement (RMR). Suivaient dans l’ordre les RMR de Vancouver (40,0 %), Calgary (26,2 %), Hamilton (23,5 %), Abbotsford-Mission (23,4 %), Kitchener-Cambridge-Waterloo (23,1 %), Ottawa-Gatineau (partie ontarienne) et Montréal (22,6 % chacun) et Windsor (22,3 %).
  • En 2031, selon le scénario de référence des projections de la diversité de la population canadienne, approximativement la moitié de la population de la RMR de Toronto pourrait être née à l’étranger. En tenant compte de la deuxième génération, c’est-à-dire des enfants d’immigrants, cette proportion s’élèverait à près de quatre personnes sur cinq.
  • À l'opposé, les personnes nées à l'étranger continueraient de composer moins de 5 % des régions métropolitaines de St. John's, Trois-Rivières et Saguenay en 2031.

Figure 52

Description de la figure 52

Date de modification :