Les jeunes adultes demeurent les plus mobiles, mais leur mobilité a diminué

  • À l’échelle des provinces et territoires, la croissance démographique résulte non seulement de l’accroissement naturel et de l’accroissement migratoire international, mais aussi de l’accroissement migratoire interprovincial. Cet accroissement est défini comme les changements survenant dans la taille d’une population au cours d’une période donnée et qui découlent de mouvements de population entre les provinces et territoires canadiens, mouvements pour lesquels un changement dans le lieu habituel de résidence des personnes est survenu.
  • En 2011-2012, le nombre de migrants interprovinciaux s’est chiffré à 280 350 personnes au Canada. Ces personnes ont pu être attirées dans des provinces ou territoires connaissant d’importantes croissances économiques, ou ont pu vouloir quitter des régions aux prises avec certaines difficultés économiques.
  • Les jeunes adultes, en particulier les hommes de 20 à 29 ans, sont les plus mobiles. En 2011-2012, les taux de migration interprovinciale étaient les plus élevés pour les hommes et les femmes âgés de 27 ans.
  • À presque chaque âge cependant, le taux de migration interprovincial était inférieur en 2011-2012 à celui observé en 1976-1977. Cette baisse est en partie attribuable au vieillissement de la population, les personnes âgées étant moins susceptibles de migrer que les jeunes adultes. Considérant que les taux de migration interprovinciale ont diminué à presque tous les âges au cours de cette période, d’autres facteurs entrent aussi en ligne de compte.

Figure 45

Description de la figure 45

Date de modification :