Le poids démographique des provinces de l'Ouest est plus élevé que celui des provinces de l'Est

  • Jusqu’à tout récemment, le poids des provinces de l’Est (provinces de l’Atlantique et Québec) était supérieur à celui des provinces de l’Ouest (provinces des Prairies et Colombie-Britannique). En 1951, par exemple, les provinces de l’Est comptaient pour 40,5 % de la population canadienne, alors que celles de l’Ouest représentaient 26,5 % de la population. En 2011, le poids des provinces de l’Ouest a atteint 30,8 %, dépassant pour la première fois celui des provinces de l’Est qui se situait à 30,2 %. Au 1er juillet 2013, l’écart s’était encore accru à 31,2 % et 29,9 % pour les provinces de l’Ouest et de l’Est, respectivementNote 18.
  • Selon les plus récentes projections démographiques, le poids de l’Ontario, de la Colombie-Britannique et des provinces des Prairies pourrait continuer de s’accroître au cours des prochaines années, alors que celui des provinces de l’Atlantique et du Québec pourrait diminuer davantage. L’écart séparant le Québec et l’Ontario pourrait aussi continuer de s’accroitre; alors que le poids de l’Ontario n’était que de quelques points de pourcentage supérieur à celui du Québec en 1951 (32,8 % contre 28,9 %), il pourrait représenter près du double de celui du Québec en 2031 (40,2 % contre 21,5 %).
  • Quelques facteurs peuvent expliquer ces tendances. D’abord, la migration interprovinciale est généralement plus favorable aux provinces de l’Ouest, en particulier à l’Alberta et à la Colombie-Britannique. Les provinces de l’Ouest, à l’exception de la Colombie-Britannique, présentent également d’une fécondité généralement plus élevée que les provinces de l’Est. Enfin, un nombre plus important d’immigrants ont tendance à s’installer en Ontario et en Colombie-Britannique.

Figure 43

Description de la figure 43

Notes

Date de modification :