Enquête canadienne sur l'incapacité, 2012
Les incapacités visuelles chez les Canadiens âgés de 15 ans et plus, 2012

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

par Christine Bizier, Ricardo Contreras et Alyssa Walpole

Date de diffusion : le 29 février 2016

Début de l'encadré

Les résultats figurant dans le présent feuillet d’information proviennent de l’Enquête canadienne sur l’incapacité (ECI) de 2012, qui visait les personnes de 15 ans et plus vivant dans des logements privés et présentant des limitations d’activités au moment de l’Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011.

Dans le cadre de l’ECI, un répondant est considéré comme ayant une incapacité seulement s’il a déclaré une difficulté ou une limitation fonctionnelle attribuable à une condition ou à un problème de santé à long terme, mais aussi s’il a indiqué être limité dans ses activités quotidiennes en raison de sa condition. L’annexe A présente les définitions des incapacités visuelles selon l’ECI.

Fait à noter, les personnes vivant en établissement, y compris les établissements de soins pour bénéficiaires internes, n’étaient pas visées par l’ECI de 2012. Pour obtenir d’autres renseignements, veuillez consulter la publication Enquête canadienne sur l’incapacité, 2012 : Guide des concepts et méthodes, produit no 89-654-X2014001 au catalogue.

Fin de l'encadré

Selon l’Enquête canadienne sur l’incapacité (ECI) de 2012, 3 775 900 (13,7 %) Canadiens âgés de 15 ans et plus ont déclaré un des types d’incapacité, et 756 300 (2,8 % des adultes canadiens) ont été identifiés comme ayant une incapacité visuelle qui les limitait dans leurs activités quotidiennes (tableau 1). De ce nombre, 5,8 % ont indiqué qu’ils étaient aveugles au sens de la loiNote 1.

Tableau 1
Prévalence des incapacités selon le type, personnes de 15 ans et plus, Canada, 2012
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Prévalence des incapacités selon le type. Les données sont présentées selon Type d'incapacité (titres de rangée) et Population et Pourcentage (figurant comme en-tête de colonne).
Type d'incapacité Population Pourcentage
Total des incapacités 3 775 900 13,7
Liée à la douleur 2 664 200 9,7
Flexibilité 2 078 000 7,6
Mobilité 1 971 800 7,2
Liée à la santé mentale 1 059 600 3,9
Dextérité 953 100 3,5
Ouïe 874 600 3,2
Vision 756 300 2,8
Mémoire 628 200 2,3
Apprentissage 622 300 2,3
Développement 160 500 0,6
Inconnue 79 500 0,3

Comme le démontre le graphique 1, la prévalence des incapacités visuelles augmentait selon l’âge et atteignait son niveau le plus élevé chez les personnes de 75 ans et plus (9,5 %). En général, chez les Canadiens âgés de 15 ans et plus, la prévalence de l'incapacité visuelle était plus élevée pour les femmes que pour les hommes (3,1 % et 2,4 % respectivement).

Graphique 1 Prévalence des incapacités visuelles et total des incapacités, chez les adultes de 15 ans et plus, selon le groupe d'âge, Canada, 2012

Description du graphique 1

Le titre du graphique est « Graphique 1 Prévalence des incapacités visuelles et total des incapacités, chez les adultes de 15 ans et plus, selon le groupe d'âge, Canada, 2012 ».
Ceci est un graphique à colonnes groupées.
Il y a au total 5 catégories sur l'axe horizontal. L'axe vertical débute à 0 et se termine à 45 avec des mesures à tous les 5 points.
Il y a 2 séries dans ce graphique.
L'axe vertical s'intitule « pourcentage ».
L'axe horizontal s'intitule « Groupe d'âge ».
Le titre de la série 1 est « Incapacités visuelles ».
La valeur minimale est 0,6 et ceci correspond à « 15 à 24 ans ».
La valeur maximale est 9,5 et ceci correspond à « 75 ans et plus ».
Le titre de la série 2 est « Total des incapacités ».
La valeur minimale est 4,4 et ceci correspond à « 15 à 24 ans ».
La valeur maximale est 42,5 et ceci correspond à « 75 ans et plus ».

Tableau de données du graphique 1
  Incapacités visuelles Total des incapacités
15 à 24 ans 0,6 4,4
25 à 44 ans 0,8 6,5
45 à 64 ans 3,9 16,1
65 à 74 ans 4,4 26,3
75 ans et plus 9,5 42,5
Source :
Statistique Canada, Enquête canadienne sur l'incapacité, 2012.

L’écart entre le taux d'incapacité visuelle des femmes et celui des hommes était statistiquement significatif pour les 25 à 44 ans, qui présentaient des taux de 1,1 % et 0,6 % respectivement, et les 65 à 74 ans, avec des taux de 5,1 % et 3,7 % respectivement. Les autres groupes ne montraient pas de différence statistiquement significative.

Incapacités multiples

Les incapacités visuelles accompagnaient souvent d’autres types d’incapacités : 89,5 % des personnes ayant une incapacité visuelle avaient aussi mentionné présenter au moins un autre type d’incapacité.

Des incapacités physiques étaient fréquemment identifiées chez les adultes ayant une incapacité visuelle et ce, pour tous les groupes d’âge. De plus, l’incapacité liée à la santé mentale accompagnait souvent une incapacité visuelle chez les jeunes adultes (15 à 24 ans) et les adultes d’âge moyen (25 à 64 ans), mais cette cooccurrence était moins fréquente pour le groupe des 65 ans et plus. Le trouble de l’apprentissage présentait également une forte cooccurrence avec l'incapacité visuelle chez les personnes de 15 à 24 ans, mais était plus rare chez les groupes plus âgés.

Graphique 2 Prévalence des types d'incapacités cooccurrentes chez les adultes de 15 ans et plus ayant une incapacité visuelle, selon le groupe d'âge, Canada, 2012

Description du graphique 2

Le titre du graphique est « Graphique 2 Prévalence des types d'incapacités cooccurrentes chez les adultes de 15 ans et plus ayant une incapacité visuelle, selon le groupe d'âge, Canada, 2012 ».
Ceci est un graphique à colonnes groupées.
Il y a au total 6 catégories sur l'axe horizontal. L'axe vertical débute à 0 et se termine à 100 avec des mesures à tous les 20 points.
Il y a 3 séries dans ce graphique.
L'axe vertical s'intitule « pourcentage ».
L'axe horizontal s'intitule « Incapacité cooccurrente ».
Le titre de la série 1 est « 15 à 24 ans ».
La valeur minimale est 15,4E et ceci correspond à « Ouïe ».
La valeur maximale est 65,9 et ceci correspond à « Physique ».
Le titre de la série 2 est « 25 à 64 ans ».
La valeur minimale est 7,3 et ceci correspond à « Développement ».
La valeur maximale est 83,8 et ceci correspond à « Physique ».
Le titre de la série 3 est « 65 ans et plus ».
La valeur minimale est 2,3 et ceci correspond à « Développement ».
La valeur maximale est 87,4 et ceci correspond à « Physique ».

Tableau de données du graphique 2
  15 à 24 ans 25 à 64 ans 65 ans et plus
Développement 29,6 7,3 2,3
Apprentissage 51,5 32,4 18,8
Mémoire 36,3 31,6 28,3
Liée à la santé mentale 49,7 47,2 25,2
Physique 65,9 83,8 87,4
Ouïe 15,4Note E: Use with caution 28,9 46,1
E
à utiliser avec prudence
Note :
L'incapacité physique comprend la mobilité, la dextérité, la flexibilité et l'incapacité liée à la douleur.
Source :
Statistique Canada, Enquête canadienne sur l'incapacité, 2012.

Études

Niveau de scolarité

Les adultes ayant une incapacité visuelle affichaient un niveau de scolarité moins élevé que celui des personnes n’ayant aucun type d’incapacité. Parmi les adultes de 15 à 64 ans qui n’étaient pas actuellement aux études, ceux qui avaient une incapacité visuelle étaient plus susceptibles que ceux sans aucune incapacité de ne pas avoir complété des études secondaires (23,3 % par rapport à 13,1 %). Les adultes ayant une incapacité visuelle étaient aussi beaucoup moins susceptibles d’avoir obtenu des diplômes postsecondaires (44,8 % par rapport à 61,1 %) (graphique 3)Note 2.

Graphique 3 Proportion des adultes de 15 à 64 ans ayant une incapacité visuelle par rapport à ceux sans aucune incapacité, selon le niveau de scolarité le plus élevé, Canada, 2012

Description du graphique 3

Le titre du graphique est « Graphique 3 Proportion des adultes de 15 à 64 ans ayant une incapacité visuelle par rapport à ceux sans aucune incapacité, selon le niveau de scolarité le plus élevé, Canada, 2012 ».
Ceci est un graphique à colonnes groupées.
Il y a au total 3 catégories sur l'axe horizontal. L'axe vertical débute à 0 et se termine à 70 avec des mesures à tous les 10 points.
Il y a 2 séries dans ce graphique.
L'axe vertical s'intitule « pourcentage ».
L'axe horizontal s'intitule « Niveau de scolarité ».
Le titre de la série 1 est « Ayant une incapacité visuelle ».
La valeur minimale est 23,3 et ceci correspond à « Niveau inférieur aux études secondaires ».
La valeur maximale est 44,8 et ceci correspond à « Études postsecondaires ».
Le titre de la série 2 est « Sans aucune incapacité ».
La valeur minimale est 13,1 et ceci correspond à « Niveau inférieur aux études secondaires ».
La valeur maximale est 61,1 et ceci correspond à « Études postsecondaires ».

Tableau de données du graphique 3
  Ayant une incapacité visuelle Sans aucune incapacité
Niveau inférieur aux études secondaires 23,3 13,1
Études secondaires 32,0 25,8
Études postsecondaires 44,8 61,1
Note :
N'inclut pas les personnes qui étaient encore aux études.Les études postsecondaires comprennent les certificats d'écoles de métiers, les diplômes d'études collégiales, les certificats universitaires inférieurs au baccalauréat et les diplômes universitaires.
Source :
Statistique Canada, Enquête canadienne sur l'incapacité, 2012.

Expériences scolaires

Parmi les adultes (15 ans et plus) présentant une incapacité visuelle qui étaient aux études ou qui l’avaient été récemment, une majorité (88,0 %) ont déclaré que leur incapacité avait eu une incidence directe sur leurs expériences scolairesNote 3. Ainsi, plus des deux tiers (67,7 %) des adultes qui avaient une incapacité visuelle ont indiqué que leur incapacité avait eu une incidence sur leur choix de cours ou de carrière, 51,8 % ont dit qu’ils se sont inscrits à moins de cours en raison de leur incapacité, et 48,1 % ont dû changer leur orientation scolaire (tableau 2).

Tableau 2
Incidence de l’incapacité sur les expériences scolaires des adultes âgés de 15 ans et plus ayant une incapacité visuelle, Canada, 2012
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Incidence de l’incapacité sur les expériences scolaires des adultes âgés de 15 ans et plus ayant une incapacité visuelle. Les données sont présentées selon Incidence de l'incapacité (titres de rangée) et Pourcentage(figurant comme en-tête de colonne).
Incidence de l'incapacité Pourcentage
Son incapacité a influé sur son choix de cours ou de carrière 67,7
S’est inscrit à moins de cours en raison de son incapacité 51,8
A changé son orientation scolaire en raison de son incapacité 48,1
A été exclu ou tenu à l’écart à l’école en raison de son incapacité 46,3
Est retourné à l’école pour se recycler en raison de son incapacité 45,8
A interrompu ses études en raison de son incapacité 43,8
A pris plus de temps pour atteindre son niveau de scolarité actuel en raison de son incapacité 43,6
A été intimidé à l’école en raison de son incapacité 39,5Note E: à utiliser avec prudence
A mis fin à ses études en raison de son incapacité 37,4Note E: à utiliser avec prudence
A suivi des cours spéciaux dans une école ordinaire en raison de son incapacité 32,4Note E: à utiliser avec prudence
A assumé des coûts supplémentaires pour poursuivre ses études en raison de son incapacité 31,9Note E: à utiliser avec prudence

Emploi

Situation d?activité

Plus de la moitié (55,2 %) des adultes âgés de 15 à 64 ans ayant une incapacité visuelle étaient inactifs, et une autre proportion de 7,2 %E était sans emploi. Le taux d’emploi des adultes de 15 à 64 ans présentant une incapacité visuelle s’établissait à 37,6 %, un pourcentage beaucoup plus faible que celui des adultes sans aucune incapacité (73,6 %).

Graphique 4 Taux d'emploi des adultes de 15 à 64 ans ayant une incapacité visuelle et des adultes sans aucune incapacité, selon le groupe d'âge, Canada, 2012

Description du graphique 4

Le titre du graphique est « Graphique 4 Taux d'emploi des adultes de 15 à 64 ans ayant une incapacité visuelle et des adultes sans aucune incapacité, selon le groupe d'âge, Canada, 2012 ».
Ceci est un graphique à colonnes groupées.
Il y a au total 5 catégories sur l'axe horizontal. L'axe vertical débute à 0 et se termine à 100 avec des mesures à tous les 10 points.
Il y a 2 séries dans ce graphique.
L'axe vertical s'intitule « pourcentage ».
L'axe horizontal s'intitule « Groupe d'âge ».
Le titre de la série 1 est « Ayant une incapacité visuelle ».
La valeur minimale est 31,0 et ceci correspond à « 55 à 64 ans ».
La valeur maximale est 57,1 et ceci correspond à « 25 à 34 ans ».
Le titre de la série 2 est « Sans aucune incapacité ».
La valeur minimale est 51,9 et ceci correspond à « 15 à 24 ans ».
La valeur maximale est 84,0 et ceci correspond à « 35 à 44 ans ».

Tableau de données du graphique 4
  Ayant une incapacité visuelle Sans aucune incapacité
15 à 24 ans 37,8 51,9
25 à 34 ans 57,1 81,9
35 à 44 ans 40,4Note E: Use with caution 84,0
45 à 54 ans 40,4 83,6
55 à 64 ans 31,0 64,0
E
à utiliser avec prudence
Source :
Statistique Canada, Enquête canadienne sur l'incapacité, 2012.

Les taux d’emploi des adultes ayant une incapacité visuelle sont inférieurs à ceux des adultes sans aucune incapacité et ce, pour tous les groupes d’âge (tableau 4). Les différences relatives les plus grandes se trouvaient chez les groupes âgés de 35 ans et plus. Aucune différence significative entre les sexes n’a été observée pour les taux d’emploi des personnes ayant une incapacité visuelle.

Incapacité en milieu de travail

Chez les répondants ayant une incapacité visuelle qui occupaient un emploi au moment de l’enquête ou qui en avaient occupé un au cours des cinq années précédentes, 55,6 % croyaient que leur employeur les considérait comme désavantagés sur le plan du travail et 52,5 % ont indiqué qu’ils se sentaient eux-mêmes désavantagés (graphique 5). Quant aux indicateurs spécifiques du désavantage sur le marché du travail, 13,7 % estimaient qu’on leur avait refusé un emploi, 12,7 %E jugeaient qu’on leur avait refusé une promotion, et 11,5 % croyaient qu’on leur avait refusé une entrevue d’emploi ? dans tous ces cas en raison de leur incapacitéNote 4. Il est important de noter que ces chiffres représentent les répercussions de l’ensemble des types d’incapacités que pouvaient présenter les personnes ayant une incapacité visuelle.

Graphique 5 Perception de discrimination ou de désavantage en matière d'emploi chez les adultes de 15 ans et plus ayant une incapacité visuelle, Canada, 2012

Description du graphique 5

Le titre du graphique est « Graphique 5 Perception de discrimination ou de désavantage en matière d'emploi chez les adultes de 15 ans et plus ayant une incapacité visuelle, Canada, 2012 ».
Ceci est un histogramme à barres groupées.
Ceci est un graphique à barres horizontales, donc les catégories sont sur l'axe vertical et les valeurs sont sur l'axe horizontal.
Il y a au total 5 catégories sur l'axe vertical. L'axe horizontal débute à 0 et se termine à 60 avec des mesures à tous les 10 points.
Il y a 1 séries dans ce graphique.
L'axe horizontal s'intitule « pourcentage ».
L'axe vertical s'intitule « Types de perception de discrimination ou de désavantage ».
Le titre de la série 1 est « Ayant une incapacité visuelle ».
La valeur minimale est 11,5 et ceci correspond à « Entrevue d'emploi refusée ».
La valeur maximale est 55,6 et ceci correspond à « Croient que leur employeur les considère désavantagés ».

Tableau de données du graphique 5
  pourcentage
Entrevue d'emploi refusée 11,5
Promotion refusée 12,7E
Emploi refusé 13,7
Se sentent désavantagés 52,5
Croient que leur employeur les considère désavantagés 55,6
E
à utiliser avec prudence
Note :
Inclut les personnes actuellement actives ou qui étaient actives au cours des 5 dernières années.
Source :
Statistique Canada, Enquête canadienne sur l'incapacité, 2012.

Modifications nécessaires au travail

Parmi les adultes ayant une incapacité visuelle qui occupaient un emploi ou qui en avaient occupé un récemmentNote 5, 50,8 % ont déclaré qu’ils avaient besoin d’au moins une mesure d’adaptation en milieu de travail. De ce groupe, 58,1 % ont mentionné que tous leurs besoins avaient été satisfaits, 22,3 % ont indiqué que certains besoins avaient été satisfaits, et les 19,6 % restants ont indiqué qu’aucun de leurs besoins n’avait été satisfait. Les mesures d’adaptation les plus souvent requises étaient une modification des heures de travail (29,8 %), des postes de travail modifiés (15,5 %) et une redéfinition des tâches (15,0 %). Une proportion élevée des adultes ayant besoin de mesures d’adaptation ont déclaré ne pas avoir obtenu la mesure d’adaptation requise. En particulier, parmi ceux qui avaient besoin d’un poste de travail modifié, 60,6 % ont déclaré que leur besoin n’avait pas été satisfait.

Nombre d?heures travaillées

Les adultes de 15 à 64 ans ayant une incapacité visuelle qui occupaient un emploi travaillaient moins d’heures moyennes par semaineNote 6 que ceux sans aucune incapacité (33 heures par rapport à 37 heures). De plus, plusieurs d’entre eux (41,3 %E) ont déclaré avoir travaillé moins de 30 heures par semaine en raison de leur incapacité ou de leur problème de santé. L’écart le plus grand se trouvait chez le groupe des 15 à 24 ans : les personnes qui présentaient une incapacité visuelle travaillaient en moyenne 18 heures par semaine, comparativement à 29 heures par semaine pour celles sans aucune incapacité.

Répondants inactifs

Un grand nombre de répondants inactifs ont rencontré des obstacles qui ont fait baisser leur motivation à chercher un emploi. Les obstacles à la recherche d’emploi les plus souvent mentionnés étaient le peu d’emplois disponibles localement (27,4 %), une formation ou une expérience inadéquate (26,7 %) et les échecs des tentatives précédentes pour trouver un emploi (25,1 %) (graphique 6).

Graphique 6 Prévalence des obstacles à la recherche d'emploi chez les adultes de 15 à 64 ans ayant une incapacité visuelle qui sont inactifs, Canada, 2012

Description du graphique 6

Le titre du graphique est « Graphique 6 Prévalence des obstacles à la recherche d'emploi chez les adultes de 15 à 64 ans ayant une incapacité visuelle qui sont inactifs, Canada, 2012 ».
Ceci est un histogramme à barres groupées.
Ceci est un graphique à barres horizontales, donc les catégories sont sur l'axe vertical et les valeurs sont sur l'axe horizontal.
Il y a au total 4 catégories sur l'axe vertical. L'axe horizontal débute à 0 et se termine à 30 avec des mesures à tous les 5 points.
Il y a 1 séries dans ce graphique.
L'axe horizontal s'intitule « pourcentage ».
L'axe vertical s'intitule « Types des obstacles à la recherche d'emploi ».
Le titre de la série 1 est « Ayant une incapacité visuelle pourcentage ».
La valeur minimale est 19,0E et ceci correspond à « Problèmes d'accessibilité ».
La valeur maximale est 27,4 et ceci correspond à « Peu d'emplois disponibles localement ».

Tableau de données du graphique 6
  pourcentage
Problèmes d'accessibilité 19,0E
Échec des tentatives précédentes 25,1
Formation ou expérience inadéquates 26,7
Peu d'emplois disponibles localement 27,4
E
à utiliser avec prudence
Note :
Exclut ceux qui ont pris leur retraite il y a plus de cinq ans, ceux qui ont volontairement pris leur retraite, et ceux qui ont déclaré qu'ils n'avaient jamais travaillé, mais que leur état ne limitait pas la quantité ou le type de travail qu'ils pouvaient effectuer.
Source :
Statistique Canada, Enquête canadienne sur l'incapacité, 2012.

Mesures de soutien

Aides visuelles

En tout, 83,1 % des adultes qui ont déclaré une incapacité visuelle les limitant dans leurs activités portaient des lunettes ou des verres de contact. Ce pourcentage était plus bas chez les 15 à 24 ans (64,7 %), mais augmentait de façon considérable pour le groupe des 25 à 64 ans (82,0 %) et celui des 65 ans et plus (86,6 %).

Parmi les adultes de 15 ans et plus ayant une incapacité visuelle, 69,6 % ont indiqué qu’ils utilisaient au moins un type d’aide ou d’appareil fonctionnel pour les incapacités visuelles. Les types d’aides et d’appareils fonctionnels utilisés le plus souvent par les adultes ayant une incapacité visuelle, outre les lunettes ou verres de contact, étaient les loupes (51,1 %), le matériel de lecture en gros caractères (34,3 %) et le papier à lignes foncées ou les stylos à encre foncée (28,1 %) (graphique 7).

Graphique 7 Types d'aides visuelles utilisées par les adultes de 15 ans et plus ayant une incapacité visuelle, Canada, 2012
Description du graphique 7

Le titre du graphique est « Graphique 7 Types d'aides visuelles utilisées par les adultes de 15 ans et plus ayant une incapacité visuelle, Canada, 2012 ».
Ceci est un histogramme à barres groupées.
Ceci est un graphique à barres horizontales, donc les catégories sont sur l'axe vertical et les valeurs sont sur l'axe horizontal.
Il y a au total 11 catégories sur l'axe vertical. L'axe horizontal débute à 0 et se termine à 60 avec des mesures à tous les 10 points.
Il y a 1 séries dans ce graphique.
L'axe horizontal s'intitule « pourcentage ».
L'axe vertical s'intitule « Types d'aides visuelles utilisées ».
Le titre de la série 1 est « Ayant une incapacité visuelle pourcentage ».
La valeur minimale est 0,8E et ceci correspond à « Matériel de lecture en braille ou machine braille manuelle ».
La valeur maximale est 51,1 et ceci correspond à « Loupes ».

Tableau de données du graphique 7
  pourcentage
Loupes 51,1
Matériel de lecture en gros caractères 34,3
Papier à lignes foncées ou stylos à encre foncée 28,1
Dispositifs permettant de lire les livres audio ou les livres numériques 9,3
Ordinateur muni de fonctionnalités spécialisées 5,4
Canne blanche ou canne d'identification 5,1
Équipement d'enregistrement ou appareil portable de prise de notes 5,1Note E: Use with caution
Téléphone cellulaire muni de fonctionnalités spécialisées 4,3
GPS parlant 4,3Note E: Use with caution
Télévisionneuse en circuit fermé 4,2Note E: Use with caution
Matériel de lecture en braille ou machine braille manuelle 0,8Note E: Use with caution
E
à utiliser avec prudence
Source :
Statistique Canada, Enquête canadienne sur l'incapacité, 2012.

Près de trois quarts (72,3 %) des adultes de 15 ans et plus ayant une incapacité visuelle ont déclaré qu’ils avaient besoin d’au moins un type d’aide ou d’appareil visuel. Chez les personnes qui avaient déclaré un tel besoin, 79,8 % ont indiqué que tous leurs besoins étaient satisfaits, 16,2 % ont mentionné qu’au moins un de leurs besoins était satisfait et 4,1 %E ont indiqué qu’aucun de leurs besoins n’avait été satisfait. Parmi ceux qui avaient des besoins insatisfaits, 61,9 % ont déclaré qu’au moins une des raisons était le coût élevé d’une aide ou d’un appareil fonctionnel. Parmi ceux qui déclaraient utiliser un type d’aide ou d’appareil fonctionnel lié à la vue, près du tiers (31,0 %) avaient déboursé des frais de leurs poches.

Aide pour les activités quotidiennes

Une proportion importante (81,1 %) des adultes de 15 ans et plus qui avaient une incapacité visuelle ont déclaré qu’ils avaient besoin d’aideNote 7 pour accomplir au moins un type d’activité quotidienne. Les types d’aide requise les plus souvent déclarés par les adultes ayant une incapacité visuelle étaient de l’aide pour les gros travaux ménagers (64,3 %), les travaux ménagers courants (54,2 %), ou pour se rendre à des rendez-vous et faire des achats (53,8 %). L’aide pour les activités quotidiennes était plus susceptible de provenir des membres de la famille, en particulier ceux appartenant au même ménage. Par exemple, parmi les répondants qui recevaient de l’aide, 67,3 % obtenaient de l’aide de membres de la famille vivant avec eux et 42,9 % bénéficiaient de l’aide de membres de la famille ne vivant pas avec eux. De plus, une proportion de 32,6 % recevait de l’aide de la part d’un ami ou d’un voisin, 14,4 % d’un organisme, à titre gracieux, et 21,3 % d’un organisme ou de personnes rémunérés.

Parmi les adultes ayant une incapacité visuelle et nécessitant de l’aide pour les activités quotidiennes, ceux de 65 ans et plus recevaient plus souvent de l’aide (83,2 %) que ceux de 15 à 64 ans (68,1 %). Aussi, une proportion élevée d’adultes ayant une incapacité visuelle (46,6 %) ont indiqué recevoir de l’aide sur une base quotidienne.

Revenu

Revenu personnel des adultes en âge de travailler

Le revenu personnel médian (avant impôts) des adultes en âge de travailler (15 à 64 ans) ayant une incapacité visuelleNote 8 s’établissait à 17 700 $ ? un chiffre largement inférieur au revenu des répondants n’ayant déclaré aucun des types d’incapacité (31 200 $)Note 9. Parmi les adultes recevant un revenu d’emploi, le revenu d’emploi médian des adultes ayant une incapacité visuelle était bien inférieur à celui des adultes sans aucune incapacité (23 200 $ et 34 100 $ respectivement).

Les répondants ayant fait état d’une incapacité visuelle étaient aussi plus susceptibles que ceux sans aucune incapacité de compter sur les transferts gouvernementaux comme une source importante de revenuNote 10. Le revenu de transfert médian pour ceux qui recevaient des transferts gouvernementaux était de 8 500 $ chez les adultes ayant une incapacité visuelle, un montant plus de cinq fois supérieur à celui des adultes sans aucune incapacité (1 600 $). De plus, 55,7 % des adultes de 15 à 64 ans qui avaient une incapacité visuelle recevaient un montant plus élevé en transferts gouvernementaux qu’en revenu d’emploi, une situation qui ne touchait que 18,7 % des adultes sans aucune incapacitéNote 11.

Conclusion

Les adultes qui ont une incapacité visuelle doivent relever des défis importants dans plusieurs aspects de leur vie quotidienne. Le taux de cooccurrence de l'incapacité visuelle avec les autres types d’incapacité était très élevé, et les adultes ayant une incapacité visuelle dépendaient fortement d’une gamme d’aides et d’appareils visuels dans leur vie de tous les jours. Les adultes ayant une incapacité visuelle atteignaient un niveau de scolarité moins élevé que ceux sans aucune incapacité, et plusieurs d’entre eux ont déclaré que leur incapacité avait eu une incidence directe sur leurs expériences scolaires. Le taux d’emploi des adultes qui avaient une incapacité visuelle était inférieur à celui des adultes sans aucune incapacité, et beaucoup déclaraient des difficultés additionnelles sur le marché du travail. Les adultes en âge de travailler qui avaient une incapacité visuelle recevaient un revenu moins élevé que ceux sans aucune incapacité, et montraient un plus grand niveau de dépendance aux transferts gouvernementaux.


Début de l'encadré

Annexe A

Identification des adultes ayant une incapacité visuelle

L’Enquête canadienne sur l’incapacité (ECI) de 2012 décrivait les adultes ayant une incapacité visuelle comme des personnes qui étaient limitées dans leurs activités quotidiennes en raison de leurs difficultés liées à la vision. L’enquête a utilisé les nouvelles questions d’identification des incapacités (QII) pour déterminer la présence de l’incapacité. La première étape de ce processus consistait à établir l’existence d’un problème de vision à l’aide de la question suivante :

DSQ_01

Avez-vous une quelconque difficulté à voir ou à entendre?

Pour ceux qui ont répondu à cette question par l’affirmative, une autre question a été posée afin de déterminer à quel point la personne avait de la difficulté à voir (avec des lunettes ou des verres de contact, s’il y a lieu) :

DSQ_08

Avec vos lunettes ou verres de contact, lequel des énoncés suivants décrit le mieux votre capacité à voir : Vous

  • n’avez pas de difficulté à voir
  • avez un peu de difficulté (à voir)
  • avez beaucoup de difficulté (à voir)
  • êtes une personne aveugle ou légalement aveugle

On a posé une question de suivi aux personnes qui ont déclaré avoir au moins un peu de difficulté afin de déterminer à quelle fréquence cette difficulté limitait leurs activités quotidiennes :

DSQ_09

À quelle fréquence cette difficulté/condition limite-t-elle vos activités?

  • Jamais
  • Rarement
  • Parfois
  • Souvent
  • Toujours

Une incapacité visuelle a été identifiée lorsque les répondants déclaraient être limités au moins « parfois », peu importe le niveau de difficulté. S’ils déclaraient être limités rarement, on considérait seulement qu’ils avaient une incapacité visuelle s’ils avaient aussi indiqué avoir beaucoup de difficulté à voir ou s’ils affirmaient être aveugles ou légalement aveugles.

On estime que 1 446 900 adultes canadiens ont déclaré avoir un problème de vision. De ce nombre, 690 500 personnes (2,5 % de la population) ont indiqué que leur état ne limitait pas leurs activités. Toutefois, la méthodologie décrite ci-haut a permis d’identifier 756 300 (2,8 %) adultes canadiens de 15 ans et plus et 472 200 (2,0 %) adultes canadiens en âge de travailler (15 à 64 ans) qui avaient une incapacité visuelle.

Fin de l'encadré

Date de modification :