Santé

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Passer au texte

Début du texte

État de santé général autoévalué comme étant excellent ou très bon

Graphique 19 État de santé général autoévalué comme étant excellent ou très bon de la population âgée de 12 ans et plus, selon l'identité autochtone et le groupe d'âge, Canada, 2012

Description du graphique 19

Environ la moitié des Autochtones évaluent leur état de santé général comme étant excellent ou très bon

Selon les résultats de l’Enquête auprès des peuples autochtones (EAPA) de 2012, environ la moitié (52 %) de la population autochtone âgée de 12 ans et plus au Canada estimait avoir un excellent ou un très bon état de santé général. Les Métis de 12 à 24 ans étaient le seul groupe autochtone dont l’autoévaluation de l’état de santé général était comparable à celle de leurs homologues non autochtonesNote 1.

Santé mentale

La majorité des Premières Nations vivant hors réserve (60 %), des Métis (64 %) et des Inuits (53 %) âgés de 18 ans et plus ont déclaré avoir une excellente ou très bonne santé mentaleNote 2. La proportion correspondant chez les non-Autochtones était de 72 %.

Problèmes de santé chroniques

Chez les Premières Nations vivant hors réserve (61 %) et les Métis (60 %) âgés de 12 ans et plus, 6 personnes sur 10 ont déclaré avoir au moins un problème de santé chronique diagnostiqué, ce qui était le cas de 42 % des Inuits. Chez les non-Autochtones, la proportion correspondante s’établissait à 53 %.

Certains comportements liés à la santé

Graphique 20 Certains comportements influant sur la santé de la population âgée de 12 ans et plus, selon l'identité autochtone, Canada, 2012

Description du graphique 20

Les taux d’usage quotidien du tabac étaient plus élevés chez les Premières Nations, les Métis et les Inuits de tous les groupes d’âge que chez les non-Autochtones

En 2012, 27 % des Premières Nations vivant hors réserve âgées de 12 ans et plus ont déclaré qu’elles fumaient quotidiennement, tout comme 26 % des Métis et 49 % des Inuits. La proportion correspondante chez les non-Autochtones était de 15 %.

Dans la population âgée de 12 ans et plus, le taux de consommation abusive d’alcool (le fait d’avoir bu cinq verres et plus d’alcool en une même occasion, au moins une fois par mois dans les 12 derniers mois) s’établissait à 35 % chez les Premières Nations vivant hors réserve, à 30 % chez les Métis et à 39 % chez les Inuits, par rapport à 23 % chez les non-Autochtones.

Parallèlement, 31 % des Premières Nations vivant hors réserve et 38 % des Inuits ont déclaré ne pas boire d’alcool, c’est-à-dire ne pas avoir consommé de l’alcool au cours des 12 derniers mois, par rapport à 24 % de la population non autochtone. Chez les Métis, la proportion correspondante s’établissait à 25 %. Dans le groupe d’âge des 12 à 24 ans, 43 % des Premières Nations et 50 % des Inuits ont indiqué ne pas consommer d’alcool. La proportion correspondante chez leurs homologues non autochtones était de 36 %; chez les Métis du même groupe d’âge, cette proportion était la même.

Insécurité alimentaire

Graphique 21 Insécurité alimentaire du ménage modérée ou considérable, population âgée de 12 ans et plus, selon l'identité autochtone et le sexe, Canada, 2007 à 2010

Description du graphique 21

Insécurité alimentaire

Parmi les Premières Nations vivant hors réserve âgées de 12 ans et plus, 22 % vivaient dans des ménages ayant connu l'insécurité alimentaire, ce qui correspond à trois fois la proportion observée chez les non-Autochtones (7 %). Dans l’ensemble, 15 % des Métis et 27 % des Inuits vivaient également au sein de ménages en situation d'insécurité alimentaire. L'insécurité alimentaire constituait un problème pour une proportion plus importante de femmes (26 %) que d'hommes des Premières Nations (16 %). Un facteur contributif peut être que les familles monoparentales étaient plus susceptibles d'être dirigées par des femmes, et que la population autochtone affichait le plus fort pourcentage de parents seuls.

Le coût élevé des aliments dans le Nord contribuait à l’insécurité alimentaire. Dans la plupart des collectivités isolées, il peut coûter entre 360 $ et 450 $ par semaine pour fournir un régime alimentaire nutritif à une famille de quatre personnes, comparativement à environ 200 $ à 250 $ dans le Sud.

Pour obtenir plus de renseignements sur la santé autochtone, veuillez consulter la publication Certains indicateurs de la santé des membres des Premières Nations vivant hors réserve, des Métis et des Inuits.

Notes