Statistique Canada - Gouvernement du Canada
Accessibilité : Renseignements générauxÉviter tous les menus et aller au contenu.Accueil - Logo de Statistique Canada Éviter le menu principal et aller au menu secondaire. English 1 de 5 Contactez-nous 2 de 5 Aide 3 de 5 Recherche site web 4 de 5 Site du Canada 5 de 5
Éviter le menu secondaire et aller au menu des rubriques. Le quotidien 1 de 7
Recensement 2 de 7
Le Canada en statistiques 3 de 7 Profils des communautés 4 de 7 Nos produits et services 5 de 7 Accueil 6 de 7
Autres liens 7 de 7

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Éviter le menu du rubriques et aller au contenu. Profils de communautés etchniques au Canada

Profils de communautés ethniques au Canada

89-621-XWF

La communauté chinoise au Canada

Volume 2006, no 1

Page principale
Points saillants
Introduction
Tableaux de données
Renseignements supplémentaires
Version PDF

Autres articles dans la srie


La communauté chinoise au Canada

Une communauté grandissante

Les Canadiens d'origine chinoise1 constituent le plus grand groupe ethnique non européen le plus nombreux au Canada. La communauté chinoise représente de fait le cinquième groupe ethnique en importance au Canada, après les Anglais et les Français. En 2001, un peu plus d'un million de personnes d'origine chinoise habitaient au Canada, ce qui représente environ 4 % du total de la population canadienne totale .

Tableau 1.Groupes ethniques divers présents au Canada, autre que l'Anglais, le Français et Canadiens, 2001. Une nouvelle fenêtre s'ouvrira

Tableau 1. Groupes ethniques divers présents au Canada, autre que l'Anglais, le Français et Canadiens, 2001

La communauté chinoise au Canada croît par ailleurs considérablement plus rapidement que l’ensemble de la population. Entre 1996 et 2001, par exemple, le nombre de personnes ayant affirmé être d’origine chinoise a augmenté de 19 %, alors que la population générale a augmenté de 4 %. La proportion de Canadiens d’origine chinoise a en conséquence augmenté de 3 % à 4 % au cours de cette période.

La plupart des personnes d’origine chinoise au Canada affirment n’avoir que des origines chinoises. En 2001, 86 % de tous ceux qui ont signalé être d’origine chinoise ont déclarés n’avoir que des racines chinoises, alors que 14 % ont affirmé qu’ils avaient également d’autres origines ethniques. À l’opposé, presque 40 % de l’ensemble de la population canadienne possède plusieurs origines ethniques.


La majorité né à l'étranger

Une majorité substantielle de la population chinoise habitant au Canada est née à l'extérieur du pays. En 2001, 72 % des Canadiens d'origine chinoise étaient nés à l'extérieur du Canada , comparativement à 18  % dans le cas de l'ensemble des Canadiens. Près de 45 % des Canadiens d'origine chinoise nés à l'étranger provenaient de la République populaire de Chine. Environ 30 % d'entre eux étaient nés à Hong Kong et près de 10 % étaient nés à Taïwan.

La majorité des immigrants d'origine chinoise sont arrivés au Canada il y a relativement peu de temps . En 2001, 52 % des immigrants chinois étaient arrivés au pays au cours de la décennie précédente et 25 % d'entre eux étaient arrivés entre 1981 et 1990. Par contre, seulement 5 % environ étaient arrivés au cours des années 60, et 2 % étaient venus au Canada avant 1961.

La communauté fortement concentrée dans deux provinces

La communauté chinoise du Canada est surtout concentrée en Ontario et en Colombie-Britannique . En 2001, 82 % des personnes qui ont répondu être d'origine chinoise habitaient dans l'une de ces deux provinces. Quarante-sept pour cent (47%) d'entre elles habitaient en Ontario, alors que 34 % vivaient en Colombie-Britannique.

En 2001, plus d’un demi-million de personnes d’origine chinoise vivaient en Ontario et 374 000, en Colombie-Britannique. Des collectivités chinoises plus modestes habitaient dans d’autres provinces, par exemple près de 110 000 personnes vivaient en Alberta et 63 000 au Québec.

Tableau 2.Population d'origine chinoise au Canada, par province et territoire, 2001. Une nouvelle fenêtre s'ouvrira.

Tableau 2. Population d'origine chinoise au Canada, par province et territoire, 2001

Les personnes d’origine chinoise représentent une proportion particulièrement prononcée de la population en Colombie-Britannique. En 2001, les Canadiens d’origine chinoise représentaient 10 % de la population totale de la Colombie-Britannique. La même année, ils représentaient 5 % de la population de l’Ontario et 4 % de celle de l’Alberta. Dans tous les autres provinces et territoires, la communauté chinoise représentait 1 % ou moins du nombre total de résidents.



La majorité habitent à Vancouver ou à Toronto

La plupart des Canadiens d’origine chinoise, soit 72 % d’entre eux, habitaient dans les régions métropolitaines du recensement de Toronto ou Vancouver en 2001. Cette année là, 436 000 d’entre eux vivaient à Toronto, alors que 348 000 habitaient à Vancouver. La communauté chinoise représente effectivement une proportion substantielle de la population totale de ces deux villes. En 2001, les personnes d’origine chinoise représentaient 18 % de l’ensemble des résidents de Vancouver et 9 % de la population de Toronto. Au cours de la même période, ils représentaient 6 % des résidents de Calgary, 5 % de ceux d’Edmonton, 4 % de ceux de Victoria et 3 % de ceux de la région de la capitale nationale. Par contre, dans la plupart des autres villes canadiennes, les personnes qui ont déclaré être d’origine chinoise représentaient 2 % ou moins de la population totale.

La tendance de la concentration des Chinois à Toronto et Vancouver est par ailleurs vraisemblablement appelée à se poursuivre dans l’avenir, car les immigrants récents ont tendance à s’établir dans ces deux régions métropolitaines. Les hausses survenues à Toronto et à Vancouver ont par exemple représenté 80 % de la croissance de la communauté chinoise au Canada entre 1996 et 2001.

Une population jeune

Les Canadiens d’origine chinoise sont en général plus susceptibles que l’ensemble de la population d’être de jeunes adultes dans la force de l’âge. Ils sont en même temps en général moins susceptibles d’être des aînés ou d’approcher de l’âge de la retraite. Ceci reflète le fait qu’une grande majorité de Canadiens d’origine chinoise sont des arrivés relativement récents au Canada. En 2001, 33 % des membres de la communauté chinoise étaient âgés de 25 à 44 ans, comparativement à 31 % parmi l’ensemble de la population canadienne. Pendant la même période, les 15 % de la communauté chinoise, contre 13 % de l’ensemble de la population, étaient âgés de 15 à 24 ans. Par contre, les aînés âgés de 65 ans et plus représentaient seulement 10 % de la communauté chinoise, comparativement à 12 % parmi l’ensemble des Canadiens. Dans un même ordre d’idées, les 22 % de la communauté chinoise étaient âgés entre 45 à 64 ans, soit environ 2 % de moins que le pourcentage relevé dans le cas de l’ensemble de la population.

Un peu plus de femmes que d'hommes

Tout comme dans l’ensemble de la population, il y a légèrement plus de femmes que d’hommes d’origine chinoise vivant au Canada. En 2001, une proportion de 51,7 % de la communauté chinoise était composée de femmes, comparativement à 50,9 % dans le cas de l’ensemble des Canadiens. Comme leurs homologues dans l’ensemble de la population, les femmes âgées de plus de 65 ans constituent une majorité substantielle des aînés d’origine chinoise. En 2001, 54 % des personnes âgées de 65 ans et plus d’origine chinoise étaient des femmes. À l’échelle de l’ensemble de la population, les femmes représentaient 56 % des aînés.


Tableau 3.Répartition de la communauté chinoise et de l'ensemble de la population canadienne en fonction de l'âge, 2001. Une nouvelle fenêtre s'ouvrira.

Tableau 3. Répartition de la communauté chinoise et de l'ensemble de la population canadienne en fonction de l'âge, 2001

La majorité n'ont aucune appartenance religieuse

La communauté chinoise est très différente du reste de la population en ce qui concerne la religion puisque la majorité des Canadiens d’origine chinoise rapportent n’avoir aucune appartenance religieuse. En 2001, 56 % des personnes d’origine chinoise âgées de 15 ans et plus ont affirmé n’avoir aucune appartenance religieuse, ce qui se compare à 17 % à l’échelle de l’ensemble de la population. Les Canadiens d’origine chinoise représentent par conséquent 13 % de l’ensemble des Canadiens qui n’ont pas d’appartenance religieuse, alors qu’ils ne constituent que 4 % de la totalité de la population. Parmi les Canadiens d’origine chinoise ayant une appartenance religieuse, 14 % étaient bouddhistes, 14 % étaient catholiques et 9 % étaient de confession protestante.

La majorité maîtrisent une langue officielle

La vaste majorité des Canadiens d’origine chinoise peuvent converser dans l’une des deux langues officielles du Canada. 2 En 2001, 85 % d’entre eux pouvaient tenir une conversation dans au moins une des deux langues officielles, alors que 15 % ne parlaient ni l’anglais ni le français. La majorité, soit 78 %, pouvaient converser en anglais, alors que 1 % pouvaient converser en français; 6 % maîtrisaient les deux langues.

Bien que la plupart des Canadiens d’origine chinoise puissent parler au moins une des deux langues officielles, la grande majorité d’entre eux ont une langue maternelle3 autre que l’anglais ou le français. En 2001, 85 % des membres de la communauté chinoise ont affirmé que leur langue maternelle était une langue non officielle. Dans presque tous les cas, ils ont affirmé que leur langue maternelle était une langue d’origine chinoise, comme le cantonais ou le mandarin. Le chinois (tous les dialectes combinés) représente en fait la troisième langue maternelle en importance au Canada, après l’anglais et le français.

La majorité des Canadiens d'origine chinoise parlent une langue autre que l'anglais ou le français à la maison. En 2001, 63 % des personnes qui ont affirmé être d'origine chinoise ont répondu qu'elles parlaient seulement une langue non officielle à la maison. Tandis qu'une proportion supplémentaire de 4 % ont répondu qu'elles parlaient une autre langue en combinaison avec le français ou l'anglais à la maison.

Parallèlement, presque un Canadien d’origine chinoise sur cinq occupant un emploi parle une autre langue que l’anglais ou le français au travail. En 2001, 18 % de tous les Canadiens d’origine chinoise occupant un emploi parlaient le plus souvent une langue non officielle au travail. Un taux supplémentaire de 4 % parlait régulièrement une langue non officielle combinée à l’anglais ou au français au travail. Pendant la même période, 77 % des personnes d’origine chinoise occupant un emploi parlaient uniquement anglais au travail, alors que 2 % parlaient uniquement français, ou utilisaient les deux langues officielles.

Situation des particuliers dans la famille

Les Canadiens d’origine chinoise sont plus susceptibles d’être mariés que les autres Canadiens. En 2001, 56 % des personnes âgées de 15 ans et plus dans la communauté chinoise étaient mariés, comparativement à 50 % parmi la totalité des adultes canadiens. De plus, les personnes d’origine chinoise sont moins susceptibles de vivre en union libre. En 2001, seulement 2 % des adultes d’origine chinoise vivaient en union libre, comparativement à 10 % parmi l’ensemble des adultes canadiens.

Les Canadiens d’origine chinoise sont moins susceptibles que les autres Canadiens d’être chefs d’une famille monoparentale. En 2001, 4 % des adultes d’origine chinoise élevaient seuls leurs enfants, comparativement à 6 % des adultes dans l’ensemble de la population. La plupart des parents seuls sont des femmes tant dans la communauté chinoise que dans l’ensemble de la population. Au sein de la communauté chinoise, les femmes représentaient 82 % de tous les parents seuls en 2001, alors que cette proportion était de 81 % à l’échelle de l’ensemble de la population.


Tableau 4.Situation familiale des membres de la communauté chinoise et de l'ensemble de la population âgée de 15 ans et plus, selon le sexe, 2001. Une nouvelle fenêtre s'ouvrira.

Tableau 4. Situation familiale des membres de la communauté chinoise et de l'ensemble de la population âgée de 15 ans et plus, selon le sexe, 2001

Peu vivent seules

Les adultes canadiens d’origine chinoise sont moins enclins à vivre seuls que les autres adultes canadiens. En 2001, seulement 5 % des membres de la communauté chinoise âgés de 15 ans et plus vivaient seuls, comparativement à 13 % parmi tous les adultes canadiens. Les aînés d’origine chinoise sont particulièrement moins susceptibles de vivre seuls. En 2001, 10 % des personnes d’origine chinoise âgées de 65 ans et plus vivaient seules, comparativement à 29 % parmi l’ensemble des aînés au Canada. Les aînés d’origine chinoise sont plus susceptibles que les autres aînés de vivre avec des membres de leur famille élargie. En 2001, 16 % des aînés d’origine chinoise vivaient avec des personnes apparentées, comme la famille d’un fils ou d’une fille, alors que seulement 5 % de l’ensemble des aînés canadiens habitaient chez un parent.

Plus qu'un sur quatre sont titulaires d'un grade universitaire

Plus qu’un quart des adultes canadiens d’origine chinoise sont titulaires d’un grade universitaire. En 2001, 27 % des Canadiens d’origine chinoise âgés de 15 ans et plus avaient obtenu un baccalauréat ou un diplôme d’études supérieures, comparativement à 15 % chez l’ensemble de la population adulte.

Tableau 5.Niveau de scolarité des membres de la communauté chinoise et de l'ensemble de la population canadienne âgée de 15 ans et plus, selon le sexe, 2001. Une nouvelle fenêtre s'ouvrira.

Tableau 5. Niveau de scolarité des membres de la communauté chinoise et de l'ensemble de la population canadienne âgée de 15 ans et plus, selon le sexe, 2001

Les Canadiens d’origine chinoise sont particulièrement susceptibles d’être titulaires d’un diplôme d’études supérieures. En 2001, les adultes d’origine chinoise représentaient 3 % de l’ensemble de la population canadienne, mais 9 % de l’ensemble des titulaires d’un doctorat et 7 % des titulaires d’une maîtrise.

Les Canadiens d’origine chinoise représentent également une proportion élevée des titulaires de diplômes dans les domaines hautement techniques. En 2001, les personnes d’origine chinoise représentaient 6 % de tous les diplômés universitaires au Canada, tandis qu’ils représentaient 12 % des titulaires d’un diplôme en mathématiques, en physique ou en informatique, et 11 % des titulaires d’un diplôme en ingénierie ou en sciences appliquées.

Comme dans l’ensemble de la population, les hommes d’origine chinoise sont un peu plus instruits que les femmes d’origine chinoise. Trente et un pour cent (31 %) des hommes d’origine chinoise, par exemple, étaient titulaires d’un diplôme universitaire en 2001, comparativement à 24 % de leurs homologues féminins. Les femmes d’origine chinoise sont toutefois considérablement plus enclines à posséder un diplôme universitaire que les autres femmes. En 2001, 24 % des femmes d’origine chinoise étaient des diplômés universitaires, comparativement à 15 % de l’ensemble des femmes canadiennes.

Les jeunes d’origine chinoise sont plus susceptibles de fréquenter des établissements d’enseignement que les autres jeunes Canadiens. En 2001, 76 % des membres de la communauté chinoise âgés de 15 à 24 ans étaient inscrits à un programme de formation à temps plein, comparativement à 57 % parmi tous les Canadiens de ce groupe d’âge. Parmi les jeunes personnes d’origine chinoise, les hommes et les femmes sont tous deux susceptibles de fréquenter des établissements d’enseignement à temps plein, ce qui contraste avec l’ensemble de la population, où les jeunes femmes de 15 à 24 ans étaient plus susceptibles de fréquenter un établissement d’enseignement que les jeunes hommes en 2001.


Tendances en matière d’emploi

Les adultes canadiens d’origine chinoise sont quelque peu moins susceptibles d’occuper un emploi que les adultes dans l’ensemble de la population. En 2001, 56 % des adultes d’origine chinoise âgés de 15 ans et plus occupaient un emploi, comparativement à 62 % de l’ensemble des adultes canadiens. Ceci reflète en partie le fait qu’une relativement grande proportion de la population d’origine chinoise au Canada sont des nouveaux arrivés qui dans beaucoup de cas s’ajustent toujours à la vie dans le pays. En effet, les Canadiens d’origine chinoise qui habitent au Canada depuis 1981 ont un taux d’emploi plus élevé que la population globale.


Tableau 6.Pourcentage de la population  occupant un emploi, selon le groupe d'âge et le sexe, 2001. Une nouvelle fenêtre s'ouvrira.

Tableau 6. Pourcentage de la population occupant un emploi, selon le groupe d'âge et le sexe, 2001

Comme dans le cas de l’ensemble de la population, les hommes d’origine chinoise sont en général plus susceptibles d’occuper un emploi à l’extérieur de leur domicile que leurs homologues féminins. En 2001, 60 % des hommes d’origine chinoise âgés de 15 ans et plus faisaient partie de la population active rémunérée, comparativement à 52 % des femmes adultes d’origine chinoise. Les hommes et les femmes d’origine chinoise étaient néanmoins moins susceptibles d’occuper un emploi que leurs homologues au sein de l’ensemble de la population.

Personnes plus susceptibles de travailler dans des domaines scientifiques et techniques

Les Canadiens d’origine chinoise représentent une proportion élevée de l’ensemble des Canadiens qui travaillent dans des domaines scientifiques et techniques. En 2001, les personnes ayant fait part d’une origine chinoise représentaient 3 % de la totalité des travailleurs, tandis que 7 % représentaient des personnes occupant un emploi dans les domaines des sciences naturelles et appliquées. Les personnes d’origine chinoise représentent une proportion relativement élevée des personnes qui travaillent dans les domaines commercial, financier et administratif, ainsi que dans le domaine de la fabrication. Parallèlement, leur représentation au sein d’autres groupes professionnels, comme la santé et l’éducation, était proportionnellement plus faible.

De plus, les Canadiens d’origine chinoise sont en général aussi susceptibles que les Canadiens de l’ensemble de la population active d’être des travailleurs indépendants ayant une entreprise constituée en société. En 2001, les personnes d’origine chinoise représentaient 3 % du total de la population active canadienne, mais 4 % des travailleurs indépendants qui possédaient une entreprise constituée en société. La représentation des Canadiens d’origine chinoise parmi les travailleurs indépendants sans entreprise constituée en société était par contre relativement faible.

Personnes plus susceptibles d’être sans emploi

Les taux de chômage parmi les canadiens d’origine chinoise faisant partie de la population active4 sont semblables aux taux des membres de la population active générale canadienne. En 2001, 8,4 % de la population d’origine chinoise étaient sans emploi, comparativement à 7,4 % de l’ensemble de la population.

Comme au sein de l’ensemble de la population, les jeunes d’origine chinoise sont plus susceptibles d’être sans emploi que les adultes plus âgés. Cela est particulièrement le cas des jeunes hommes. En 2001, 18 % de la main-d’œuvre masculine active d’origine chinoise âgée de 15 à 24 ans étaient sans emploi, comparativement à 14 % de tous les jeunes hommes canadiens dans cette même catégorie. Au cours de la même période, 15 % des jeunes femmes d’origine chinoise faisant partie de la population active étaient sans emploi, comparativement à 13 % de leurs homologues dans l’ensemble de la population.

Revenus

En 20005, le revenu moyen de toutes sources des Canadiens d’origine chinoise âgés de 15 ans et plus se chiffrait à environ 25 000 $, comparativement à presque 30 000 $ dans le cas de tous les adultes canadiens.


Tableau 7.Revenus moyens de la communauté chinoise et de l'ensemble de la population canadienne, selon le groupe d'âge et le sexe, 2000. Une nouvelle fenêtre s'ouvrira.

Tableau 7. Revenus moyens de la communauté chinoise et de l'ensemble de la population canadienne, selon le groupe d'âge et le sexe, 2000

Comme dans l’ensemble de la population, les femmes d’origine chinoise touchent un revenu inférieur à leurs homologues masculins. En 2000, le revenu moyen des femmes adultes d’origine chinoise âgées de 15 ans et plus était de moins de 21 000 $, alors que celui des hommes était de 29 000 $. L’écart de revenu entre les femmes et les hommes d’origine chinoise est en général inférieur à l’écart existant dans l’ensemble de la population. En 2000, les revenus moyens des femmes d’origine chinoise équivaux 72 % de ceux de leurs homologues masculins, alors que ce chiffre était de 62 % dans l’ensemble de la population.

Les aînés canadiens d’origine chinoise touchent par ailleurs des revenus relativement faibles. En 2000, le revenu moyen de toutes sources des Canadiens d’origine chinoise âgés de 65 ans et plus s’est chiffré à 18 000 $, soit un revenu inférieur d’environ 6 000 $ à celui de l’ensemble des aînés, dont le revenu moyen s’est chiffré à 24 400 $. Comme dans le cas de l’ensemble des aînés au Canada, les femmes âgées de 65 ans et plus d’origine chinoise ont des revenus inférieurs à leurs homologues masculins. En 2000, le revenu moyen des femmes d’origine chinoise a atteint 15 600 $, comparativement à 21 000 $ dans le cas des hommes âgés d’origine chinoise.

Les revenus des adultes canadiens d’origine chinoise proviennent de gains6 dans une proportion à peu près le même que l’ensemble de la population. En 2000, les Canadiens d’origine chinoise âgés de 15 ans et plus ont affirmé que 79 % de leur revenu provenaient de gains, comparativement à 77 % dans le cas de l’ensemble des Canadiens adultes. En même temps, les adultes canadiens d’origine chinoise tirent une proportion moins prononcée de leur revenu total de paiements de transfert gouvernementaux que les autres adultes. En 2000, 10 % du revenu des Canadiens d’origine chinoise âgés de 15 ans et plus provenaient de transferts gouvernementaux, alors que la moyenne parmi tous les adultes canadiens était de 12 %.

Un sur quatre avec des revenus inférieurs

Un peu plus qu’un quart des Canadiens d’origine chinoise ont des revenus inférieurs aux seuils de faible revenu définis par Statistique Canada. En 2000, les revenus de 26 % des membres de la communauté chinoise étaient inférieurs à ces seuils de faible revenu officiels, comparativement à 16 % à l’échelle de la population en général. Un nombre relativement important d’enfants de la communauté chinoise vit par ailleurs dans des familles à faible revenu. En 2000, 27 % des enfants d’origine chinoise âgés de moins de 15 ans vivaient dans des familles à faible revenu, comparativement à 19 % parmi tous les enfants au Canada.

Les adultes d’origine chinoise libres de liens familiaux sont particulièrement susceptibles de toucher un faible revenu. En 2000, 55 % des adultes d’origine chinoise de 15 ans et plus vivant seuls touchaient un faible revenu comparativement à 38 % parmi leurs homologues dans l’ensemble de la population.

Les aînés d’origine chinoise seuls sont particulièrement susceptibles d’avoir de faibles revenus. En 2000, 70 % des aînés d’origine chinoise seuls âgés de 65 ans et plus touchaient des revenus inférieurs aux seuils de faible revenu définis par Statistique Canada, comparativement à tout juste 40 % de l’ensemble des aînés seuls. Comme dans le cas de l’ensemble de la population, les femmes aînées d’origine chinoise seules sont les plus susceptibles de disposer de faibles revenus. En 2000, près de trois de ces femmes sur quatre (74 %) touchaient des revenus inférieurs aux seuils de faible revenu, comparativement à 59 % des hommes aînés d’origine chinoise libres de liens familiaux et à 43 % de l’ensemble des femmes aînées âgées de 65 ans et plus.


La majorité éprouvent un sentiment d’appartenance au Canada

Selon l’Enquête sur la diversité ethnique, la plupart des Canadiens d’origine chinoise éprouvent un profond sentiment d’appartenance au Canada. En 2002, 76 % des personnes qui ont déclaré être d’origine chinoise ont affirmé qu’elles éprouvaient un profond sentiment d’appartenance au Canada. En même temps, 58 % d’entre elles ont affirmé qu’elles éprouvaient un profond sentiment d’appartenance à leur groupe ethnique ou culturel.

Les Canadiens d’origine chinoise sont par ailleurs actifs au sein de la société canadienne. Par exemple, 64 % de ceux qui avaient droit de vote ont affirmé avoir voté lors des élections fédérales de 2000, tandis que 60 % ont signalé avoir voté lors des dernières élections provinciales. Parallèlement, environ 35 % d’entre eux ont déclaré avoir participé à une organisation comme une équipe sportive ou une association communautaire au cours des 12 mois ayant précédé l’Enquête sur la diversité ethnique de 2002.

Toutefois en même temps, un Canadien d’origine chinoise sur trois (34 %) a effectivement affirmé avoir souffert de discrimination ou d’un traitement injuste fondés sur son origine ethnique, sa race, sa religion, sa langue ou son accent au cours des cinq dernières années ou depuis son arrivée au Canada. La plupart (63 %) de ceux qui ont été victimes de discrimination ont déclaré penser que celle-ci était attribuable à leur race ou à la couleur de leur peau, et 42 % ont précisé que la discrimination avait eu cours au travail ou au moment où ils avaient soumis une demande d'emploi ou de promotion.

Tableau récapitulatif. Une nouvelle fenêtre s'ouvrira.

Tableau récapitulatif

Notes :

  1. Toutes les données statistiques à l'intérieur de la présente publication faisant allusion aux Chinois, à la communauté chinoise, aux Canadiens ou aux personnes d'origine chinoise désignent les personnes qui ont mentionné seulement « Chinois » ou dans la considération avec d'autres origines en réponse à la question sur l'origine ethnique dans le Recensement de 2001 ou dans l'Enquête sur la diversité ethnique de 2002.

  2. L'anglais et le français sont reconnus comme langues officielles du Canada dans la Loi sur les langues officielles et la Charte canadienne des droits et libertés.

  3. Une langue maternelle est la première langue qu'une personne apprend dans son enfance et qu'elle comprend toujours.
  4. Adultes (âgés de 15 ans et plus) occupant un emploi ou sans emploi et à la recherche de travail.
  5. Dans le Recensement, les répondants ont déclarés leur revenu de l'année précédente.
  6. Englobent la rémunération totale provenant d'un travail indépendant.

Pour visualiser les documents PDF, vous devez utiliser le lecteur Adobe gratuit. Pour visualiser (ouvrir) ces documents, cliquez simplement sur le lien. Pour les télécharger (sauvegarder), mettez le curseur sur le lien et cliquez le bouton droit de votre souris. Notez que si vous employez Internet Explorer ou AOL, les documents PDF ne s'ouvrent pas toujours correctement. Veuillez consulter Dépannage pour documents PDF. Il se peut que les documents PDF ne soient pas accessibles au moyen de certains appareils. Pour de plus amples renseignements, visitez le site Adobe ou contactez-nous pour obtenir de l'aide.


Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English
Haut de la page
Date de modification : 2007-03-15 Avis importants