Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Utilisation d’Internet : comparaison internationale et interprovinciale

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

L’adoption et l’utilisation des technologies de l’information et des communications (TIC) par les particuliers et les entreprises déterminent en partie la capacité d’un pays de participer pleinement à l’économie mondiale de l’information. Étant donné qu’Internet est aujourd’hui un élément essentiel de l’infrastructure des TIC, son utilisation est devenue une marque de cette participation. Afin de situer l’utilisation d’Internet au niveau géographique et au fil du temps, la présente étude comprend une comparaison des taux d’utilisation d’Internet des Canadiens en 2005 et 2007 avec ceux observés dans certains autres pays, de même qu’entre les provinces canadiennes.

À propos de cet article
Résultats
Références
À propos des auteurs

À propos de cet article

L’Enquête canadienne sur l’utilisation d’Internet (ECUI) de 2005 a été réalisée auprès de plus de 30 000 Canadiens de 18 ans et plus, auxquels on a demandé d’indiquer leur utilisation d’Internet à des fins personelles au cours d’une période de 12 mois. L’ECUI de 2007 a été réalisée auprès d’environ 26 500 Canadiens de 16 ans et plus concernant leur utilisation d’Internet. L’inclusion des personnes de 16 et 17 ans dans l’enquête de 2007 a été à l’origine de près d’un point de pourcentage de l’augmentation globale de cinq points de pourcentage de l’utilisation d’Internet déclarée au Canada pour la période de 2005 à 2007. Pour plus de renseignements sur l’ECUI, consulter ici.

Pour les autres pays dont il est question dans le présent article, on s’est appuyé sur les données publiées par Eurostat — l’organisme statistique de l’Union européenne. Eurostat réalise une enquête dans tous les pays membres en utilisant partout le même questionnaire fondé sur le modèle de l’OCDE. L'enquête de Eurostat inclus l'utilisation d'Internet à des fins personelles ou professionelles. Certains pays membres sont exclus à cause du manque de comparabilité et/ou de disponibilité des données pour les années étudiées. Pour plus de renseignements concernant les enquêtes d’Eurostat, voir ici.

Pour des raisons de comparabilité avec les estimations d’Eurostat, les chiffres pour le Canada se rapportent aux personnes de 18 à 74 ans (en 2005) et de 16 à 74 ans (en 2007). Par conséquent, ces estimations différeront de celles publiées ailleurs par Statistique Canada. Par exemple, en 2007, le taux pour la population totale de 16 ans et plus était de 73 % (Statistique Canada 2008), comparativement à 77 % pour les 16 à 74 ans. Les données de l'Australie proviennent de l'Australian Bureau of Statistics. Ces données ne comportaient pas le plafond de 74 ans.

Comme c’est le cas pour la plupart des comparaisons à l’échelle internationale, l’analyse plus détaillée présente des défis en raison des différences de méthodologie, de collecte et de disponibilité des données. Même à ce niveau, les estimations pour certains pays n’ont pu être fournies. Par exemple, on ne dispose pas de données comparables pour les États‑Unis, et les mesures pour le Japon et la Corée rendent compte des taux d’utilisation individuelle des personnes de six ans et plus. En dépit de ces limites, le présent article fournit un aperçu de la façon dont les taux d’utilisation d’Internet au Canada se comparent avec ceux d’un certain nombre d’autres pays.

Résultats

Mesure de l’utilisation d’Internet

La mesure de l’utilisation d’Internet au Canada a évolué, du fait des changements qui ont touché les intérêts stratégiques. Depuis le lancement commercial d’Internet, en 1993, les objectifs stratégiques ont consisté notamment à brancher les Canadiens, à promouvoir les services à large bande, ainsi qu’à comprendre les utilisations individuelles et les répercussions sur la société et l’économie canadienne. L’Enquête canadienne sur l’utilisation d’Internet (ECUI) a été conçue pour mettre l’accent sur l’utilisation individuelle d’Internet et pour respecter davantage les normes internationales, et plus particulièrement l’enquête modèle de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Cela a suscité de nouvelles recherches sur les répercussions d’Internet, notamment pour l’apprentissage à distance, les données sur la santé et la participation sociale1. Parallèlement, la nouvelle enquête permet la production d’estimations pour le Canada qui sont davantage comparables au niveau international (voir À propos de cet article).

Facteurs qui influencent l’utilisation d’Internet

Dans tous les pays, la prévalence de l’utilisation d’Internet est influencée par une combinaison de facteurs économiques, culturels, démographiques et géographiques, ainsi que par la politique gouvernementale. Par exemple, les niveaux de revenu, combinés au prix et à la disponibilité du service, jouent un rôle important. Sur le plan culturel, quelques langues dominent depuis les débuts une part importante du contenu d’Internet. Sur le plan démographique, les jeunes adoptent les TIC, y compris Internet, plus rapidement que les membres âgés de la société. En outre, les études continuent de faire ressortir d’autres facteurs, comme la scolarité, le sexe et les caractéristiques d’emploi, comme ayant une influence notable2.

Géographiquement parlant, l’utilisation d’Internet s’est répandue à partir des groupes d’adopteurs précoces appartenant principalement aux mondes universitaire et scientifique. Initialement, ces groupes avaient tendance à être concentrés autour des universités situées principalement dans les grands centres populeux. Au Canada, les chercheurs ont constaté que si l’on neutralise l’effet d’autres facteurs comme l’âge, le revenu et la scolarité, la cote exprimant la possibilité d’utiliser Internet est plus faible chez les résidents des petites villes et des régions rurales, quelle que soit la distance qui les sépare des centres urbains3. Bien que les facteurs géographiques puissent jouer un rôle plus important dans des pays comme le Canada ou l’Australie, cette constatation implique aussi que les pays où la population rurale est plus importante pourraient enregistrer des taux plus faibles d’utilisation d’Internet.

Comparaison internationale

Afin de comparer le Canada à d’autres pays, le graphique 1 présente les taux d’utilisation individuelle d’Internet, à partir de n’importe quel endroit, en 2005 et 2007. Parmi les pays figurant dans le tableau, les pays scandinaves continuent de mener la marche, tandis que les taux d’utilisation d’Internet au Canada en 2005 (72 %) et en 2007 (77 %) sont similaires à ceux du Royaume‑Uni et de l’Allemagne, l’Australie suivant de près4. Dans l’ensemble, les taux d’utilisation d’Internet ont augmenté dans la plupart des pays au cours de cette période.

Graphique 1 Utilisation d'Internet par les individus au cours des 12 derniers mois, à partir de n'importe quel endroit, selon le pays, 2005 et 2007

Graphique 1
Utilisation d'Internet par les individus au cours des 12 derniers mois, à partir de n'importe quel endroit, selon le pays, 2005 et 2007

Même si la plupart des pays n’ont guère vu changer leur position relative, certains ont connu un taux de croissance élevé. Par exemple, en Grèce, le taux d’utilisation individuelle d’Internet a atteint 36 % en 2007. Même si ce taux demeure faible comparativement à celui d’autres pays pour la même année, la proportion d’utilisateurs grecs est une fois et demie plus élevée qu’en 2005. L’Irlande a aussi connu un taux élevé de croissance, le taux d’utilisation d’Internet étant passé de 42 % en 2005 à 61 % en 2007. Dans les pays où les taux d’utilisation d’Internet sont les plus élevés, les possibilités d’une forte croissance sont faibles, car l’utilisation d’Internet approche la saturation. L’accroissement moyen, en points de pourcentage, de l’utilisation d’Internet dans les pays où le taux était inférieur à 60 % en 2005 a été plus de deux fois supérieur que dans ceux où le taux était supérieur à 60 % la même année.

Certaines études ont comparé la connectivité à large bande entre les pays5. Toutefois, étant donné que les différences sont davantage une affaire de degré, du fait de la prolifération des services à large bande, l’utilisation d’Internet demeure un bon indicateur de la participation des citoyens à la société numérique6. D’autres études élaborent des indices de la participation à la société numérique à partir de plusieurs indicateurs. Le cadre sur lequel ces études sont fondées permet des analyses à l’intérieur des pays et entre les pays au fil du temps, ainsi que le contrôle du taux de pénétration de TIC particulières, y compris Internet et les services à large bande7. Enfin, la comparaison de comportements en ligne particuliers (p. ex. la portée des activités et l’intensité d’utilisation) entre les pays est très complexe et souvent limitée à des études de cas ou à un petit nombre de pays8.

La dimension provinciale

Pour comparer et situer l’utilisation d’Internet au Canada, le graphique 2 présente des taux provinciaux pour 2005 et 2007. Il est important de noter l’effet de l’emplacement — région urbaine par rapport à région rurale et à petite ville — sur le taux d’utilisation. Par exemple, même si le taux d’utilisation d’Internet en 2005 en Nouvelle‑Écosse était équivalent à la moyenne nationale (72 %), cela masquait la différence entre Halifax (79 %) et le reste de la province (66 %). Halifax est une capitale provinciale où sont concentrés des universités et des établissements en sciences de la santé. Du fait que la population est plus jeune et qu’un nombre relativement plus élevé de résidents ont un diplôme universitaire et des revenus plus élevés qu’ailleurs dans la province, Halifax représente un marché attrayant pour les fournisseurs de services Internet.

Graphique 2 Utilisation d'Internet par les individus au cours des 12 derniers mois, à partir de n'importe quel endroit, selon la province, 2005 et 2007

Graphique 2
Utilisation d'Internet par les individus au cours des 12 derniers mois, à partir de n'importe quel endroit, selon la province, 2005 et 2007

En 2007, les trois provinces de l’Ouest — Saskatchewan, Alberta et Colombie‑Britannique — avaient des taux d’utilisation d’Internet similaires aux principaux pays européens (graphiques 1 et 2). Le niveau d’utilisation d’Internet dans ces provinces est le fait des taux élevés dans les régions urbaines, y compris Saskatoon (86 %), Calgary (86 %) et Victoria (89 %). Comme c’est le cas pour la croissance dans les différents pays, certaines provinces qui avaient les taux d’utilisation d’Internet les plus faibles en 2005, comme l’Île‑du‑Prince‑Édouard et le Nouveau‑Brunswick, ont connu les taux de croissance les plus élevés.

Considérations

Jusqu’à présent, Internet est l’une des TIC dont la diffusion est la plus rapide9. Les pays observés dans le graphique 1 ont connu en moyenne une augmentation de huit points de pourcentage de l’utilisation d’Internet sur la période de deux ans, ce qui témoigne de la rapidité avec laquelle cette technologie se répand. Les pays qui affichaient les taux les plus élevés d’utilisation individuelle en 2005 ont aussi déclaré les taux les plus élevés en 2007. Sur une plus longue période, les différences dans les taux d'utilisation d'Internet devraient s'atténuer à mesure que les pays dont les taux d'utilisation sont très élevés approchent de la saturation, tandis que les autres continuent de connaître une croissance.

Le Canada a déclaré des taux d’utilisation d’Internet similaires à ceux du Royaume‑Uni et de l’Allemagne en 2005 et en 2007. En outre, tout comme l’Australie, le Canada a un vaste territoire dont la population est dispersée et concentrée dans les régions urbaines.

En résumé, les différences quant à la collecte et à la disponibilité des données sur l’utilisation d’Internet dans les différents pays posent des défis du point de vue des comparaisons précises. Des travaux à venir pourraient élargir la comparaison, en vue d’englober les utilisations d’Internet pour des activités particulières, ainsi que l’intensité d’utilisation. Ces exercices pourraient contribuer à fournir des mesures de la participation à l’économie de l’information mondiale10.

Références

ATKINSON, R., D. CASTRO et S. EZELL. 2009. The Digital Road to Recovery: A Stimulus Plan to Create Jobs, Boost Productivity and Revitalize America. The Information Technology and Innovation Foundation, Washington. janvier.

ATKINSON, R., D. CORREA et  J. HEDLUND. 2008. Explaining International Broadband Leadership. The Information Technology and Innovation Foundation, Washington. mai.

HUYER, S., N. HAFKIN, H. ERTL et H. DRYBURGH. 2005. De la fracture numérique aux perspectives numériques : Les femmes et la société de l'information. Orbicom, Montréal.

MCKEOWN, L., B. VEENHOF et J. CORMAN. 2008. Profil de l’utilisation d’Internet par les travailleurs du secteur des technologies de l’information et des communications »  Bulletin de l’analyse en innovation, no 88-003-X au catalogue de Statistique Canada, vol. 10, no 1, mai.

MCKEOWN L., A. NOCE et P. CZERNY. 2007. « Facteurs associés à l'utilisation de l'Internet : une question de ruralité? » Bulletin d'analyse : Régions rurales et petites villes du Canada, no 21-006-X au catalogue de Statistique Canada, vol. 7, no 3, septembre.

MCKEOWN, L. et C. UNDERHILL. 2007. « Apprentissage en direct : Facteurs associés à l'utilisation de l'Internet à des fins éducatives » Questions d'éducation, no 81-004-X au catalogue de Statistique Canada, vol. 4, no 4, octobre.

MONTAGNIER, P. et G. VICKERY. 2007. Broadband and ICT Access and Use by Households and Individuals. Groupe de travail sur l’économie de l’information de l'OCDE, Organisation de coopération et de développement économiques, Paris.

ORBICOM. 2007. Emerging Development Opportunities:  The Making of Information Societies and ICT Markets.  Orbicom et Presses du CNRC. Montréal.

ORBICOM. 2005. De la fracture numérique aux perspectives numériques : L'Observatoire des info-états au service du développement. Conseil national de recherches Canada.

ORBICOM. 2003. L'Observatoire de la fracture numérique … et au-delà. Conseil national de recherches Canada.

ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES (OCDE). 2004. Perspectives des technologies de l’information de l’OCDE. Paris.

SCIADAS, G. 2002. « Découvrir la fracture numérique. » Série sur la connectivité, no 56F0004M au catalogue de Statistique Canada, no 7.

STATISTIQUE CANADA. 2008. « Enquête canadienne sur l’utilisation d’Internet » Le Quotidien, le 12 juin. no 11-001-X au catalogue de Statistique Canada.

UNDERHILL, C. et L. MCKEOWN. 2008. « Obtenir une seconde opinion — Information sur la santé et Internet » Rapports sur la santé, no 82-003-X au catalogue de Statistique Canada, vol. 19, no 1.

UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS (UIT). 2009. Measuring the Information Society: The ICT Development Index. Genève.

UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS (UIT). 2007. Measuring the Information Society 2007. Indice d'accès aux TIC et indicateurs des télécommunications/TIC dans le monde, Genève.

VEENHOF, B., B. WELLMAN, C. QUELL et B. HOGAN. 2008. « Répercussions de l’utilisation d’Internet par les Canadiens sur la vie sociale et la participation communautaire »  Série sur la connectivité, no 56F0004M au catalogue de Statistique Canada, no 16.

À propos des auteurs

Ben Veenhof et Larry McKeown travaillent dans la Division des sciences, de l'innovation et de l'information électronique à Statistique Canada. Pour de plus amples renseignements communiquez avec la DSIIE au dsiieinfo@statcan.gc.ca.


Notes

1. Voir McKeown et Underhill (2007); Underhill et McKeown (2008); Veenhof, Wellman, Quell et Hogan (2008).

2. Voir OCDE (2004); Huyer, Hafkin, Ertl et Dryburgh (2005); McKeown, Veenhof et Corman (2008).

3. Voir McKeown, Noce et Czerny (2007). Dans le cadre d’une autre comparaison internationale récente, on a déterminé que l’« urbanicité » — le pourcentage de population urbaine multiplié par la densité moyenne des régions urbaines — est le deuxième facteur en importance quant au taux de pénétration des services à large bande (Atkinson, Correa et Hedlund 2008).

4. Le taux pour l’Australie serait beaucoup plus près de celui du Canada si on limitait l’étude aux personnes âgées d’au plus 74 ans; l’inclusion des personnes âgées est en partie à l’origine des chiffres plus faibles pour l’Australie.

5. Atkinson, Correa et Hedlund (2008) ont comparé l’utilisation des services à large bande par les ménages américains avec ceux de trente autres pays. La Corée du Sud et le Japon venaient au premier rang pour l’utilisation des services à large bande, selon un score composite fondé sur le taux de pénétration, la rapidité et le prix. Pour le même score composite, le Canada arrivait au 11e rang, juste devant l’Australie et le Royaume‑Uni, tandis que les États‑Unis se classaient au 15e rang.

L’OCDE publie une gamme variée de statistiques sur les services à large bande (y compris les abonnements à ces services par 100 habitants) dans son portail sur ces services, disponible à l’adresse suivante : http://www.oecd.org/sti/ict/broadband.

6. Pour illustrer ce point, on a calculé un coefficient de corrélation de rang de Spearman pour les 22 pays visés par les comparaisons de l’utilisation d’Internet (voir le graphique 1) et le taux de pénétration des services à large bande (Atkinson, Correa et Hedlund 2008). La valeur de 0,87 laisse supposer une corrélation positive très étroite entre l’utilisation individuelle d’Internet et le taux de pénétration des services à large bande dans les ménages.

7. Voir Orbicom (2003, 2005, 2007); UIT (2007, 2009).

8. Montagnier et Vickery (2007) compilent et analysent des données de plusieurs sources pour faire des comparaisons des activités en ligne et de la portée de l’utilisation individuelle d’Internet dans certains pays.

9. Sciadas (2002) analyse la diffusion des diverses TIC au fil du temps au Canada et a déterminé que la diffusion de la télévision s’est faite encore plus rapidement que celle d’Internet.

10. Atkinson, Castro et Ezell (2009) prétendent que les investissements dans l’infrastructure numérique entraînent une plus grande productivité, augmentent la compétitivité et améliorent la qualité de vie à plus long terme.