Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Décrocher d’Internet : qui et pourquoi?

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

par Larry McKeown et Cathy Underhill, DSIIE, Statistique Canada

L’utilisation d’Internet est un repère important de la participation à une société de l’information. Bien que 68 % des Canadiens adultes se soient branchés à des fins personnelles, non commerciales en 2005, l’inégalité numérique persiste à la fois sur le plan géographique et au sein de certains groupes de la population. Si une bonne partie de la recherche et de l’attention des décideurs a porté sur les obstacles à l’utilisation d’Internet, on a estimé à 850 000 le nombre de Canadiens qui avaient utilisé Internet à un moment donné mais qui ne l’utilisaient plus en 2005. Qui sont ces décrocheurs et pourquoi ont­ils cessé d’utiliser Internet?

À propos de cet article
Contexte
Résultats
Résumé
Références
À propos des auteurs

À propos de cet article

Nous utilisons ici les données de l’Enquête canadienne sur l’utilisation d’Internet par les Canadiens en 2005 (ECUI), menée en complément de l’Enquête sur la population active (EPA) en novembre 2005. Plus de 30 000 Canadiens de 18 ans ou plus, sauf les résidents des territoires, les détenus des pénitenciers, les personnes vivant sur des réserves indiennes et les membres à plein temps des Forces armées, ont été invités à répondre à un questionnaire sur leur utilisation d’Internet au cours d’une période de 12 mois. L’ECUI remplace l’Enquête sur l’utilisation d’Internet par les ménages (EUIM), menée de 1997 à 2003. Le nouvel accent sur les individus est plus conforme aux normes internationales, mais il ne permet pas de faire des comparaisons avec les estimations antérieures dans bien des cas.

De plus amples renseignements concernant l’Enquête canadienne sur l’utilisation d’Internet sont disponibles ici.

Définitions

Utilisateurs d’Internet – Répondants ayant déclaré avoir utilisé Internet à des fins personnelles, non commerciales au cours des 12 mois précédents à partir de différents endroits, notamment le domicile, le travail, l’école, la bibliothèque ou ailleurs.

Anciens utilisateurs / décrocheurs d’Internet – Répondants ayant déclaré avoir utilisé Internet à des fins personnelles, non commerciales dans le passé, mais pas dans les 12 mois précédents.

Non‑utilisateurs – Répondants ayant déclaré n’avoir jamais utilisé Internet à des fins personnelles, non commerciales.

Contexte

Autant la technologie Internet est en expansion dans tout le pays et dans le temps, autant les mesures servant à en suivre l’accès et l’utilisation doivent évoluer. Si les premières recherches ont souligné la rapidité avec laquelle les Canadiens ont adopté Internet et mis en évidence les taux de ménages branchés (Dickinson et Ellison, 2000), les chercheurs qui, par la suite, se sont intéressés à cette question, ont voulu savoir pourquoi et comment les Canadiens, sur un plan individuel, utilisaient Internet (Dryburgh, 2001), ont voulu déterminer quels étaient les obstacles à l’accès à Internet (Lenhart, 2002), de même que les facteurs influençant la « ligne de partage numérique », c.­à­d. l’écart d’utilisation d’Internet entre certains groupes (Sciadas, 2002).

Des études plus récentes ont entrepris d’examiner les répercussions d’Internet sur la société canadienne, notamment sur les tendances quotidiennes quant à la durée d’utilisation des Canadiens (Veenhof, 2006) et les répercussions attendus sur la société de l’information, qui ne se sont pas jusqu’à maintenant concrétisées, comme le « bureau sans papier », l’effondrement du commerce du détail et la « mort des distances » (Sciadas, 2006). Les anciens utilisateurs d’Internet ont suscité un moins grand nombre de recherches et moins retenu l’attention des décideurs (Crompton, Ellison et Stevenson, 2002).

Résultats

De l’accès aux effets

La présente étude utilise les données de l’Enquête canadienne sur l’utilisation de l’Internet en 2005 (ECUI) relativement à trois groupes de Canadiens adultes. Le groupe ayant utilisé Internet se compose des 68 % Canadiens adultes qui se sont branchés en 2005 à des fins personnelles, non commerciales. Ceux qui n’ont pas utilisé Internet en 2005 ont ensuite été divisés en deux groupes : les non utilisateurs (28 %) et les anciens utilisateurs, ou « décrocheurs d’Internet » (4 %). En particulier, nous comparons ici les trois groupes selon certaines caractéristiques socio-économiques et examinons les raisons pour lesquelles ces anciens utilisateurs ont décroché d’Internet.

Les décrocheurs d’Internet au Canada

Bien que, pour certains, le fait d’être un ancien utilisateur d’Internet soit une situation provisoire découlant d’un changement au chapitre du travail ou de l’école, il s’agit d’une situation plus permanente pour d’autres. Plus de la moitié (55 %) des répondants avaient cessé d’utiliser Internet au cours des deux dernières années. Près du tiers d’entre eux (31 %) avaient utilisé Internet de deux à cinq ans avant la période de référence, alors que les autres (13 %) l’avaient utilisé plus de cinq ans auparavant. Près du quart (24 %) des anciens utilisateurs ont déclaré avoir été en ligne tous les jours durant leur dernière utilisation d’Internet, alors que 30 % d’entre eux utilisaient Internet au moins une fois par semaine. Le reste des anciens utilisateurs 47 % y accédaient moins souvent. Ces résultats donnent à penser que les anciens utilisateurs comprenaient autant des utilisateurs réguliers que des utilisateurs plus occasionnels.

On a aussi demandé aux anciens utilisateurs à quel endroit ils accédaient à Internet. Plus de 60 % d’entre eux avaient utilisé Internet à leur domicile, soit un pourcentage passablement inférieur aux 90 % d’utilisateurs d’Internet ayant déclaré l’utiliser à domicile. Moins de 20 % d’entre eux l’avaient utilisé à leur travail, alors que 13 % d’entre eux l’avaient utilisé à l’école. Environ 15 % des répondants ont déclaré utiliser Internet à partir d’un autre endroit, soit le domicile d’un parent, d’un ami ou d’un voisin.

Qui?

Il semble que les anciens utilisateurs se glissent quelque part entre les autres groupes en ce qui a trait à certaines caractéristiques socio-économiques (tableau 1). Les anciens utilisateurs étaient quelque peu plus âgés en moyenne que les utilisateurs d’Internet, mais passablement plus jeunes que les non utilisateurs. Toutefois, ils se composaient d’un nombre disproportionné d’hommes comparativement à ceux des deux autres groupes. Quant au niveau de scolarité, les anciens utilisateurs étaient passablement moins susceptibles que les utilisateurs d’Internetmais plus susceptibles que les non utilisateurs d’avoir un grade universitaire. De même, les anciens utilisateurs étaient plus susceptibles de vivre dans un ménage à faible revenu que les utilisateurs. On s’étonnera moins, peut‑être, qu’étant donné leur âge plus avancé en moyenne, les anciens utilisateurs étaient moins susceptibles de vivre dans un ménage ayant des enfants, mais, ici encore, plus susceptibles, à cet égard, que les non utilisateurs.

Tableau 1 Pourcentage de Canadiens de 18 ans ou plus, selon les caractéristiques socio-économiques et leur statut Internet, 2005. Une nouvelle fenêtre s'ouvrira

Tableau 1
Pourcentage de Canadiens de 18 ans ou plus, selon les caractéristiques socio-économiques et leur statut Internet, 2005

Il semble que le domicile des anciens utilisateurs était plutôt semblable à celui des non utilisateurs. Dans les deux groupes, une plus grande proportion de répondants vivent dans une petite municipalité et une région rurale (c.­à­d. non urbaine), comparativement aux groupes d’utilisateurs d’Internet. Tout compte fait, alors que certaines caractéristiques sont communes aux anciens utilisateurs, ceux‑ci ne semblent pas constituer un groupe homogène; différents types de personnes ont décroché d’Internet, mais pourquoi ces anciens utilisateurs ont‑ils cessé d’accéder à Internet?

Pourquoi?

On a demandé aux anciens utilisateurs d’Internet de préciser les raisons pour lesquelles ils ont décroché. Plus de 85 % d’entre eux n’ont fourni qu’une seule raison1. Afin d’examiner ces réponses, nous avons adopté une typologie de quatre catégories de raisons fondées sur l’analyse de Lenhart (2002) de l’expérience américaine (graphique 1).

La première catégorie concerne les raisons personnelles : ces raisons comprennent « inutile, sans intérêt, pas le temps ou trop difficile »; plus de la moitié des anciens utilisateurs (59 %) ont fourni les mêmes raisons. Environ un sur quatre des anciens utilisateurs (26 %) a mentionné des difficultés liées à l’informatique, notamment la « non‑disponibilité d’un appareil ou un bris d’équipement ». Un répondant sur cinq (20 %) a mentionné l’accès aux services, notamment « les coûts élevés, un changement lié au travail ou à l’école ». Enfin, moins de un répondant sur 10 a fourni une autre raison, par exemple « la vie privée, la peur de divulguer des renseignements personnels, les contenus répréhensibles » (catégorie « Autres raisons » dans le graphique 1).

Parmi les anciens utilisateurs, les hommes sont plus susceptibles que les femmes d’invoquer des raisons personnelles (61 % c. 56 %) de ne plus utiliser Internet et sont moins susceptibles d’indiquer des raisons liées à l’accès (18 % c. 22 %). En moyenne, les anciens utilisateurs qui ont mentionné d’autres raisons tendent à être légèrement plus âgés (49 ans) que ceux qui ont mentionné des raisons d’ordre technologique (42 ans). Près du tiers des anciens utilisateurs ont affirmé prévoir commencer à utiliser Internet pour des raisons personnelles, non commerciales à partir d’un emplacement quelconque au cours des 12 prochains mois. La moyenne d’âge de ces anciens utilisateurs était de 42 ans, comparativement à 46 ans pour ceux qui n’avaient pas formé de tels projets.

Graphique 1 Pourcentages d'anciens utilisateurs exprimant les raisons de ne plus utiliser Internet, 2005. Une nouvelle fenêtre s'ouvrira.

Graphique 1
Pourcentages d'anciens utilisateurs exprimant les raisons de ne plus utiliser Internet, 2005

Plus de 70 % des personnes ayant cessé d’utiliser Internet au cours des deux dernières années prévoyaient l’utiliser à nouveau au cours des 12 prochains mois. Ici encore, on pourrait penser que de nombreux anciens utilisateurs sont de jeunes adultes qui se trouvent en transition et qui ont cessé d’utiliser Internet de façon provisoire (en raison d’un changement d’emploi ou de mode de vie, la non disponibilité d’un dispositif, etc.). D’autres anciens utilisateurs appartiennent à un groupe démographique plus âgé ayant déclaré ne pas avoir besoin d’Internet ou n’avoir aucun intérêt à l’utiliser. Il est possible que ces anciens utilisateurs aient cessé d’utiliser Internet de façon plus permanente.

Résumé

Internet fait désormais partie intégrante de la vie quotidienne de nombreux Canadiens. La présente étude a porté sur un petit groupe de Canadiens adultes qui ont utilisé Internet dans le passé, mais qui ont cessé de l’utiliser pour un certain nombre de raisons. Malgré la croissance énorme d’Internet, il reste certains anciens utilisateurs qui n’ont plus besoin d’Internet ou qui ne souhaitent plus l’utiliser, soit parce qu’ils ne disposent pas du matériel nécessaire, soit que les coûts sont trop élevés pour ce qu’ils en retirent. Comparativement aux utilisateurs actuels d’Internet, ces anciens utilisateurs sont légèrement plus âgés en moyenne, plus susceptibles d’être des hommes que des femmes et affichent des niveaux inférieurs de revenu et de scolarité. De plus, ce groupe présente une surreprésentation de résidents d’une petite municipalité ou d’une région rurale, où Internet pourrait être utilisé pour aider à compenser les longues distances à parcourir.

Références

Crompton, S., J. Ellison, et K. Stevenson (2002). Avoir mieux à faire ou être exclus? Les décrocheurs d'Internet et les utilisateurs occasionnels. Trendances sociales canadiennes, Statistique Canada, no 11-008-XIF au catalogue.

Dickinson, P. et J. Ellison (2000). Les Canadiens se branchent : l'utilisation d'Internet par les ménages reste à la hausse en 1999. Série sur la connectivité, Statistique Canada, no 56F0004MIF au catalogue, no 1.

Dryburgh, H. (2001). Les temps changent : pourquoi et comment les Canadiens utilisent Internet. Statistique Canada, no 56F0006XIF au catalogue.

Lenhart, A. (2002). Barriers to Internet access: From the non-user and new-user perspective. Pew Internet and American Life Project.

Sciadas, G. (2006). La vie à l'ère numérique, Série sur la connectivité, Statistique Canada, no 56F0004MIF au
catalogue, no 14.

Sciadas, G. (2002). Découvrir la fracture numérique, Série sur la connectivité, Statistique Canada, no 56F0004MIF au catalogue, no 7.

Veenhof, B. (2006). Internet influence-t-il l'emploi du temps des Canadiens? Série sur la connectivité, Statistique Canada, no 56F0004MIF au catalogue, no 13.

À propos des auteurs

Larry McKeown et Cathy Underhill travaillent dans la Division des sciences, de l’innovation et de l’information électronique (DSIIE) à Statistique Canada. Pour de plus amples renseignements communiquez avec la DSIIE au dsiieinfo@statcan.gc.ca.

Note

  1. Les raisons fournies par les répondants ont été cochées par l’intervieweur dans une liste de 12 raisons (cette liste n’a pas été lue à voix haute, aux répondants). Comme plusieurs raisons pouvaient être fournies, les totaux dépassent 100%.