Publications

    Série de profils du Centre canadien de la statistique juridique

    Victimisation criminelle et santé : Un profil de la victimisation chez les personnes ayant une limitation d'activité ou un autre problème de santé

    Victimisation criminelle et santé : un profil de la victimisation chez les personnes ayant une limitation d'activité ou un autre problème de santé

    Avertissement Consulter la version la plus récente.

    Informations archivées

    Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

    par Samuel Perreault, Centre canadien de la statistique juridique, Statistique Canada

    En 2007, le Canada signait1 la Convention relative aux droits des personnes handicapées de l'Organisation des Nations Unies (ONU), qui reconnaît que les personnes ayant une limitation d'activité ont un risque plus élevé d'être victimes de violence ou d'abus, et s'engageait alors à prendre toutes les mesures pour protéger les personnes handicapées (ONU, 2006a).

    Selon les données de l'Enquête sur la participation et les limitations d'activités menée en 2006, plus de 4,4 millions de Canadiens, soit 14 % de la population, ont déclaré avoir au moins un état physique ou mental qui les limite dans leurs activités quotidiennes. Avec une population vieillissante, ce nombre est appelé à augmenter dans les années à venir (Statistique Canada, 2006; Trottier et autres, 2000). Considérant les récents engagements du Canada, il devient donc d'autant plus important de connaître le portrait de la victimisation criminelle des personnes handicapées au Canada.

    En s'appuyant essentiellement sur les données de l'Enquête sociale générale de 2004, le présent profil comprend une analyse des liens qui existent entre la victimisation criminelle et les limitations d'activités, de même que certains autres aspects de la santé. On y analyse notamment les caractéristiques des incidents, des victimes et de leurs agresseurs. Enfin, il sera aussi question des perceptions qu'ont les personnes ayant une limitation d'activité face à la criminalité et au système de justice.

    Encadré 1 : Définitions

    Incapacité ou limitation d'activité

    L'Enquête sociale générale (ESG) fait appel au cadre de l'Organisation mondiale de la santé pour la définition de l'incapacité qui, dans son sens large, comprend toute limitation d'activité. Les personnes aux prises avec des limitations d'activités sont celles qui ont déclaré éprouver des difficultés dans leur vie quotidienne ou qui ont mentionné qu'un état physique ou mental ou qu'un problème de santé réduisait la quantité ou le genre d'activités qu'elles pouvaient effectuer.

    Note: Bien que les termes « personnes ayant une incapacité », « personnes ayant une limitation d'activité » et « personnes handicapées » puissent traduire des réalités différentes, ils sont utilisés de façon interchangeable dans le présent document pour désigner les personnes ayant une limitation d'activité conformément à la définition ci-dessus.

    Types d'infractions

    Dans le cadre de l'ESG de 2004, on a mesuré l'étendue de la victimisation avec violence en examinant trois types d'infractions, selon leur définition dans le Code criminel. Lorsqu'un incident comportait plus d'un type de crime, il était alors classé selon l'infraction la plus grave (dans l'ordre présenté ci-dessous).

    Crimes violents

    Agression sexuelle : Activité sexuelle forcée, tentative d'activité sexuelle forcée, attouchements sexuels, agrippement, baisers ou caresses non désirés.
    Vol qualifié : Vol ou tentative de vol lorsque l'auteur est armé ou lorsqu'il y a des actes de violence ou des menaces de violence contre la victime.
    Voies de fait : Attaque (victime frappée, giflée, empoignée, poussée par terre ou battue), menace de préjudice physique proférée face à face, ou incident dans lequel une arme est présente.


    Note

    1. Il est à noter qu'au moment de rédiger le présent rapport, le Canada avait signé mais n'avait pas encore ratifié la Convention.

    Date de modification :