Publications

    Série de profils du Centre canadien de la statistique juridique

    La victimisation multiple au Canada, 2004

    Faits saillants

    Avertissement Consulter la version la plus récente.

    Informations archivées

    Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

    • En 2004, les personnes qui ont indiqué avoir été victimes de plus d'un crime violent durant l'année précédente représentaient 2 % de la population, mais elles avaient fait l'objet de 60 % de tous les crimes violents.
    • Parmi les Canadiens qui ont déclaré avoir été victimes d'un crime au cours des 12 mois précédant la tenue de l'enquête, 38 % ont dit avoir été victimisés à plusieurs reprises. La moitié d'entre eux ont été victimisés deux fois, alors que l'autre moitié l'ont été trois fois ou plus.
    • En 2004, les jeunes, les Autochtones, les personnes célibataires, celles qui participaient à un grand nombre d'activités en soirée et celles qui consommaient de l'alcool plus souvent ont été proportionnellement plus nombreux à mentionner avoir été victimes de plus d'un crime violent.
    • Les personnes qui étaient locataires de leur résidence, celles qui vivaient en milieu urbain et celles qui résidaient dans les quartiers où la proportion de familles monoparentales était plus élevée ont été plus nombreuses à être victimes d'un crime contre les biens à plusieurs reprises.
    • Alors qu'une majorité de Canadiens se sont dits satisfaits par rapport à leur sécurité personnelle face à la criminalité en 2004, les personnes qui ont déclaré avoir été victimes de multiples crimes ont exprimé des degrés de satisfaction moins élevés à ce chapitre que les personnes qui ont été victimes d'un seul crime et que les personnes qui n'ont pas été victimisées durant les 12 mois précédant l'enquête.
    Date de modification :