Les crimes haineux déclarés par la police au Canada, 2012 : faits saillants

[Article intégral en HTML] [Article intégral en PDF]

  • En 2012, la police a déclaré 1 414 affaires criminelles motivées par la haine au Canada, soit 82 affaires de plus qu’en 2011.
  • Environ la moitié (51 %) des crimes haineux déclarés par la police en 2012 étaient motivés par la race ou l’origine ethnique, 30 % étaient liés à la religion et une autre proportion de 13 %, à l’orientation sexuelle.
  • Plus des deux tiers (69 %) des crimes haineux étaient de nature non violente. Selon les données policières, le méfait était l’infraction la plus courante parmi les crimes haineux et représentait plus de la moitié de ce type de crime ; 6 % des crimes haineux étaient des méfaits envers des biens religieux, alors que 51 % entraient dans la catégorie des autres méfaits.
  • Près du tiers (31 %) des crimes haineux déclarés par la police en 2012 comportaient des infractions avec violence, notamment des voies de fait, des menaces et du harcèlement criminel. Les crimes haineux motivés par l’orientation sexuelle (67 %) ou la race ou l’origine ethnique (32 %) étaient les plus susceptibles d’impliquer des infractions avec violence. Parmi les crimes motivés par la haine d’une religion, 13 % étaient de nature violente.
  • En 2012, la plupart des crimes haineux déclarés par la police étaient concentrés dans les grandes villes. Les 10 plus grandes villes canadiennes, qui représentent un peu plus de la moitié de la population (52 %), ont enregistré 63 % des crimes haineux cette année-là.
  • Les auteurs présumés de crimes haineux étaient principalement jeunes et de sexe masculin. Parmi les auteurs présumés de crimes haineux en 2012, 84 % étaient de sexe masculin et 57 % avaient moins de 25 ans. La majorité (62 %) des jeunes auteurs présumés de crimes haineux qui étaient âgés de moins de 18 ans avaient commis une infraction sans violence, 48 % ayant perpétré un méfait.
Date de modification :