Section 5 : La violence familiale envers les personnes âgées, 2011

par Shannon Brennan

Passer au texte

Début du texte

Selon les projections démographiques, le nombre de personnes âgées au Canada connaîtra une croissance considérable au cours des prochaines décennies. Entre 2006 et 2011 seulement, le nombre de Canadiens de 65 ans et plus a augmenté de 14 %, ce qui porte maintenant le total à près de 5 millions de personnes âgées (Statistique Canada, 2012).

Par le passé, les aînés affichaient les plus faibles taux de victimisation. Cependant, on craint de plus en plus que la croissance de la population âgée entraîne une augmentation du taux de violence et de victimisation contre cette tranche de la population (Sev'er, 2009). Ainsi, un grand nombre de provinces mettent en place des stratégies afin de remédier à la situation. Comme ce sont souvent les membres de la famille qui agissent comme aidants pour les aînés vieillissants, bon nombre de ces stratégies portent sur la prévention de la violence à l'intérieur des familles (voir, par exemple, province de la Colombie-Britannique, 2013).

En s'appuyant sur les données déclarées par la police qui proviennent du Programme de déclaration uniforme de la criminalité (DUC), la présente section fournit des renseignements sur l'ampleur et la nature de la violence familiale envers les personnes âgées. On y examine la fréquence de la violence familiale envers les personnes âgées aux échelons du pays, des provinces et territoires, et des régions métropolitaines de recensement. De plus, on y explore les caractéristiques de la violence familiale envers les aînés, en présentant de l'information sur les types de violence observés le plus fréquemment, l'utilisation d'armes, les blessures subies et la façon dont les affaires sont classées par la police. Enfin, on conclut par une analyse des homicides, soit la forme la plus grave de violence familiale envers les personnes âgées.

Le tiers des crimes violents à l'endroit des personnes âgées ont été commis par un membre de la famille

En 2011, environ 8 500 CanadiensNote 1 de 65 ans et plus ont été victimes d'un crime violent. Plus du tiers (34 %) d'entre eux ont été victimes d'un crime commis par un membre de leur famille, alors qu'un peu moins de 1 aîné sur 5 (19 %) a subi de la violence aux mains d'une connaissance. Plus du quart (27 %) des crimes commis contre des personnes âgées en 2011 ont été perpétrés par un étranger.

Au total, on a dénombré plus de 2 850 aînés victimes de violence familiale en 2011, ce qui représentait un taux de 61 victimes âgées pour 100 000 habitants (tableau 5.1). Les données fournies par un sous-ensemble de services de police ont révélé que la violence envers les personnes âgées est demeurée stable au cours des trois années précédentes.

Les victimes âgées de 65 ans et plus sont celles qui affichent constamment les plus faibles taux de violence familiale comparativement aux autres victimes, une tendance qui s'est poursuivie en 2011. Tant chez les femmes que chez les hommes, les taux de violence familiale envers les personnes âgées étaient nettement inférieurs à ceux affichés par les victimes des autres groupes d'âge. Ainsi, le taux de violence familiale dont les victimes étaient des femmes âgées était près de 10 fois moins élevé que celui des femmes victimes de 25 à 34 ans (graphique 5.1).

Description du graphique 5.1

Graphique 5.1 Victimes de violence familiale déclarée par la police, selon le sexe et le groupe d'âge de la victime, Canada, 2011

Les taux de violence familiale déclarée par la police n'étaient pas les mêmes pour tous les aînés. Comme les jeunes Canadiens, qui sont plus à risque de subir de la violence familiale que les personnes âgées, les aînés plus jeunes présentaient davantage de risques que les aînés plus âgés. Par exemple, les personnes de 65 ans affichaient un taux de violence familiale déclarée par la police qui était 3,5 fois plus élevé que le taux enregistré chez les personnes de 89 ans (graphique 5.2).

Description du graphique 5.2

Graphique 5.2 Personnes âgées qui ont été victimes de violence familiale, affaires déclarées par la police, selon l'âge de la victime, Canada, 2011

Les taux de violence familiale contre les personnes âgées différaient également selon le sexe de la victime. En 2011, le taux de violence familiale chez les femmes âgées était plus élevé que celui observé chez les hommes âgés (67 par rapport à 53 pour 100 000 habitants).

Les provinces de l'Ouest affichent les taux les plus élevés de violence familiale contre les aînés

Comme les crimes en général, les taux de violence familiale envers les personnes âgées en 2011 étaient les plus élevés dans les territoires et les provinces de l'Ouest (tableau 5.2, graphique 5.3). La Saskatchewan, l'Alberta et le Manitoba ont enregistré les plus forts taux parmi les provinces, alors que le Nunavut a inscrit le taux le plus élevé des territoires. En revanche, l'Île-du-Prince-Édouard a enregistré le plus faible taux de violence familiale contre les aînés déclarée par la police, suivie de l'Ontario et du Québec.

Description du graphique 5.3

Graphique 5.3 Personnes âgées qui ont été victimes de violence familiale, affaires déclarées par la police, selon la province, 2011

Bien qu'il y ait une certaine variation entre les provinces pour ce qui est de la fréquence de la violence familiale envers les personnes âgées, on observe aussi des différences selon le sexe de la victime. Ainsi, malgré le fait que les données nationales aient révélé que les femmes âgées présentent un risque élevé d'être victimes de violence familiale, cela ne vaut pas pour l'ensemble des provinces. Par exemple, les hommes âgés vivant à Terre-Neuve-et-Labrador, à l'Île-du-Prince-Édouard, en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick et en Saskatchewan étaient plus susceptibles que les femmes âgées d'être victimes de violence familiale (tableau 5.2).

Le taux de violence familiale envers les personnes âgées est plus élevé dans les régions autres que les RMR

Des études antérieures ont révélé que la violence familiale envers les personnes âgées a tendance à être moins fréquente dans les régions métropolitaines de recensement (RMR) que dans les petites villes et les villages (Sinha, 2012). C'est aussi ce qu'on a observé en 2011 (tableau 5.3). Le taux de violence familiale à l'endroit des personnes âgées dans les RMR s'établissait à 53 pour 100 000 habitants, ce qui est nettement inférieur à celui des régions autres que les RMR (76 pour 100 000 habitants). Plusieurs facteurs peuvent expliquer la plus grande fréquence de la violence familiale envers les personnes âgées dans les petites villes, les villages et les régions rurales, notamment l'isolement géographique et le moins grand nombre de ressources (Grama, 2000).

Parmi les 33 RMR, Gatineau a inscrit le plus fort taux de violence familiale à l'endroit des personnes âgées, suivie de Brantford, de St. John's et de Kitchener–Cambridge–Waterloo. À l'inverse, les taux les plus faibles de violence familiale contre les aînés ont été notés dans les RMR de St. Catharines–Niagara, de Sherbrooke, de Hamilton et de Windsor (graphique 5.4).

Description du graphique 5.4

Graphique 5.4 Personnes âgées qui ont été victimes de violence familiale, affaires déclarées par la police, selon la région métropolitaine de recensement, 2011

Les actes de violence familiale envers les personnes âgées sont le plus souvent commis par un enfant adulte

Des recherches antérieures dans le domaine de la violence familiale envers les aînés ont révélé que les personnes de 65 ans et plus risquent avant tout d'être victimes d'un acte de violence commis par un enfant adulte, une tendance qui s'est poursuivie en 2011. Selon les données policières, le taux d'aînés victimes de violence aux mains d'un enfant adulte était 1,5 fois plus élevé que celui des personnes âgées victimes d'un acte aux mains de leur conjoint, le deuxième auteur de violence familiale envers les aînés en importance (tableau 5.1).

Bien que les personnes âgées de sexe féminin et masculin soient plus à risque d'être victimes de violence familiale aux mains d'un de leurs enfants, il existe quelques différences entre les deux groupes. Par exemple, le taux de femmes âgées victimes d'un acte commis par leur conjoint était près de deux fois plus élevé que celui des hommes âgés (21 par rapport à 11 pour 100 000 habitants). De plus, même s'ils affichent constamment des taux de victimisation inférieurs à ceux des femmes âgées, les hommes âgés sont plus susceptibles d'être victimes d'un crime aux mains d'un membre de la famille élargie (graphique 5.5).

Description du graphique 5.5

Graphique 5.5 Personnes âgées qui ont été victimes de violence familiale, affaires déclarées par la police, selon le sexe de la victime et le lien de l'auteur présumé avec celle-ci, Canada, 2011

Les voies de fait simples sont les actes de violence familiale les plus souvent perpétrés envers les aînés

Les voies de fait simples — dans lesquelles la victime subit des blessures corporelles mineures ou ne subit aucune blessure — constituent la forme de violence familiale la plus souvent perpétrée envers les personnes âgées. Au total, les voies de fait simples représentaient plus de la moitié (52 %) des affaires de violence familiale, devant les menaces (20 %) et les voies de fait majeures (12 %). Il s'agissait des formes de violence les plus répandues tant chez les femmes que chez les hommes (tableau 5.4).

La plupart des affaires de violence familiale envers les personnes âgées comportent l'usage de la force physique ou des menaces

Comme les crimes violents en général, les affaires de violence familiale envers les personnes âgées étaient plus susceptibles d'impliquer de la force physique ou des menaces plutôt qu'une arme. D'ailleurs, plus de la moitié (58 %) des affaires de violence familiale contre les personnes âgées impliquaient l'usage de la force physique, alors que plus de 1 affaire sur 4 (26 %) comportait des menaces. Une arme a été utilisée dans la proportion restante des affaires, soit 16 % (tableau 5.5). Ces tendances étaient semblables pour les personnes âgées de sexe féminin et masculin.

De façon générale, la plupart des aînés n'ont pas subi de blessures corporelles à la suite de l'acte de violence familiale dont ils ont été victimes. Près des deux tiers (62 %) n'ont pas subi de blessures corporelles, alors que 36 % ont subi des blessures corporelles mineures ne nécessitant aucuns soins médicaux professionnels. Au total, 3 % des personnes âgées ont subi de graves blessures corporelles ou sont décédées à la suite d'un acte de violence familiale. Ces pourcentages étaient semblables chez les femmes et les hommes (tableau 5.6).

Des accusations sont portées dans la plupart des affaires de violence familiale envers les personnes âgées

Des études précédentes ont révélé qu'un grand nombre d'actes de violence envers les personnes âgées risquent de ne jamais être dénoncés à la police, particulièrement dans les cas où l'auteur présumé a un lien de parenté avec la victime (Sev'er, 2009). La sous-déclaration de la violence familiale peut être encore plus marquée dans les cas où les personnes âgées sont isolées des personnes qui ne font pas partie de leur famille, ce qui risque de faire diminuer les niveaux de détection formelle (Teaster, Roberto et Dugar, 2006; Grama, 2000).

Lorsque les affaires de violence familiale contre les aînés sont signalées à la police, elles entraînent le plus souvent le dépôt d'accusations contre l'auteur présumé. Ainsi, dans plus de la moitié (54 %) des affaires de violence familiale impliquant des personnes âgées, la police a déposé des accusations contre un auteur présumé; les affaires mettant en cause des femmes âgées victimes étaient légèrement plus nombreuses à faire l'objet d'accusations que celles impliquant des hommes âgés (tableau 5.7).

Près de 3 affaires de violence familiale sur 10 (29 %) envers les aînés ont été classées sans mise en accusation pour diverses raisons, telles que le refus de la victime de faire porter une accusation et le pouvoir discrétionnaire de la police. La proportion restante (17 %) des affaires de violence familiale envers les aînés qui ont été portées à l'attention de la police n'ont pas été classéesNote 2.

Le taux d'homicides dans la famille sur des aînés diminue depuis 30 ans

À l'aide des données de l'Enquête sur les homicides, il est possible d'examiner la forme la plus grave de violence envers les personnes âgées et les facteurs qui en sont à l'origine. En 2011, le taux d'homicides dans la famille sur des aînés s'établissait à 3,2 pour 1 million de personnes de 65 ans et plus. Malgré des fluctuations annuelles, le taux de personnes âgées tuées par un membre de leur famille diminue depuis 30 ans, ayant reculé de 55 % entre 1981 et 2011. Cette baisse s'explique surtout par la diminution du nombre de victimes masculines. D'ailleurs, le taux d'homicides dans la famille sur des hommes âgés a reculé de 80 % entre 1981 et 2011, alors que le taux d'homicides sur des femmes âgées a diminué de 26 %.

En dépit des fluctuations annuelles, au cours des 30 dernières années, le taux d'homicides dans la famille était généralement plus élevé chez les femmes âgées que chez les hommes âgés (graphique 5.6). En 2011, le taux d'homicides sur des femmes âgées aux mains d'un membre de la famille était plus du double de celui observé chez les hommes âgés (4,3 par rapport à 1,8 pour 1 million d'habitants).

Description du graphique 5.6

Graphique 5.6 Personnes âgées qui ont été victimes d'un homicide dans la famille, selon le sexe de la victime, Canada, 1981 à 2011

Outre le fait qu'elle permet de recueillir des renseignements sur la fréquence des homicides au Canada, l'Enquête sur les homicides permet de recueillir des données sur la nature des homicides, y compris les mobiles à l'origine du crime. Parmi les mobiles les plus fréquents, il y avait les sentiments de frustration, de colère ou de désespoir de l'auteur présumé (34 %) et une dispute qui s'était envenimée (25 %) (tableau 5.8).

Les mobiles des homicides dans la famille diffèrent selon le sexe de la victime. Par exemple, les homicides motivés par la frustration et la colère étaient plus fréquents chez les femmes âgées que chez les hommes âgés. D'ailleurs, les sentiments de frustration et de colère sont le mobile qui a été mentionné dans 41 % des homicides sur des femmes âgées, comparativement à 19 % des homicides sur des hommes âgés. En revanche, les homicides sur des hommes âgés résultaient souvent d'une dispute qui s'était envenimée entre la victime et l'auteur présumé (tableau 5.8).

Résumé

Comme par le passé, les personnes âgées ont affiché les plus faibles taux de violence familiale parmi les groupes d'âge. Les taux variaient selon le sexe et l'âge de la victime.

Les taux de violence familiale envers les aînés suivaient les tendances des crimes violents en général, étant les plus élevés dans les provinces de l'Ouest et dans les territoires. De plus, comme lors des années précédentes, les taux de violence familiale envers les personnes âgées étaient plus élevés dans les petites villes et les villages que dans les régions métropolitaines de recensement.

Les voies de fait simples constituaient l'acte de violence familiale le plus souvent subi par les personnes âgées, suivies des menaces et des voies de fait majeures. La plupart des affaires de violence familiale envers les aînés impliquaient de la force physique ou des menaces plutôt qu'une arme, et la plupart n'ont pas causé de blessures corporelles à la victime. L'homicide, soit la forme la plus grave de violence familiale, est à la baisse chez les personnes âgées depuis 30 ans.

Tableaux de données détaillés

Tableau 5.1 Personnes âgées qui ont été victimes d’un crime violent, affaires déclarées par la police, selon le sexe de la victime et le lien de l’auteur présumé avec celle-ci, Canada, 2011

Tableau 5.2 Personnes âgées qui ont été victimes de violence familiale, affaires déclarées par la police, selon le sexe de la victime et la province et le territoire, 2011

Tableau 5.3 Personnes âgées qui ont été victimes de violence familiale, affaires déclarées par la police, selon le sexe de la victime et la région métropolitaine de recensement, 2011

Tableau 5.4 Personnes âgées qui ont été victimes de violence familiale, affaires déclarées par la police, selon le sexe de la victime et le type d’infraction, Canada, 2011

Tableau 5.5 Personnes âgées qui ont été victimes de violence familiale, affaires déclarées par la police, selon le sexe de la victime et le type d’arme, Canada, 2011

Tableau 5.6 Personnes âgées qui ont été victimes de violence familiale, affaires déclarées par la police, selon le sexe de la victime et la gravité des blessures, Canada, 2011

Tableau 5.7 Personnes âgées qui ont été victimes de violence familiale, affaires déclarées par la police, selon le sexe de la victime et l’état de classement des affaires, Canada, 2011

Tableau 5.8 Personnes âgées qui ont été victimes d’un homicide dans la famille, selon le sexe de la victime et le mobile, Canada, 2001 à 2011

Références

GRAMA, Joanna L. 2000. « Women forgotten: Difficulties faced by rural victims of domestic violence », American Journal of Family Law, vol. 14, p. 173 à 189.

PROVINCE DE LA COLOMBIE-BRITANNIQUE. 2013. « Together to Reduce Elder Abuse — B.C.'s Strategy », www2.gov.bc.ca (site consulté le 1er mars 2013).

SEV'ER, Aysan. 2009. « More than wife abuse that has gone old: A conceptual model for violence against the aged in Canada and the US », Journal of Comparative Family Studies, vol. 40, no 2, p. 279 à 292.

SINHA, Maire. 2012. « La violence familiale au Canada : un profil statistique, 2010 », Juristat, produit no 85-002-X au catalogue de Statistique Canada.

STATISTIQUE CANADA. 2012. La population canadienne en 2011 : âge et sexe, produit no 98-311-XWF-2011001 au catalogue.

TEASTER, Pamela B., Karen A. ROBERTO et Tyler A. DUGAR. 2006. « Intimate partner violence of rural aging women », Family Relations, vol. 55, p. 636 à 648.

Notes

  1. Les victimes et les auteurs présumés de 90 ans et plus ont été exclus en raison de la possibilité que les affaires pour lesquelles l'âge était inconnu aient été classées incorrectement dans cette catégorie d'âge.
  2. Les affaires non classées désignent les affaires pour lesquelles aucun auteur présumé n'a été identifié en lien avec celles-ci.
Date de modification :