Faits saillants

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

[an error occurred while processing this directive]85-002-x[an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive]

[Article intégral en HTML] [Article intégral en PDF]

  • Pendant la période de deux ans allant de 2006 à 2007, la police a reçu, au total, 464 signalements sur des affaires de leurre d'enfants.

  • À la suite de l'ajout des nouvelles infractions de leurre d'enfants dans le Code criminel du Canada en 2002, le nombre d'affaires signalées à la police s'est accru. En effet, le nombre d'affaires de leurre d'enfants déclarées par la police en 2006 était 1,5 fois plus élevé que le nombre noté en 2005, et il a affiché une autre hausse de 31 % en 2007, selon les données sur les tendances fournies par un sous-ensemble de services de police.

  • En 2006 et 2007, la police a classé environ 4 affaires de leurre d'enfants sur 10. Cela constitue un recul par rapport au taux de classement enregistré durant les trois années ayant précédé 2006, lequel s'établissait à environ 5 affaires sur 10.

  • Les hommes de moins de 35 ans représentaient 58 % des auteurs présumés de leurre d'enfants au cours de la période de deux ans allant de 2006 à 2007.

  • Un nombre relativement faible de causes de leurre d'enfants a été traité par les tribunaux jusqu'à maintenant. Parmi celles qui ont été instruites entre 2003-2004 et 2006-2007, environ 9 causes sur 10 comportaient de multiples accusations et un grand nombre de ces autres accusations étaient de nature sexuelle.

  • Entre 2003-2004 et 2006-2007, environ les trois quarts des causes comportant une accusation de leurre d'enfants ont mené à un verdict de culpabilité. Une peine d'emprisonnement a été imposée comme la peine la plus sévère dans près de la moitié (46 %) des causes avec condamnation qui comptaient au moins une accusation de leurre d'enfants. La durée des peines d'emprisonnement était en moyenne de 374 jours.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :