La séquestration au Canada, 2007

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

[an error occurred while processing this directive]85-002-x[an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive]

[Article intégral en HTML] [Article intégral en PDF]

  • En 2007, les services de police canadiens ont enregistré près de 4 600 affaires de séquestration, qui représentaient un peu plus de 1 % de toutes les affaires de crimes violents.

  • La séquestration figure parmi les rares crimes violents qui augmentent au Canada. Le taux affiché en 2007 était le double du taux constaté il y a 10 ans et il était sept fois plus élevé que le taux noté 20 ans plus tôt.

  • Parmi les provinces, le Manitoba et le Québec ont déclaré les plus forts taux de séquestration, alors que l'Île-du-Prince-Édouard, Terre-Neuve-et-Labrador et le Nouveau-Brunswick ont affiché les plus faibles. Le taux de séquestration relativement élevé au Québec est différent des taux de la plupart des autres crimes violents enregistrés par cette province, qui ont tendance à se situer en deçà de la moyenne canadienne.

  • La hausse du nombre d'affaires de séquestration pourrait en partie être liée aux pratiques de mise en accusation de la police. Cette infraction est assez unique du fait qu'environ les trois quarts de ces affaires comportent d'autres infractions, comme des voies de fait, des menaces, une agression sexuelle ou un vol qualifié. Par comparaison, environ le quart des autres crimes violents ont été commis en même temps que d'autres infractions.

  • Il existe trois principales situations dans lesquelles se produit une séquestration. La première et la plus courante est liée à une affaire de violence entre conjoints ou partenaires intimes. La deuxième se produit dans le cadre d'une querelle entre amis ou connaissances, et la troisième est commise en même temps qu'un vol qualifié ou une introduction par infraction habituellement perpétrée par un étranger.

  • Les personnes inculpées de séquestration étaient moins susceptibles que celles inculpées d'autres crimes violents d'être reconnues coupables devant un tribunal. Toutefois, lorsqu'elles étaient condamnées, leur peine était plus sévère que les peines imposées aux personnes reconnues coupables d'autres crimes violents.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :