Feuillets d'information de la santé
Besoins en soins de santé mentale, 2018

Date de diffusion : le 7 octobre 2019

Début de l'encadré

Principales constatations

  • En 2018, 5,3 millions de personnes au Canada ont déclaré avoir besoins de l’aide relativement à leur santé mentale au cours de l’année précédente.
  • Près de la moitié de ces Canadiens ont déclaré que leurs besoins n’étaient que partiellement satisfaits (1,2 million) ou qu’ils avaient des besoins non satisfaits (1,1 million).
  • Les Canadiens ayant besoins d’aide pour leur santé mentale, mais n’ayant pas de fournisseur habituel de soins de santé étaient plus susceptibles de déclarer des besoins non satisfaits ou seulement partiellement satisfaits (60,3 %) par rapport aux personnes disposant d’un tel fournisseur de soins habituel (41,2 %).
  • Les raisons les plus fréquemment déclarées d’avoir des besoins non satisfaits ou partiellement satisfaits étaient liées au fait de ne pas savoir où obtenir de l’aide, d’être trop occupé ou de ne pas avoir les moyens financiers d’obtenir cette aide.
  • Près du quart des répondants (22,6 %) qui avaient eu des besoins non satisfaits ou partiellement satisfaits ont déclaré qu’ils préféraient se débrouiller seuls.

Fin de l'encadré

La perception des besoins en soins de santé mentale au sein de la population canadienne, la mesure dans laquelle ces besoins sont satisfaits et tout obstacle perçu à l’accès à ces soins sont des éléments clés permettant de comprendre le comportement de recherche d’aide ainsi que les besoins en traitement de problèmes mentauxNote . L’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2018 a inclus des questions sur les différents types de soins de santé mentale que les répondants avaient reçus ou dont ils sentaient avoir besoin.

En 2018, 17,8 % de la population canadienne âgée de 12 ans ou plus (environ 5,3 millions de personnes) ont déclaré avoir besoin de l’aide relativement à leur santé mentale, y compris quant à leur consommation d’alcool ou de drogues au cours de l’année précédenteNote  Note . Parmi les 5,3 millions de Canadiens ayant déclaré avoir besoin des soins de santé mentale en 2018, 56,2 % (environ 3 millions de personnes) ont déclaré que tous leurs besoins étaient entièrement satisfaits; c’est-à-dire qu’ils recevaient une certaine forme de soins ou d’aide et déclaraient ne plus en avoir besoin. Les 2,3 millions restant (43,8 %) sentaient que leurs besoins n’étaient pas satisfaits (des soins étaient nécessaires, mais aucun n’avait été reçu) ou n’étaient que partiellement satisfaits (des soins ont été reçus, mais n’étaient pas suffisants). Les besoins non satisfaits ont été déclarés par 1,1 million de Canadiens, et un nombre similaire (1,2 million) ont signalé d’avoir des besoins partiellement satisfaits.

En termes de type de soins recherchés, des besoins en médicaments étaient les types les plus susceptibles d’être satisfaits (85,4 %). Les besoins en matière de consultation étaient les plus susceptibles d’être entièrement insatisfait (34,1 %; tableau 1).


Tableau 1
Répartition en pourcentage de l’état du besoin en soins de santé mentale, selon le type de besoin, population âgée de 12 ans ou plus ayant reçu ou besoin de soins, Canada, 2018
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Répartition en pourcentage de l’état du besoin en soins de santé mentale. Les données sont présentées selon Type de besoin (titres de rangée) et État du besoin, Non satisfait, Partiellement satisfait et Entièrement satisfait, calculées selon % unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Type de besoin État du besoin
Non satisfait Partiellement satisfait Entièrement satisfait
%
Tout type 21,4 22,4 56,2
Information à propos des problèmes, les traitements ou les services disponibles 20,8 8,0 71,2
Médicaments 9,1 5,5 85,4
Consultation, thérapie, ou aide au niveau des relations interpersonnelles 34,1 15,9 50,0
Autre Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 15,0 85,0

Parmi les 5,3 millions de Canadiens ayant reçu de l’aide quant à leur santé mentale ou ayant senti en avoir besoin, le nombre de personnes ayant déclaré des besoins non satisfaits ou seulement partiellement satisfaits variait selon la province, le revenu du ménage et l’accès à un fournisseur de soins de santé habituel.

La proportion de résidents ayant déclaré des besoins en soins de santé mentale non satisfaits ou seulement partiellement satisfaits était inférieure à la moyenne nationale (43,8 %) dans les provinces suivantes :

La proportion de résidents ayant déclaré des besoins non satisfaits ou seulement partiellement satisfaits au cours de l’année précédente était supérieure à la moyenne nationale dans les provinces suivantes :

La proportion de résidents ayant déclaré des besoins en soins de santé mentale non satisfaits ou seulement partiellement satisfaits au cours des 12 mois précédents était similaire à la moyenne nationale dans toutes les autres provinces.

Les besoins en soins de santé mentale non satisfaits variaient également selon le revenu; les personnes dans les ménages appartenant au quintile de revenu le plus basNote  étaient plus portés à déclarer des besoins en soins de santé mentale non satisfaits ou seulement partiellement satisfaits (50,5 %) que les Canadiens du quintile de revenu le plus élevé (37,8 %).

Pour de nombreux Canadiens, le premier point de contact pour des soins médicaux est leur fournisseur habituel de soins de santé. En 2018, les personnes ne disposant pas d’un fournisseur de soins de santé habituelNote  étaient plus susceptibles de déclarer des besoins non satisfaits ou seulement partiellement satisfaits (60,3 %) par rapport aux personnes disposant d’un tel fournisseur de soins habituel (41,2 %).

Obstacles perçus à l’accès aux soins de santé mentale

Il a été demandé aux 2,3 millions de Canadiens ayant déclaré des besoins en soins de santé mentale non satisfaits ou seulement partiellement satisfaits de préciser les raisons pour lesquelles ils n’avaient pas reçu l’aide requise. Globalement, les obstacles les plus fréquemment déclarés étaient associés à des circonstances personnellesNote  (78,2 %), comme ne pas savoir où obtenir de l’aide ou ne pas avoir les moyens financiers d’obtenir cette aide. Des problèmes de langue et l’indisponibilité de l’aide ont été cités comme obstacle par 19,5 % des personnes ayant déclaré des besoins en soins de santé mentale non satisfaits. Près du quart des répondants (22,6 %) ont déclaré qu’ils préféraient se débrouiller seulsNote .

On a demandé aux répondants préférant se débrouiller seuls de préciser pourquoi. Les raisons les plus fréquemment déclarées ont été qu’ils ont fait appel à leur famille et à leurs amis (21,6 %), qu’ils ne se sentaient pas prêts à demander de l’aide (16,8 %), ou qu’ils étaient mal à l’aise de parler de ces problèmes (17,2 %).

Résumé

Près d’un Canadien sur cinq (17,8 %) avait besoin de soins de santé mentale en 2018, et la moitié d’entre eux estimaient que leurs besoins étaient entièrement satisfaits. Les besoins en médicaments ont été les besoins proportionnellement les plus entièrement satisfaits, alors que les besoins en consultation ou en thérapie ont été proportionnellement les moins satisfaits. Les résidents de l’Ontario et de la Colombie-Britannique étaient plus portés à déclarer des besoins non satisfaits ou partiellement satisfaits par rapport au taux national. Pour les Canadiens n’ayant pas obtenu l’aide souhaitée, les principales raisons déclarées ont été des circonstances personnelles, comme ne pas savoir où aller, être trop occupés ou ne pas avoir les moyens financiers de payer ces soins.

Références

Meadows, G., C. Harvey, E. Fossey et P. Burgess. 2000. Assessing perceived need for mental health care in a community survey: development of the Perceived Need for Care Questionnaire (PNCQ). Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology, 35 (9), 427 à 435 (consulté le 24 septembre 2019).

Meadows, G., P. Burgess, I. Bobevski, E. Fossey, C. Harvey et S.T. Liaw. 2002. Perceived need for mental health care: influences of diagnosis, demography and disability. Psychological medicine, 32(2), 299 à 309 (consulté le 24 septembre 2019).

Nelson, C. H. et J. Park. 2006. The nature and correlates of unmet health care needs in Ontario, Canada. Social Science & Medicine, 62(9), 2291 à 2300 (consulté le 24 septembre 2019).

Pearson, C., T. Janz et J. Ali. 2013. Troubles mentaux et troubles liés à l’utilisation de substances au Canada. Coup d’œil sur la santé. no 82-624-X au catalogue de Statistique Canada (consulté le 24 septembre 2019).

Sanmartin, C., C. Houle, S. Tremblay, J-M. Berthelot. 2002. Besoins non satisfaits de soins de santé : évolution. Rapports sur la santé. Produit n° 82-003-X au catalogue de Statistique Canada, vol. 13, n° 3 (consulté le 24 septembre 2019).

Sareen, J., B.J. Cox, T.O. Afifi, I. Clara et B.N. Yu. 2005. Perceived need for mental health treatment in a nationally representative Canadian sample. La Revue canadienne de psychiatrie, 50(10), p. 643 à 651 (consulté le 24 septembre 2019).

Sareen, J., M.B. Stein, D.W. Campbell, T. Hassard et V. Menec. 2005. The relation between perceived need for mental health treatment, DSM diagnosis, and quality of life: A Canadian population-based survey. La Revue canadienne de psychiatrie, 50(2), p. 87 à 94 (consulté le 24 septembre 2019).

Sunderland, A., L.C. Findlay. 2013. Besoins perçus de soins de santé mentale au Canada : résultats de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes — Santé mentale (2012). Rapports sur la santé. Produit no 82-003-X au catalogue de Statistique Canada, vol. 24, no 9 (consulté le 24 septembre 2019).

Données

D’autres données de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes sont disponibles dans le tableau 13-10-0619-01.

Date de modification :