Feuillets d'information de la santé
Consommation abusive d'alcool, 2016

Date de diffusion : le 27 septembre 2017

En 2016, 19,0 % des Canadiens âgés de 12 ans et plus (soit environ 5,8 millions de personnes) ont déclaré des consommations d’alcool pouvant être considérées comme étant abusivesNote 1.  La proportion des personnes âgées de 12 ans et plus ayant déclaré une consommation d’alcool les classant dans la catégorie des consommateurs abusifs d’alcool est demeurée stable entre 2015 et 2016Note 2.

Dans l’ensemble, les hommes étaient plus susceptibles (23,8 %) d’avoir eu une consommation abusive d’alcool que les femmes (14,2 %) en 2016.

Le groupe d’âge des personnes âgées de 18 à 34 ans, des deux sexes confondus, avait la proportion la plus élevée de consommateurs abusifs d’alcool. Dans ce groupe d’âge, 34,4 % des hommes et 23,4 % des femmes consommaient de l’alcool de façon abusive (graphique 1).

Graphique 1 Consommation abusive d'alcool, selon le groupe d'âge et le sexe, population à domicile de 12 ans et plus, Canada, 2016

Tableau de données du graphique 1
Tableau de données du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 1. Les données sont présentées selon Groupe d'âge (titres de rangée) et Pourcentage et Intervalles de confiance, calculées selon 95% limite inférieure et 95% limite supérieure unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Groupe d'âge Pourcentage Intervalles de confiance
95% limite inférieure 95% limite supérieure
Hommes
Total (12 ans et plus) 23,8 23,0 24,7
12 à 17 ans 3,7 2,6 4,8
18 à 34 ans 34,4 32,5 36,4
35 à 49 ans 27,4 25,7 29,2
50 à 64 ans 24,3 22,7 26,0
65 ans et plus 10,5 9,4 11,5
Femmes
Total (12 ans et plus) 14,2 13,6 14,9
12 à 17 ans 4,2 3,1 5,4
18 à 34 ans 23,4 21,7 25,2
35 à 49 ans 16,3 14,8 17,8
50 à 64 ans 13,4 12,1 14,7
65 ans et plus 4,3 3,7 4,9

Malgré le fait qu’il soit illégal de vendre de l’alcool à toute personne de moins de 18 ans au CanadaNote 3Note 4, 27,9 % des jeunes Canadiens âgés de 12 à 17 ans ont déclaré avoir consommé des boissons alcoolisées au cours des 12 derniers mois. Parmi ceux qui ont bu, 41,8 % d’entre eux l’ont fait au moins une fois par mois. Dans l’ensemble, 4,0 % des jeunes correspondaient à la catégorie des consommateurs abusifs d’alcool.

L’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2016 comprenait des questions sur la consommation d’alcool au cours de la semaine précédente. Selon les Directives de consommation d’alcool à faible risque du Canada, 16,6 % de la population canadienne consomme de l’alcool à un niveau qui présente un risque pour la santé à long termeNote 5.

Début de l'encadré

Au sujet de la consommation abusive d’alcool

La consommation excessive d’alcool peut avoir des conséquences graves sur la santé et sur le plan social, particulièrement lorsqu’elle se combine à d’autres comportements, comme la conduite en état d’ébriété. Chez les hommes, la consommation abusive d’alcool est définie comme le fait d’avoir bu cinq verres d’alcool ou plus en une même occasion, au moins une fois par mois au cours de la dernière année. Chez les femmes, la consommation abusive d’alcool est définie comme le fait d’avoir bu quatre verres d’alcool ou plus en une même occasion, au moins une fois par mois au cours de la dernière année.

Selon les Directives de consommation d’alcool à faible risque (DCAFR) du Canada, parmi les risques à long terme que pose la consommation d’alcool, il y a les maladies du foie et certains cancers. On considère les hommes à risque s’ils ont consommé plus de 15 verres d’alcool au cours de la semaine de déclaration ou s’ils ont consommé au moins 4 verres en une journée. On considère les femmes à risque si elles ont consommé plus de 10 verres d’alcool au cours de la semaine de déclaration ou si elles ont consommé au moins 3 verres en une journée.

Pour une analyse de la consommation abusive d’alcool associée à d’autres comportements liés à la santé, reportez-vous au feuillet d’information sur les comportements sains.

Fin de l'encadré

Références

Hindmarch I, J, Bhatti G, Starmer D, Mascord, J, Kerr et N, Sherwood, 1992, The effects of alcohol on the cognitive function of males and females and on skills relating to car driving,  Human Psychopharmacology: Clinical & Experimental, vol.7, no 2.

Hotton, T, et D, Haans. 2004. « Consommation d’alcool et de drogues au début de l’adolescence », Rapports sur la santé, vol. 15 no 3, produit no 82-003 du catalogue de Statistique Canada. (site consulté le 17 Janvier 2017)

Pérez, C. 2005. « Les passagers de conducteurs en état d’ivresse », Rapports sur la santé, vol. 16 no 2, produit no 82-003 du catalogue de Statistique Canada. (site consulté le 17 Janvier 2017)

Public Health Agency of Canada (PHAC). 2015. Rapport sur l’état de la santé publique au Canada de 2015 de l’administrateur en chef de la santé publique: La consommation d’alcool au Canada. Canada. (site consulté le 1 Août 2017)

Tjepkema, M. 2004. « Dépendance à l’alcool et aux drogues illicites », Rapports sur la santé, vol. 15, produit no 82-003 du catalogue de Statistique Canada. (site consulté le 17 Janvier 2017)

Wilkins, K. 2002. « Consommation modérée d’alcool et maladie cardiaque », Rapports sur la santé, vol. 14 no 1, produit no 82-003 du catalogue de Statistique Canada. (site consulté le 17 Janvier 2017)

Données

D’autres données sur l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes sont disponibles dans le tableau CANSIM 105–0508.

Notes

Date de modification :