L’activité physique mesurée directement des adultes canadiens, 2007 à 2011

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Il est recommandé que les adultes participent régulièrement à des activités physiques afin d’améliorer leur santé. L’activité physique est associée à la réduction du risque de divers problèmes de santé chroniques, dont la maladie cardiovasculaire, certains types de cancer, l’ostéoporose, le diabète, l’obésité, l’hypertension, la dépression, le stress et l’anxiété1.  Le risque pour plusieurs de ces conditions est réduit de 20 % à 40 % chez les adultes ayant les niveaux d’activité physique les plus élevés comparativement à ceux ayant les niveaux d’activité physique les plus faibles1.

Par ailleurs, une étude récente a montré que l’inactivité physique ou le temps consacré à des activités sédentaires est associé à l’accroissement du risque de problèmes de santé chroniques tels que l’obésité, le diabète et le cancer, indépendamment du niveau d’activité physique2. Cela signifie que l’augmentation du nombre d’heures consacrées à des activités sédentaires peut accroître le risque de maladie, même si les directives en matière d’activité physique sont respectées2.

À propos de l’activité physique

L’activité physique modérée à vigoureuse (APMV) comprend les activités qui font transpirer et respirer plus fort ou qui rendent essoufflé (p. ex., marche rapide, cyclisme, course, ski de fond).

L’activité physique légère comprend des activités telles que faire des travaux de nettoyage ménager légers, cuisiner et marcher sans se presser.

L’inactivité ou le temps consacré à des activités sédentaires comprend tout temps passé en position assise ou couchée (p. ex., regarder la télévision, travail de bureau, déplacement en voiture).

Selon les Directives canadiennes en matière d’activité physique, afin d’obtenir des effets bénéfiques pour la santé, les adultes de 18 ans et plus devraient accumuler au moins 150 minutes d’APMV composées d’intervalles d’une durée de temps d’au moins 10 minutes par semaine3.

Les adultes sont inactifs pendant la majorité de la journée

Les adultes canadiens de 18 à 79 ans passent, en moyenne, près de 10 heures d’éveil par jour dans des activités sédentaires (sommeil non compris). Le nombre d’heures consacrées à des activités sédentaires est considérablement plus élevé chez les femmes que chez les hommes, particulièrement dans le groupe des 40 à 59 ans (graphique 1). Le temps consacré à des activités sédentaires varie aussi selon l’âge, allant de 9 heures et 30 minutes chez le groupe le plus jeune à 9 heures et 54 minutes chez le groupe le plus âgé dans le cas des hommes. Chez les femmes, le temps consacré à des activités sédentaires varie de 9 heures et 39 minutes chez le groupe le plus jeune à 10 heures et 6 minutes chez le groupe le plus âgé (graphique 1).

Graphique 1

Description du graphique 1

Le nombre d’heures consacrées à une APMV est plus élevé chez les hommes que chez les femmes pour tous les groupes d’âge. Tant chez les hommes que chez les femmes, les jeunes adultes (de 18 à 39 ans) comptent un nombre plus élevé d’heures d’APMV que les adultes plus âgés (de 40 à 79 ans) (graphique 1). Les hommes de 18 à 39 ans étaient le groupe consacrant le plus de temps à l’APMV (32 minutes par jour) et les femmes de 60 à 79 ans, celui consacrant le moins de temps à l’APMV (11 minutes par jour).

Environ 15 % des adultes canadiens respectent les directives courantes en matière d’APMV hebdomadaire (graphique 2). Une proportion plus élevée d’hommes (17 %) que de femmes (13 %) respecte les directives. La proportion d’adultes satisfaisant aux directives était plus forte chez les jeunes adultes de 18 à 39 ans (19 %) que chez les adultes de 40 à 59 ans (13 %) et de 60 à 79 ans (11 %).

Graphique 2

Description du graphique 2

L’embonpoint/obésité et les problèmes de santé chroniques sont associés au niveau d’activité physique chez les adultes

Les adultes faisant de l’embonpoint ou obèses4 consacrent moins de temps à une APMV que leurs homologues ayant un poids normal4. Le temps moyen consacré à l’APMV était de :

  • 16 minutes pour les adultes obèses;
  • 21 minutes pour les adultes faisant de l’embonpoint;
  • 27 minutes pour les adultes ayant un poids normal (données non présentées).

Les adultes qui ont déclaré que l’on avait diagnostiqué chez eux au moins un problème de santé chronique accumulent moins de temps d’APMV (20 minutes) que ceux n’ayant déclaré aucun problème de santé chronique (27 minutes).

Source des données

Les données proviennent de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS; cycles 1 et 2 regroupés) de 2007 à 2011. L’ECMS est conçue pour recueillir des données auprès d’un échantillon représentatif de la population nationale de Canadiens de 6 à 79 ans à divers sites de collecte au Canada. Des renseignements généraux sur les caractéristiques démographiques et la santé ont été recueillis durant une interview au ménage, ensuite une série de mesures physiques ont été prises à un centre d’examen mobile (CEM). On a remis un moniteur d’activité aux personnes qui se sont présentées au CEM et on leur a demandé de le porter pendant la semaine qui a suivi leur rendez‑vous. Le moniteur d’activité, monté sur une ceinture élastique, devait être porté sur la hanche droite pendant toutes les heures d’éveil. Le moniteur d’activité mesure la quantité de mouvement de la personne afin de déterminer le temps consacré à des activités sédentaires, à des activités physiques légères ainsi qu’à des APMV.

Les renseignements autodéclarés sur l’activité physique pour les provinces, les régions métropolitaines de recensement (RMR) ou les régions sociosanitaires provenant de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) sont accessibles dans le tableau CANSIM 105-0501.

Bibliographie

  1. WARBURTON, Darren E.R., Sarah CHARLESWOTH, Adam IVEY, Lindsay NETTLEFOLD et Shannon S.D. BREDIN. 2010. « A systematic review of the evidence for Canada's Physical Activity Guidelines for Adults ». International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity, vol. 7, no 39.
  2. TREMBLAY, Mark Stephen, Rachel Christine COLLEY, Travis John SAUNDERS, Geneviève Nissa HEALY et Neville OWEN. 2010. « Physiological and health implications of a sedentary lifestyle ». Applied Physiology, Nutrition, and Metabolism, vol. 35.
  3. Société canadienne de physiologie de l’exercice. Directives canadiennes en matière d’activité physique, Ottawa, Ontario, www.scpe.ca/directives. Consulté le 1er mars 2012.
  4. Statistique Canada. « Composition corporelle des adultes canadiens, 2009 à 2011 ». Feuillets d’information sur la santé, no82-625-X au catalogue de Statistique Canada, http://www.statcan.gc.ca/pub/82-625-x/2012001/article/11708-fra.htm.
Date de modification :