Concentrations de plomb dans la population canadienne, 2007 à 2009

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Les concentrations sanguines de plomb dans la population canadienne ont fortement diminué depuis la dernière fois qu'elles ont été mesurées, il y a 30 ans.

Contexte

Le plomb est un métal lourd présent à l'état naturel dans l'environnement. Les sources d'exposition au plomb comprennent l'air, l'eau, la nourriture, la poussière et les produits de consommation, ainsi que certaines professions et certains passe temps. Les niveaux de plomb dans le sang, qui sont habituellement utilisés pour évaluer l'exposition humaine, reflètent l'exposition récente et peuvent représenter également l'exposition antérieure puisque le plomb est emmagasiné dans les os et libéré dans le sang.

Les niveaux élevés de plomb peuvent accroître le risque de dommages au système nerveux et aux reins. Au Canada, l'actuel niveau d'intervention relatif à la concentration sanguine de plomb est de 10 microgrammes par décilitre (µg/dL). Pour les concentrations égales ou supérieures à ce niveau, des mesures sont recommandées pour réduire l'exposition au plomb. Certaines études ont révélé que des concentrations sanguines de plomb inférieures à 10 µg/dL chez les enfants peuvent avoir des effets sur leur santé.

Depuis les années 1970, le plomb n'est plus ajouté à l'essence ni utilisé comme soudure dans la fabrication de boîtes de conserve, et les concentrations limites de plomb dans la peinture ont été réduites. Toutefois, on trouve encore du plomb dans certains produits de consommation comme les batteries d'accumulateurs au plomb utilisées dans les automobiles, les mini stores en plastique, les jouets et les bijoux. Le plomb libéré dans l'environnement ne se décompose pas au fil du temps; par conséquent, les utilisations antérieures de plomb peuvent continuer d'être une source d'exposition.

Résultats

L'Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS) a permis de mesurer les concentrations de plomb et d'autres contaminants environnementaux dans la population canadienne. De 2007 à 2009, des concentrations sanguines de plomb ont été détectées chez 100 % des personnes de 6 à 79 ans, la moyenne géométrique s'établissant à 1,34 µg/dL. Ce niveau est d'environ trois fois moins élevé que celui mesuré dans l'Enquête Santé Canada de 1978–1979. En outre, de 2007 à 2009, moins de 1 % des Canadiens avaient des concentrations sanguines de plomb égales ou supérieures au niveau d'intervention de 10 µg/dL. Trente ans plus tôt, cette proportion était de 27 %.

Graphique 1
Concentrations sanguines de plomb dans la population canadienne, selon le groupe d'âge et le sexe, 2007 à 2009 (moyennes géométriques)

Description Graphique 1

Graphique 1 Concentrations sanguines de plomb dans la population canadienne, selon le groupe d'âge et le sexe, 2007 à 2009 (moyennes géométriques)

Nota : Une moyenne géométrique est un type de moyenne sur laquelle les valeurs extrêmes ont moins d'effet qu'elles en ont sur la moyenne arithmétique classique. La moyenne géométrique permet de mieux estimer la tendance centrale de données fortement asymétriques. Ce type de données est répandu dans la mesure des concentrations dans le sang et dans l'urine de substances chimiques présentes dans l'environnement.

Source : Enquête canadienne sur les mesures de la santé, 2007 à 2009

Les concentrations sanguines de plomb étaient plus élevées chez les adultes que chez les enfants. Chez les adultes, la concentration géométrique moyenne augmentait avec l'âge pour atteindre 2,08 µg/dL chez les personnes de 60 à 79 ans. De façon générale, les concentrations sanguines de plomb étaient plus élevées chez les hommes que chez les femmes.

On a constaté que certaines caractéristiques sociodémographiques étaient statistiquement significatives par rapport aux concentrations sanguines de plomb : les personnes vivant dans les ménages avec les revenus les plus faibles avaient des concentrations sanguines de plomb plus élevées que celles vivant dans les ménages avec les revenus les plus élevés. En outre, les personnes nées à l'extérieur du Canada avaient des concentrations sanguines de plomb plus élevées que les personnes nées au Canada.

Les personnes vivant dans des maisons construites il y a plus de 50 ans avaient des concentrations sanguines de plomb plus élevées que celles vivant dans des maisons construites il y a moins de 20 ans. Les concentrations sanguines de plomb étaient également plus élevées chez les fumeurs ou les anciens fumeurs et chez les personnes qui buvaient de l'alcool au moins une fois par semaine.

De plus amples renseignements concernant ce sujet sont disponibles dans « Concentrations de plomb et de bisphénol A dans la population canadienne », Rapports sur la santé (82-003-X).

Santé Canada a préparé le Rapport sur la biosurveillance humaine des substances chimiques de l'environnement au Canada. D'autres renseignements sur les mesures physiques de la santé tirés de l'Enquête canadienne sur les mesures de la santé de 2007 à 2009 sont disponibles dans le module sur la santé de Statistique Canada.
Date de modification :