Coup d’œil sur la santé
Capacité aérobique, indice de masse corporelle et facteurs de risque liés à la santé

par Janine Clarke et Shirley Bryan

Date de diffusion : le 28 mars 2017

Faits saillants

  • Les facteurs de risque pour la santé (comme une tension artérielle élevée ou l’obésité abdominale) étaient plus courants chez les adultes ayant une capacité aérobique passable ou nécessitant une amélioration, selon le score obtenu aux tests de condition physique, comparativement à leurs homologues ayant une capacité aérobique bonne, très bonne ou excellente.
  • La présence d’un ou de plusieurs facteurs de risque pour la santé était moins probable chez les adultes ayant une capacité aérobique bonne, très bonne ou excellente comparativement à leurs homologues ayant une capacité aérobique moins bonne, y compris les adultes obèses ou faisant de l’embonpoint.
  • L’obésité abdominale était le facteur de risque pour la santé pour lequel les différences selon le score de capacité aérobique étaient les plus grandes, en particulier chez les adultes obèses ou faisant de l’embonpoint.

Introduction

La condition physique joue un rôle important dans l’amélioration de la santé et du bien-être. Elle comprend deux composantes clés : la capacité aérobique et la composition corporelle. La capacité aérobique s’entend de la capacité des poumons, du cœur et de l’appareil circulatoire à acheminer efficacement l’oxygène aux muscles sollicités pendant l’activité physique. Une bonne capacité aérobique a des effets bénéfiques sur de nombreuses parties du corps : le cœur, les poumons, les muscles, les os, le sang, le système immunitaire et le système nerveuxNote 1. Une capacité aérobique élevée réduit le risque d’apparition de problèmes de santé tels que le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires, l’hypertension, le cancer et l’ostéoporoseNote 2Note 3Note 4Note 5. La capacité aérobique a aussi un effet bénéfique sur la santé mentale, car elle réduit le risque de dépressionNote 2Note 3Note 4Note 5. De plus, chez les personnes qui possèdent une capacité aérobique de niveau supérieur, le risque de décès prématuré, toutes causes confondues, est moindre que chez les personnes qui ont une capacité aérobique de niveau inférieurNote 5Note 6.

La composition corporelle ou, plus précisément, l’excès de graisse corporelle (c.-à-d. l’embonpoint ou l’obésité), est également associée à un risque accru de problèmes de santé tels que le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires, l’hypertension, le cancer et l’ostéoporose, ainsi qu’à un risque accru de décès prématuréNote 7. Il a toutefois été démontré qu’une capacité aérobique élevée peut réduire certains des risques pour la santé associés à l’embonpoint et à l’obésitéNote 6Note 8Note 9.

Le présent article examine le pourcentage d’adultes âgés de 20 à 59 ans qui présentent divers facteurs de risque pour la santé d’après leur score de capacité aérobique (mesuré au moyen d’un test de condition physique appelé le Physitest aérobie canadien modifié, ou PACm). Le pourcentage d’adultes qui présentent certains facteurs de risque pour la santé est déclaré selon le score de capacité aérobique (à améliorer, acceptable, bon, très bon ou excellent) obtenu par ces adultes. Les facteurs de risque examinés comprennent une tension artérielle élevée, un tour de taille élevé, un taux élevé de triglycérides (un type de gras), un faible taux de lipoprotéines de haute densité (le « bon » cholestérol) et une glycémie élevée. Les facteurs de risque ont été sélectionnés en fonction de leur rapport au syndrome métabolique, qui se définit comme le regroupement (ou la présence simultanée) d’au moins trois de ces facteurs de risque. Le syndrome métabolique, dont est atteint environ un adulte canadien sur cinqNote 10 est associé à un risque accru de maladie cardiovasculaire et de diabète de type 2.Note 11

La seconde partie de l’analyse a permis de départager les adultes présentant un ou plusieurs des cinq facteurs de risque pour la santé susmentionnés de celles n’en présentant aucun. Le pourcentage d’adultes classés comme présentant un ou plusieurs facteurs de risque pour la santé est déclaré selon le score de capacité aérobique et la catégorie de l’indice de masse corporelle (IMC) à laquelle ils appartiennent (poids normal, embonpoint, obésité). L’embonpoint (qui correspond à un IMC de 25 à 29,9 kg/m2) et l’obésité (IMC de 30 kg/m2 et plus) constituent d’importants problèmes de santé publique au Canada. En effet, selon des estimations récentes, près de deux adultes canadiens sur trois seraient en situation d’embonpoint ou d’obésité Note 12.

Les données utilisées aux fins du présent article sont tirées des cycles combinés de 2007 à 2011 de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé.

À propos de l’activité physique

Les termes « activité physique » et « condition physique » sont souvent utilisés de façon interchangeable. Toutefois, bien que ces termes soient apparentés, ils désignent des concepts différents. L’activité physique renvoie à tout mouvement ou toute action entraînant une accélération de la fréquence cardiaque et de la respiration. Dans le contexte de la santé, la condition physique se définit comme [TRADUCTION] la capacité d’accomplir des tâches quotidiennes avec vigueur et vigilance, sans éprouver de fatigue excessive, tout en conservant suffisamment d’énergie pour s’adonner avec plaisir à des loisirs et être en mesure de faire face aux situations d’urgence imprévuesNote 1. Il est possible d’améliorer et de maintenir une bonne condition physique, laquelle comprend la capacité aérobique et la composition corporelle, en pratiquant régulièrement une activité physique.

Il semble que l’activité physique pratiquée doit être au moins d’une intensité modérée pour que des effets bénéfiques sur la santé soient observésNote 13.  Les améliorations de la capacité aérobique s’obtiennent, quant à elles, par la pratique d’activités physiques plus vigoureusesNote 14. Selon les Lignes directrices en matière d’activité physique du Canada, il est recommandé que les adultes pratiquent des activités physiques d’intensité modérée à vigoureuse pendant au moins 150 minutes chaque semaineNote 15.

Une activité est considérée comme modérée ou vigoureuse en fonction du niveau d’effort déployé pour la pratiquer et la quantité d’énergie utilisée. Les lignes directrices suivantes peuvent aider à déterminer s’il s’agit d’une activité modérée ou vigoureuse.

Les activités physiques d’intensité modérée sont celles qui exigent un effort suffisamment important pour accroître votre fréquence cardiaque; bien que vous puissiez encore parler, il vous est impossible de chanter votre chanson préférée pendant une telle activitéNote 15.

Les activités physiques d’intensité vigoureuse sont celles qui font augmenter votre fréquence cardiaque de façon importante. Pendant ces activités, il vous est impossible de prononcer plus de quelques mots sans devoir faire une pause pour reprendre votre souffleNote 15.

Des résultats récents ont révélé que très peu d’adultes canadiens sont considérés comme physiquement actifs selon les Lignes directrices en matière d’activité physique du Canada; seul un adulte canadien sur cinq âgé de 18 à 79 ans atteint le niveau d’activité physique hebdomadaire recommandéNote 16.

La présence de facteurs de risque pour la santé est moins courante chez les adultes qui obtiennent de meilleurs scores de capacité aérobique

Pourcentage de Canadiens âgés de 20 à 59 ans présentant certains facteurs de risque pour la santé, selon le score de capacité aérobique

Tableau de données du graphique 1
Graphique 1
Pourcentage de Canadiens âgés de 20 à 59 ans présentant certains facteurs de risque pour la santé, selon le score de capacité aérobique
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Pourcentage de Canadiens âgés de 20 à 59 ans présentant certains facteurs de risque pour la santé. Les données sont présentées selon Facteur de risque pour la santé (titres de rangée) et À améliorer ou acceptable, Bon et Très bon ou excellent, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Facteur de risque pour la santé À améliorer ou acceptableGraphique 1 Note  Bon Très bon ou excellent
pourcentage
Tour de taille élevé 50,2 14,4Note * 3,8Note E: à utiliser avec prudenceNote *
Tension artérielle élevée 16,6 10,3Note E: à utiliser avec prudenceNote * 6,7Note E: à utiliser avec prudenceNote *
Taux élevé de triglycérides 33,2 17,8Note * 11,0Note *
Faible taux de « bon » cholestérol 39,1 23,7Note * 19,7Note *
Glycémie élevée 9,4 4,5Note E: à utiliser avec prudenceNote * 3,6Note E: à utiliser avec prudenceNote *

Parmi les adultes canadiens âgés de 20 à 59, chacun des cinq facteurs de risque pour la santé était beaucoup moins courant chez ceux possédant une capacité aérobique bonne, très bonne ou excellente, comparativement à ceux ayant obtenu un score de capacité aérobique « à améliorer » ou « acceptable » (graphique 1). En fait, pour chacun des facteurs de risque pour la santé examinés, le pourcentage d’adultes présentant un facteur de risque donné était inférieur d’au moins 40 % chez celles ayant une bonne capacité aérobique et d’au moins 50 % chez celles possédant une très bonne ou une excellente capacité aérobique, comparativement aux adultes ayant obtenu un score de capacité aérobique « à améliorer » ou « acceptable ». Ces résultats concordent avec les données probantes qui donnent à penser que des niveaux plus élevés d’activité physique et une meilleure condition physique sont associés à un plus faible pourcentage d’adultes présentant le syndrome métabolique et ses facteurs de risqueNote 17Note 18.

La différence la plus importante observée entre les scores de capacité aérobique est liée à un tour de taille élevé. En effet, 50 % des adultes ayant obtenu un score de capacité aérobique « à améliorer » ou « acceptable » avaient un tour de taille élevé, ce qui représente plus du triple du pourcentage des adultes ayant une bonne capacité aérobique (14 %) et un peu plus de 12 fois le pourcentage de celles possédant une très bonne ou une excellente capacité aérobique (4 %). De plus amples renseignements sur le lien existant entre la capacité aérobique et un tour de taille élevé sont présentés plus loin dans le présent article.

La présence d’un ou de plusieurs facteurs de risque pour la santé était moins courante chez les adultes possédant une très bonne ou une excellente capacité aérobique indépendamment de la situation d’obésité

Dans chacune des catégories de l’IMC, la probabilité de présenter un ou plusieurs facteurs de risque pour la santé était significativement moindre chez les adultes possédant une très bonne ou une excellente capacité aérobique, comparativement aux adultes ayant obtenu un score de capacité aérobique « à améliorer » ou « acceptable » (graphique 2). De même, chez les adultes en situation d’embonpoint qui avaient une « bonne » capacité aérobique, le pourcentage d’adultes présentant au moins un facteur de risque pour la santé était significativement moindre que chez celles en situation d’embonpoint ayant obtenu un score de capacité aérobique « à améliorer » ou « acceptable ». Ces résultats concordent avec les recherches qui démontrent que le risque d’être atteint du syndrome métabolique est moindre chez les adultes ayant une capacité aérobique élevée, même chez ceux en situation d’embonpoint ou d’obésitéNote 8.

Pourcentage de Canadiens âgés de 20 à 59 ans présentant au moins un facteur de risque pour la santé, selon l’indice de masse corporelle (poids normal, embonpoint, obésité) et le score de capacité aérobique (à améliorer ou acceptable, bon, très bon ou excellent)

Tableau de données du graphique 2
Graphique 2
Pourcentage de Canadiens âgés de 20 à 59 ans présentant au moins un facteur de risque pour la santé, selon l’indice de masse corporelle (poids normal, embonpoint, obésité)Graphique 2 Note 1 et le score de capacité aérobique (à améliorer ou acceptable, bon, très bon ou excellent)
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Pourcentage de Canadiens âgés de 20 à 59 ans présentant au moins un facteur de risque pour la santé. Les données sont présentées selon Indice de masse corporelle et score de capacité aérobique

(titres de rangée) et Pourcentage(figurant comme en-tête de colonne).
Indice de masse corporelle et score de capacité aérobique

Pourcentage
Poids normal  
AA/AGraphique 2 Note  35,1
B 27,9
TB/Ex 24,6Note *
Embonpoint  
AA/AGraphique 2 Note  75,7
B 59,3Note *
TB/Ex 44,4Note *
Obésité  
AA/AGraphique 2 Note  97,0
B 88,2
TB/Ex 51,0Note E: à utiliser avec prudenceNote *

On pense que la capacité aérobique est liée à la santé chez les adultes en situation d’embonpoint ou d’obésité en partie en raison de l’effet d’une activité physique régulière sur l’excès de graisse corporelle, en particulier la graisse abdominale. L’excès de graisse abdominale est associé à un risque accru de diabète de type 2, d’insuffisance coronaire et d’hypertensionNote 19Note 20Note 21. Tel qu’il est indiqué précédemment, un tour de taille élevé est apparu comme le facteur de risque sur lequel le score de capacité aérobique exerçait l’influence la plus significative. Le graphique 3 examine le tour de taille élevé (≥ 102 cm chez les hommes ou ≥ 88 cm chez les femmes) à la lumière de l’IMC et du score de capacité aérobique. Il montre que, même parmi les adultes en situation d’embonpoint ou d’obésité, le pourcentage d’adultes ayant un tour de taille élevé était significativement moindre chez celles possédant une bonne, une très bonne ou une excellenteNote 22 capacité aérobique, comparativement à celles ayant obtenu un score de capacité aérobique « à améliorer » ou « acceptable ». Ce résultat concorde avec plusieurs études qui ont démontré qu’un accroissement de l’activité physique et de la capacité aérobique se traduisait par une diminution de la graisse abdominale, même dans les cas où aucune perte de poids globale ou aucun changement de catégorie d’IMC ne sont observésNote 8Note 23Note 24. Une diminution de la graisse corporelle peut avoir une influence positive sur l’état de santé général et réduire de façon significative le risque de maladie et de décèsNote 8Note 23Note 24.

Pourcentage de Canadiens âgés de 20 à 59 ans ayant un tour de taille élevé, selon l’indice de masse corporelle et le score de capacité aérobique (à améliorer ou acceptable, bon, très bon ou excellent)

Tableau de données du graphique 3
Graphique 3
Pourcentage de Canadiens âgés de 20 à 59 ans ayant un tour de taille élevéGraphique 3 Note 1, selon l’indice de masse corporelleGraphique 3 Note 2 et le score de capacité aérobique (à améliorer ou acceptable, bon, très bon ou excellent)
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Pourcentage de Canadiens âgés de 20 à 59 ans ayant un tour de taille élevé. Les données sont présentées selon Indice de masse corporelle et score de capacité aérobique (titres de rangée) et Pourcentage(figurant comme en-tête de colonne).
Indice de masse corporelle et score de capacité aérobique Pourcentage
Embonpoint  
AA/AGraphique 3 Note  40,7
B/TB/Ex 1,8Note *
Obésité  
AA/AGraphique 3 Note  92,8
B/TB/Ex 57,8Note *

Conclusion

La présente étude démontre que parmi les adultes possédant une bonne, une très bonne ou une excellente capacité aérobique, le pourcentage de celles présentant certains facteurs de risque pour la santé était moindre que chez celles ayant une capacité aérobique inférieure. Bien que les effets bénéfiques d’une capacité aérobique supérieure aient été observés à l’égard de la tension artérielle, des taux de triglycérides et de cholestérol et de la glycémie, la différence la plus marquée était liée à un tour de taille élevé. On peut sans doute considérer ce résultat comme un indicateur de l’influence de l’activité physique et de la capacité aérobique sur l’excès de graisse corporelle, en particulier la graisse abdominale. L’analyse montre également que, même chez les adultes en situation d’embonpoint ou d’obésité, une capacité aérobique supérieure est associée à une probabilité plus faible de présenter un ou plusieurs facteurs de risque. Ces résultats font ressortir l’importance que revêt la capacité aérobique dans la réduction du risque de problèmes de santé chroniques tels que le syndrome métabolique, le diabète de type 2, l’insuffisance coronaire et l’hypertension, et peuvent en ce sens éclairer l’élaboration des politiques et des programmes visant à améliorer la santé des Canadiens.

Source des données, méthodes et définitions

Source des données

L’Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS) est une enquête transversale réalisée par Statistique Canada en partenariat avec Santé Canada et l’Agence de la santé publique du Canada. Les données ont été recueillies au cours d’un cycle de collecte de deux ans auprès d’un échantillon représentatif de la population nationale, formé de Canadiens âgés de 6 à 79 ans dans le cadre du cycle 1 (mars 2007 à février 2009) et de Canadiens âgés de 3 à 79 ans dans le cadre du cycle 2 (août 2009 à novembre 2011). Les résultats sont représentatifs d’environ 96 % de la population canadienne, à l’exclusion des groupes suivants : les personnes vivant dans les réserves et autres peuplements autochtones, les membres à temps plein des Forces armées canadiennes, la population vivant en établissement et les personnes vivant dans certaines régions éloignées. L’ECMS comprend une interview à domicile ainsi qu’une visite dans une clinique mobile où des mesures physiques (p. ex. la taille et le poids) et des prélèvements de sang et d’urine sont effectués

Méthodes

Aux fins de la présente étude, les données des cycles 1 et 2 de l’ECMS ont été combinées afin d’accroître la taille de l’échantillon. Pour être inclus, les répondants (n = 3 845) devaient être âgés de 20 à 59 ans et avoir obtenu des résultats valides pour chacune des mesures ou chacun des tests suivants : la capacité aérobique, l’indice de masse corporelle (IMC) et cinq facteurs de risque pour la santé. Ces tests et mesures sont tous décrits plus en détail ci-dessous.

Le score de capacité aérobique a été établi au moyen d’un test d’exercice sous maximal appelé Physitest aérobie canadien modifié (PACm)Note 1Note 12Note 25Note 26 Le PACm est un test d’exercice d’intensité modérée que les participants ont réalisé lors de leur visite à la clinique de l’ECMS . Les répondants devaient monter et descendre un ensemble de marches sans s’arrêter au rythme de la musique pendant une série d’intervalles de trois minutes. Pendant ce test, la fréquence cardiaque du répondant était surveillée. Le score de capacité aérobique du répondant a été établi en fonction de sa fréquence cardiaque à la fin du dernier intervalle de montée et de descente. Selon le résultat obtenu, un des scores de capacité aérobique suivants était ensuite attribué au répondant en fonction de son âge et de son sexe : 

  • à améliorer
  • acceptable
  • bon
  • très bon
  • excellent

Étant donné la petite taille des échantillons utilisés dans le cadre de la présente étude, les scores de capacité aérobique ont été regroupés en trois catégories : à améliorer ou acceptable, bon, et très bon ou excellent.

L’indice de masse corporelle (IMC) a été mesuré directement à la clinique de l’ECMS conformément aux procédures normaliséesNote 25Note 26. Pour calculer l’IMC de chaque participant, on a divisé son poids exprimé en kilogrammes (kg) par le carré de sa taille exprimée en mètres (m2). Dans le cas des hommes et des femmes non enceintes âgés de 18 ans et plus, l’IMC a été classé conformément aux valeurs seuils recommandées par Santé CanadaNote 19 et l’Organisation mondiale de la SantéNote 27, soit les suivantes :

  • poids normal (18,5 à 24,9 kg/m2)
  • embonpoint (25,0 à 29,9 kg/m2)
  • obésité (30,0 kg/m2 et plus)

Il importe de souligner que l’IMC ne mesure pas directement la graisse corporelle. Une classification erronée peut donc survenir chez des personnes qui présentent une masse maigre (p. ex. muscles et os) plus importante. Par exemple, selon son IMC, une personne particulièrement musclée (c.-à-d. qui possède une importante masse maigre) pourrait être classée dans la catégorie des personnes en situation d’embonpoint. Cependant, le risque réel pour la santé de cette personne serait inférieur à celui d’une personne ayant le même IMC, mais présentant une masse adipeuse plus importanteNote 19.

Les facteurs de risque pour la santé pris en compte dans la présente analyse ont été mesurés directement à la clinique de l’ECMS et comprennent un tour de taille élevé, une tension artérielle élevée, un taux élevé de triglycérides, un faible taux de cholestérol à lipoprotéines de haute densité (HDL) et une glycémie élevée (déterminée en fonction des taux sanguins de glucose dans le cas des répondants à jeun et d’hémoglobine glyquée A1c dans le cas des répondants non à jeun). Les répondants ont été classés à l’aide des valeurs seuils exposées dans le tableau 1 comme présentant au moins un facteur de risque ou comme ne présentant aucun facteur de risqueNote 11.

Tableau 1 Valeurs seuils des facteurs de risque pour la santé examinés dans le présent article
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau 1 Valeurs seuils des facteurs de risque pour la santé examinés dans le présent article Valeur seuil(figurant comme en-tête de colonne).
  Valeur seuilTableau 1 Note 1
Facteur de risque Hommes Femmes
Tour de taille élevé ≥ 102 cm ≥ 88 cm
Tension artérielle élevée ≥ 130/85 mmHg ≥ 130/85 mmHg
Taux élevé de triglycéridesTableau 1 Note 2Tableau 1 Note 3 ≥ 1,7 mmol/L ≥ 1,7 mmol/L
Faible taux de cholestérol à lipoprotéines de haute densitéTableau 1 Note 4 < 1,03 mmol/L < 1,3 mmol/L
Glycémie élevéeTableau 1 Note 5    
Glucose ≥ 5,6 mmol/L ≥ 5,6 mmol/L
Hémoglobine glyquée A1c (HbA1c) ≥ 6,5 % ≥ 6,5 %

Définitions

Le glucose est un type de sucre présent dans le sang qui est utilisé comme source d’énergie pour l’ensemble des organes et des fonctions du corps.

L’hémoglobine glyquée A1c (ou HbA1c) est un indicateur du taux moyen de sucre présent dans le sang au cours des deux ou trois derniers mois.

Le cholestérol à lipoprotéines de haute densité (HDL), qu’on appelle le « bon cholestérol », aide à évacuer le cholestérol des vaisseaux sanguins en vue de sa décomposition et de son élimination, et prévient ainsi la formation de dépôts graisseux.

Le syndrome métabolique est un état de santé qui accroît le risque qu’une personne soit atteinte de maladies cardiovasculaires et du diabète de type 2. Le syndrome métabolique est présent lorsqu’une personne a au moins trois des facteurs de risque pour la santé mentionnés dans le présent articleNote 11.

Les triglycérides sont un type de gras que le corps utilise pour produire de l’énergie. La plupart des gras présents dans l’organisme sont stockés sous forme de triglycérides.

Janine Clarke et Shirley Bryan sont analystes au sein de la Division de la statistique de la santé à Statistique Canada.

Début de l'encadré 4

Documentation liée à cet article

Renseignements supplémentaires

Pour consulter des données et obtenir des renseignements supplémentaires au sujet de la santé des Canadiens et du système de soins de santé, visitez le module La santé au Canada. Ce module peut être consulté à partir de notre site Web, sous la rubrique En vedette.

Tableaux connexes

Tableau CANSIM 117-0007 Distribution de la population à domicile d’après la classification d’aptitudes musculosquelettiques, selon le sexe et le groupe d’âge

Tableau CANSIM 117-0005 Distribution de la population à domicile d'après l'indice de masse corporelle (IMC) pour adultes - méthode de classification Santé Canada (SC), selon le sexe et le groupe d'âge

Articles connexes

Capacité aérobique des Canadiens, 2009 à 2011

Composition corporelle chez les adultes, 2012 à 2013

Syndrome métabolique chez les adultes, 2012 à 2013

Source de donnés

L’Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS)

Comment citer cet article

CLARKE, J. et S. BRYAN. 2017. « Capacité aérobique, indice de masse corporelle et facteurs risque liés à la santé », Coup d'œil sur la santé, produit no 82-624-X au catalogue de Statistique Canada.

Fin de l'encadré 4

Date de modification :