Statistique Canada - Gouvernement du Canada
Accessibilité : Renseignements générauxÉviter tous les menus et aller au contenu.Accueil - Logo de Statistique Canada Éviter le menu principal et aller au menu secondaire. English 1 de 5 Contactez-nous 2 de 5 Aide 3 de 5 Recherche site web 4 de 5 Site du Canada 5 de 5
Éviter le menu secondaire et aller au menu des rubriques. Le quotidien 1 de 7
Recensement 2 de 7
Le Canada en statistiques 3 de 7 Profils des communautés 4 de 7 Nos produits et services 5 de 7 Accueil 6 de 7
Autres liens 7 de 7

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

SidemenuSkip module menu and go to content.

Faits saillants

Le point sur la situation quant à l’usage du tabac : résultats de l’Enquête de 2005 sur la santé dans les collectivités canadiennes

  • La prévalence de l’usage du tabac au Canada continue de diminuer. En 2005, 22 % des Canadiens âgés de 12 ans et plus étaient des fumeurs, ce qui représente une légère diminution comparativement au 23 % et au 26 % enregistrés en 2003 et en 2000–2001 respectivement.

  • C’est chez les jeunes âgés de 12 à 17 ans que la baisse enregistrée entre 2000–2001 et 2005 a été la plus marquée. La proportion de fumeurs appartenant à ce groupe d’âge est passée de 14 % à 8 %, ce qui s’explique par une hausse du pourcentage de jeunes qui n’ont jamais commencé à fumer.

  • On compte de plus en plus de ménages où il est interdit de fumer à la maison. En 2005, près des deux tiers (64 %) des personnes âgées de 12 ans et plus vivaient dans un ménage où l’usage du tabac était interdit, comparativement à 57 % en 2003.

  • C’est en Colombie–Britannique qu’on observe la plus forte proportion de personnes vivant dans un foyer où il est interdit de fumer (77 %); au Québec, ce taux est particulièrement faible (43 %).

  • Les taux d’exposition des non–fumeurs à la fumée secondaire continuent de diminuer. En 2005, 23 % des non–fumeurs ont déclaré être exposés à la fumée des autres régulièrement, une baisse par rapport au taux de 2003 (29 %).

  • Les jeunes âgés de 12 à 17 ans formaient, de loin, le groupe d’âge le plus susceptible d’être exposé à la fumée des autres : 4 sur 10 d’entre eux ont déclaré être régulièrement exposés à la fumée secondaire à la maison, dans un véhicule privé ou dans un endroit public.

Soins pour le diabète au Canada: résultats pour certaines provinces, 2005

  • En 2005, 5 % des Canadiens âgés de 12 ans et plus résidant dans les provinces participantes ont déclaré qu’ils avaient reçu un diagnostic de diabète. Le taux de diabète était plus élevé dans les provinces de l’Est, chez les hommes et il augmentait en fonction de l’âge.
  • Les Lignes directrices cliniques canadiennes recommandent aux gens atteint du diabète d’ avoir un de l’hémoglobine A1C tous les trois mois. Chez les résidants des provinces participantes, 3 répondants diabétiques sur 4 l’avaient eu au moins une fois au cours de l’année précédente. Chez ceux qui avaient reçu le test, ce dernier leur avait été administré en moyenne 3,4 fois au cours des 12 derniers mois.
  • Le fait d’avoir un médecin de famille a été un facteur déterminant dans l’administration du test de glucose. Les individus diabétiques des provinces participantes qui avaient un médecin de famille étaient environ deux fois plus susceptibles d’avoir un test de l’hémoglobine A1C comparativement à ceux qui n’en avaient pas.

  • Les Lignes directrices de pratique clinique recommandent un examen annuel des pieds par un professionnel de la santé pour toutes les personnes atteintes de diabète. En 2005, seulement la moitié des diabétiques résidant dans les provinces participantes ont indiqué avoir reçu un tel examen au cours de la dernière année.

  • "Les Lignes directrices de pratique clinique recommandent que toutes les personnes atteintes de diabète subissent un examen de dépistage de la rétinopathie soit au moment où le diabète est diagnostiqué pour la première fois (pour les cas de Type 2) ou à l'intérieur de 5 ans suivant le diagnostic pour les individus âgés de 15 ans et plus (pour les cas de Type 1)." La majorité des répondants (68 %) résidant dans les provinces participantes a indiqué avoir subi au moins un examen de la vue avec dilatation des pupilles. Cependant, environ un répondant sur trois n’avait jamais subi un tel examen de la vue.

  • "L'ESCC ne permet pas de distinguer les individus atteints du diabète de Type 1 de ceux atteints du diabète de Type 2. Toutefois, on sait que la majorité des individus diabétiques sont atteints d'un diabète de Type 2. Ainsi, on s'attend à ce que la majorité des individus diabétiques répondants à l'ESCC soient également atteints de ce type de diabète. Dans la plupart des cas, les Lignes directrices pertinentes au diabète de Type 2 s'appliquent donc à la plupart des répondants".


Home | Search | Contact Us | Français Top of page
Date modified: 2006-10-20 Important Notices
Catalogue en ligne Page principale Faits saillants Communiqué dans le Quotidien Tableaux de données et graphiques À propos de ce numéro Renseignements supplémentaires Documents connexes Version PDF éfinitions, sources de données et méthodes