À propos des cartes

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

[an error occurred while processing this directive]82-583-x[an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive]

Structure de codage des régions sociosanitaires
Enjeux cartographiques
Applications de l'écoumène à Statistique Canada
Niveau de signification et les couleurs de la légende dans les cartes thématiques
À propos des cartes thématiques du Recensement de 2006
L'écoumène du Recensement de 2006
Régions sociosanitaires (2011) au Canada
Groupes de régions sociosanitaires homologues

Les cartes de référence couvrent les régions sociosanitaires et groupes homologues qui sont comprises dans le Programme des Indicateurs de la santé. Chacune des cartes de la série montre les limites et les codes des régions sociosanitaires et groupes homologues ou les aires de diffusion, leurs noms. Une région sociosanitaire représente une unité administrative définie par un ministère provincial de la Santé. Pour s'assurer de couvrir entièrement le Canada, chaque territoire du Nord représente aussi une région sociosanitaire. 

Afin de comparer des régions dont les caractéristiques socioéconomiques sont similaires, les régions sociosanitaires ont été agrégées en « groupes de régions homologues » selon une méthode statistique objective. On a créé ainsi 10 groupes de régions homologues comptant de 3 à 25 régions sociosanitaires pouvant être situées dans des provinces différentes. Un code à 4 chiffres a été attribué à chaque région sociosanitaire. Un code à une lettre allant de A à J a été attribué à chaque groupe de régions homologues. Pour cette série de cartes, le code alphabétique du groupe de régions homologues a été ajouté au code de la région sociosanitaire. Les cartes sont créées en couleurs et les groupes de régions sociosanitaires homologues sont colorés selon les valeurs suivantes:

Groupe de régions sociosanitaires homologues A = Rose
Groupe de régions sociosanitaires homologues B = Vert
Groupe de régions sociosanitaires homologues C = Rose pâle
Groupe de régions sociosanitaires homologues D = Jaune
Groupe de régions sociosanitaires homologues E = Violet
Groupe de régions sociosanitaires homologues F = Vert lime
Groupe de régions sociosanitaires homologues G = Rouge
Groupe de régions sociosanitaires homologues H = Vieux rose
Groupe de régions sociosanitaires homologues I = Beige
Groupe de régions sociosanitaires homologues J = Brun

La série comprend 15 cartes et des cartons intérieurs ont été créés pour montrer les détails des régions à plus forte concentration.

Structure de codage des régions sociosanitaires

On utilise un code numérique à quatre chiffres pour identifier de façon distincte les régions sociosanitaires. Les deux premiers chiffres correspondent à la province, et les deux derniers, à la région sociosanitaire. Ces codes sont les mêmes que ceux utilisés par les ministères provinciaux de la santé. Dans le cas des provinces où il n'existe pas de code numérique, un code à deux chiffres est attribué. L'Ontario utilise un code à quatre chiffres pour les circonscriptions sanitaires. Ce code a été réduit et on a conservé uniquement les deux derniers chiffres pour assurer l'uniformité de la structure de codage des régions sociosanitaires au niveau national. Étant donné que l'on compte deux ensembles de régions sociosanitaires en Ontario, dont les rapports hiérarchiques ne correspondent pas exactement, les codes sont uniques à la province.

Les noms des régions sociosanitaires correspondent aussi aux noms officiels utilisés par les provinces.

Voir l'annexe 1 : Régions sociosanitaires 2011 (de la publication 82-402-X) (noms et codes).

Enjeux cartographiques

La carte choroplèthe est un élément essentiel du répertoire cartographique de la cartographie thématique. En fait, au fil des ans, la popularité des cartes choroplèthes a augmenté, ce type de carte étant très facile à produire au moyen d'un système d'information géographique (SIG) et d'un logiciel cartographique.

La technique choroplèthe type est une méthode de représentation cartographique qui utilise une couleur distinctive ou une zone ombrée qui est appliquée à des unités définies au préalable. Par exemple, les unités peuvent être des divisions de recensement ou des secteurs de recensement, et les symboles aréals englobent l'ensemble de l'unité géographique.

Limites des cartes choroplèthes

Parmi les hypothèses sous-jacentes de la cartographie choroplèthe figure le fait que les données sont réparties de façon homogène ou uniforme dans chaque unité géographique. Cette hypothèse se traduit par l'application d'une seule couleur dans chaque unité. Toutefois, l'ensemble de l'unité, ou à tout le moins une part importante de celle-ci, peut être inhabitée, ce qui produit des distributions spatiales très trompeurs, particulièrement lorsque les données socioéconomiques sont cartographiées selon les techniques choroplèthes.

Applications de l'écoumène à Statistique Canada

L'approche utilisée par Statistique Canada consiste à utiliser des écoumènes « génériques », comme un écoumène de population ou un écoumène agricole. Les écoumènes génériques limitent les répartitions statistiques aux mêmes régions et rendent ainsi les cartes (ou les séries de cartes) plus comparables.

Écoumène de population

Depuis le Recensement de 1976, Statistique Canada a appliqué un écoumène de population dans son programme de cartographie thématique, principalement pour les cartes nationales au niveau de la division de recensement1. Le recours à l'écoumène limite la représentation aux régions habitées et permet une représentation plus exacte de la répartition spatiale des données. Dorling (1993, p. 170), Langford et Unwin (1994, p. 23), ainsi que d'autres, recommandent aussi d'ombrer uniquement les zones habitées de la carte.

La méthode de délimitation de l'écoumène de population s'est raffinée au fil du temps. Pour le Recensement de 1976, l'écoumène représentait une « approximation » très grossière, à partir des cartes de densité de population à 1:7 500 000 de la quatrième édition de l'Atlas national du Canada (Ressources naturelles Canada 1974). L'écoumène a été produit grâce à délimitation des régions dont la densité était égale ou supérieure à une personne au mille carré (0,4 personne au kilomètre carré), et à la création d'une zone tampon autour de ces régions, parce que les cartes de densité de population étaient fondées sur les données de 1961. Les écoumènes de population pour les Recensements de 1981 et 1986 ont été mis à jour, afin de tenir compte des augmentations de la population, des baisses de population et des erreurs mineures figurant dans l'écoumène de 1976.

Pour les Recensements de 1991 et 1996, l'écoumène a été défini en utilisant le secteur de dénombrement comme « unité de base », et pour le Recensement de 2001, il a été défini au moyen d'une très petite unité géographique, l'îlot. Le secteur de dénombrement et l'îlot sont considérés comme faisant partie de l'écoumène si la densité de la population est d'au moins 0,4 personne au kilomètre carré (environ une personne au mille carré).

À noter que l'écoumène de population limite la représentation des données aux régions habitées.

L'écoumène de population établi pour les cartes thématiques du recensement s'applique aussi à d'autres données de Statistique Canada, comme les données sur la santé. À la fin de 2001, des cartes ont été ajoutées aux Indicateurs de la santé, un recueil en ligne de données produites conjointement par Statistique Canada et l'Institut canadien de l'information sur la santé. Les cartes utilisent l'écoumène de population au niveau de la région sociosanitaire.

Niveau de signification et les couleurs de la légende dans les cartes thématiques

Afin de déterminer si les données sont significativement supérieures ou inférieures à la moyenne nationale pour les cartes de L'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) et Statistique de l'état civil - Base de données sur les naissances, on a vérifié la signification statistique au niveau de confiance de 95 %.

Les couleurs suivants on été utilises dans cette série de cartes :
Vert = valeur significativement faible
Jaune = valeur non significativement differente
Orange = valeur significativement élevée
Gris = peu peuplée (par rapport l'écoumène national de population)
Blanc = données non disponible

Chaque carte présente la moyenne nationale.

À propos des cartes thématiques du Recensement de 2006

Pour toutes les régions sociosanitaires, on a classé les valeurs des indicateurs de « faible » à « élevée », puis on les a réparties en quintiles définis de façon à ce qu'ils contiennent un nombre égal de régions sociosanitaires (autrement dit, chaque quintile comprend approximativement un cinquième des régions sociosanitaires observées). Chaque quintile est représenté par une couleur différente et l'étendue des valeurs est présentée pour chacun. Chaque carte présente la moyenne nationale. On s'est servi de l'écoumène pour présenter les données reliées sur la santé afin de mettre l'accent sur les régions les plus peuplées du Canada. Bien que l'écoumène national soit conçu pour présenter des données produites au niveau de la division de recensement, on l'utilise ici pour représenter cartographiquement les données sur les régions sociosanitaires.

Pour cette série de cartes, quintile 1 est représenté par brun, quintile 2 est représenté par beige, quintile 3 est représenté par jaune, quintile 4 est représenté par rose, et quintile 5 est représenté par violet.

L'écoumène du Recensement de 2006

L'écoumène national de population comprend les îlots dont la densité de population est d'au moins 0,4 habitant au kilomètre carré (soit environ un habitant au mille carré). Afin d'assurer une meilleure visibilité sur les cartes thématiques à petite échelle, les limites détaillées de l'écoumène sont généralisées manuellement, et les petites zones de représentation d'écoumène qui ne sont pas contiguës sont agrégées.

Régions sociosanitaires (2011) au Canada

Une région sociosanitaire représente une unité administrative définie par un ministère provincial de la Santé. Pour s'assurer de couvrir entièrement le Canada, chaque territoire du Nord représente aussi une région sociosanitaire. 

Le tableau qui suit présente un aperçu des régions sociosanitaires au Canada, selon la province ou le territoire, et renvoie à des cartes (pdf) illustrant les limites actuelles de ces régions.

Voir Tableau 1 Cartes de référence des régions sociosanitaires (de la publication 82-221-X).

Groupes de régions sociosanitaires homologues

Afin de comparer valablement les régions sociosanitaires ayant des caractéristiques socioéconomiques semblables, Statistique Canada a regroupé ces régions en « groupes de régions homologues » selon une méthode statistique destinée à maximiser les différences statistiques interrégionales. À cette fin, on a choisi 24 variables couvrant autant de déterminants socioéconomiques que possible de la santé, en se basant sur des données recueillies au niveau de la région sociosanitaire provenant principalement du Recensement du Canada. Les concepts étudiés incluent :

  • données démographiques de base (par exemple, changements démographiques et structure démographique);
  • conditions de vie (par exemple, caractéristiques socioéconomiques, logement et inégalité du revenu);
  • conditions de travail (par exemple, situation du marché du travail).

Les données sur les groupes homologues fondées sur les limites de 2011 des régions sociosanitaires et sur les données du Recensement de 2006 sont maintenant disponibles. Il existe à l'heure actuelle dix groupes homologues représentés par les lettres A à J.

Voir Tableau 3 Groupes de régions sociosanitaires homologues 2011 (de la publication 82-221-X).
Voir Tableau 4 Sommaire des groupes homologues et les caractéristiques principales (de la publication 82-221-X).

Un exposé plus détaillé du raisonnement et des méthodes sur lesquels se fonde l'établissement des groupes homologues est donné dans «Groupes de régions sociosanitaires homologues – document de travail, 2007 (de la publication 82-221-X).


Note :

  1. Division de recensement (DR) est le terme général de régions créées en vertu des lois provinciales (comme les comtés, les municipalités régionales de comté et les regional districts) ou des régions équivalentes. Les divisions de recensement sont des régions géographiques intermédiaires entre la municipalité (subdivision de recensement) et la province/territoire (Statistique Canada 2007b).
Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :