1. État de santé

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Passer au texte

Début du texte

1.1 Bien-être

Santé perçue

Définition :
Personnes de 12 ans et plus qui ont déclaré percevoir leur état de santé comme étant « excellent ou très bon » ou « passable ou mauvais », selon l’indicateur.

Santé perçue est un indicateur de l'état de santé global d'une personne. Il peut refléter certains aspects de la santé qui ne sont pas saisis dans d'autres mesures tels que le premier stade d'une maladie, la gravité d'une maladie, certains aspects positifs de l'état de santé, les ressources physiologiques et psychologiques, ainsi que le fonctionnement social et mental. La santé perçue réfère à la perception d'une personne de sa santé en général, ou dans le cas d'une interview par procuration, la perception de la personne qui répond. La santé réfère non seulement à l'absence de maladie ou de blessure mais aussi à un bien-être physique, mental et social.

Source (s) :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Stress perçu dans la vie

Définition :
Personnes de 15 ans et plus qui ont déclaré percevoir que la plupart des journées de leur vie étaient assez ou extrêmement stressantes. Le stress perçu réfère à la quantité de stress dans la vie d'une personne, la plupart des jours, tel que perçu par la personne ou dans le cas d'une interview par procuration, la perception de la personne qui répond.

Source (s) :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Santé mentale perçue

Définition :
Personnes de 12 ans et plus qui ont déclaré percevoir leur état de santé mentale comme étant « excellent ou très bon » ou « passable ou mauvais », selon l’indicateur.

La santé mentale perçue réfère à la perception d'une personne de sa santé mentale en général. L'état de santé mentale perçu fournit une indication générale de la population qui souffre d'une forme quelconque de désordre mental, problèmes mentaux ou émotionnels ou de détresse, qui n'est pas nécessairement rapportée par l'auto–évaluation de la santé (physique)

Source (s) :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

1.2 Problèmes de santé

Indice de masse corporelle chez les adultes

Note : Changement de définition en 2004 afin que la classification du poids corporel soit conforme aux nouvelles normes de Santé Canada.

Définition :
L'indice de masse corporelle (IMC) est une façon de classer le poids corporel selon le risque pour la santé. Il s’applique aux personnes de 18 ans et plus, sauf les femmes enceintes et les personnes de moins de 3 pieds (0,914 mètres) ou de plus de 6 pieds 11 pouces (2,108 mètres). Pour calculer l'IMC, on divise le poids exprimé en kilogrammes par le carré de la taille exprimée en mètres.

Selon les lignes directrices de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de Santé Canada, les risques suivants sont associés avec chaque catégorie de l'IMC : poids normal = moindre risque; poids insuffisant et embonpoint = risque accru de développer des problèmes de santé; obésité - classe 1 = risque élevé; obésité - classe 2 = risque très élevé; obésité - classe 3 = risque extrêmement élevé.

L'indice est : inférieur à 18,5 (poids insuffisant), 18,5 à 24,9 (poids normal), 25,0 à 29,9 (embonpoint); 30,0 à 34,9 (obésité - classe I); 35,0 à 39,9 (obésité - classe II); 40 et plus (obésité - classe III).

Source (s) :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Indice de masse corporelle chez les jeunes

Définition :
Pour calculer l'IMC, on divise le poids exprimé en kilogrammes par le carré de la taille exprimée en mètres.

L’IMC chez les jeunes est différent de celui des adultes car ils sont encore en croissance. Cet indicateur classe les enfants de 12 à 17 ans (sauf les répondantes âgées de 15 à 17 ans qui étaient enceintes ou qui n'ont pas répondu à la question sur la grossesse) comme étant « obèses » ou « souffrant d'embonpoint » d’après les seuils de l’IMC selon l'âge et le sexe définis par Cole et collaborateurs. Les seuils établis par Cole sont fondés sur l'agrégation de données internationales (Brésil, Grande Bretagne, Hong Kong, Pays Bas, Singapour et États Unis) sur l’IMC et reliés aux seuils de 25 (embonpoint) et 30 (obésité) reconnus internationalement pour les adultes.

Source (s) :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Arthrite

Définition :
Personnes de 15 ans et plus qui ont déclaré avoir reçu un diagnostic d'arthrite d'un professionnel de la santé. L'arthrite comprend la polyarthrite rhumatoïde et l'arthrose, mais non la fibromyalgie. Dans le questionnaire français de 2011, le mot « arthrose » a été ajouté dans la question sur l'arthrite car les patients tendent à associer le mot « arthrite » avec arthrite rhumatoïde et « arthrose » avec ostéoarthrite. Cependant, le mot « arthrose » a été omis en 2012. Par conséquent, les estimations de l'arthrite en 2011 pour la province de Québec et par ricochet celles du Canada ont été affectées par ces changements. Les données relatives à l'indicateur de l'arthrite en 2011 devraient être utilisées avec prudence.

Le terme « arthrite » sert à décrire de nombreuses affections qui touchent les articulations, les tissus entourant les articulations et d’autres tissus conjonctifs. Les types d’arthrite les plus courants sont l’arthrose et l’arthrite rhumatoïde. Les douleurs, les raideurs, les enflures ou les difformités des articulations qui s’ensuivent peuvent réduire considérablement la qualité de vie.

Source (s) :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Diabète

Définition :
Personnes de 12 ans ou plus qui ont déclaré avoir reçu un diagnostic de diabète d'un professionnel de la santé. Le diabète comprend les femmes de 15 ans et plus qui ont déclaré avoir reçu un diagnostic de diabète gestationnel.

Le diabète se développe lorsque l’organisme ne produit pas suffisamment d’insuline ou qu’il fait une utilisation inefficace de l’insuline produite. Le diabète peut mener à la diminution de la qualité de vie ainsi qu’à des complications comme des maladies du cœur, des accidents vasculaires cérébraux et des maladies du rein.

Source (s) :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Asthme

Définition :
Personnes de 12 ans et plus qui ont déclaré avoir reçu un diagnostic d'asthme d'un professionnel de la santé.

L’asthme est un syndrome inflammatoire chronique des voies respiratoires dont les symptômes sont la toux, l’essoufflement, l’obstruction respiratoire et la respiration sifflante. La qualité de vie peut être touchée non seulement par les crises d’asthme mais aussi par leurs conséquences, dont l’absentéisme au travail et des limitations lors d’autres activités.

Source :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Hypertension

Définition :
Personnes de 12 ans ou plus qui ont déclaré avoir reçu un diagnostic d'hypertension d'un professionnel de la santé.

L’hypertension artérielle augmente le risque d’accident vasculaire cérébral, de crise cardiaque et d’insuffisance rénale. L’hypertension peut réduire le diamètre des artères et les bloquer ainsi qu’exercer une pression sur les organes et les affaiblir.

Source (s) :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC)

Définition :
Personnes de 35 ans et plus qui ont déclaré avoir reçu un diagnostic de bronchite chronique, d'emphysème ou de maladie pulmonaire obstructive chronique ou MPOC d'un professionnel de la santé.

Source (s) :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Douleurs ou malaises empêchant des activités

Définition :
Personnes 12 ans et plus qui ont déclaré avoir des douleurs ou malaises qui ont un effet sur leurs activités.

Source (s) :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Douleurs ou malaises selon l'intensité

Définition :
Personnes de 12 ans et plus qui déclarent avoir habituellement de la douleur ou des malaises. L’intensité de la douleur est mesurée comme sévère ou modérée.

Source (s) :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Troubles de l'humeur

Définition :
Personnes de 12 ans et plus qui ont déclaré avoir reçu un diagnostic de trouble de l'humeur tel que la dépression, le trouble bipolaire, la manie ou la dysthymie.

Source (s) :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Faible poids à la naissance

Définition :
Naissances vivantes pour lesquelles le poids du nouveau-né est inférieur à 2 500 grammes, exprimées en pourcentage du total des naissances vivantes (poids de naissance connu).

Le faible poids à la naissance est un déterminant important de la survie, de l'état de santé et du développement.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les naissances

Poids élevé à la naissance

Définition :
Proportion de naissances vivantes (poids à la naissance connu) pour lesquelles le poids du nouveau-né à la naissance est de 4 500 grammes ou plus.

Le poids élevé à la naissance peut occasionner des complications pour l’enfant et la mère à l’accouchement et est associé à un risque plus accru de diabète.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les naissances

Petit pour l’âge gestationnel

Définition :
Naissances vivantes dont le poids à la naissance était inférieur au 10e percentile des poids à la naissance pour le même sexe et le même âge gestationnel en semaines, selon Kramer et coll., « A New and Improved Population-based Canadian Reference for Birth Weight for Gestationnal Age ». Exprimé en pourcentage de naissances vivantes uniques avec un âge gestationnel de 22 à 43 semaines.

Le fait qu’un bébé soit petit pour son âge gestationnel est un déterminant de la survie, de l'état de santé et du développement de l’enfant.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les naissances

Gros pour l’âge gestationnel

Définition :
Naissances vivantes dont le poids à la naissance était supérieur au 90e percentile des poids à la naissance pour le même sexe et le même âge gestationnel en semaines, selon Kramer et coll., « A New and Improved Population-based Canadian Reference for Birth Weight for Gestationnal Age ». Exprimé en pourcentage de naissances vivantes uniques avec un âge gestationnel de 22 à 43 semaines.

Le fait qu’un bébé soit gros pour son âge gestationnel peut occasionner des complications pour l’enfant et la mère à l’accouchement et est associé à un risque plus accru de diabète.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les naissances

Naissances prématurées

Définition :
Proportion de naissances vivantes (âge gestationnel connu) pour lesquelles l'âge gestationnel du nouveau-né à la naissance est inférieur à 37 semaines. La naissance prématurée est un déterminant important de la survie, de l'état de santé et du développement de l’enfant.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les naissances

Incidence du cancer

Définition :
Taux des nouveaux sièges primaires de cancer (tumeurs malignes), normalisé selon l’âge pour 100 000 habitants, tous les types.

Code de sites spécifiques : côlon et rectum (codes C18.0 à C18.9, C19.9, C20.9, C26.0 de la CIM–O–3), poumon (codes C34.0 à C34.9 de la CIM–O–3), sein-femme (codes C50.0 à C50.9 de la CIM–O–3), et prostate (code C61.9 de la CIM–O–3).

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur le cancer, Registre canadien du cancer et Division de la démographie (estimations de la population).

Hospitalisations à la suite d'une blessure

Définition :
Taux d'hospitalisations en établissement de soins de courte durée à la suite d'une blessure résultant du transfert d'énergie (excluant l’intoxication et d’autres blessures non traumatiques), normalisé selon l'âge par 100 000 habitants.

Une blessure est identifiée par le code de cause extérieure de traumatisme et un diagnostic de type « 9 » :

CIM-10-CA
Pour en savoir plus sur cet indicateur, consultez le Répertoire des indicateurs de l’ICIS

CIM-9-CM
Pour en savoir plus sur cet indicateur, consultez le Répertoire des indicateurs de l’ICIS

Cet indicateur donne une idée de la pertinence et de l'efficacité des efforts de prévention des blessures, y compris les campagnes d'éducation du public, le développement et l'utilisation des produits, les études de conception des collectivités et des voies de circulation, et les ressources de prévention et de traitement.

Source (s) :
Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), Registre national des traumatismes (RNT); Fichier des hospitalisations MED-ÉCHO, ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

Blessures

Définition :
Personnes de 12 ans et plus qui ont subi des blessures au cours des 12 derniers mois et qui ont reçu des soins médicaux prodigués par un professionnel de la santé dans les 48 heures suivant la blessure. Comprend toutes les blessures suffisamment graves pour limiter les activités normales, mais n'inclut pas les traumatismes dus à des mouvements répétitifs. Pour ceux qui ont subi plus d'une blessure au cours des 12 derniers mois, s'entend de la « blessure la plus grave », telle qu'indiquée par le répondant.

Source (s) :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités.

Taux d’événements d’infarctus aigu du myocarde (IAM) menant à une hospitalisation

Définition :
Taux normalisé selon l’âge de nouveaux événements d’CIM–9–IAM avec admission dans un hôpital de soins de courte durée pour 100000 personnes de 20 ans et plus. Un nouvel événement s’entend d’une première hospitalisation pour un IAM ou d’une hospitalisation survenue plus de 28 jours après l’admission pour l’événement précédent au cours de la période de référence. Une personne peut avoir plus d’un événement d’IAM pendant la période de référence.

CIM-10-CA
Pour en savoir plus sur cet indicateur, consultez le Répertoire des indicateurs de l’ICIS

CIM-9-CM
Pour en savoir plus sur cet indicateur, consultez le Répertoire des indicateurs de l’ICIS

L’IAM est l’une des principales causes de morbidité et de mortalité. Il est important d’en mesurer la prévalence dans la population afin de pouvoir planifier et évaluer les stratégies de prévention, répartir les ressources en santé et estimer les coûts. En ce qui concerne la surveillance des maladies, les événements d’IAM se répartissent dans trois groupes : les événements non diagnostiqués, les événements fatals survenus hors de l’hôpital et les événements avec admission dans un hôpital de soins de courte durée. Bien que les IAM avec hospitalisation ne représentent pas l’ensemble des infarctus aigus du myocarde qui surviennent au sein de la population, cette information donne une estimation actuelle et utile de la prévalence de cette maladie.

L’infarctus du myocarde est défini comme aigu s’il est d’une durée établie de quatre semaines (28 jours) ou moins selon la CIM-10-CA et de huit semaines ou moins selon la CIM-9/9-CM. Par conséquent, une période de 28 jours n’est appliquée pour définir un nouvel événement d’IAM que dans le cas d’enregistrements codés selon la CIM-10-CA.

Source (s) :
Institut canadien d'information sur la santé (ICIS), Base de données sur les congés des patients (BDCP).

Taux d’événements d’accident vasculaire cérébral (AVC) menant à une hospitalisation

Définition :
Taux normalisé selon l’âge de nouveaux événements d’AVC avec admission dans un hôpital de soins de courte durée pour 100000 personnes de 20 ans et plus. Un nouvel événement s’entend d’une première hospitalisation pour un AVC ou d’une hospitalisation survenue plus de 28 jours après l’admission pour l’événement précédent au cours de la période de référence. Une personne peut avoir plus d’un événement d’AVC pendant la période de référence.

CIM-10-CA
Pour en savoir plus sur cet indicateur, consultez le Répertoire des indicateurs de l’ICIS

CIM-9-CM
Pour en savoir plus sur cet indicateur, consultez le Répertoire des indicateurs de l’ICIS

L’accident vasculaire cérébral est l’une des principales causes d’invalidité de longue durée et de mortalité. Il est important d’en mesurer la prévalence dans la population afin de pouvoir planifier et évaluer les stratégies de prévention, répartir les ressources en santé et estimer les coûts. En ce qui concerne la surveillance des maladies, les événements d’AVC se répartissent dans trois groupes : les événements fatals survenus hors de l’hôpital, les événements non fatals traités hors d’un hôpital de soins de courte durée et les événements avec admission dans un hôpital de soins de courte durée. Bien que les AVC avec hospitalisation ne représentent pas l’ensemble des accidents vasculaires cérébraux qui surviennent au sein de la population, cette information donne une estimation actuelle et utile de la prévalence de cette maladie.

Source (s) :
Institut canadien d'information sur la santé (ICIS), Base de données sur les congés des patients (BDCP) ; Fichier des hospitalisations MED-ÉCHO, ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

Hospitalisations entièrement attribuables à l’alcool

Definition :
Taux d’hospitalisations normalisé selon l’âge pour des affections totalement (100 %) attribuables à l’alcool, par 100 000 personnes âgées de 10 ans et plus.

CIM-10-CA
Pour en savoir plus sur cet indicateur, consultez le Répertoire des indicateurs de l’ICIS

CIM-9-CM
Pour en savoir plus sur cet indicateur, consultez le Répertoire des indicateurs de l’ICIS

La consommation abusive d’alcool a des conséquences graves pour la santé et est un fardeau inutile pour le système de santé. Cet indicateur dresse un portrait pancanadien des hospitalisations qui sont totalement (100 %) attribuables à l’alcool chez les personnes de 10 ans et plus. La mesure des hospitalisations attribuables à la consommation d’alcool permet de sensibiliser la population à la gravité des conséquences liées à la consommation d’alcool. De plus, elle contribue à la gestion, à la réduction et à la prévention du fardeau des affections attribuables à l’alcool.

Source (s) :
Métadonnées de la Base de données sur les congés des patients (BDCP), Base de données sur la morbidité hospitalière (BDMH), Métadonnées du Système national d’information sur les soins ambulatoires (SNISA), Système d'information ontarien sur la santé mentale (SIOSM) - Institut canadien d’information sur la santé (ICIS).

1.3 Fonction humaine

Santé fonctionnelle

Définition :
Personnes de 12 ans et plus qui déclarent des mesures qui donnent une idée globale de la santé fonctionnelle fondée sur 8 attributs fonctionnels (vue, ouïe élocution, mobilité, dextérité, sentiments, cognition, et douleur). Un résultat variant entre 0,8 et 1,0 est associé à une santé fonctionnelle bonne à pleine ; les résultats inférieurs à 0,8 témoignent d’une santé fonctionnelle passable à mauvaise.

Aussi appelé Indice de l’état de santé (IES), cet indice, créé par le Centre for Health Economics and Policy Analysis de l’Université McMaster, est fondé sur le Comprehensive Health Status Measurement System (CHSMS).

Source (s) :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Participation et limitation des activités

Note : Les données sur la limitation des activités tirées de l’Enquête nationale sur la santé de la population et de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes ne sont pas comparables en raison des différences entre les catégories de questions et de réponses des deux enquêtes.

Définition :
Personnes de 12 ans et plus qui ont déclaré être limitées dans certaines activités (à la maison, à l'école, au travail ou dans d’autres activités) à cause d’un état physique, un état mental ou un problème de santé qui dure ou qui devrait durer 6 mois ou plus.

Source (s) :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Espérance de vie sans incapacité (EVSI) (Auparavant nommé « Espérance de vie sans limitation d'activité »)

Définition :
L'espérance de vie est le nombre d'années que devrait en principe vivre une personne à compter de la naissance (pour l'espérance de vie à la naissance) ou à 65 ans (pour l'espérance de vie à 65 ans), selon les statistiques de mortalité sur la période d'observation retenue.

L'espérance de vie sans incapacité est un indicateur plus large que celui de l'espérance de vie, qui introduit le concept de qualité de vie. Il permet de distinguer les années de vie libres de toute incapacité, des années vécues avec au moins une incapacité. Pour ce faire, l'espérance de vie sans incapacité définit un seuil basé sur la nature de ces limitations. Les années de vie vécues dans des conditions supérieures à ce seuil sont comptées pleinement. Celles qui sont vécues dans des conditions inférieures ne sont pas comptabilisées. Ainsi, l'accent n'est pas mis exclusivement sur la durée de vie, comme c'est le cas pour l'espérance de vie, mais également sur la qualité de vie.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès, Division de la démographie (estimations de la population) et Recensement de la population de 1996.

Espérance de vie ajustée sur l'incapacité (EVAI) (Auparavant nommé « Espérance de vie ajusté sur la santé »)

Définition :
L’espérance de vie est le nombre d’années que devrait en principe vivre une personne à compter de la naissance (pour l’espérance de vie à la naissance) ou à 65 ans (pour l’espérance de vie à 65 ans), selon les statistiques de mortalité sur la période d’observation retenue.

L'espérance de vie ajustée sur l’incapacité (EVAI) est un indicateur plus complet que l'espérance de vie, parce qu'il introduit le concept de qualité de vie. L'EVAS intègre des données sur la mortalité, sur le placement dans un établissement de santé à long terme et sur les limitations des activités au sein de la population et représente un indice global de l'état de santé. Donc, l'accent est mis non pas uniquement sur la durée de la vie, mais aussi sur la qualité de vie.

Pour calculer l'EVAI, des poids (valeurs relatives) sont attribués à quatre états de santé. Ces états de santé sont, par ordre décroissant de poids : aucune limitation des activités; limitation des activités dans les loisirs ou dans les transports; limitation des activités au travail, à la maison ou à l'école; et placement dans un établissement de soins de santé afin d’établir des unités de valeurs égales. Ces unités sont additionnées pour produire une forme d'espérance de vie « ajustée pour la qualité ».

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l’état civil, Base de données sur les décès, Division de la démographie (estimations de la population) et Recensement de la population de 1996.

Espérance de vie ajustée sur la santé (EVAS)

Définition :
L'espérance de vie est le nombre d'années que devrait vivre en principe une personne à compter de la naissance (pour l'espérance de vie à la naissance) ou de 65 ans (pour l'espérance de vie à 65 ans), si les taux de mortalité selon l'âge et le sexe pour la période d'observation donnée (comme l'année civile) demeuraient constants sur la durée de vie estimée.

L'espérance de vie ajustée sur la santé (EVAS) est un indicateur plus général que l'espérance de vie parce qu'il introduit le concept de qualité de la vie. L'EVAS est le nombre d'années qu'une personne peut s'attendre à vivre en bonne santé étant donné les conditions courantes de morbidité et de mortalité. Pour calculer l'EVAS, on se sert de l'indice d'état de santé (HUI - Health Utility Index) pour attribuer un poids plus élevé aux années vécues en bonne santé qu'à celles vécues en mauvaise santé. Donc, l'espérance de vie ajustée en fonction de la santé n'est pas seulement une mesure du nombre d'années de vie, mais aussi une mesure de la qualité de vie.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil du Canada, Bases de données sur les naissances et les décès et les estimations de la population; Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes; Enquête nationale sur la santé de la population, volet établissements de soins de santé; Enquête sur les établissements de soins pour bénéficiaires internes; Enquête canadienne sur les mesures de la santé; Recensement de la population.

1.4 Décès

Mortalité infantile

Définition :
Nombre et taux de décès chez les enfants de moins d'un an pour 1000 naissances vivantes.

Mesure, établie de longue date, non seulement de la santé infantile, mais aussi du bien-être d'une société. Reflète le niveau de mortalité, d'état de santé et de prestation de soins de santé d'une population, ainsi que l'efficacité des soins préventifs et l'attention accordée à la santé de la mère et de l'enfant.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Bases de données sur les naissances et sur les décès

Mortalité périnatale

Définition :
Nombre et taux de mortinaissances (tout décès d'un foetus de 28 semaines de gestation ou plus) et de décès néonatals précoces (décès d'enfants de moins d'une semaine) pour 1 000 naissances totales (y compris les mortinaissances). Les mortinaissances pour lesquelles on ne connaît pas l'âge gestationnel sont exclues.

Probabilité qu'un fœtus jugé viable soit mort–né ou meure avant la fin de la première semaine de sa vie. Reflète les normes de soins obstétricaux et pédiatriques, ainsi que l'efficacité des initiatives de santé publique.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Bases de données sur les naissances, sur les mortinaissances et sur les décès

Mortalité prématurée

Définition :
Taux normalisé selon l'âge de décès prématurés par 100 000 habitants. Le décès est considéré prématuré chez les personnes de moins de 75 ans.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès

Espérance de vie

Définition :
L'espérance de vie est le nombre d'années que devrait en principe vivre une personne à compter de la naissance (pour l'espérance de vie à la naissance) ou à 65 ans (pour l'espérance de vie à 65 ans), selon les statistiques de mortalité sur la période d'observation retenue.

Indicateur de la santé d'une population d'usage très répandu. L'espérance de vie est une mesure de quantité plutôt que de qualité de vie.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès et Division de la démographie (estimations de la population)

Taux de décès normalisé selon l'âge (séries chronologiques au niveau provincial/territorial)

Définition :
Taux normalisé selon l’âge de décès dus à certaines causes pour 100 000 habitants.

Les causes de décès sont classifiées selon la CIM-9 de 1979 à 1999. Pour l’année 2000 et les années subséquentes disponibles. Les causes sont classifiées selon la 10ième révision de la Classification internationale des maladies et des problèmes de santé reliés (CIM-10). Certaines causes sont définies comme suit : cancer du côlon et du rectum (codes C18 à C21 de la CIM-10 ou codes 153 et 154 de la CIM-9), cancer du poumon (codes C33 et C34 de la CIM-10 ou code 162 de la CIM-9), cancer du sein chez la femme (code C50 de la CIM-10 des femmes spécifiés ou code 174 de la CIM-9), cancer de la prostate (code C61 de la CIM-10 ou code 185 de la CIM-9), infarctus aigu du myocarde (IAM) (codes 121 et 122 de la CIM-10 ou code 410 de la CIM-9), maladies vasculaires cérébrales (codes 160 à 169 de la CIM-10 ou codes 430 à 438 de la CIM-9), tous les accidents vasculaires cérébraux (codes 160 à 166 de la CIM-10 ou codes 430 à 432, 434 et 436 de la CIM-9).

Indicateur de la santé globale de la population qui constitue une mesure comparable à l'espérance de vie.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès et Division de la démographie (estimations de la population)

Décès, toutes causes confondues et selon certaines causes

Définition :
Taux brut et taux normalisé selon l'âge de décès, toutes causes confondues pour 100 000 habitants.

Indicateur de la santé globale de la population qui constitue une mesure comparable à l'espérance de vie.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès et Division de la démographie (estimations de la population)

Décès dus aux maladies de l'appareil circulatoire

Définition :
Taux brut et taux normalisé selon l’âge de décès dus aux maladies de l'appareil circulatoire pour 100 000 habitants : toutes maladies de l'appareil circulatoire confondues (codes I00 à I99 de la CIM–10), cardiopathies ischémiques (codes I20 à I25 de la CIM–10), maladies vasculaires cérébrales (codes I60 à I69 de la CIM–10) et toutes les autres maladies de l'appareil circulatoire (codes I00 à I02, I05 à I09, I10 à I15, I26 à I28, I30 à I52, I70 à I79, I80 à 189, et I95 à I99 de la CIM–10).

Mesure le succès à long terme des efforts déployés en vue de réduire la mortalité par maladies de l'appareil circulatoire, comparativement à d'autres régions, provinces ou pays. La diminution du taux de mortalité témoigne du succès des mesures de prévention, de dépistage et de traitement des maladies de l'appareil circulatoire.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès et Division de la démographie (estimations de la population)

Décès dus aux tumeurs malignes (cancer)

Définition :
Taux brut et taux normalisé selon l’âge de décès dus au cancer pour 100 000 habitants, tous types et sièges de cancer confondus (codes C00 à C97 de la CIM–10) et pour certains sièges : côlon et rectum (codes C18 à C21 de la CIM–10), poumon (codes C33 et C34 de la CIM–10), sein–femme (code C50 de la CIM–10), et prostate (code C61 de la CIM–10).

Mesure le succès à long terme des efforts déployés en vue de réduire la mortalité par cancer, comparativement à d'autres régions, provinces ou pays. La diminution du taux de mortalité témoigne du succès des mesures de prévention, de dépistage et de traitement du cancer.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès et Division de la démographie (estimations de la population)

Décès dus à toutes les maladies de l'appareil respiratoire

Définition :
Taux brut et taux normalisé selon l’âge de décès dus aux maladies de l'appareil respiratoire pour 100 000 habitants : toutes maladies de l'appareil respiratoire confondues (codes J00 à J99 de la CIM-10), pneumonie et grippe (codes J10 à J18 de la CIM–10), bronchite, emphysème et asthme (codes J40 à J43, J45, J46 de la CIM–10) et toutes les autres maladies de l'appareil respiratoire (codes J00 à J06, J20 à J22, J30 à J39, J44, J47, J60 à J70, J80 à J84, J85, J86, J90 à J94, J95 à J99 de la CIM–10).

Mesure le succès à long terme des efforts déployés en vue de réduire la mortalité par maladies de l'appareil respiratoire, comparativement à d'autres régions, provinces ou pays. La diminution du taux de mortalité témoigne du succès des mesures de prévention, de dépistage et de traitement des maladies de l'appareil respiratoire.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès et Division de la démographie (estimations de la population)

Suicide

Définition :
Taux brut et taux normalisé selon l’âge de décès par suicide (codes X60 à X84, Y87.0 de la CIM-10) pour 100 000 habitants.

Mesure le succès à long terme des efforts en vue de prévenir le suicide, qui représente aussi bien un problème social qu'un problème de santé publique important.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès et Division de la démographie (estimations de la population)

Décès dus à des blessures accidentelles

Définition :
Taux brut et taux normalisé selon l'âge de décès dus à des blessures accidentelles pour 100 000 habitants. Les blessures accidentelles « non intentionnelles» incluent les blessures causées par des collisions entre véhicules à moteur, les chutes, les noyades, les brûlures et les intoxications, mais non celles causées par des accidents et complications survenant au cours d'actes médicaux et chirurgicaux (codesV01 à X59, et Y85 à Y86 de la CIM–10).

Mesure le succès à long terme des efforts en vue de réduire la mortalité par blessures accidentelles, comparativement à d'autres régions, provinces ou pays. Donne une idée de la pertinence et de l'efficacité des efforts de prévention des blessures, y compris les campagnes d'éducation du public, les études de conception des collectivités et des voies de circulation, la prévention, les soins d'urgence et les ressources de traitement.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès et Division de la démographie (estimations de la population)

Décès dus au SIDA

Définition :
Taux brut et taux normalisé selon l'âge de décès dus au SIDA et à l'infection par le VIH (codesB20 à B24 de la CIM-10) pour 100000 habitants.

Mesure le succès de la prévention et du traitement du SIDA et de l'infection par le VIH (virus de l'immunodéficience humaine, c'est-à-dire l'agent pathogène qui cause le SIDA). Les renseignements sur la mortalité permettent d'estimer le nombre de personnes qui sont atteintes du SIDA ou infectées par le VIH, ainsi que l'effet du traitement.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès et Division de la démographie (estimations de la population)

Années potentielles de vie perdues (APVP) – Séries chronologiques au niveau provincial/territorial

Définition :
Les années potentielles de vie perdues (APVP) correspondent au nombre d'années de vie « perdues » lorsqu'une personne meurt « prématurément » de n'importe quelle cause – avant l'âge de 75 ans. Par exemple, une personne qui meurt à 25 ans perd 50 années de vie.

Pour calculer les années potentielles de vie perdues, on soustrait de 75 l’âge exact de chaque personne au moment de son décès. Les années perdues de toutes les personnes sont additionnées et désagrégées en fonction du sexe et de la cause du décès. Ces données sont présentées sous forme de taux normalisé pour 100 000 habitants.

Les causes de décès sont classifiées selon la classification internationale des Maladies et des Problèmes de Santé reliées CIM–9 de 1979 à 1999. Pour l’année 2000 et les années subséquentes disponibles les causes sont classifiées selon la 10ième révision de la Classification internationale des maladies et des problèmes de santé reliés (CIM–10). Les APVP de niveau provincial ont été calculées pour les suicides et les blessures accidentelles pour les années 2000 et 2001 seulement. Certaines causes sont définies comme suit : cancer du côlon et du rectum (codes 153 et 154 de la CIM–9), cancer du poumon (code 162 de la CIM–9), cancer du sein chez la femme (code 174 de la CIM–9), cancer de la prostate (code 185 de la CIM–9), infarctus aigu du myocarde (IAM) (code 410 de la CIM–9), maladies vasculaires cérébrales (codes 430 à 438 de la CIM–9), tous les accidents vasculaires cérébraux (codes 430 à 432, 434 et 436 de la CIM–9), blessures accidentelles (codes V01 à X59, Y85 et Y86 de la CIM–10 ou codes E800 à E929 sauf E870 à E879), suicides (codes X60 à X84, Y87 de la CIM–10 ou codes E950 à E959 de la CIM–9)

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès et Division de la démographie (estimations de la population)

Années potentielles de vie perdues (APVP) – Tous décès confondus

Définition :
Les années potentielles de vie perdues (APVP) tous décès confondus correspondent au nombre d'années de vie «perdues» lorsqu'une personne meurt «prématurément» de n'importe quelle cause– avant l'âge de 75ans. Par exemple, une personne qui meurt à 25ans perd 50années de vie.

Pour calculer les APVP, pour chaque groupe d'âge, on prend l'âge médian, on soustrait cet âge de 75, puis on multiplie le résultat par le nombre de décès survenus au sein de ce groupe d'âge selon le sexe et la cause de décès. Ces données sont présentées sous forme de nombre (APVP) et de taux pour 100 000 habitants.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès et Division de la démographie (estimations de la population)

Années potentielles de vie perdues (APVP) – Tous décès par cancer confondus

Définition :
Les années potentielles de vie perdues (APVP) pour toutes tumeurs malignes confondues (codes C00 à C97) et cancers spécifiques : colorectal (codes C18 à C21 de la CIM–10), poumon (codes C33 et C34 de la CIM–10), cancer du sein chez la femme (code C50 de la CIM–10) et prostate (code C61 de la CIM–10) correspondent au nombre d’années de vie « perdues » lorsqu’une personne meurt « prématurément » de toute forme de cancer — avant l’âge de 75 ans. Par exemple, une personne qui meurt à 25 ans perd 50 années de vie.

Pour calculer les années potentielles de vie perdues, pour chaque groupe d'âge, on prend l'âge médian, on soustrait cet âge de 75, puis on multiplie le résultat par le nombre de décès survenus au sein de ce groupe d'âge selon le sexe et la cause de décès. Ces données sont présentées sous forme de nombre (APVP) et de taux pour 100 000 habitants.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès et Division de la démographie (estimations de la population)

Années potentielles de vie perdues (APVP) – Tous décès par maladie circulatoire confondus

Définition :
Les années potentielles de vie perdues (APVP) pour tous les décès dus à la maladie circulatoire confondus (codes I00 à I99) et causes spécifiques : cardiopathies ischémiques (codes I20 à I25 de la CIM–10), accidents cérébraux vasculaires (codes I60 à I69 de la CIM–10) et toutes les autres maladies circulatoires (codes I00 à I02, I05 à 109, I10 à I15, I26 à I28, I30 à I52, I70 à I79, I80 à I89, et I95 à I99 de la CIM–10) correspondent au nombre d’années de vie « perdues » lorsqu’une personne meurt « prématurément » de toute maladie circulatoire — avant l’âge de 75 ans. Par exemple, une personne qui meurt à 25 ans perd 50 années de vie.

Pour calculer les APVP, pour chaque groupe d'âge, on prend l'âge médian, on soustrait cet âge de 75, puis on multiplie le résultat par le nombre de décès survenus au sein de ce groupe d'âge selon le sexe et la cause de décès. Ces données sont présentées sous forme de nombre (APVP) et de taux pour 100 000 habitants.

Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès et Division de la démographie (estimations de la population)

Années potentielles de vie perdues (APVP) – Tous décès par maladie respiratoire confondus

Définition :
Les années potentielles de vie perdues (APVP) pour tous les décès dus aux maladies respiratoires confondus (codes J00 à J99) et causes spécifiques : pneumonie et grippe (codes J10 à J18 de la CIM–10), bronchite/emphysème/asthme (codes J40 à J43, J45 et J46 de la CIM–10) et toutes les autres maladies respiratoires (codes J00 à J06, J20 à J22, J30 à J39, J44 à J47, J60 à J70, J80 à J84, J85, J86, J90 à J94 et J95 à J99 de la CIM–10) correspondent au nombre d’années de vie « perdues » lorsqu’une personne meurt « prématurément » de toute maladie respiratoire — avant l’âge de 75 ans. Par exemple, une personne qui meurt à 25 ans perd 50 années de vie.

Pour calculer les APVP, pour chaque groupe d'âge, on prend l'âge médian, on soustrait cet âge de 75, puis on multiplie le résultat par le nombre de décès survenus au sein de ce groupe d'âge selon le sexe et la cause de décès. Ces données sont présentées sous forme de nombre (APVP) et de taux pour 100 000 habitants.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès et Division de la démographie (estimations de la population)

Années potentielles de vie perdues (APVP) – Blessures accidentelles

Définition :
Les années potentielles de vie perdues (APVP) pour les blessures accidentelles (codes V01 à X59, Y85 et Y86 de la CIM–10) correspondent au nombre d’années de vie « perdues » lorsqu’une personne meurt « prématurément » d’une blessure accidentelle — avant l’âge de 75 ans. Par exemple, une personne qui meurt à 25 ans perd 50 années de vie.

Pour calculer les années potentielles de vie perdues, pour chaque groupe d'âge, on prend l'âge médian, on soustrait cet âge de 75, puis on multiplie le résultat par le nombre de décès survenus au sein de ce groupe d'âge selon le sexe et la cause de décès. Ces données sont présentées sous forme de nombre (APVP) et de taux pour 100 000 habitants.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès et Division de la démographie (estimations de la population)

Années potentielles de vie perdues (APVP) – Suicides

Définition :
Les années potentielles de vie perdues (APVP) pour les suicides et blessures auto–infligées (codes X60 à X84, Y87.0 de la CIM–10) correspondent au nombre d’années de vie « perdues » lorsqu’une personne meurt « prématurément » par suicide — avant l’âge de 75 ans. Par exemple, une personne qui meurt à 25 ans perd 50 années de vie.

Pour calculer les APVP, pour chaque groupe d'âge, on prend l'âge médian, on soustrait cet âge de 75, puis on multiplie le résultat par le nombre de décès survenus au sein de ce groupe d'âge selon le sexe et la cause de décès. Ces données sont présentées sous forme de nombre (APVP) et de taux pour 100 000 habitants.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l'état civil, Base de données sur les décès et Division de la démographie (estimations de la population)

Années potentielles de vie perdues (APVP) – SIDA

Définition :
Les années potentielles de vie perdues (APVP) pour le SIDA et l'infection par le virus de l’immunodéficience (VIH) (codes B20 à B24 de la CIM–10) correspondent au nombre d’années de vie « perdues » lorsqu’une personne meurt « prématurément » du SIDA/VIH – avant l’âge de 75 ans. Par exemple, une personne qui meurt à 25 ans perd 50 années de vie.

Pour calculer les APVP, pour chaque groupe d'âge, on prend l'âge médian, on soustrait cet âge de 75, puis on multiplie le résultat par le nombre de décès survenus au sein de ce groupe d'âge selon le sexe et la cause de décès. Ces données sont présentées sous forme de nombre (APVP) et de taux pour 100 000 habitants.

Source (s) :
Statistique Canada, Statistique de l’état civil, Base de données sur les décès et Division de la démographie (estimations de la population)

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :