Statistique Canada - Statistics Canada
Sauter la barre de navigation principaleSauter la barre de navigation secondaireAccueilEnglishContactez-nousAideRecherche site webSite du Canada
Le quotidienLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAccueil
RecensementLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAutres liens

Indicateurs de la santé, vol. 2002, no. 1 > Définitions et sources >

Rendement du système de santé

Accessibilité
Caractère approprié
Efficacité
Efficience
Sécurité

Accessibilité

Vaccination contre la grippe

Définition :
Personnes de 12 ans et plus (de 65 ans et plus pour les données provenant de l'Enquête nationale sur la santé de la population) qui ont indiqué quand elles avaient reçu leur dernier vaccin contre la grippe.

Sources  :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2000-2001, Fichier santé; Statistique Canada, Enquête nationale sur la santé de la population, 1996-1997, échantillon transversal, Fichier santé

Mammographie de dépistage, femmes de 50 à 69 ans

Définition :
Femmes de 50 et 69 ans déclarant quand elles ont passé leur dernière mammographie pour un dépistage de routine ou pour d’autres raisons.

Sources  :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2000-2001, Fichier santé; Statistique Canada, Enquête nationale sur la santé de la population, 1996-1997, échantillon transversal, Fichier santé

Test de Pap (Papanicolaou), femmes de 18 à 69 ans

Définition :
Femmes de 18 à 69 ans déclarant quand elles ont eu leur dernier test de Pap.

Sources  :
Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2000-2001, Fichier santé; Statistique Canada, Enquête nationale sur la santé de la population, 1994-1995, 1996-1997 et 1998-1999, échantillon transversal, Fichier santé; Statistique Canada, Enquête nationale sur la santé de la population, 1994-1995 et 1996-1997, échantillon transversal, Fichier santé, composante Nord


Caractère approprié

Accouchement vaginal après une césarienne

Définition :
Proportion de femmes qui ont précédemment eu une césarienne et qui donnent naissance par accouchement vaginal dans un hôpital de soins de courte durée.

(Code de diagnostic 654.2 de la CIM-9 ou de la CIM-9-MC.)

De nombreuses études montrent que l'accouchement vaginal est sans danger pour beaucoup de femmes qui ont donné naissance par césarienne antérieurement.

Source  :
Institut canadien d’information sur la santé, Base de données sur la morbidité hospitalière

Césariennes

Définition :
Proportion de femmes accouchant par césarienne dans un hôpital de soins de courte durée. En raison des caractéristiques de la base de données, les mort-nés sont exclus du dénominateur.

(Codes d'intervention 86.0 à 86.2, 86.8 ou 86.9 de la CCA; codes d'intervention 74.0 à 74.2, 74.4 ou 74.99 de la CIM-9-MC).

Source  :
Institut canadien d’information sur la santé, Base de données sur la morbidité hospitalière


Efficacité

Coqueluche

Définition :
Nombre de cas de coqueluche déclarés dans une année donnée.

Source  :
Santé Canada, Direction générale de la santé de la population et de la santé publique, Surveillance des maladies en direct

Rougeole

Définition :
Nombre de cas de rougeole déclarés dans une année donnée.

Source  :
Santé Canada, Direction générale de la santé de la population et de la santé publique, Surveillance des maladies en direct

Tuberculose

Définition :
Nombre de nouveaux cas de tuberculose signalés durant une année donnée.

Source  :
Santé Canada, Direction générale de la santé de la population et de la santé publique, Surveillance des maladies en direct

VIH

Définition :
Nombre de nouveaux cas de VIH dans une année donnée. L’information est en fonction de ceux qui ont été testés pour le VIH.

Source  :
Santé Canada, Direction générale de la santé de la population et de la santé publique, Le VIH et le SIDA au Canada : Rapport de surveillance au 30 juin 2000.

Chlamydia

Définition :
Nombre de nouveaux cas de chlamydia déclarés dans une année donnée.

Source  :
Santé Canada, Direction générale de la santé de la population et de la santé publique, Surveillance des maladies en direct

Hospitalisations liées à la pneumonie et à la grippe

Définition :
Taux d’hospitalisation en soins de courte durée pour une pneumonie ou une grippe, ajusté en fonction de l’âge, par 100 000 personnes de 65 ans ou plus.

(Diagnostic principal : codes de diagnostic 480 à 487 de la CIM-9 ou de la CIM-9-MC).

Cet indicateur illustre le fardeau de la maladie associé à la pneumonie et à la grippe, qui peuvent être en partie évitables grâce à des programmes de vaccination antipneumococcique et antigrippale. Des taux élevés de pneumonies et de grippes évitables peuvent être le signe de problèmes dans l’accès à la vaccination.

Source  :
Institut canadien d’information sur la santé, Base de données sur la morbidité hospitalière

Décès dus à des maladies traitables médicalement : Infections bactériennes

Définition :
Taux normalisé selon l’âge de décès dus aux infections bactériennes (codes 001 à 005, 020 à 041, 320, 382, 383, 390 à 392, 680 à 686, 711 et 730 de la CIM-9) chez les personnes de 5 à 64 ans.

Parmi les groupes d’âge précisés, la majorité des personnes atteintes de ce genre d’infection devraient répondre adéquatement au traitement par antibiotiques, si celui-ci est administré rapidement et correctement.

Source  :
Statistique Canada, Statistique de l’état civil, Base de données sur les décès, et Division de la démographie (estimations de population).

Décès dus à des maladies traitables médicalement : Cancer du col de l’utérus

Définition :
Taux normalisé selon l’âge de décès dus au cancer du col de l’utérus (code 180 de la CIM-9) chez les femmes de 5 à 64 ans.

Le dépistage et le traitement précoces du cancer du col de l’utérus semblent réduire la mortalité due à cette maladie.

Sources Statistique Canada, Statistique de l’état civil, Base de données sur les décès, et Division de la démographie (estimations de population).

Décès dus à des maladies traitables médicalement : Maladies hypertensives

Définition :
Taux normalisé selon l’âge de décès dus aux maladies hypertensives (codes 401 à 405 de la CIM-9) chez les personnes de 5 à 64 ans.

On a montré que l’intervention médicale chez les personnes atteintes d’une maladie hypertensive diminue la morbidité et la mortalité.

Source  :
Statistique Canada, Statistique de l’état civil, Base de données sur les décès, et Division de la démographie (estimations de population).

Décès dus à des maladies traitables médicalement : Pneumonie et bronchite non précisée

Définition :
Taux normalisé selon l’âge de décès dus à la pneumonie ou à la bronchite, non précisée (codes 481 à 486 et 490 de la CIM-9) chez les personnes de 5 à 49 ans.

En principe, la réponse au traitement par antibiotiques est bonne pour la plupart des formes de pneumonie. Si les soins appropriés sont prodigués, le taux de survie devrait être élevé pour le groupe d’âge précisé.

Source  :
Statistique Canada, Statistique de l’état civil, Base de données sur les décès, et Division de la démographie (estimations de population).

Hospitalisations liées à des conditions propices au traitement ambulatoire

Définition :
Taux d'hospitalisation en soins de courte durée ajusté en fonction de l'âge pour des conditions où des soins ambulatoires appropriés évitent ou réduisent la nécessité d'une hospitalisation, par 100 000 personnes.

(D'après une liste établie par Alberta Health - Diagnostic principal : codes de diagnostic 250, 291, 292, 300, 303 à 305, 311, 401 à 405 ou 493 de la CIM-9 ou de la CIM-9-MC.)

Bien que les admissions pour des conditions propices aux soins ambulatoires ne soient pas toutes évitables, on suppose que des soins ambulatoires adéquats dispensés avant pourraient prévenir l’apparition de ce type de maladies ou de conditions, contrôler un épisode aigu, ou gérer une maladie ou une condition chronique. On ne connaît pas le « bon » niveau d’utilisation, quoiqu’un niveau disproportionnellement élevé pourrait être le signe de problèmes dans l’accès aux des soins primaires.

Source  :
Institut canadien d’information sur la santé, Base de données sur la morbidité hospitalière

Taux de mortalité à l’hôpital dans les 30 jours suivant un IAM (infarctus aigu du myocarde)

Définition :
Taux de mortalité à l’hôpital (toutes causes confondues), ajusté pour le risque, dans les 30 jours suivant l’admission initiale à un hôpital de soins de courte durée avec un diagnostic d’IAM.

(Code de diagnostic 410 de la CIM-9 ou de la CIM-9-MC.)

Afin de faciliter les comparaisons entre les régions, on a eu recours à un modèle statistique pour tenir compte des différences dans l'âge, le sexe et les conditions comorbides. Les variations interrégionales dans les taux peuvent être causées par des différences entre les secteurs de compétence et les établissements dans les normes relatives aux soins, et par d'autres facteurs qui n'ont pas été inclus dans les ajustements. On doit interpréter les taux avec prudence en raison des différences possibles dans le codage des conditions comorbides entre les provinces et les territoires.

Les taux pour Terre-Neuve, la Colombie-Britannique et le Québec ne sont pas disponibles en raison de différences dans le codage de IAM (Terre-Neuve), des admissions provenant de l'urgence (C.-B.) et de l'absence d'un type de diagnostic (Qc).

Taux de mortalité à l'hôpital dans les 30 jours suivant un accident vasculaire cérébrale

Définition :
Taux de mortalité à l'hôpital (toutes causes confondues), ajusté pour le risque, dans les 30 jours suivant l'admission initiale à un hôpital de soins de courte durée avec un diagnostic d'accident vasculaire cérébrale.

(Code de diagnostic 430 à 432, 434, 436 de la CIM-9 ou de la CIM-9-MC.)

Afin de faciliter les comparaisons entre les régions, on a eu recours à un modèle statistique pour tenir compte des différences dans l'âge, le sexe et les conditions comorbides. Par exemple, le taux corrigé de mortalité à la suite d'un accident vasculaire cérébral pourrait refléter l'efficacité sous jacente du traitement et de la qualité des soins. Les variations interrégionales dans les taux peuvent être causées par des différences entre les secteurs de compétence et les établissements dans les normes relatives aux soins, et par d'autres facteurs qui n'ont pas été inclus dans les ajustements. On doit interpréter les taux avec prudence en raison des différences possibles dans le codage des conditions comorbides entre les provinces et les territoires.

Les taux pour la Colombie-Britannique et le Québec ne sont pas disponibles en raison de différences dans le codage des admissions provenant de l'urgence (C.-B.) et de l'absence d'un type de diagnostic (Qc).

Source  :
Institut canadien d'information sur la santé, Base de données sur la morbidité hospitalière

Taux de réhospitalisation après un infarctus aigu du myocarde (IAM)

Définition :
Taux, corrigé pour le risque, de réhospitalisation non prévue après un congé de l'hôpital à la suite d'un infarctus aigu du myocarde (IAM). Un cas est considéré comme une réhospitalisation si celle ci est motivée par un diagnostic pertinent et qu'elle a lieu dans les 28 jours après l'épisode de soins pour un IAM de référence. Par épisode de soins, on entend l'ensemble d'hospitalisations et de visites pour chirurgie d'un jour successives.

(Code de diagnostic principal 410 de la CIM 9 ou de la CIM 9 MD).

Afin de permettre les comparaisons entre régions, on s'est servi d'un modèle statistique pour tenir compte des différences d'âge, de sexe et d'états comorbides. Le risque de réhospitalisation après un IAM pourrait dépendre du genre de médicaments prescrits au moment du congé de l'hôpital, de la façon dont le patient observe le traitement recommandé après la sortie de l'hôpital, de la qualité des soins communautaires de suivi ou de l'accès aux technologies diagnostiques ou thérapeutiques appropriés durant l'hospitalisation initiale. Bien que la réhospitalisation à cause d'un état pathologique puisse dépendre de facteurs sur lesquels l'hôpital n'exerce aucun contrôle direct, un taux élevé de réhospitalisation signale aux hôpitaux concernés qu'ils doivent examiner de plus près leurs pratiques, y compris le risque de renvoyer trop tôt les patients chez eux et leurs liens avec les médecins communautaires et le système de soins communautaires.

Les taux pour Terre Neuve, le Québec et le Manitoba ne sont pas disponibles à cause de méthodes différentes de codage de l'admission pour un IAM (Terre Neuve) et de collecte de données (Québec et Manitoba).

Source  :
Institut canadien d'information sur la santé, Base de données sur les congés des patients

Taux de réhospitalisation pour cause d'asthme

Définition :
Taux, corrigé pour le risque, de réhospitalisation non prévue après un congé de l'hôpital à la suite d'une crise d'asthme. Un cas est considéré comme une réhospitalisation si celle ci est motivée par un diagnostic pertinent et qu'elle a lieu dans les 28 jours après l'épisode de soins de référence. Par épisode de soins, on entend l'ensemble d'hospitalisations et de visites pour chirurgie d'un jour successives.

(Code de diagnostique principal 493 de la CIM 9 ou de la CIM 9 CM).

Afin de permettre les comparaisons entre régions, on s'est servi d'un modèle statistique pour tenir compte des différences d'âge, de sexe et d'états comorbides. Bien que la réhospitalisation à cause d'un état pathologique puisse dépendre de facteurs sur lesquels l'hôpital n'exerce aucun contrôle direct, un taux élevé de réhospitalisation signale aux hôpitaux concernés qu'ils doivent examiner de plus près leurs pratiques, y compris le risque de renvoyer trop tôt les patients chez eux et leurs liens avec les médecins communautaires et le système de soins communautaires.

Les taux pour le Québec et le Manitoba ne sont pas disponibles à cause de différences de méthodes de collecte des données.

Source  :
Institut canadien d'information sur la santé, Base de données sur les congés des patients

Taux de réhospitalisation après une hystérectomie

Définition :
Taux, corrigé pour le risque, de réhospitalisation non prévue après un congé de l'hôpital à la suite d'une hystérectomie. Un cas est considéré comme une réhospitalisation si celle ci est motivée par un diagnostic pertinent et qu'elle a lieu dans les 7 à 28 jours après l'épisode de soins de référence. Par épisode de soins, on entend l'ensemble d'hospitalisations et de visites pour chirurgie d'un jour successives.

(Codes 80.2 à 80.6 de la CCA ou codes 68.3 à 68.7 et 68.9 de la CIM 9 MC.)

Afin de permettre les comparaisons entre régions, on s'est servi d'un modèle statistique pour tenir compte des différences d'âge, de sexe et d'états comorbides. Bien que la réhospitalisation à cause d'une intervention chirurgicale puisse dépendre de facteurs sur lesquels l'hôpital n'exerce aucun contrôle direct, un taux élevé de réhospitalisation signale aux hôpitaux concernés qu'ils doivent examiner de plus près leurs pratiques, y compris le risque de renvoyer trop tôt les patients chez eux et leurs liens avec les médecins communautaires et le système de soins communautaires.

Les taux pour le Québec et le Manitoba ne sont pas disponibles à cause de différences de méthodes de collecte des données.

Source  :
Institut canadien d'information sur la santé, Base de données sur les congés des patients

Taux de réhospitalisation après une prostatectomie

Définition :
Taux, corrigé pour le risque, de réhospitalisation non prévue après un congé de l'hôpital à la suite d'une prostatectomie. Un cas est considéré comme une réhospitalisation si celle ci est motivée par un diagnostic pertinent et qu'elle a lieu dans les 28 jours après l'épisode de soins de référence. Par épisode de soins, on entend l'ensemble d'hospitalisations et de visites pour chirurgie d'un jour successives.


(Codes 72.1 à 72.3 et 72.5 de la CCA ou codes 60.2 à 60.4 et 60.6 de la CIM 9 MC.)

Afin de permettre les comparaisons entre régions, on s'est servi d'un modèle statistique pour tenir compte des différences d'âge, de sexe et d'états comorbides. Bien que la réhospitalisation à cause d'une intervention chirurgicale puisse dépendre de facteurs sur lesquels l'hôpital n'exerce aucun contrôle direct, un taux élevé de réhospitalisation signale aux hôpitaux concernés qu'ils doivent examiner de plus près leurs pratiques, y compris le risque de renvoyer trop tôt les patients chez eux et leurs liens avec les médecins communautaires et le système de soins communautaires.

Les taux pour le Québec et le Manitoba ne sont pas disponibles à cause de différences de méthodes de collecte des données.

Source  :
Institut canadien d'information sur la santé, Base de données sur les congés des patients

Efficience

Cas ne requérant pas nécessairement une hospitalisation

Définition :
Pourcentage de patients hospitalisés dans des hôpitaux de soins de courte durée pour des conditions qui n’exigeraient pas nécessairement d’hospitalisation selon les spécialistes. Ces conditions sont classées « cas ne requérant pas nécessairement une hospitalisation » selon la méthodologie CMG.

(Cas ne requérant pas nécessairement une hospitalisation classés selon la méthode CMG : insertion du cristallin (055), autres interventions ophtalmiques (057), autres diagnostics ophtalmiques (063), ethmoïdectomie (088), extraction/restauration dentaire (089), interventions à l'oreille externe ou moyenne (090), interventions nasales (091), tympanectomie (092), amygdalectomie et adénoïdectomie (093), sinusite (113), mal de gorge (114), diagnostics ORL divers (115), croup (116), athérosclérose (229), affections valvulaires acquises (232), hypertension (233), affections cardiaques congénitales (234), interventions à l'anus ou à l'estomac (266), opérations d'hernie unilatérale (271), interventions sur les tissus mous (378), autres interventions sur l'appareil musculosquelettique (379), autres interventions au membre inférieur (380), interventions à la main et au poignet (381), arthroscopie (382), dorsalgie (409), symptômes et déformations articulaires (411), déséquilibre articulaire (413), entorses, foulures et blessures mineures (414), autres interventions transuréthrales ou biopsies (512), interventions urologiques diverses (514), diagnostics urologiques divers (534), hématurie (535), obstruction urinaire (536), hospitalisation pour dialyse (538), interventions diverses sur l'appareil reproducteur masculin (554), circoncision (555), diagnostics divers concernant l'appareil reproducteur masculin (563), laparoscopie gynécologique (585), occlusion des trompes (586), interventions gynécologiques diverses (587), diagnostics gynécologiques divers (596), hospitalisation <3 jours pour faux travail (619), anxiété (791), troubles de l'adaptation (792), troubles de la personnalité avec diagnostic d'axe  III (793), troubles de la personnalité sans diagnostic d'axe III (794), dysfonction sexuelle et troubles de la sexualité (795), troubles spécifiques du développement (796), diagnostics psychiatriques divers (797), annulation d'intervention (852), ligature des veines et éveinage (893), intervention non connexe en salle d'opération (906), diagnostic psychiatrique dépassé (909)).

L'analyse des cas ne requérant pas nécessairement une hospitalisation peut donner lieu à une révision des cas hospitalisés pour identifier les possibilités de dispenser les soins en milieu ambulatoire. Les groupes de maladies analogues associés aux cas ne requérant pas nécessairement une hospitalisation n’indiquent pas que les patients doivent être soignés en milieu ambulatoire, car leur hospitalisation peut être justifiée.

Source  :
Institut canadien d’information sur la santé, Base de données sur les congés des patients

Durée prévue de l'hospitalisation par rapport à la durée réelle

Définition :
Le nombre moyen de jours réels par rapport à la durée prévue du séjour dans des hôpitaux de soins de courte durée.

La durée prévue du séjour (DPDS) est dérivée de la méthodologie des groupes de maladies analogues (CMG) au moyen d’une calibration pour une année donnée (c.-à-d. les données de 1999-2000 sont basées sur la méthodologie CMG de 2000). La DPDS est calculée pour les cas types et tient compte des raisons entourant les hospitalisations des patients, de leur âge, de la comorbidité et des complications. Les cas types ne comprennent pas les décès, les transferts, les sorties volontaires et les cas où la durée du séjour réelle est supérieure à la « limite » établie par l’Institut canadien d’information sur la santé. Une valeur positive indique que le nombre de jours réels du séjour est supérieur à ce qui est prévu. Une valeur négative indique que le nombre moyen de jours réels est inférieur à ce qui est prévu.

Source  :
Institut canadien d’information sur la santé, Base de données sur les congés des patients


Sécurité

Hospitalisations liées à une fracture de la hanche

Définition :
Taux d’hospitalisation en soins de courte durée pour une fracture de la hanche, ajusté en fonction de l’âge, par 100 000 personnes de 65 ans ou plus.

(Diagnostic principal : codes de diagnostic 820.0 à 820.3, 820.8, 820.9 de la CIM-9 ou de la CIM-9-MC.)

Les fractures de la hanche se produisent pour diverses raisons, dont les dangers environnementaux, la prescription possiblement inappropriée de médicaments psychotropes aux personnes âgées ambulatoires, et des questions relatives à la sécurité dans les établissements de soins de longue durée. En plus d’entraîner l’invalidité ou la mort, les fractures de la hanche peuvent avoir des conséquences importantes sur l'autonomie et la qualité de vie. Cette mesure s’appuie sur le nombre de cas admis à l’hôpital, non sur le nombre de personnes. Certains cas peuvent être des admissions subséquentes pour d’autres traitements ou des transferts en provenance d'un autre établissement. Par conséquent, le taux d'hospitalisation peut surestimer l'incidence des fractures de la hanche.

Source  :
Institut canadien d’information sur la santé, Base de données sur la morbidité hospitalière


Indicateurs de la santé Quoi de neuf? À propos des Indicateurs de la santé Faits saillants Tableaux de données Définitions Notes techniques Produits connexes À propos de ICIS

Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English Haut de la page
Date de modification : 2002-05-27 Avis importants