Rapports sur la santé

Une revue à comité de lecture canadienne consacrée à la recherche sur la santé des populations et les services de santé

Mars 2019

L’acouphène au Canada

par Pamela L. Ramage-Morin, Rex Banks, Dany Pineault et Maha Atrach

L’acouphène est la perception d’un bruit en l’absence d’une source de son externe; on l’appelle aussi le bruit fantôme. L’acouphène est habituellement classé comme étant subjectif ou objectif. Dans au moins 95 % des cas, l’acouphène est subjectif, c’est-à-dire que les sons dans la tête ou les oreilles sont perceptibles uniquement par la personne. En revanche, l’acouphène objectif se produit lorsque la perception des sons découle de sources à l’intérieur du corps; les sons sont transmis à l’oreille et peuvent parfois être entendus par un médecin lors d’une auscultation (c.-à-d. à l’écoute des sons provenant du cœur, des poumons et d’autres organes). La nature du son perçu varie d’une personne à l’autre, mais elle a été décrite comme un tintement, un bourdonnement, un grondement, un grincement ou comme le son des grillons, des cigales, du vent ou de la vapeur qui s’échappe. L’acouphène pulsatile est rythmique, synchronisé avec les pulsations cardiaques.

Résumé Texte intégral de l'article en HTML Version PDF Communiqué dans Le Quotidien

Autres articles

L’acouphène au Canada

Effets sur la fonction pulmonaire du remplacement du temps passé en position assise par une activité physique : une analyse fondée sur l’Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement

par Shilpa Dogra, Joshua Good, Paul A. Gardiner, Jennifer L. Copeland, Michael K. Stickland, David Rudoler et Matthew P. Buman

La fonction pulmonaire décline graduellement avec l’âge. Il a été avancé que le tabagisme, les facteurs environnementaux et professionnels, l’alimentation, la comorbidité et l’activité physique pouvaient avoir une incidence sur ce déclin associé à l’âge. L’activité physique, en particulier, semble prometteuse comme facteur de risque modifiable, puisque des données longitudinales suggèrent qu’elle peut réduire le déclin de la fonction pulmonaire associé au tabagisme. Des études transversales ont également révélé une association positive entre le niveau d’activité physique et la fonction pulmonaire.

Résumé Texte intégral de l'article en HTML Version PDF Communiqué dans Le Quotidien

Autres articles

Effets sur la fonction pulmonaire du remplacement du temps passé en position assise par une activité physique : une analyse fondée sur l’Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement

Date de modification :