Rapports sur la santé

Une revue à comité de lecture canadienne consacrée à la recherche sur la santé des populations et les services de santé

Août 2014

Années potentielles de vie perdues ajustées sur la santé par suite des causes de décès et maladies traitables

par Sara Allin, Erin Graves, Michel Grignon, Diana Ridgeway et Li Wang

En 1996, Wolfson a proposé une méthode pour mesurer l’espérance de vie ajustée sur la santé (EVAS) à partir de statistiques de l’état civil et de données d’enquête. Le concept d’EVAS a été utilisé pour la première fois au Canada en 1993 par Berthelot et coll. et à l’échelle mondiale, par Romieu et Robine. La proposition donnait suite à une recommandation du Groupe de travail national sur l’information en matière de santé de 1991, voulant que le Canada utilise une mesure synthétique de l’état de santé moyen fondée sur des données sur la mortalité et sur la morbidité, afin d’examiner les tendances de la santé de la population, d’éclairer les politiques en matière de santé et de surveiller le rendement du système de santé. Toute mesure synthétique de l’état de santé moyen dans un groupe de population est fonction d’un grand nombre de déterminants, outre les soins de santé, mais la détérioration d’une telle mesure pourrait être le signe que quelque chose ne va pas au sein du système de soins de santé d’un pays.


Date de modification :