Rapports sur la santé

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Une revue à comité de lecture canadienne consacrée à la recherche sur la santé des populations et les services de santé

Juillet 2013

Mortalité par cause selon la suffisance du revenu au Canada : une étude de suivi sur 16 ans

par Michael Tjepkema, Russell Wilkins et Andrea Long

Le revenu est un déterminant bien établi de la santé. En général, les personnes à faible revenu présentent des résultats en matière de santé moins favorables, y compris une moins bonne autoévaluation de l'état de santé, une plus forte prévalence de la maladie et une diminution de l'espérance de vie, que celles dont le revenu est plus élevé. C'est par l'accès à des ressources matérielles, comme des aliments et un logement de meilleure qualité, que le revenu influe le plus directement sur la santé.


Hospitalisation et traitement à la suite d’un infarctus aigu du myocarde : régions à fort pourcentage de Premières Nations

par Helen Ke Wei-Randall, Mélanie Josée Davidson, Jing Jin, Sushma Mathur et Lisa Oliver

Le taux de mortalité par infarctus aigu du myocarde (IAM), appelé communément crise cardiaque, est 25 % plus élevé chez les hommes des Premières Nations et 55 % plus élevé chez les femmes des Premières Nations que chez la population canadienne non autochtone. L’obtention rapide de soins de santé appropriés après un IAM peut réduire la mortalité et améliorer la qualité de vie des survivants. Les interventions hospitalières en vue de traiter l’IAM sont axées sur le rétablissement de la circulation du sang vers le cœur en éliminant ou en contournant les blocages. On peut pour cela recourir à une pharmacothérapie en vue de dissoudre les caillots de sang ou à une revascularisation par intervention coronaire percutanée (ICP) ou par pontage aortocoronarien.

Date de modification :