Rapports sur la santé
Prévalence à court terme du cancer au Canada, 2018

par Chunhe Yao et Jean-Michel Billette

Date de diffusion : le 16 mars 2022

DOI: https://www.doi.org/10.25318/82-003-x202200300002-fra

Résumé

Contexte

Le cancer est la principale cause de décès au Canada et représente un énorme fardeau pour la santé des Canadiens et pour le système de soins de santé canadien. La présente étude rend compte des estimations détaillées de la prévalence du cancer fondée sur les tumeurs selon le sexe, le groupe d’âge, le type de cancer et la durée de la prévalence au 1er janvier 2018.

Données et méthodes

Les estimations de la prévalence du cancer sur deux ans et sur cinq ans ont été calculées pour une longue liste de types de cancers dans la population canadienne (à l’exclusion du Québec) d’après les données sur les cas incidents du Registre canadien du cancer couplées aux données sur la mortalité de la Base canadienne de données de l’état civil – Décès et aux renseignements relatifs aux décès provenant des données fiscales.

Résultats

La prévalence du cancer sur deux ans et sur cinq ans était de 236 785 (832,1 pour 100 000 personnes) et de 503 060 (1 767,8 par 100 000 personnes), respectivement. Les estimations de la prévalence du cancer varient selon le type de cancer, et les quatre types de cancers les plus courants (cancer du sein, de la prostate, du côlon et du rectum, du poumon) correspondaient à 49,6 % de la prévalence totale du cancer sur cinq ans au Canada. La prévalence de tous les cancers combinés augmentait radicalement avec l’âge : 74,3 % des cas chez les hommes et 61,9 % des cas chez les femmes ont été diagnostiqués au sein de la population âgée de 60 ans et plus. La prévalence était plus élevée chez les femmes que chez les hommes avant 60 ans, et plus élevée chez les hommes par la suite, culminant dans le groupe d’âge des 80 à 89 ans pour les deux sexes.

Interprétation

La prévalence rend compte de l’incidence du cancer et de la survie. Il est utile de ventiler la prévalence du cancer selon la durée de la maladie pour distinguer les groupes de patients aux différentes phases de soins. Une hausse de la prévalence indique une demande accrue en services de soins de santé et se traduit par un fardeau économique considérable pour les administrations responsables de fournir ces soins

Mots-clés

épidémiologie, fardeau du cancer, tumeurs, prévalence, registre, surveillance

Auteurs

Chunhe Yao (chunhe.yao@canada.ca) et Jean-Michel Billette (jean-michel.billette@canada.ca) travaillent au Centre de données sur la santé de la population à Statistique Canada, à Ottawa, en Ontario.

Introduction

Le cancer est un facteur qui contribue grandement à la morbidité et à la mortalité dans de nombreuses populationsNote 1. Selon l’Organisation mondiale de la Santé, le cancer est l’une des principales causes de décès dans le monde et a été à l’origine de près de 10 millions de décès en 2020Note 2. Au Canada, on estime qu’environ 2 Canadiens sur 5 recevront un diagnostic de cancer au cours de leur vie et que 1 Canadien sur 4 mourra du cancerNote 3.

La prévalence du cancer permet de quantifier le fardeau que représente le cancer dans la population et de surveiller ses effets sur la répartition des ressources pour le dépistage du cancer, son traitement et son suiviNote 4. Elle peut être fondée sur la personne (nombre de personnes atteintes du cancer qui étaient en vie dans la population à un moment donné) ou sur le nombre de tumeurs (nombre de tumeurs primaires diagnostiquées chez les personnes en vie dans la population à un moment donné). La plupart des estimations de la prévalence du cancer sont basées sur la prévalence à durée limitée qui fournit une estimation du nombre de personnes ou de tumeurs diagnostiquées au cours d'une période définie (habituellement deux, cinq ou dix ans) avant une date de référence donnée (date indice)Note 5.

Les estimations de la prévalence fondée sur les tumeurs sur des périodes de deux et de cinq ans sont examinées dans la présente étude pour tous les cancers combinés et certains types de cancers. Ces estimations de la prévalence à court terme peuvent être utiles pour orienter la prestation des services de soins de santé. Par exemple, au cours des deux premières années suivant un diagnostic de cancer, la principale demande en matière de services de soins de santé en oncologie est essentiellement axée sur le traitement. De plus, l’utilisation des estimations de la prévalence sur cinq ans permet d’assurer un suivi subséquent et de surveiller le risque de récidive du cancer après le traitement initialNote 6.

Des études précédentes ont rapporté la prévalence du cancer au Canada jusqu'à l'année de référence 2009 à partir des données du Registre canadien du cancerNote 7Note 8Note 9. Le présent article vise à mettre à jour les estimations en date du 1er janvier 2018 et présente une ventilation selon le sexe, le groupe d’âge et le type de cancer.

Méthodes

Sources des données

Le Registre canadien du cancer (RCC) est une base de données dynamique, axée sur la personne et fondée sur la population qui comprend des renseignements sur les cas diagnostiqués depuis 1992, tirés des rapports de tous les registres provinciaux et territoriaux du cancerNote 3. La version de 1992 à 2017 du RCC a été couplée aux données sur la mortalité de la Base canadienne de données de l’état civil – Décès (BCDECD)Note 10 pour permettre l’estimation de la prévalence du cancer et de la survie au cancer. Un troisième ensemble de données, le fichier maître sur les particuliers T1, a été utilisé pour dériver des renseignements supplémentaires sur les décès à partir des données fiscales dans le cas des enregistrements du RCC qui ne pouvaient pas être couplés avec ceux de la BCDECD (p. ex. les personnes qui sont décédées à l’extérieur du Canada). De plus amples renseignements sur le processus de couplage et le fichier d’analyse couplé aux données sur les décès qui en résulte peuvent être fournis sur demande.

Un fichier contenant les enregistrements de tous les cas de cancer invasif et les cas de cancer in situ de la vessie a été créé selon les règles de codage des tumeurs primaires multiples du Centre international de recherche sur le cancerNote 11. Les cas ont été définis en fonction de la Classification internationale des maladies pour l’oncologie (3e édition) et classés selon les définitions de groupage du programme SEER (Surveillance, Epidemiology, and End Results)Note 12Note 13. Les analyses ont été fondées sur toutes les tumeurs primaires. Les données concernant le Canada présentées ici excluent le Québec, puisque les données sur l’incidence du cancer provenant du Québec n’ont pas été transmises au RCC depuis l’année de diagnostic 2010.

Techniques d’analyse

La prévalence est déterminée en fonction de la méthode de comptage, qui est dans le cas présent appliquée à la prévalence fondée sur les tumeursNote 14Note 15, car la prévalence fondée sur la personne risque d’entraîner une sous-estimation du fardeau total que représente le cancer puisqu’on ne prendrait en compte qu’un seul cancer par personne. Tous les cancers invasifs primaires et cancers in situ de la vessie chez les personnes en vie au 1er janvier 2018 qui avaient reçu un diagnostic dans l’intervalle examiné ont été comptés. Plus précisément, la prévalence sur deux ans a été estimée en comptant le nombre de cas des tumeurs primaires invasives diagnostiqués du 1er janvier 2016 au 31 décembre 2017 chez les personnes qui étaient toujours en vie au 1er janvier 2018. De même, les estimations de la prévalence sur cinq ans ont été fondées sur les cas diagnostiqués du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2017.

Les estimations de la prévalence selon l’âge ont été calculées en soustrayant la date de naissance de la date indice du 1er janvier 2018. Les proportions de prévalence (pour 100 000 personnes) ont été calculées en divisant la prévalence par la population estimée au 1er janvier 2018, et en multipliant ce quotient par 100 000. Les estimations de la population par âge et par sexe ont été calculées en faisant la moyenne de la population à mi-année en 2017 et en 2018. Toutes les analyses ont été réalisées avec la version 9.4 de SAS (SAS Institute Inc., Cary, Caroline du Nord).

Résultats

Parmi les personnes en vie au 1er janvier 2018, environ 236 785 cas de cancer ont été diagnostiqués au cours des deux années précédentes (832,1 pour 100 000 personnes) et 503 060, au cours des cinq années précédentes (1767,8 pour 100 000 personnes), comme on peut le voir dans le tableau 1. La prévalence était répartie à peu près également entre les sexes pour les deux périodes et était légèrement plus élevée chez les hommes sur deux ans (50,4 %) et chez les femmes sur cinq ans (50,6 %).


Tableau 1
Répartition de la prévalence fondée sur les tumeurs sur deux ans et sur cinq ans pour certains cancers selon le sexe, Canada à l'exclusion du QuébecTableau 1 Note ‡‡), 1er janvier 2018
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Répartition de la prévalence fondée sur les tumeurs sur deux ans et sur cinq ans pour certains cancers selon le sexe. Les données sont présentées selon Cancer (titres de rangée) et Cas prévalents, Taux de prévalence (pour 100 000 habitants), Deux ans
(diagnostiqués depuis 2016) , Cinq ans
(diagnostiqués depuis 2013) et Deux ans
(diagnostiqués depuis 2016)(figurant comme en-tête de colonne).
Cancer Cas prévalents Proportions de prévalence (pour 100 000 habitants)
Deux ans
(diagnostiqués depuis 2016)
Cinq ans
(diagnostiqués depuis 2013)
Deux ans
(diagnostiqués depuis 2016)
Cinq ans
(diagnostiqués depuis 2013)
TotalTableau 1 Note  Hommes Femmes TotalTableau 1 Note  Hommes Femmes Total Hommes Femmes Total Hommes Femmes
Tous les cancersTableau 1 Note  236 785 119 255 117 530 503 060 248 285 254 775 832,1 845,2 819,2 1767,8 1759,6 1775,8
Sein 37 055 305 36 750 85 100 635 84 465 130,2 2,2 256,2 299,0 4,5 588,7
Poumon et bronches 19 470 8 925 10 545 32 645 14 430 18 215 68,4 63,3 73,5 114,7 102,3 127,0
Prostate 32 940 32 945 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 72 725 72 725 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 115,8 233,5 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 255,6 515,4 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Côlon et rectum 26 615 14 865 11 745 59 160 32 955 26 205 93,5 105,3 81,9 207,9 233,6 182,7
Vessie (y compris in situ) 13 285 10 225 3 060 28 195 21 630 6 560 46,7 72,5 21,3 99,1 153,3 45,7
Lymphome non hodgkinien 11 635 6 415 5 220 24 990 13 715 11 280 40,9 45,5 36,4 87,8 97,2 78,6
Thyroïde 8 615 2 245 6 370 22 425 5 610 16 810 30,3 15,9 44,4 78,8 39,8 117,2
Mélanome de la peau 11 820 6 415 5 405 26 375 13 960 12 415 41,5 45,5 37,7 92,7 98,9 86,5
Rein et bassinet du rein 8 060 5 235 2 830 17 525 11 280 6 245 28,3 37,1 19,7 61,6 79,9 43,5
Utérus (corps, s.a.i.) 9 655 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 9 655 21 150 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 21 155 33,9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 67,3 74,3 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 147,5
Leucémie 6 535 3 915 2 625 14 690 8 740 5 950 23,0 27,7 18,3 51,6 61,9 41,5
Pancréas 2 920 1 575 1 345 4 080 2 190 1 890 10,3 11,2 9,4 14,3 15,5 13,2
Tête et couTableau 1 Note †† 7 685 5 585 2 105 15 790 11 415 4 375 27,0 39,6 14,7 55,5 80,9 30,5
Estomac 3 010 1 975 1 035 5 290 3 400 1 890 10,6 14,0 7,2 18,6 24,1 13,2
Myélome 3 750 2 170 1 585 7 240 4 155 3 085 13,2 15,4 11,0 25,4 29,4 21,5
Encéphale et système nerveux central 2 220 1 245 975 3 925 2 200 1 725 7,8 8,8 6,8 13,8 15,6 12,0
Ovaire 3 005 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 3 005 6 190 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 6 190 10,6 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 20,9 21,8 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 43,1
Foie 1 880 1 480 405 3 225 2 465 755 6,6 10,5 2,8 11,3 17,5 5,3
Œsophage 1 640 1 260 375 2 445 1 870 580 5,8 8,9 2,6 8,6 13,3 4,0
Col de l’utérus 2 045 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 2 040 4 415 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 4 415 7,2 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 14,2 15,5 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 30,8
Testicule 1 655 1 655 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 3 990 3 990 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 5,8 11,7 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 14,0 28,3 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Lymphome hodgkinien 1 410 785 630 3 300 1 830 1 475 5,0 5,6 4,4 11,6 13,0 10,3
Tous les autres cancers 19 860 10 045 9 815 38 195 19 100 19 095 69,8 71,2 68,4 134,2 135,4 133,1

Prévalence estimée selon le type de cancer, la durée et le sexe

Les estimations de la prévalence du cancer variaient en fonction du type de cancer. Les cas de cancer du sein, de cancer de la prostate, de cancer colorectal et de cancer du poumon représentaient environ la moitié (49,6 %) des cas diagnostiqués de 2013 à 2017. La figure 1 montre la répartition des cas de cancer sur cinq ans selon le sexe. Chez les hommes, les cancers les plus courants étaient le cancer de la prostate (29,3 %), le cancer colorectal (13,3 %), le cancer de la vessie (8,7 %) et le cancer du poumon (5,8 %). Ensemble, ces cancers représentaient près de 3 cas de cancer sur 5 (57,1 %). Chez les femmes, un tiers (33,2 % ou 84 465 cas) de tous les cas de tumeur diagnostiqués au cours des cinq années précédant la date de référence étaient des cas de cancer du sein, suivis du cancer colorectal (10,3 %), du cancer de l’utérus (8,3 %) et du cancer du poumon (7,1 %). Comme chez les hommes, les quatre principaux types de cancer représentaient près de 3 cas sur 5 (58,9 %).

Figure 1 Répartition de la prévalence fondée sur les tumeurs sur cinq ans pour certains cancers, Canada (à l'exclusion du Québec), 1er janvier 2018

Tableau de données de la figure 1 
Tableau de données Figure 1
Répartition de la prévalence fondée sur les tumeurs sur cinq ans pour certains cancers, Canada (à l'exclusion du QuébecTableau de données Figure 1
Répartition de la prévalence fondée sur les tumeurs sur cinq ans pour certains cancers, Canada (à l'exclusion du Québec‡), 1er janvier 2018  Note 
), 1er janvier 2018
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Répartition de la prévalence fondée sur les tumeurs sur cinq ans pour certains cancers Nombre(figurant comme en-tête de colonne).
Nombre
Hommes
Prostate 72 725
Côlon et rectum 32 955
Vessie 21 630
Poumon et bronches 14 430
Lymphome non hodgkinien 13 960
Mélanome de la peau 13 715
Rein et bassinet du rein 11 280
Tête et cou 11 410
Leucémie 8 740
Thyroïde 5 610
Tous les autres cancers 41 830
Femmes
Sein 84 465
Côlon et rectum 26 205
Utérus (corps, s.a.i.) 21 155
Thyroïde 16 810
Poumon et bronches 18 215
Mélanome de la peau 12 415
Lymphome non hodgkinien 11 280
Ovaire 6 190
Vessie 6 560
Rein et bassinet du rein 6 245
Tous les autres cancers 45 235

La figure 2 montre que la prévalence selon le sexe de certains types de cancer dépend de la durée de la période étudiée. Chez les hommes, sur les 72 725 cas de cancer de la prostate diagnostiqués au cours des cinq années précédant la date de référence, 45,3 % ont été diagnostiqués en 2016 ou en 2017, et 54,7 % au cours des deux à cinq années précédant la date de référence (de 2013 à 2015). De même, en ce qui concerne le cancer colorectal et le cancer de la vessie ainsi que le lymphome non hodgkinien, la proportion de prévalence relative était plus élevée chez hommes ayant reçu un diagnostic entre 2013 et 2015 que chez ceux ayant reçu un diagnostic en 2016 ou en 2017. Les cas de cancer du poumon semblent être différents, 61,9 % des cas ayant été diagnostiqués dans les deux années précédant la date de référence. Une situation très similaire a été observée dans la population féminine. Sur les 84 465 cas de cancer du sein (prévalence sur cinq ans) diagnostiqués de 2013 à 2017, 43,5 % l’ont été dans les deux années précédant la date de référence (2016 ou 2017), et 56,5 % de 2013 à 2015. Bien qu’un plus grand nombre de cas de cancer de l’utérus, de cancer colorectal ou de cancer de la thyroïde aient été diagnostiqués de deux à cinq avant la date de référence qu’au cours des deux années suivantes, une tendance opposée a été observée pour le cancer du poumon (57,9 % des cas diagnostiqués en 2016 ou en 2017).

Figure 2 Prévalence fondée sur les tumeurs des cancers les plus courants selon la durée et le sexe, Canada (à l'exclusion du Québec), 1er janvier 2018

Tableau de données de la figure 2 
Tableau de données Figure 2
Prévalence fondée sur les tumeurs des cancers les plus courants selon la durée et le sexe, Canada (à l'exclusion du QuébecTableau de données Figure 2
Prévalence fondée sur les tumeurs des cancers les plus courants selon la durée et le sexe, Canada (à l'exclusion du Québec‡), 1er janvier 2018  Note 
), 1er janvier 2018
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Prévalence fondée sur les tumeurs des cancers les plus courants selon la durée et le sexe 0 à 2 ans (nombre), pourcentage et 2 à 5 ans (nombre)(figurant comme en-tête de colonne).
0 à 2 ans (nombre) pourcentage 2 à 5 ans (nombre) pourcentage
Hommes
Prostate 32 945 45,3 39 780 54,7
Côlon et rectum 14 865 45,1 18 090 54,9
Vessie 10 225 47,3 11 405 52,7
Poumon et bronches 8 925 61,9 5 505 38,1
Lymphome non hodgkinien 6 415 46,8 7 300 53,2
Femmes
Sein 36 750 43,5 47 715 56,5
Côlon et rectum 11 745 44,8 14 460 55,2
Utérus (corps, s.a.i.) 9 655 45,6 11 500 54,4
Poumon et bronches 10 545 57,9 7 670 42,1
Thyroïde 6 370 37,9 10 440 62,1

Prévalence estimée selon l’âge et le sexe

Lorsqu’on examine la prévalence sur cinq ans, 74,3 % de tous les cas de tumeur chez les hommes et 61,9 % de ces cas chez les femmes ont été diagnostiqués dans la population âgée de 60 ans et plus. Les porportions de prévalence selon le sexe pour tous les cancers combinés augmentaient fortement avec l’âge, comme on peut le voir dans le tableau 2 et la figure 3. Les tendances pour le même sexe dans les proportions de prévalence selon l’âge pour tous les cancers combinés étaient semblables pour les deux durées, mais différentes d’un sexe à l’autre. Les proportions étaient plus élevées chez les femmes que chez les hommes avant 60 ans, et plus élevées chez les hommes par la suite, culminant dans le groupe d’âge des 80 à 89 ans pour les deux sexes.


Tableau 2
Proportions de prévalence sur cinq ans (pour 100 000 personnes) selon le type de cancer et l’âge, Canada (à l'exclusion du QuébecTableau 2 Note ‡‡), 1er janvier 2018
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Taux de prévalence sur cinq ans (pour 100 000 habitants) selon le type de cancer et l’âge. Les données sont présentées selon Cancer (titres de rangée) et Tous âges, 20 à 29 ans, 30 à 39 ans, 40 à 49 ans, 50 à 59 ans, 60 à 69 ans, 70 à 79 ans, 80 à 89 ans et 90 ans et plus(figurant comme en-tête de colonne).
Cancer Tous âges 20 à 29 ans 30 à 39 ans 40 à 49 ans 50 à 59 ans 60 à 69 ans 70 à 79 ans 80 à 89 ans 90 ans et plus
Hommes
Tous les cancersTableau 2 Note  1 759,6 156,2 295,2 609,9 1 786,8 4 541,0 7 939,3 8 903,0 7 011,2
Prostate 515,4 0,2 0,3 33,3 425,3 1 648,0 2 791,3 2 309,4 1 466,2
Poumon et bronches 102,3 1,2 3,3 12,0 69,4 266,5 579,4 661,6 361,3
Côlon et rectum 233,6 8,9 24,6 78,9 256,8 573,5 1 054,6 1 379,2 1 070,1
Vessie (y compris in situ) 153,3 1,7 6,2 27,8 104,1 324,8 794,4 1 290,9 1 223,0
Lymphome non hodgkinien 97,2 14,3 24,1 53,2 116,9 222,1 374,6 486,3 389,1
Rein et bassinet du rein 79,9 2,2 13,1 50,8 121,0 217,5 299,0 261,2 132,0
Mélanome de la peau 98,9 5,7 24,9 55,4 114,6 222,7 395,3 550,9 604,5
Leucémie 61,9 9,4 10,3 26,8 64,7 137,3 239,4 283,5 277,9
Pancréas 15,5 0,5 1,8 6,0 18,0 44,4 69,7 64,7 27,8
Tête et couTableau 2 Note †† 80,9 2,7 8,2 37,4 133,1 243,0 281,5 247,5 250,2
Estomac 24,1 0,5 2,1 8,5 25,8 59,1 113,3 143,0 83,4
Foie 17,5 0,2 1,3 4,4 19,2 64,3 63,9 65,9 34,7
Thyroïde 39,8 11,8 33,3 55,7 68,1 77,2 82,5 53,5 20,8
Myélome 29,4 0,2 1,5 8,5 30,8 73,8 138,3 186,5 118,1
Œsophage 13,3 0,0 0,5 3,8 15,3 40,4 61,7 51,0 34,7
Encéphale et système nerveux central 15,6 9,9 14,1 19,1 20,9 23,6 20,8 11,2 6,9
Testicule 28,3 47,1 73,8 47,2 21,9 9,2 4,8 3,7 6,9
Lymphome hodgkinien 13,0 21,0 19,2 14,2 12,1 11,3 13,8 12,4 0,0
Sein 4,5 0,2 0,5 1,4 4,2 11,0 20,8 29,8 27,8
Tous les autres cancers 135,4 19,0 31,8 65,5 144,4 270,2 540,6 812,1 896,4
Femmes
Tous les cancersTableau 2 Note  1 775,8 178,4 538,5 1 281,5 2 435,3 3 901,6 5 665,4 5 727,6 4 120,2
Sein 588,7 11,4 125,3 502,8 950,3 1 343,2 1 817,9 1 557,9 1 258,6
Poumon et bronches 127,0 1,3 4,1 18,0 106,4 317,3 637,9 568,3 195,0
Côlon et rectum 182,7 11,4 26,7 73,2 190,4 363,5 676,0 993,3 810,6
Utérus (corps, s.a.i.) 147,5 1,6 16,3 70,3 230,9 457,3 475,0 299,3 149,3
Thyroïde 117,2 49,0 125,6 201,6 207,4 176,9 155,8 90,9 27,4
Lymphome non hodgkinien 78,6 10,1 19,4 40,3 88,4 167,1 281,1 340,6 210,3
Mélanome de la peau 86,5 14,8 46,9 77,7 123,1 172,9 222,5 261,6 271,2
Ovaire 43,1 8,5 16,6 39,0 76,0 97,9 115,8 79,0 24,4
Pancréas 13,2 0,5 2,8 5,3 16,0 33,1 50,0 45,9 18,3
Vessie (y compris in situ) 45,7 1,3 3,6 8,5 35,9 93,8 193,9 278,2 249,9
Leucémie 41,5 8,0 11,7 19,1 42,0 77,3 135,3 152,4 134,1
Rein et bassinet du rein 43,5 1,6 8,9 27,9 61,7 102,6 150,1 135,0 45,7
Tête et couTableau 2 Note †† 30,5 2,9 8,2 18,8 43,5 71,8 91,9 99,1 82,3
Estomac 13,2 0,5 2,5 6,1 13,8 27,3 51,9 62,4 42,7
Myélome 21,5 0,3 1,0 6,1 21,6 49,4 92,9 107,4 51,8
Col de l’utérus 30,8 9,8 50,9 65,3 45,9 36,6 28,1 21,1 15,2
Encéphale et système nerveux central 12,0 5,8 12,0 11,7 15,5 18,0 16,7 8,3 3,0
Foie 5,3 0,3 0,8 1,9 5,6 13,1 20,0 23,9 6,1
Œsophage 4,0 0,0 0,3 0,8 4,9 9,6 16,7 18,4 9,1
Lymphome hodgkinien 10,3 21,2 16,6 9,0 7,0 8,7 10,0 9,2 6,1
Tous les autres cancers 133,1 18,3 38,5 77,5 149,6 264,1 426,9 571,9 505,9

Figure 3 Proportions selon l’âge de la prévalence fondée sur les tumeurs sur deux ans et sur cinq ans pour tous les cancers combinés selon le sexe, Canada (à l'exclusion du Québec), 1er janvier 2018

Tableau de données de la figure 3 
Tableau de données Figure 3
Proportions selon l’âge de la prévalence fondée sur les tumeurs sur deux ans et sur cinq ans pour tous les cancers combinés selon le sexe, Canada (à l'exclusion du QuébecTableau de données Figure 3
Proportions selon l’âge de la prévalence fondée sur les tumeurs sur deux ans et sur cinq ans pour tous les cancers combinés selon le sexe, Canada (à l'exclusion du Québec‡), 1er janvier 2018 Note 
), 1er janvier 2018
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Proportions selon l’âge de la prévalence fondée sur les tumeurs sur deux ans et sur cinq ans pour tous les cancers combinés selon le sexe. Les données sont présentées selon Âge (titres de rangée) et Deux ans, et Cinq ans,(figurant comme en-tête de colonne).
Âge Deux ans, Cinq ans,
femmes hommes femmes hommes
20 à 29 ans 88,8 71,8 178,4 156,2
30 à 39 ans 257,5 134,3 538,5 295,2
40 à 49 ans 599,9 298,4 1 281,5 609,9
50 à 59 ans 1 121,2 910,5 2 435,3 1 786,8
60 à 69 ans 1 808,3 2 236,2 3 901,6 4 541,0
70 à 79 ans 2 581,6 3 712,4 5 665,4 7 939,3
80 à 89 ans 2 636,6 4 099,0 5 727,6 8 903,0
90 ans et plus 1 755,3 3 120,0 4 120,2 7 011,2

Pour la plupart des cancers, les proportions de prévalence sur cinq ans étaient généralement plus élevées dans le groupe d’âge des 70 à 89 ans tant chez les hommes que chez les femmes. Cependant, le lymphome hodgkinien atteignait un sommet chez les jeunes adultes des deux sexes dans le groupe d’âge des 20 à 29 ans. Les proportions des cancers du testicule, du col utérin et de la thyroïde chez la femme étaient plus élevées dans les groupes d’âge des 30 à 39 ans, des 40 à 49 ans et des 50 à 59 ans, respectivement, et diminuaient par la suite. Les cancers de l'encéphale et du système nerveux central (les deux sexes), les cancers de la tête et le du cou (hommes), et le cancer de l’utérus étaient les plus courants dans le groupe d’âge des 60 à 69 ans. En outre, les cancers les plus courants par groupe d’âge n’étaient pas les mêmes pour les deux sexes. Chez les hommes, la structure par âge des principaux cancers était la suivante : le cancer du testicule (20 à 39 ans), le cancer colorectal (40 à 49 ans) et le cancer de la prostate (50 ans et plus); chez les femmes, le cancer de la thyroïde (20 à 39 ans) et le cancer du sein (40 ans et plus) étaient les types de cancer les plus courants.

Discussion

Le présent article donne un aperçu des estimations de la prévalence à court terme selon le sexe et le groupe d’âge pour une longue liste de types de cancer. L’étude de deux courtes périodes permet de distinguer les groupes de patients dans les différentes phases des soins, ce qui peut aider à la planification des traitements et des soins de soutien. Près de la moitié (47,1 %) de tous les cas prévalents de cancer enregistrés au 1er janvier 2018 ont été diagnostiqués au cours des deux années précédentes (2016 et 2017). Ces patients étaient vraisemblablement toujours en traitement ou en rétablissement et représentaient la plus forte demande en termes de services oncologiques. Les diagnostics restants (52,9 %) ont été établis dans les deux à cinq années précédentes (de 2013 à 2015) et, dans la plupart des cas, les patients avaient toujours besoin d’un suivi clinique, d’un traitement continu ou de soins de soutienNote 8.

La prévalence reflète les effets de l’incidence et de la survie, ce qui indique dans quelle mesure la maladie touche la populationNote 11. Par exemple, la prévalence sur cinq ans du cancer de la prostate était 2,2 fois plus élevée que sa prévalence sur deux ans en raison d'une incidence et d'une survie élevéesNote 8Note 16. À l’inverse, le mauvais pronostic associé au cancer du poumon a donné lieu à un rapport beaucoup plus faible (1,6 fois pour les deux sexes combinés), puisque le nombre de survivants diminue graduellement à mesure que la durée s’allongeNote 3.

Lorsqu’on compare ces chiffres sur la prévalence avec ceux d’une précédente étude nationaleNote 7, la proportion de prévalence du cancer sur cinq ans au Canada a augmenté de 1 412,4 à 1 767,8 pour 100 000 personnes de 2005 à 2018, et une hausse de 675,2 à 832,1 pour 100 000 personnes a été observée pour la prévalence sur deux ans. Une hausse de la prévalence se traduit par une demande accrue en services de soins de santé et alourdit considérablement le fardeau économique que représente le cancer. Des résultats similaires ont été présentés dans une étude qui a conclu que les coûts des soins oncologiques ont augmenté graduellement pour passer de 2,9 milliards de dollars en 2005 à 7,5 milliards en dollars en 2012Note 17. Une telle hausse de la prévalence du cancer au fil du temps s’explique en partie par le vieillissement de la population, puisque l’incidence de la plupart des cancers augmente avec l’âgeNote 9. Au cours des prochaines années, les estimations de la prévalence continueront d’augmenter en raison de la croissance générale de l’incidence de tous les types de cancer et de l’amélioration de la survie au cancer attribuable aux effets combinés du dépistage, de la détection précoce et des traitementsNote 18.

Une autre constatation digne de mention est que la répartition selon l’âge des cas prévalents de cancer est fortement influencée par le sexe. Avant 60 ans, les femmes présentent des proportions de prévalence plus élevés que les hommes, principalement à cause de la prévalence élevée du cancer de la thyroïde et du cancer du sein chez les femmes plus jeunes. Après 60 ans, les proportions de prévalence plus élevés chez les hommes que les chez les femmes sont en grande partie attribuables à la prévalence élevée du cancer de la prostate chez les hommes plus âgés.

Points forts et limites

La présente analyse est fondée sur le Registre canadien du cancer (RCC) et la Base canadienne de données de l’état civil – Décès, qui sont les sources de données les plus complètes pour l’incidence du cancer et la mortalité attribuable au cancer au Canada. Elle fournit des renseignements importants pour la surveillance épidémiologique à l’échelle nationale. Une des principales limites de cette analyse est l'absence de données provenant du Québec, puisque cette province n’a pas transmis de données sur l’incidence du cancer pour alimenter le RCC depuis l’année de diagnostic 2010. Une autre limite est le fait que la prévalence à durée limitée est susceptible d’entraîner une surestimation du fardeau que représente le cancer, et ce, pour deux raisons. Premièrement, certains cas qui n’exigent pas ou n’exigent plus de soins en raison d’un surdiagnostic ou d’un rétablissement complet peuvent avoir été inclus dans les comptes totaux. Deuxièmement, certains patients atteints du cancer peuvent avoir quitté le Canada entre la date de leur diagnostic et la date de référence. Toutefois, les effets de ces deux facteurs sont atténués par les courtes périodes étudiées dans le présent document.

Conclusion

En résumé, cette étude présente les estimations détaillées de la prévalence du cancer sur deux ans et sur cinq ans au Canada jusqu’au début de 2018, en fournissant des renseignements cruciaux pour la lutte contre le cancer et les programmes de traitement clinique. Les travaux à venir devront comporter une analyse plus approfondie, notamment des estimations de la prévalence à long terme.

Remerciements

Les trois ensembles de données qui composent le fichier d’incidence du cancer couplé aux données sur les décès utilisé pour ces analyses (Registre canadien du cancer, Base canadienne de données de l’état civil – Décès, fichier maître sur les particuliers T1) sont administrés par Statistique Canada. Ces données proviennent des registres provinciaux et territoriaux du cancer, des registres de l’état civil provinciaux et territoriaux et de l’Agence du revenu du Canada, respectivement. Nous remercions ces institutions de leur coopération.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :