Résumé

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Résumé

Contexte

Les recherches qui ont porté sur les taux d’hospitalisation des enfants autochtones à l’échelle nationale se sont limitées à l’analyse des régions qui comptaient des pourcentages élevés de résidents autochtones plutôt qu’à l’analyse des Autochtones eux-mêmes. La présente étude est fondées sur des données administratives et des données de recensement couplées pour décrire les tendances de l’hospitalisation chez les enfants et les jeunes âgés de 0 à 19 ans, selon l’identité autochtone, pour l’ensemble des provinces et territoires, sauf le Québec.

Données et méthodes

Les données du Recensement de 2006 ont été couplées à la Base de données sur les congés des patients de 2006-2007 à 2008-2009, qui comprend les dossiers d’hospitalisation pour tous les établissements de soins de courte durée au Canada (sauf le Québec). Les dossiers d’hospitalisation ont été examinés selon l’identité autochtone déclarée au recensement, et selon les diagnostics regroupés conformément aux chapitres de la Classification statistique internationale des maladies, sur la base du « diagnostic principal ». On a calculé des taux d’hospitalisation normalisés selon l’âge (THNA) pour 100 000 habitants ainsi que des ratios de taux (RT) normalisés selon l’âge pour les groupes autochtones par rapport aux non-Autochtones.

Résultats

Les THNA étaient invariablement plus élevés parmi les enfants et les jeunes autochtones comparativement à leurs homologues non autochtones; les taux chez les enfants âgés de 0 à 9 ans étaient de 1,3 à 1,8 fois plus élevés; chez les jeunes âgés de 10 à 19 ans, ils étaient de 2,0 à 3,8 fois plus élevés. Chez tous les enfants âgés de 0 à 9 ans, la première cause d’hospitalisation était les « maladies du système respiratoire », mais les RT chez les enfants autochtones variaient de 1,7 à 2,5, comparativement aux enfants non autochtones. L’écart entre les jeunes autochtones et non autochtones de 10 à 19 ans était prononcé pour les blessures attribuables à des agressions (RT de 4,8 à 10,0), les blessures auto-infligées (RT de 2,7 à 14,2) et la grossesse, l’accouchement et la puerpéralité (RT de 4,1 à 9,8).

Interprétation

Des recherches supplémentaires sont requises afin d’examiner les raisons des disparités de taux d’hospitalisation entre les enfants et les jeunes autochtones et non autochtones.

Résultats

Des recherches ont démontré des résultats en matière de santé moins favorables chez les enfants et les jeunes autochtones comparativement à leurs contemporains non autochtones. Des analyses de données administratives provinciales ont également permis de découvrir des taux d’hospitalisation plus élevés chez les jeunes autochtones. Deux études ont signalé un taux élevé d’hospitalisation pour blessures (intentionnelles et non intentionnelles) parmi les enfants des régions qui présentaient des pourcentages plus élevés de résidents autochtones pour l’ensemble du Canada (sauf le Québec). Cependant, les méthodes géographiques tendent à sous-estimer les hospitalisations dans l’ensemble des sous-populations. [Texte intégral]

Mots-clés

Agression, Premières Nations, Inuit, Métis, respiratoire, blessures auto-infligées

Auteurs

Gisèle Carrière (gisele.carriere@canada.ca) travaille au sein de la Division de l’analyse de la santé de Statistique Canada, à Vancouver, en Colombie-Britannique. Anne Guèvremont, Evelyne Bougie et Dafna Kohen travaillent au sein de la Division de l’analyse de la santé de Statistique Canada, à Ottawa, en Ontario.

Début de l'encadré

 

Ce que l’on sait déjà sur le sujet

  • Des études antérieures fondées sur des méthodes géographiques ont démontré que l’état de santé des enfants et des jeunes autochtones était moins bon que celui des enfants et des jeunes non autochtones.
  • Les méthodes géographiques ont tendance à sous-estimer les hospitalisations parmi les sous populations, en raison d’omissions, de classifications erronées et d’autres erreurs.

Ce qu’apporte l’étude

  • La présente étude examine les taux d’hospitalisation des enfants et des jeunes autochtones dans l’ensemble du pays (sauf au Québec) sur le plan individuel.
  • Les taux d’hospitalisation normalisés selon l’âge étaient systématiquement plus élevés parmi les enfants et les jeunes autochtones comparativement à leurs homologues non autochtones.
  • La principale cause d’hospitalisation chez les enfants autochtones et non autochtones de 0 à 9 ans était des problèmes de santé liés aux maladies du système respiratoire, mais les taux étaient plus élevés chez les enfants autochtones.
  • Des disparités de taux d’hospitalisation entre les jeunes autochtones et non autochtones de 10 à 19 ans étaient apparentes pour les problèmes liés aux blessures intentionnelles (auto-infligées et agressions) et à la grossesse, l’accouchement et la puerpéralité.

Fin de l'encadré

Date de modification :