Les données

Source des données

L’échantillon transversal de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes – Santé mentale (ESSC–SM) de 2012 était composé de la population à domicile de 15 ans et plus des dix provinces. Étaient exclus du champ de l’enquête les habitants des réserves et d’autres établissements autochtones, les membres à temps plein des Forces canadiennes et les résidents d’établissements. Le taux de réponse a été de 68,9 %, ce qui correspond à un échantillon de 25 113 personnes représentatif de 28,3 millions de Canadiens. Les analyses ont été effectuées en SAS, v. 9.1. On a appliqué des poids d’échantillonnage aux données, afin qu’elles soient représentatives de la population canadienne. Afin de tenir compte de la sous-estimation des erreurs types attribuable au plan de sondage complexe, on a appliqué des poids bootstrap au moyen de la version 11.0 de SUDAANNote12.

Définitions

L’annexe A donne un aperçu du questionnaire abrégé du Continuum de santé mentale. La structure à trois facteurs du bien-être mental employée dans les études d’autres populationsNote7,Note13-18 a été reprise ici pour la population canadienne. La cohérence interne (coefficient alpha de Cronbach) s’établissait à 0,82, 0,77 et 0,83, respectivement, pour les sous-échelles du bien-être émotionnel, du bien-être social et du bien-être psychologique. La fiabilité de l’échelle au complet s’établissait à 0,89.

La World Mental Health – Composite International Diagnostic Interview 3.0 (WMH–CIDI)Note19 est un outil normalisé qui sert à l’évaluation des troubles mentaux et des problèmes de santé mentale en fonction des critères du DSM-IV (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, Quatrième édition) qui est couramment utilisé dans les enquêtes auprès de la populationNote20,Note21. On a tenu compte de six troubles mentaux (au cours de la vie et au cours de l’année précédente) dans l’ESCC–SM de 2012, à savoir la dépression, le trouble bipolaire, le trouble d’anxiété généralisée, l’abus d’alcool et la dépendance à l’alcool, l’abus de cannabis et la dépendance au cannabis, et l’abus d’autres drogues et la dépendance à d’autres drogues. À l’aide d’algorithmes de diagnostic, on a identifié les participants à l’enquête qui répondaient aux critères de ces troubles. On a produit des totalisations croisées de la santé mentale et la maladie mentale pour créer six catégories.

Quatre groupes d’âge ont été définis : 15 à 24 ans; 25 à 44 ans; 45 à 64 ans; et 65 ans et plus. L’âge a été considéré comme une variable continue dans l’analyse multidimensionnelle.

Le niveau le plus élevé de scolarité du ménage comprenait deux catégories : les personnes qui avaient terminé leurs études postsecondaires et les personnes qui ne l’avaient pas fait. Le revenu représentait le ratio du revenu du ménage au seuil de faible revenuNote22 et était divisé en quintiles. La situation d’emploi indiquait si les participants à l’enquête avaient travaillé au cours des deux semaines précédant l’entrevue.

Par « immigrant », on entendait les participants à l’enquête nés à l’extérieur du Canada qui n’avaient pas la citoyenneté canadienne. Les personnes nées au Canada, aux États-Unis ou au Groenland ayant déclaré être Première Nation, Métis ou Inuit ont été classées comme Autochtones.

Les collectivités de 1 000 habitants ou plus ayant une densité de population d’au moins 400 habitants au km carré ont été classées comme des centres de population (par opposition à des régions rurales).

Les participants qui ont répondu « très importantes » ou « quelque peu importantes » (comparativement à « pas très importantes » ou « pas importantes du tout ») à la question « En général, dans quelle mesure les croyances religieuses ou spirituelles sont-elles importantes dans votre vie de tous les jours? » ou qui ont répondu « beaucoup » ou « assez » (comparativement à « un peu » ou « pas du tout ») à la question « Dans quelle mesure vos croyances religieuses ou spirituelles vous donnent-elles la force de faire face aux difficultés quotidiennes? » ont été classées comme ayant une spiritualité forte.

On a additionné ensemble les problèmes de santé physique diagnostiqués par un professionnel de la santé qui avaient duré ou devaient durer six mois ou plus et on a classé les participants à l’enquête selon le nombre de problèmes de santé chroniques déclarés, à savoir Aucun, 1, 2, ou 3 et plus. Les problèmes de santé pris en considération étaient l’asthme, l’arthrite, les problèmes de dos sauf la fibromyalgie ou l’arthrite, la migraine, la bronchite chronique/l’emphysème/la MPOC, le diabète, l’épilepsie, la maladie cardiaque, le cancer, les séquelles d’un accident vasculaire cérébral, les maladies intestinales/la maladie de Crohn/la colite, la maladie d’Alzheimer ou d’autres formes de démence, le syndrome de fatigue chronique, les sensibilités multiples aux agresseurs chimiques et l’hypertension artérielle.

Les participants à l’enquête qui ont indiqué ne pas être habituellement sans douleur ou malaise ont été considérés comme souffrant de douleur chronique, et on leur a demandé le nombre d’activités que leurs douleurs les empêchaient de faire.

Limites

Les troubles mentaux ont été identifiés au moyen d’un algorithme fondé sur les réponses fournies à la CIDI, non sur un diagnostic clinique. En outre, l’ESCC–SM portait sur certains troubles mentaux seulement et la population vivant en établissement en était exclue, ce qui a peut-être donné lieu à une sous-estimation du taux de prévalence. Étant donné que l’enquête est transversale, on n’a pu établir de lien temporel entre les variables. Les données sont autodéclarées et n’ont été vérifiées à l’aide d’aucune autre source.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :