Les données

L’Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS) est menée par Statistique Canada en partenariat avec l’Agence de la santé publique du Canada et Santé Canada. L’enquête a pour but de produire des estimations représentatives au niveau nationalNote14. Sont exclues de son champ d’observation les personnes vivant dans les réserves et autres établissements autochtones dans les provinces, les membres à temps plein des Forces canadiennes, les résidents d’établissements et les habitants de certaines régions éloignées. Ensemble, ces sous-groupes rendent compte de moins de 4 % de la population ciblesupNote15. L’approbation déontologique pour l’enquête a été obtenue du Comité d’éthique de la recherche de Santé CanadaNote16.

La collecte des données a été effectuée en deux étapes. Celles-ci comprenaient une entrevue au domicile du participant à l’enquête, ainsi qu’une visite du participant à un centre d’examen mobile de l’ECMS, où des mesures physiques et des échantillons de sang et d’urine étaient recueillis.

Le premier cycle s’est déroulé de mars 2007 à la fin février 2009. Il a servi à recueillir des renseignements auprès des participants de 6 à 79 ans vivant dans les ménages privés, et ce, dans 15 emplacements répartis à travers le Canada. Le cycle 2, mené dans 18 emplacements différents d’août 2009 à la fin novembre 2011, portait sur les participants dans les ménages privés de 3 à 79 ans.

Parmi les ménages sélectionnés pour les cycles 1 et 2, 72,7 % ont accepté de participer. En tout, 89,3 % des membres des ménages sélectionnés ont rempli le questionnaire sur le ménage. Au total, 11 387 personnes ont participé à la composante du centre d’examen mobile. Après correction des données pour tenir compte de la stratégie d’échantillonnage, le taux de réponse des participants de 6 à 79 ans aux deux cycles confondus a été de 53,5 %Note15.

L’échantillon de la présente étude compte 11 386 participants de 6 à 79 ans provenant des deux cycles de l’enquête qui ont fourni des données fiables concernant leur consommation de médicaments sur ordonnance. Un enregistrement a été supprimé parce qu’aucunes données n’avaient été fournies dans les champs se rapportant aux médicaments sur ordonnance.

Afin de tenir compte des effets du plan de sondage, les coefficients de variation et les intervalles de confiance à 95 % ont été estimés par la méthode du bootstrapNote17.   Les différences entre les estimations de la prévalence ont été évaluées à l’aide de tests t. Toutes les analyses ont été exécutées en SUDAAN, v.10 (RTI International, Research Triangle Institute, NC, É.-U.), à partir de données pondérées et en fixant la valeur du nombre de degrés de liberté à 24 dans les commandes logiciel, afin de tenir compte du nombre de degrés de liberté correspondant aux ensembles de données combinés. Des détails concernant l’ECMS, y compris l’échantillonnage, le plan de sondage, l’assurance de la qualité et la combinaison de cycles, sont disponibles ailleursNote14-16.

Pendant l’entrevue, on a pris en note les numéros d’identification du médicament (DIN) sur les contenants, pour les vérifier ensuite au cours de la visite au centre d’examen mobile. La situation actuelle en matière de consommation de médicaments s’entendait de tout médicament pris par le participant à l’enquête, soit le jour de l’entrevue auprès du ménage ou le jour précédent; on pouvait consigner jusqu’à 15 médicaments par participant.

Chaque DIN comporte un code de classification ATC (Système de classification anatomique thérapeutique chimique) de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) attribué par Santé CanadaNote18. Selon la structure du Système de classification ATC, les substances actives sont réparties en groupes selon l’organe ou le système physiologique sur lequel elles agissent, en fonction de leurs propriétés thérapeutiques, pharmacologiques et chimiques. On compte cinq niveaux de classification. Le premier niveau représente le groupe principal. Le deuxième niveau correspond aux sous-groupes pharmacologiques/thérapeutiques, et les troisième et quatrième, aux sous-groupes chimiques/pharmacologiques/thérapeutiques. Le cinquième niveau représente la substance chimique.

Pour la présente analyse, les principales catégories de médicaments sur ordonnance sont définies à l’aide de codes ATC du niveau 3, qui représentent des sous-groupes thérapeutiques ou pharmacologiques importants (annexe). Les participants à l’enquête qui ont déclaré prendre plus d’un médicament dans un sous-groupe ATC du niveau 3 n’étaient comptés qu’une fois dans ce groupe. Les DIN fournis par 147 participants n’ont pu être codés; ils ont été retenus pour l’analyse et classés dans une catégorie « Code manquant ».

À partir d’ouvrages publiés et des données qui étaient disponibles grâce à l’ECMS, on a étudié la consommation de médicaments sur ordonnance selon certains indicateurs sociodémographiques et de l’état de santé. On a défini cinq groupes d’âge : 6 à 14 ans, 15 à 24 ans, 25 à 44 ans, 45 à 64 ans, et 65 à 79 ans. On a estimé la prévalence de huit problèmes de santé (diagnostiqués par un professionnel de la santé) : l’hypertension (y compris les personnes ayant déclaré prendre des médicaments contre l’hypertension artérielle), l’asthme, le diabète, la maladie cardiaque (y compris la crise cardiaque), l’arthrite, le cancer, la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) (y compris l’emphysème, la bronchite chronique, la maladie pulmonaire chronique), et les troubles de l’humeur, comme la dépression ou le trouble bipolaire. Les choix de réponse à l’égard du nombre de problèmes déclarés étaient les suivants : 0; 1; 2; 3; ou 4 et plus. On a défini quatre niveaux d’incapacité (aucune, légère, modérée ou grave) en se fondant sur les scores de l’Indice de l’état de santé (Health Utilities Index en anglais) des participants à l’enquête. Ces derniers ont été classés comme étant habituellement, ou non, sans douleur ou malaise, et selon leur état de santé (excellente / très bonne, bonne ou passable/mauvaise).

Des contraintes d’ordre logistique et budgétaires ont limité le nombre d’emplacements de collecte et la taille de l’échantillon pour l’ECMSNote15. Par conséquent, on a parfois eu recours dans la présente analyse à des catégories de covariables plus générales que ce qui aurait été souhaitable. Par ailleurs, toutes les covariables pertinentes n’étaient pas disponibles, par exemple, la situation en matière d’assurance, ainsi que la posologie du médicament sur ordonnance et la durée de l’ordonnance. La petite taille des échantillons pourrait aussi avoir réduit la capacité de déterminer la signification statistique.

L’ECMS ayant été conçue pour produire des estimations nationalesNote15, il n’a pas été possible d’examiner la consommation de médicaments sur ordonnance selon la province.

L’enquête a permis de saisir un maximum de 15 médicaments sur ordonnance; par conséquent, la consommation peut avoir été sous-estimée. La consommation de médicaments ou d’équivalents disponibles à la fois sur ordonnance et en vente libre peut également avoir été sous-estimée. En outre, du fait que l’ECMS exclut les personnes de 80 ans et plus ainsi que les résidents d’établissements, les estimations de la consommation de médicaments sur ordonnance sont plus faibles qu’elles ne l’auraient été autrement.

Même si les poids d’enquête ont fait en sorte que l’échantillon soit représentatif de la population cible, un biais peut avoir été introduit si la consommation de médicaments des participants à l’enquête et celle des non-participants étaient systématiquement différentes.

Les données autodéclarées sont sujettes à un biais de désirabilité sociale et de remémoration. Toutefois, la présente étude a peut-être permis de régler les problèmes associés aux données administratives ou de facturation. Étant donné que les patients ne prennent pas toujours les médicaments dispensésNote19, les données sur la consommation des médicaments sur ordonnance plutôt que sur leur acquisition — ce que reflètent habituellement les données saisies se rapportant à la vente au détail et aux produits dispensés – sont peut-être les plus précises. Par ailleurs, les données d’enquête fondées sur la population se prêtent davantage à la généralisation que les données administratives ou les données de facturation, lesquelles concernent uniquement les personnes ayant une assurance ou bénéficiant d’un programme public d’assurance-médicaments.

Date de modification :