Résumé

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.











Passer au texte

Contexte
Mots-clés
Résultats
Auteurs
Ce que l'on sait déjà sur le sujet
Ce qu'apporte l'étude

Début du texte

Contexte

Il a été démontré que les enfants autochtones sont en moins bonne santé que leurs homologues non autochtones. Les différences dans l'état de santé peuvent être associées aux conditions familiales et sociales, au mode de vie ou comportement et aux facteurs culturels.  

Données et méthodes

La présente étude porte sur l'état de santé déclaré par le parent ou tuteur des enfants des Premières nations vivant hors réserve et des enfants métis de moins de six ans. Elle ne porte pas sur les 43 % d'enfants des Premières nations qui vivaient dans les réserves en 2006. Les données de l'Enquête sur les enfants autochtones de 2006 ont servi à examiner les mesures de la santé des enfants et à évaluer les liens éventuels avec les déterminants sociaux de la santé.

Résultats

La plupart des enfants des Premières nations vivant hors réserve et des enfants métis ont été déclarés être en excellente ou en très bonne santé. Les problèmes de santé chroniques les plus courants déclarés par les parents ou tuteurs étaient l'asthme, les difficultés de la parole ou du langage, les allergies et l'intolérance au lactose. Plusieurs déterminants sociaux étaient associés à la santé de l'enfant, y compris le niveau de scolarité des parents, le revenu du ménage, l'allaitement et les perceptions à l'égard du logement et des établissements de santé dans la collectivité.

Interprétation

Les résultats donnent à penser que les facteurs sociaux peuvent être associés à l'évaluation par le parent ou tuteur de la santé des enfants des Premières nations vivant hors réserve et des enfants métis de moins de six ans.

Mots-clés

Autochtone, santé des enfants, maladie chronique, autochtone, limitation d'activités, environnement social, situation socioéconomique.

Résultats

Les recherches ont montré que les enfants autochtones ont une moins bonne santé que les enfants non autochtones. Par exemple, un rapport récent a révélé d'importantes différences en matière de santé entre les Autochtones et les non-Autochtones, y compris des taux plus élevés de blessure, de décès accidentel et de syndrome de mort subite du nourrisson. Les risques d'otite moyenne (infection chronique de l'oreille), d'infections respiratoires, d'obésité, de problèmes dentaires et d'hospitalisation liée à l'asthme sont plus élevés dans le cas des enfants autochtones.[Texte intégral]

Auteurs

Leanne Findlay (1-613-951-4648; leanne.findlay@statcan.gc.ca) travaille à la Division de l'analyse de la santé et Teresa Janz (1-613-951-4645; teresa.janz@statcan. gc.ca), à la Division de la statistique de la santé, à Statistique Canada, Ottawa (Ontario) K1A 0T6.

Ce que l'on sait déjà sur le sujet

  • Les recherches ont révélé des inégalités en matière de santé entre les enfants autochtones et non autochtones.
  • Il a été suggéré que ces différences sont attribuables à des déterminants sociaux plutôt que biologiques.
  • Bon nombre de travaux de recherche antérieurs portent sur l'ensemble des peuples autochtones, même s'il a été recommandé que les études soient axées sur des groupes autochtones particuliers.

Ce qu'apporte l'étude

  • La présente étude s'appuie sur les données déclarées par le parent ou tuteur pour examiner la santé des enfants de moins de six ans identifiés comme Métis ou membres des Premières nations vivant hors réserve.
  • Plus de 85 % des enfants dans chaque groupe ont été déclarés en excellente ou en très bonne santé.
  • Les problèmes de santé chroniques les plus courants déclarés par les parents ou tuteurs étaient l'asthme, les difficultés de la parole et du langage, les allergies et l'intolérance au lactose.
  • Plusieurs déterminants sociaux de la santé comportaient un lien avec la santé de l'enfant, y compris le niveau de scolarité des parents, le revenu du ménage, l'allaitement, la perception à l'égard du logement et des établissements de santé communautaires.