Sommaire des principaux résultats

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Statut socioéconomique et consommation de suppléments de vitamines et de minéraux au Canada

Publication : Rapports sur la santé 2010:21(4) /rapportssurlasante

Auteurs : Hassanali Vatanparast, Jennifer L. Adolphe et Susan J. Whiting

Données: Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes – Nutrition, 2004

Le lien entre la qualité du régime alimentaire et le statut socioéconomique (SSE) peut s'étendre à la consommation de suppléments de vitamines et de minéraux. Le présent article décrit les facteurs liés à la consommation de ces suppléments chez les
Canadiens, en mettant l'accent sur les associations avec le revenu du ménage et le niveau de scolarité.

La consommation de suppléments par âge et sexe

L'âge est étroitement associé à la consommation de suppléments de vitamines et de minéraux. Environ 40 % des enfants de 1 à 8 ans prenaient des suppléments. La proportion diminuait pour atteindre moins de 30 % chez le groupe des 14 à 18 ans, puis augmentait régulièrement pour s'établir à 60 % chez les femmes et à 40 % chez les hommes de 51 ans et plus.

Dans l'ensemble, la prévalence de la consommation de suppléments de vitamines et de minéraux était significativement plus élevée chez les femmes que chez les hommes, soit 47 % contre 34 %. La différence la plus importante était observée chez le groupe des 51 à 70 ans.

La consommation de suppléments par revenu et niveau de scolarité

La consommation de suppléments était généralement plus courante chez les personnes dont le revenu du ménage était élevé que chez celles dont le revenu était faible. La consommation de suppléments avait également tendance à augmenter avec le niveau de scolarité.

Même une fois les effets des autres variables neutralisés, la cote exprimant la probabilité de prendre des suppléments était 1,6 fois plus élevée chez les personnes de la catégorie supérieure de revenu du ménage que chez celles de la catégorie inférieure, et la cote pour les personnes ayant terminé au moins leurs études secondaires était 1,4 fois plus élevée que celle calculée pour les personnes ne possédant pas de diplôme d'études secondaires.

Article intégral

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec Hassanali Vatanparast au 1-306-966-6341 (vatan.h@usask.ca), College of Pharmacy and Nutrition, Université de la Saskatchewan.