Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.










Sommaire des principaux résultats

Évaluation de la sous-échelle de l’hyperactivité/inattention de l’Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes

Publication : Rapports sur la santé 2010:21(2) www.statcan.gc.ca/rapportssurlasante

Auteurs : Alice Charach, Elizabeth Lin et Teresa To

Données : l’Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes cycle 1 (1994-1995)

Cette étude évalue le degré d’association entre les scores de la sous-échelle de l’hyperactivité/inattention de l’Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes (ELNEJ) et chacun des trois critères possibles du trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention (THADA) : utilisation actuelle de méthylphénidate, diagnostic de trouble émotif et dysfonctionnement. L’étude détermine en outre le critère comportant l’association la plus forte après correction pour tenir compte de l’âge, du sexe et de la situation socioéconomique.

Les données proviennent de l’ELNEJ de 1994-1995, parce que c’est le cycle comportant les données les plus complètes.

La sous-échelle de l’hyperactivité/inattention de l’Échelle de comportement des enfants comprend huit éléments (ne peut rester en place, se laisse distraire, remue sans cesse, est impulsif, a de la difficulté à rester assis, ne peut rester tranquille pour une longue période, est incapable de se concentrer, est inattentif) auxquels on a attribué un score de 0 (pas vrai), 1 (quelques fois vrai) ou 2 (souvent vrai), ce qui produit une échelle continue comportant des scores de 0 à 16.

Sur la base d’un seuil de 14 ou plus sur la sous-échelle, on estime que 2,1 % des enfants canadiens de 6 à 11 ans avaient des symptômes de THADA cliniquement significatifs.

Cette étude montre que les scores de la sous-échelle ont été associés à deux indicateurs cliniques du THADA chez les enfants canadiens de 6 à 11 ans en 1994-1995 : utilisation de méthylphénidate, corrigée selon l’âge et le sexe, et diagnostic antérieur de troubles émotifs, corrigé selon l’âge et le revenu du ménage.

Même s’il n’y a pas d’avantage statistique clair à choisir l’utilisation actuelle de méthylphénidate ou le diagnostic antérieur de trouble émotif comme critère pour évaluer la sous-échelle, le choix du dernier peut avoir une valeur conceptuelle importante. Même s’il n’est pas surprenant de constater que l’utilisation de méthylphénidate peut servir de critère pour le THADA, il est relativement plus nouveau d’utiliser aussi des antécédents de trouble émotif comme critère.

Selon la méthode décrite dans le présent document, la sous-échelle déclarée par les parents peut servir à déterminer les symptômes du THADA cliniquement significatifs chez les enfants canadiens de 6 à 11 ans, que ce soit comme mesure de résultat pour évaluer les antécédents de développement de ces symptômes, ou comme variable indépendante permettant de prédire les résultats chez les adolescents et les adultes dans l’échantillon de l’ELNEJ.

Article intégral

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec Alice Charach (1-416-813-6600; alice.charach@sickkids.ca), à la faculté de médecine de l’Université de Toronto, Toronto (Ontario).