Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.










Résultats

Aucune évaluation de la façon dont les Canadiennes observent les lignes directrices de Santé Canada concernant la prise de poids durant la grossesse n’a eu lieu depuis la diffusion des recommandations en 19991. Des études observationnelles menées dans des pays ayant émis des lignes directrices semblables ont révélé que les femmes ont tendance à prendre plus de poids qu’il n’est recommandé durant la grossesse2‑5. La diffusion de données sur la santé périnatale6 recueillies auprès d’un échantillon représentatif de Canadiennes donne l’occasion de déterminer s’il en est de même chez ces dernières.

Le présent article décrit la façon dont les Canadiennes observent les lignes directrices sur la prise de poids durant la grossesse diffusées par Santé Canada en 1999 en s’appuyant sur l’analyse de données provenant de l’Enquête sur les expériences de la maternité de 2006 (voir Les données). Ces lignes directrices, qui s’appliquent à la grossesse unique, varient selon l’indice de masse corporelle (IMC) de la mère avant la grossesse. Au moment de l’enquête, les fourchettes de prise de poids recommandées étaient les suivantes :

  • de 12,5 à 18,0 kilogrammes pour les femmes dont l’IMC avant la grossesse était inférieur à 20;
  • de 11,5 à 16,0 kilogrammes pour les femmes dont l’IMC avant la grossesse variait de 20 à 27;
  • de 7,0 à 11,5 kilogrammes pour les femmes dont l’IMC avant la grossesse était supérieur à 271.

Ces fourchettes ont été établies en se basant sur les recommandations relatives à la prise de poids durant la grossesse faites par l’Institute of Medicine des États‑Unis en 19907 et dont la révision était en cours au moment de l’analyse8.

Les résultats sont classés en trois catégories selon que la prise de poids durant la grossesse était inférieure, conforme ou supérieure aux recommandations, et ventilés selon certaines caractéristiques sociodémographiques et de maternité de la mère, à savoir l’IMC avant la grossesse, l’âge, la parité (nombre de fois que la femme a donné naissance, y compris les mortinaissances), le niveau de scolarité, le revenu du ménage, le statut d’Autochtone, le pays de naissance et la région de résidence.

Les résultats sont également présentés pour deux résultats relatifs à la santé, à savoir la rétention de poids après l’accouchement et le poids du bébé à la naissance, pour les trois catégories de prise de poids durant la grossesse.

Facteurs associés à la prise de poids durant la grossesse

Selon le rapport de 1990 de l’Institute of Medicine, le poids d’une femme avant la grossesse est l’un des principaux déterminants de la quantité de poids qu’elle prendra durant la grossesse7. En effet, les résultats de l’Enquête sur les expériences de la maternité révèlent que 55 % de femmes ayant un excès de poids ont grossi plus qu’il n’était recommandé durant leur grossesse, comparativement à 41 % de celles dont le poids se situait dans la fourchette normale et à 26 % de celles dont le poids était insuffisant (figure 1). Toutefois, outre le poids avant la grossesse, des facteurs tels que l’âge, la parité, le niveau de scolarité et le revenu sont considérés comme des prédicteurs éventuels de la prise de poids durant la grossesse21,22.

Figure 1 Pourcentage de femmes dont la prise de poids durant la grossesse a été inférieure, conforme ou supérieure aux lignes directrices de Santé Canada, selon l’indice de masse corporelle (IMC) avant la grossesse, population à domicile de femmes de 15 ans et plus ayant accouché durant la période de trois mois avant le Recensement de 2006, CanadaFigure 1
Pourcentage de femmes dont la prise de poids durant la grossesse a été inférieure, conforme ou supérieure aux lignes directrices de Santé Canada, selon l’indice de masse corporelle (IMC) avant la grossesse, population à domicile de femmes de 15 ans et plus ayant accouché durant la période de trois mois avant le Recensement de 2006, Canada

Le pourcentage de femmes ayant pris plus de poids qu’il n’était recommandé diminue quand l’âge augmente, pour passer de 56 % chez les mères de 15 à 19 ans à 35 % chez celles de 35 à 39 ans (tableau 1).

Tableau 1 Pourcentage de femmes dont la prise de poids durant la grossesse a été inférieure, conforme ou supérieure aux lignes directrices de Santé Canada, selon certaines caractéristiques, population à domicile de femmes de 15 ans et plus ayant accouché durant la période de trois mois avant le Recensement de 2006, CanadaTableau 1
Pourcentage de femmes dont la prise de poids durant la grossesse a été inférieure, conforme ou supérieure aux lignes directrices de Santé Canada, selon certaines caractéristiques, population à domicile de femmes de 15 ans et plus ayant accouché durant la période de trois mois avant le Recensement de 2006, Canada

Les femmes donnant naissance pour la première fois (primipares) étaient plus susceptibles que celles ayant déjà eu des enfants (multipares) de dépasser la prise de poids recommandée : 47 % contre 37 %. Cet écart persiste quand l’effet d’autres variables, dont l’âge, est pris en compte.  La cote corrigée exprimant le risque de dépasser les recommandations concernant la prise de poids plutôt que de s’y conformer était 1,5 fois (IC à 95 % de 1,3 à 1,7) plus élevée chez les femmes primipares que chez les femmes multipares (données non présentées).

La probabilité de prendre plus de poids qu’il n’est recommandé durant la grossesse était plus élevée chez les femmes n’ayant pas terminé leurs études secondaires (53 %) que chez celles ayant fait certaines études postsecondaires (43 %) ou possédant un diplôme universitaire (38 %). Cette différence persiste lorsque l’on tient compte de l’effet d’autres facteurs. La cote corrigée exprimant le risque d’excéder la recommandation concernant la prise de poids durant la grossesse plutôt que de s’y conformer était 2,1 fois (IC à 95 % de 1,6 à 3,0) plus élevée pour les femmes n’ayant pas terminé leurs études secondaires que pour celles ayant un diplôme universitaire (données non présentées).

Par ailleurs, les femmes vivant dans un ménage à faible revenu ne différaient pas de celles dont le revenu du ménage était élevé pour ce qui est de dépasser la prise de poids recommandée durant la grossesse (43 % contre 41 %). Par contre, un pourcentage plus élevé de femmes vivant dans un ménage à faible revenu que de femmes vivant dans un ménage à revenu élevé avaient pris moins de poids qu’il n’est recommandé (27 % contre 21 %).

Les femmes s’auto‑identifiant comme Autochtones étaient plus susceptibles que les femmes non autochtones de grossir plus qu’il n’est recommandé durant la grossesse, soit 55 % contre 44 %. Enfin, à cause de la rétention de poids après l’accouchement, la prise de poids excessive durant la grossesse risque d’exacerber le problème de la prévalence élevée de l’embonpoint et de l’obésité chez les femmes autochtones23 vivant hors réserve constaté à l’heure actuelle.

Un pourcentage plus élevé de femmes nées au Canada (44 %) que de femmes nées à l’étranger (33 %) avaient grossi plus qu’il n’est recommandé durant la grossesse.

Parmi les six régions étudiées, la répartition en pourcentage de la prise de poids durant la grossesse par rapport aux recommandations de Santé Canada observée pour les femmes ontariennes était très proche de celle obtenue pour l’ensemble des Canadiennes. En outre, comparativement à l’Ontario, seule la région de l’Atlantique affichait un pourcentage significativement plus élevé de femmes ayant dépassé la prise de poids recommandée durant leur grossesse.

Prise de poids durant la grossesse et résultats relatifs à la santé

Les lignes directrices concernant la prise de poids reflètent les observations d’issues saines de la grossesse7. Une prise de poids insuffisante a été associée à un faible poids du bébé à la naissance (moins de 2 500 grammes), tandis qu’une prise de poids excessive a été associée à un poids élevé du bébé à la naissance (plus de 4 000 grammes) et à une rétention de poids de la mère après l’accouchement24.

D’après l’Enquête sur les expériences de la maternité, les femmes qui ont pris moins de poids qu’il n’était recommandé quand elles étaient enceintes étaient plus susceptibles d’avoir un bébé pesant moins de 2 500 grammes qu’un bébé de poids normal à terme, soit 44 % contre 24 % (tableau 2). Par ailleurs, la majorité (58 %) des femmes qui ont pris plus de poids qu’il n’était recommandé ont mis au monde un nouveau‑né pesant 4 000 grammes ou plus. Ces résultats reflètent ceux d’une revue systématique des données existantes effectuée par Viswanathan et coll.24, qui ont dégagé des preuves modérées à convaincantes d’une association entre une prise de poids pendant la grossesse inférieure aux recommandations de 1990 de l’Institute of Medicine et un faible poids du bébé à la naissance, ainsi que des preuves convaincantes d’une association entre une prise de poids supérieure aux recommandations et un poids élevé du bébé à la naissance.

Tableau 2 Pourcentage de femmes dont la prise de poids durant la grossesse a été inférieure, conforme ou supérieure aux lignes directrices de Santé Canada, selon le poids du bébé à la naissance, population à domicile de femmes de 15 ans et plus ayant accouché durant la période de trois mois avant le Recensement de 2006, CanadaTableau 2
Pourcentage de femmes dont la prise de poids durant la grossesse a été inférieure, conforme ou supérieure aux lignes directrices de Santé Canada, selon le poids du bébé à la naissance, population à domicile de femmes de 15 ans et plus ayant accouché durant la période de trois mois avant le Recensement de 2006, Canada

De cinq à neuf mois après avoir accouché, les femmes qui avaient pris plus de poids qu’il n’était recommandé durant leur grossesse gardait un excès de poids plus important (4,5 kg en moyenne) que celles dont la prise de poids avait été conforme ou inférieure aux recommandations (2,0 kg et 0,5 kg, en moyenne, respectivement) (tableau 3). Viswanathan et coll.24 ont également trouvé des preuves modérées d’une association entre une prise de poids supérieure aux recommandations de l’Institute of Medicine et l’existence d’une rétention de poids de trois mois à trois ans après l’accouchement.

Tableau 3 Rétention moyenne de poids des femmes dont la prise de poids durant la grossesse était inférieure, conforme ou supérieure aux lignes directrices de Santé Canada, selon l’indice de masse corporelle avant la grossesse, cinq à neuf mois après l’accouchement, population à domicile de femmes de 15 ans et plus ayant accouché durant la période de trois mois avant le Recensement de 2006, CanadaTableau 3
Rétention moyenne de poids des femmes dont la prise de poids durant la grossesse était inférieure, conforme ou supérieure aux lignes directrices de Santé Canada, selon l’indice de masse corporelle avant la grossesse, cinq à neuf mois après l’accouchement, population à domicile de femmes de 15 ans et plus ayant accouché durant la période de trois mois avant le Recensement de 2006, Canada

Conclusion

L’information tirée de l’Enquête sur les expériences de la maternité de 2006 donne à penser que des pourcentages assez élevés de femmes jeunes, primipares, ayant fait peu d’études ou autochtones grossissent plus qu’il n’est recommandé quand elles sont enceintes.